En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

06.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

07.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 1 heure 43 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 2 heures 14 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 3 heures 34 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 5 heures 9 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 19 heures 8 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 2 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 2 heures 52 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 3 heures 8 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 4 heures 12 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 5 heures 25 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 19 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 20 heures 47 min
© JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Transport boudé par les usagers

La sécurité, ce critère oublié sans lequel la relance des trains de nuit ne pourra pas marcher

Publié le 05 février 2020
Face à la montée grandissante d’une conscience écologique et d'une mise au ban du transport aérien, les trains de nuit reviennent au cœur du débat.
Alain Bonnafous
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Bonnafous est Professeur Emérite de l’Université de Lyon et chercheur au Laboratoire d’Economie des Transports dont il a été le premier directeur. Auteur de nombreuses publications, il a été lauréat du « Jules Dupuit Award » de la World Conference...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la montée grandissante d’une conscience écologique et d'une mise au ban du transport aérien, les trains de nuit reviennent au cœur du débat.

Atlantico.fr : Le réseau de train de nuit n’a cessé de se réduire en France. En 2020, seulement deux lignes sont encore en activité. Ce mode de transport populaire dans les souvenirs de chacun a connu une désaffection des voyageurs, il a connu une chute de sa fréquentation de 25% entre 2011 et 2016. À quoi a été dû un tel désamour ? Le problème central n'est-il pas à l'insécurité des trains de nuit ?

Alain Bonnafous : En effet, ce type de service n’a cessé de perdre des parts de marché à mesure que l’aérien s’est développé et que les lignes à grande vitesse ont couvert le territoire là où les trains de nuit se remplissaient encore. Ce repli historique, qui n’est pas propre à la France, a été jalonné par l’abandon en 2012 de la marque Lunéa par la SNCF qui desservait depuis Paris presque toutes les régions françaises ; puis en2016 par la décision de l’Etat de ne plus assurer d’autre desserte que Paris-Briançon (pour les skieurs en particulier) et Paris-Occitanie (vers Rodez d’une part et La Tour de Carol via Toulouse d’autre part). Enfin, par le très symbolique abandon du Paris-Nice en 2018. Il reste une ligne qui semble solide qui est celle de Paris-Venise exploitée par Thello, une filiale privée de l’opérateur public Trenitalia et de Transdev qui a repris l’activité de la Compagnie Internationale des Wagons-lits sur cette liaison.

Je ne pense pas que le problème de sécurité soit la véritable explication de cette désaffection. Il semble que la concurrence de l’aérien et du TGV, avec des tarifs qui peuvent être très attractifs sous certaines conditions, soit la principale explication. D’autant que s’y ajoutent les « cars Macron » et le co-voiturage, en particulier pour la clientèle jeune et à faible revenu. Lorsque se sont conjuguées ces baisses de trafic et l’augmentation des coûts de production de la SNCF (inscrite dans sa réglementation sociale), ces services sont systématiquement passés dans le rouge. Il ne reste ainsi que le train pour les skieurs (qui gagnent deux nuitées coûteuses en station) et les trains de nuit vers l’Occitanie subventionnés par cette région.

Après de nombreux investissements pour améliorer les temps de trajet entre les différentes villes, n’est-ce pas un retour en arrière ? Les entreprises privées comme Flixbus (l’entreprise a proposé de relancer la ligne Paris-Nice) peuvent-elles prendre le relai de la SNCF et essuyer les plâtres de la rentabilité ?

Selon les aveux officiels de la SNCF, diffusés lors des grèves de la réforme du ferroviaire en 2018, ce que la société nomme elle-même « l’écart de compétitivité de la SNCF » est évalué à un surcoût de 27 %. On peut imaginer qu’un opérateur qui a un niveau normal de compétitivité puisse dans certains cas compenser le déficit observé avec les coûts de production de la SNCF. Dans un domaine proche, on a vu des trains de la vie quotidienne remis en service par des opérateurs privés là où les coûts de l’opérateur historique avaient conduit à leur abandon, en particulier en Allemagne ou en Suède. Pourquoi pas sur quelques trains de nuit avec une ouverture effective à la concurrence ?

Cela suppose cependant que les plans d’affaire soient convenablement établis et que l’on appréhende convenablement les cibles commerciales (les jeunes, les touristes, les navetteurs hebdomadaires,...).

La député Karima Delli, présidente EELV de la commission transport au Parlement européen va émettre l’idée d’une taxe kérosène sur le transport aérien pour subventionner le train de nuit. Taxer le transport aérien pour financer des projets qui mettront des années à voir le jour ne va-t-il pas se répercuter sur le consommateur ?

C’est assez illustratif de ce que j’appelle « le populisme écologiste » : on taxe le méchant pollueur et on subventionne le gentil. Cela plait dans les bistrots de lycéens. On ne se pose même pas la question de savoir si le gentil pollue moins que le méchant. Cela me rappelle un résultat établi par un institut allemand de recherche de très bon niveau qui a fait le bilan carbone du transfert d’un camion (le méchant) sur un train de transport combiné (le gentil) pour différentes liaisons. Pour une liaison de type Calais-Marseille le bilan est fortement positif, pour une liaison Munich-Milan, il est toujours négatif (même avec un taux de remplissage du train de 150 % !). Cela s’explique évidemment par le bilan carbone comparé d’une électricité principalement électronucléaire et d’une électricité principalement fossile. 

Sur un même trajet, que l’on fasse donc un bilan carbone entre un train de nuit mal rempli et un autocar de Munich à Milan et, pourquoi pas, avec un moyen-courrier récent et bien rempli. Au moins saura-t-on ce que sont les enjeux. 

Mais le problème avec les suggestions des écologistes c’est qu’il y a bien une anomalie quelque part qui appelle un remède. Dans ce cas, il s’agit de la sous-taxation du kérosène qui est un vieux problème commun à l’économie des transports et à l’économie de l’environnement. Deux évidences sont admises par la communauté scientifique :

1) Une taxation cohérente avec toutes les autres taxations carbones est évidement souhaitable pour l’aérien mais elle n’a de sens que si elle est acceptée mondialement, à défaut de quoi, ceux qui en seraient exonérés chasseraient rapidement ceux qui y seraient soumis avec, donc, toutes les chances de favoriser dans la durée les plus pollueurs. Le remède serait alors pire que le mal.

2) A supposer que la taxation globale soit mise en œuvre, ce qui devrait arriver un jour dans l’après Trump, il faut être aussi fort que Greta Thunberg pour démontrer que le meilleur usage pour l’environnement de la recette additionnelle soit de subventionner des trains de nuit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires