En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 9 heures 54 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 11 heures 26 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 12 heures 42 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 20 heures 38 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 21 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 10 heures 33 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 12 heures 10 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 14 heures 36 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 19 heures 27 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 20 heures 21 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 8 heures
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partiels

Universités : cette alarmante baisse du niveau général des étudiants français

Publié le 31 janvier 2020
Selon une étude de l'Insee, une baisse du niveau général des élèves à l'université a été constatée. De quelle manière se traduit cette baisse ?
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de l'Insee, une baisse du niveau général des élèves à l'université a été constatée. De quelle manière se traduit cette baisse ?

Atlantico.fr : Une étude publiée par l’Insee constate une baisse du niveau général des élèves à l’université. De quelle manière se traduit-elle ? Cette baisse de niveau est-elle particulière à certaines filières?

Alexandre Delaigue : De nombreuses études montrent une évolution inquiétante de l’apprentissage chez de nombreux élèves depuis plus de vingts ans. Beaucoup d'entre eux manquent de bases calculatoires dans le champ mathématique, mais ont aussi des lacunes dans les domaines de la réflexion, qui se traduit par une vraie difficulté à exprimer clairement une idée, ainsi que des grands vides dans leur culture générale. Ces difficultés sont issues d’un non apprentissage ou d’un apprentissage insuffisant de ces connaissances dans les cycles primaires et secondaires, qui se répercutent à l’université. Mais attention, cette baisse de niveau global ne veut pas dire que les élèves sont moins capables d’apprendre qu’auparavant. Ce n’est pas un problème de capacité mais d’évolution du système d’enseignement qui ne favorise pas l’acquisition de connaissances. Des élèves issus de filières techniques, professionnels ou sélectives au lycée se retrouvent à l’université dans des filières générales sans un diplôme adapté, face à des enseignants qui ne sont pas préparés à un tel public. 

C’est justement dans ces filières générales qu’est le noeud du problème. En effet, la concurrence dans le professorat à l’université est telle que des spécialistes dans leur domaine universitaire se voient confiés des premières années de licence qui n’ont pas le niveau de suivre leur classe. Pour certains élèves la licence se transforme alors en parcours d’obstacle dans lequel s’opère une sélection qui aurait dû se faire avant. Pour autant, le niveau licence ne permet pas aujourd’hui d’accéder au marché du travail. Les étudiants se retrouvent avec une qualification inadaptée à la fonction recherchée, ces études sont pour eux une véritable perte de temps. Cela prouve bien que ce sytème éducatif ne sait plus ce qu’il doit faire et comment le faire.

Qui en est responsable?

Le problème, c’est que nous avons en France un système éducatif qui ressemble à un Kamoulox géant. On est là pour acquérir des connaissances, alors on accumule des savoirs pour acquérir des compétences. Et souvent, cette course à la connaissance prend des allures de course d’obstacle absurde, anxiogène, dont les étudiants ne comprennent pas les règles. Si vous ne jouez pas le jeu, vous êtes condamnés au chômage. De fait, les élèves ne sont plus dans une logique d’apprentissage, mais cherchent seulement à gagner des points pour obtenir leur diplôme, sans savoir si ce qu’ils apprennent va avoir une utilité concrète dans le métier qu’ils cherchent à exercer. Le diplôme demeure le seul sésame qui permet d’obtenir quelque chose de ces années d’efforts. C’est un test de résilience. Dès le lycée, les programmes du lycée sont durs, bien plus élevés qu’il y a 30 ans. Les élèves n’ont clairement pas la capacité de les acquérir, mais ils marquent quand même des points parce que le système français ne peut pas se permettre d’avoir un taux d’échec trop élevé au baccalauréat. Et le même manège recommence à l’université. On est vraiment face à une dérive du système éducatif, dont même les acteurs ont du mal à sortir. Dans ce cas, la responsabilité est collective, car notre société s’accorde à suivre un système qui depuis trente ans n’arrive pas à survivre selon ses propres critères. C’est un système qui a clairement perdu sa vocation d’enseignement des savoirs.

Comment y remédier ?

En France vous avez 60 millions de formateurs qui veulent chacun agir selon leur propre méthode. Tout le monde à son idée sur la chose. Personnellement, je pense qu’il faudrait permettre aux jeunes étudiants de travailler après une formation courte puis de repartir à nouveau sur les bancs de la fac à 30 ans, au moment où l’expérience du travail permet de comprendre l’intérêt personnel que l’on peut avoir de l’apprentissage. Cette idée selon laquelle nous devrions faire l’intégralité de notre formation universitaire avant 25 ans n’a rien de naturel. Une pause dans l’activité professionnelle est nécessaire. Il faudrait pouvoir  offrir aux gens la possibilité de dire : « j’arrête et je me forme ». Cela permettrait de diminuer le stress face aux études, et de changer d’attitude face au système éducatif. 

Le développement de l’éducation en ligne est une voie vers cette possibilité d’alterner entre activité professionnelle et formation. A travers l’obsession de la sélection, du classement, imposé par notre système actuel,  on perd de vue l’idée que l’enseignement amène des connaissances qui changent la personne que vous êtes. C’est dans cette direction qu’il faudrait revenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 01/02/2020 - 22:23
La rançon du progrès (?)
Quand vous passez 1/4 de votre temps à jouer à des jeux électroniques débiles, ou a débiter des propos tout aussi débiles sur les "réseaux dits sociaux", on ne peut avoir qu'une culture rachitique car si la culture est ce qui reste quand on a tout oublié, disait Herriot, lui avant d'oublier il avait appris, alors que nos djeuns n'ayant rien appris n'on rien pu oublié et donc.....
michaudphilo
- 01/02/2020 - 18:10
étudiants en voie de médiocrisation
pour l'essentiel c'est bien vu, même s'il y a aussi d'autres causes. Notamment la méconnaissance du français de base.
evgueniesokolof
- 01/02/2020 - 11:12
Non mais on rêve
la baisse du niveau s'explique d'abord par le saccage systématique de l'enseignement primaire et secondaire, organisé systématiquement au nom des discriminations positives mais avec pour objectif clair de casser l'ascenseur social pour protéger la progéniture de l'oligarchie: la cooptation est préférable à la sélection
Mais l'Université n'y est pas pour rien: il faut attirer et conserver des étudiants pour justifier les salaires d'une ribambelle d'enseignants de plus en plus incompétents eux mêmes mais cela notre Delaigue n'en dit rien!
Et enfin la prolongation d'études aussi longues qu'inutiles et coûteuses arrange le pouvoir puisque cela masque le chômage
Le réveil va être catastrophique!