En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 35 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 31 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 13 heures 56 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 1 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 12 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 40 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 12 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 41 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 20 min
© Capture d'écran Youtube / Huffington Post
© Capture d'écran Youtube / Huffington Post
Une histoire de haine et d'amour

Emmanuel Macron et les Français : cette folle histoire d’amour et de haine qui se niche dans le détail des sondages

Publié le 04 février 2020
L’image que les Français ont de leur Président oppose ainsi deux France, vertigineusement clivées.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’image que les Français ont de leur Président oppose ainsi deux France, vertigineusement clivées.

La dernière vague de l’enquête « Observatoire de la politique nationale », réalisée par BVA pour Orange-RTL-La Tribune en janvier 2020, montre que l’exécutif est à la peine ! (Cote de popularité d’Edouard Philippe -3 points à 37% ; -1 point à 33% pour Emmanuel Macron). Tout se passe comme si un lent processus d’érosion de la popularité des deux têtes de l’exécutif se déroulait inéluctablement, sans qu’on ne voie quelle armée de réserve pourrait venir à leur secours. Si le premier ministre a été en première ligne tout au long de la période des grèves et des mobilisations contre la réforme des retraites et le paie dans l’opinion, il reste néanmoins plus populaire que le Président. Ce dernier cristallise de plus en plus une opposition profonde, dure comme de la pierre et sans chemin de retour sur ses choix politiques mais plus encore sur son style présidentiel.

En faisant le choix de mettre sur sa personne et d’incarner par son style le poids écrasant d’un programme de réformes qui se voulait « révolutionnaire », en tout cas réformateur du modèle français, Emmanuel Macron s’est engagé dans des contrées qui ne lui étaient pas familières. Son ascension fulgurante ne l’avait sans doute pas préparé aux chocs et aux multiples fractures que ce programme de réformes allait entraîner. L’enquête de BVA montre très clairement que plus d’un an après le début de la crise des Gilets jaunes, les plaies sont toujours à vif et le brasier encore fumant.

Rien ne l’illustre plus clairement que l’analyse des verbatims recueillis par une question ouverte sur les bonnes et mauvaises opinions à propos de l’action d’Emmanuel Macron. Ces réponses représentent près de 14.000 mots (13814 mots exactement). Les techniques d’analyse des données textuelles permettent de les regrouper et d’identifier ainsi 1800 mots différents (1833 exactement). Les mots les plus fréquemment cités sont « français » (169 fois), « réformes » (139 fois) « riches » (90 fois), « retraites » (72 fois), « président » (71 fois), « écoute » (69 fois), « peuple » (69 fois). Parmi les segments de mots les plus fréquents, on trouve ceux qui décrivent Emmanuel Macron soit en « Président réformateur » (« il fait », « des réformes » cités 54 et 45 fois) soit, à l’opposé, en « Président qui n’écoute pas » : de nombreux verbatims contiennent des segments composés d’une négation (« il ne », « il n’ ») suivie d’un verbe qui exprime la distance entre Emmanuel Macron et les Français (« n’écoute pas », « ne comprend pas », « ne respecte pas »).

Les analyses statistiques montrent la permanence et l’incroyable force du clivage qui oppose deux images d’Emmanuel Macron : « Président réformateur » contre « Président qui n’écoute pas ». Ce clivage est porté par des univers de mots à très forte dimension symbolique : d’un côté « l’audace », « le renouveau », « le volontarisme » de celui que ne « mâche pas ses mots » ; de l’autre côté le Président qui ne peut et ne veut comprendre ceux qui vivent dans « la misère » et qui conduit à sa perte un pays où « plus rien ne va ».

L’image que les Français ont de leur Président oppose ainsi deux France, vertigineusement clivées. Les univers sémantiques de ces deux France sont l’expression d’une multitude de fractures sociales et politiques. Une femme d’une cinquantaine d’années, sans emploi, peu diplômée et percevant 500 euros par mois, électrice de Marine Le Pen aux deux tours de la présidentielle, décrit avec des mots terribles son quotidien fait de privations et de « misère » : « je mange un repas par jour, ma fille va manger chez des amis ou sa belle-mère quand je ne peux pas, elle a le permis elle peut à peine mettre de l’essence (…) il enrichit les riches et les pauvres sont encore plus pauvres ». Un homme du même âge, commerçant diplômé et qui gagne dix fois plus, électeur de François Fillon puis d’Emmanuel Macron, évoque au contraire « la volonté, l’audace, l’intelligence » d’Emmanuel Macron. Ce n’est plus seulement un clivage politique, ce n’est plus uniquement une fracture sociale, c’est un « clash » entre deux France.

Au-delà des clivages politiques et sociaux, cet affrontement entre deux France repose sur une trame à forte composante émotionnelle. En utilisant des techniques d’analyse basées sur l’identification des sentiments et des émotions, on prend la mesure de la conflictualité affective qui se cache derrière le « rideau de fer » qui sépare les « pro » et le « contre » Macron. Près de trois ans après son élection, Emmanuel Macron entretient avec les Français une relation amour / haine comme rarement nous l’avons vu sous la Vème République. Les verbatims négatifs traduisent un sentiment d’anxiété, mais surtout de mal-être et de colère. Ainsi, les mots qui traduisent le mal-être appartiennent avant tout au répertoire sémantique du sentiment d’humiliation, d’injustice, de manque de respect (« aucune compassion pour tous les blessés », « son arrogance envers les Français est outrageante »). Au contraire, dans les verbatims positifs les qualités prêtées à Emmanuel Macron sont de l’ordre du bien-être et du mieux-être pour le pays (son « entrain », sa « lucidité » vis-à-vis des problèmes), et les mots sont ancrés dans un registre affectueux, laudatif vis-à-vis du sang-froid présidentiel (« il tente, il propose, il imagine, quitte à se mettre la moitié du pays à dos », « il agit comme s’il n’y avait pas d’élections présidentielles en 2022 », « il tente de tenir ses promesses malgré toutes les difficultés, tenace, ferme »).

La dimension d’affects et d’émotions qui structure en profondeur le champ des opinions positives et négatives sur Emmanuel Macron met le pays dangereusement en tension. Le chef de l’Etat qui se voulait le porte-drapeau de la lutte contre les « passions tristes » semble lui-même pris au piège, comme s’il ne pouvait à présent sortir du dilemme tragique entre réformer et apaiser la France. Mais la dialectique de l’amour et de la haine peut réserver encore bien des surprises…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires