En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 7 heures 52 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 12 heures 50 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 14 heures 1 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 17 heures 1 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 18 heures 48 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 11 heures 25 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 12 heures 18 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 13 heures 18 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 18 heures 26 sec
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 18 heures 37 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 19 heures 13 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Etudes supérieures

Les masters sur le genre et le patriarcat font un carton et voilà pourquoi ça n’est pas une bonne nouvelle

Publié le 02 février 2020
La question du genre prend de plus en plus d'importance dans l'enseignement supérieur. L'université Lumière-Lyon II propose notamment différents masters consacrés aux études de genre.
Esther Pivet, polytechnicienne, mariée et mère de quatre enfants, est la coordinatrice du collectif VigiGender, qui assure un travail d'information auprès des parents et des enseignants sur la diffusion de la théorie du genre à l'école.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esther Pivet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Esther Pivet, polytechnicienne, mariée et mère de quatre enfants, est la coordinatrice du collectif VigiGender, qui assure un travail d'information auprès des parents et des enseignants sur la diffusion de la théorie du genre à l'école.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La question du genre prend de plus en plus d'importance dans l'enseignement supérieur. L'université Lumière-Lyon II propose notamment différents masters consacrés aux études de genre.

Atlantico.fr : Depuis 2019, l'université Lumière-Lyon-II propose sept masters consacrés aux études de genre. Depuis, les candidatures abondent : près de 600 demandes pour 129 places disponibles. Pourquoi la question du genre prend de plus en plus d'importance dans l'enseignement supérieur ? Reflète-t-elle la réalité ? 

Esther Pivet : Tout laisse à penser que la question du genre prend de plus en plus de place dans l'enseignement supérieur pour formater les futurs diplômés et ainsi accélérer la diffusion des idées du genre dans la société.

Au-delà de l’analyse des différences entre les hommes et les femmes dans la société, les études de genre reposent largement sur le postulat que ces différences sont construites par la culture, sans rôle ni influence jouée par le corps sexué, lequel ne dirait rien de ce que nous sommes. Ce postulat est tout simplement un mensonge. Au-delà du bon sens qui permet de l’affirmer, un historien canadien qui a fait des études de genre l’a reconnu récemment[1]. De plus, les neurosciences le prouvent, en montrant par exemple des différences innées entre les cerveaux masculins et féminins, ainsi que l’influence des hormones sur les différences de comportements et d'aspirations entre les hommes et les femmes en général.

Les études de genre affirment par exemple, sur la base de ce postulat, que le congé parental serait choisi quasi exclusivement par les femmes parce qu’elles gagneraient moins que les hommes et qu’elles auraient reçu des poupées dans leur enfance, et que les hommes auraient davantage le goût du combat au sens large que les femmes parce que les rayons de jouets indiqués pour les garçons regorgeraient de pistolets et d’épées.

Selon l'idéologie du genre, qui se déploie dans ces études, les attitudes féminines et les activités choisies majoritairement par les femmes auraient une moindre valeur sociale et seraient imposées par les hommes au moyen de la culture, pour opprimer les femmes. Il n’y aurait même rien de naturel dans l’attirance mutuelle de l’homme et de la femme (ce que le monde moderne appelle hétérosexualité), qui ne serait que le produit des contes de Perrault tels Cendrillon ou la Belle au bois dormant.

Les idéologues du genre vont donc s’attacher à déconstruire cette différence sexuelle qu’ils affirment uniquement construite, pour arriver à une indifférenciation des sexes dans tous les champs de la société, y compris la famille.

Certes, la différence des sexes a été de tout temps le lieu d’incompréhensions, de domination mutuelle, chaque sexe à sa manière. Il est donc souhaitable de travailler à comprendre l’autre sexe pour apprendre à l’accueillir et à le servir, et en être ainsi enrichi. Au lieu de cela, les pro-genre veulent anéantir la différence sexuelle, en la considérant comme simple différence biologique et anatomique sans influence ni signification. Certains espèrent se débarrasser ainsi des difficultés inhérentes à la coexistence des sexes, sans doute de bonne foi.

Pour le genre, chacun pourrait donc se définir comme il veut, à partir d’une page blanche, être enfin libéré de ce corps sexué qui nous impose des limites. Chacun pourrait choisir son identité, qui est appelée identité de genre : se dire homme, femme ou autre en fonction de son ressenti ou de son désir du moment. 

En réalité, le but ultime de l’idéologie du genre n’est pas tant de choisir son identité, signe de l’orgueil de l’homme qui refuse de se recevoir, que de supprimer la différence sexuelle, de faire advenir une société où nous ne serions plus que des individus interchangeables, dont le corps sexué sert juste à vivre et surtout à jouir. Pour faire un enfant, la technique est enfin au point, le marché est prometteur. La femme n’a plus besoin de l’homme, juste de son sperme. L’homme a juste besoin d’un ovocyte et du ventre d’une femme. Le genre se révèle comme une arme de destruction massive de la famille.

La différence de l’autre sexe est vue comme un stéréotype à abattre et non une différence qui peut m’enrichir. Cette traque des stéréotypes aura donc comme seule conséquence une augmentation de la lutte des sexes, celle-là même que les idéologues du genre prétendent vouloir combattre. L’idéologie du genre, en étouffant notre nature profonde, est complètement déconnectée du réel et ne fait qu’attiser les difficultés qui peuvent exister entre l’homme et la femme. En voulant effacer la différence sexuelle, elle mène l'homme à la désespérance de ne pas savoir qui il est et de ne pouvoir s'accomplir dans la réciprocité homme-femme pour laquelle il est fait, car l’homme et la femme sont faits l’un pour l’autre et se révèlent l’un par l’autre. 

Les élèves de ces masters sont notamment formés pour développer des stratégies permettant de négocier avec les entreprises pour lesquelles l'égalité homme-femme n'est pas une priorité. Si les stéréotypes sexués finissent par disparaître et que Hommes et Femmes sont traités de la même manière, ne risque-t-on pas de privilégier le genre à la qualité du travail ? 

Qu'hommes et femmes soient traités de la même manière à situation égale est normal. Ce qui n'est pas normal est de ne pas tenir compte des spécificités féminines pour adapter le monde du travail à l'un et à l'autre sexe et pas seulement aux hommes, au motif que la femme est un "homme comme les autres" et est priée d'étouffer son aspiration à concilier vie professionnelle et familiale, voire à devenir mère.

En fin de compte, le fonctionnement des entreprises et du marché ramènera le critère d’efficacité au centre. Les critères de recrutement ou de promotion recherchant l’égalité numérique entre les hommes et les femmes seront contournés d’une manière ou d’une autre. On notera d'ailleurs que le comptage des hommes et des femmes sera toujours basé sur le sexe biologique, qui restera toujours le seul critère pour identifier les hommes et les femmes. C'est un des paradoxes du genre : plus on veut effacer les différences sexuelles (stéréotypes sexués), plus on revient au sexe pour distinguer hommes et femmes, celui-là même qui devait être nié.

Avec la multiplication de ces formations, assistons-nous à la déconstruction des modèles intrafamiliaux? Jugés de la même manière, ne deviendrions-nous pas identiques ?

L’homme et la femme ne deviendront jamais identiques car leurs corps sont différents. Et le corps révèle la personne, homme ou femme, deux manières d’être humain. L’être humain seul n’est pas achevé ; il ressent une incomplétude. Il a besoin de l’altérité sexuelle afin d’« être pour » quelqu’un, ce qui lui permettra de se révéler. La négation du sens du corps véhiculée par l’idéologie du genre aura comme seule conséquence un accroissement du mal-être voire du désespoir chez les hommes et les femmes, puisque leur être sera nié et empêché de s’accomplir.

[1] https://www.lepoint.fr/debats/theorie-du-genre-confessions-d-un-homme-dangereux-03-11-2019-2344979_2.php

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

02.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

03.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

04.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

05.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

06.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

07.

Le RN servi par des critiques paresseux

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bidibul
- 03/02/2020 - 07:18
Idéologie mensongère et mafieuse
Les commentaires insistent sur le caractère déconnecté de la réalité. Le fait que l'un des grands "chercheur" sur la théorie du genre ait avoué l'année dernière avoir bidonné complètement ses résultat n'a pas amené les partisans de cette théorie à se remettre en question. On n'est pas surpris. Mais j'insisterais sur un autre point : le caractère mafieux de l'idéologie du genre. Parce que si les étudiants se bousculent pour s'inscrire à ces études niveau bac +5 c'est qu'ils savent qu'ils trouveront un emploi fictif dans les grands groupes qui seront sommés de les embaucher sinon ils seront attaqués en justice pour sexisme. Un peu comme quand le parrain de la mafia vous demande d'embaucher son neveu attardé sinon votre entreprise risque l'incendie... Le dernier point qui me chagrine ce sont ces dizaines de milliers d'euros du contribuable dilapidés alors que les caisses sont vides pour en plus favoriser des études à caractère idéologique, a fortiori quand des tas d'entreprises n'arrivent pas à recruter certains types de métiers.
gerint
- 02/02/2020 - 17:59
Il va falloir se fâcher très fort
Et botter le cul de tous ces foldingues pour les ramener à la réalité
ajm
- 02/02/2020 - 15:30
Masters poubelles.
Ces masters sont aussi ridicules que des masters en astrologie ou en sorcellerie, masters délivrés par des filières bidons d'universités poubelles destinées à former les cadres des partis de gauche et les intermittents du spectacle.