En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

07.

Philippe Juvin: "Si la France s’en sort aujourd’hui, c’est uniquement grâce aux Français, pas à l’État"

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 9 min 40 sec
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 59 min 8 sec
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 11 heures 23 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 15 heures 34 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 17 heures 1 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 18 heures 31 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 19 heures 50 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 21 heures 34 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 30 min 24 sec
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 11 heures 8 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 15 heures 57 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 17 heures 53 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 19 heures 10 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 21 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 22 heures 28 min
© Adrian DENNIS / AFP
© Adrian DENNIS / AFP
Disraeli Scanner

Brexit : la fin du "en même temps"

Publié le 30 janvier 2020
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.

Londres, 
Le 30 janvier 2020

Mon cher ami, 

Emmanuel Macron, premier perdant du Brexit

La pitié n’est pas un sentiment politique. C’est pourtant ce qu’inspire votre président, en ce moment, vu de Londres. Il ne maîtrise plus rien dans son propre pays. Et il est désavoué sur toute la ligne en politique étrangère. Le monde entier peut voir ces vidéos où vos Compagnies Républicaines de Sécurité matraquent des pompiers, où votre police s’acharne sur des citoyens tombés à terre, où vos forces de l’ordre imitent les jeunes gens de vos banlieues - à moins que ce ne soit le contraire - et se mettent à cinq pour frapper une femme. Récemment, Emmanuel Macron a quitté piteusement un théâtre où une poignée de manifestants essayait de rentrer. Mais croyez-moi, le plus terrible pour lui se situe ailleurs. 

C’est le Brexit ! Emmanuel Macron, de tous les dirigeants de l’Union Européenne, est celui qui a mis le plus d’acharnement à vouloir punir la Grande-Bretagne. Il était même sur ce point « plus Allemand que les Allemands ». Eh bien, il aura obtenu exactement le contraire de ce qu’il recherchait. La Grande-Bretagne sort de l’Union Européenne pour entrer dans une phase de croissance; l’Europe continentale au contraire est menacée par la récession. Londres entame les négociations en position de force: ces trois dernières années, notre pays s’est rendu toujours moins dépendant des débouchés à l’exportation vers l’UE; alors que l’Europe continentale est extrêmement dépendante du maintien de l’ouverture du marché britannique pour ses exportations. 

La grande illusion de l’Union Européenne: le « en même temps »

En fait votre Emmanuel Macron n’est que la version exagérée d’une attitude générale de l’Union tout au long des trois ans qui viennent de d’écouler. A Bruxelles, à Paris et à Berlin, on a cru qu’il était possible d’annuler le résultat du Brexit. Il y avait eu un référendum et en même temps la Grande-Bretagne devait rester dans l’Union. Vous remarquerez, d’ailleurs, que, ces dernières semaines, l’Union Européenne a montré qu’elle ne changeait pas d’habitude: le Brexit va avoir lieu et en même temps il faudrait que la Cour de Justice Européenne soit l’autorité de tutelle du futur traité de commerce entre l’UE et le Royaume-Uni. La Grande-Bretagne s’en va et en même temps vous voudriez avoir accès libre à nos zones de pêche nationales. On pourrait multiplier les exemples de l’incapacité à choisir de votre Europe fédérale. Vous n’aviez pas pris David cameron au sérieux quand il vous expliquait que la population britannique pouvait quitter l’Union. Ensuite, vous avez pensé pouvoir forcer la population à accepter un Brexit In Name Only. A présent, vous êtes bien malheureux de nous voir partir. 

La fin du « en même temps » va avoir des conséquences pour votre actuel président. Mais c’est toute l’Union Européenne qui est mise en cause. C’est le principe directeur de Jean Monnet, qui est mis en cause: avoir voulu substituer l’administration des choses au gouvernement des hommes. Le « en même temps » n’est qu’une façon pseudo-politique de camoufler une vision purement bureaucratique. 

Le retour de la politique

Les formules les plus éculées peuvent être les plus justes: gouverner c’est choisir. La politique est affaire de choix. Le peuple britannique avait clairement choisi mais Theresa May s’est laissé enfermer dans une logique technocratique. Jeremy Corbyn a imaginé qu’il puisse devenir le représentant d’un « soft Brexit ». Les électeurs britanniques ont confirmé par trois fois qu’ils avaient bien réfléchi avant de faire le choix du Brexit: d’abord aux  élections générales de 2017 puis aux élections européennes de mai 2019 puis aux élections générales de décembre 2019. 

En regardant, cet après-midi tous ces membres du Parlement européen qui se donnaient la main pour chanter « Ce n’est qu’un au revoir », en brandissant des écharpes où il y avait à la fois les couleurs britanniques et européennes, c’était autant du mépris que de la pitié que j’éprouvais. Nous avions sous les yeux des enfants dans un corps d’adulte, incapables de comprendre le sérieux de la situation et la marche de leur époque. L’heure des choix est revenue. 

C’est d’ailleurs le point sur lequel je donnerai tort à Nigel Farage. Dans un discours plein de panache, il a, ce 29 janvier, expliqué au Parlement Européen que l’on était dans l’ère d’affrontement du mondialisme et du populisme. En fait non , nous avons déjà changé d’époque: le retour de la politique implique aussi le retour d’une droite et d’une gauche. C’est le conservateur Johnson, non le populiste Farage qui est aux commandes de la Grande-Bretagne aujourd’hui. Et Boris Johnson est le contraire d’Emmanuel Macron: il choisit, il tranche. Il est un cauchemar à venir pour l’UE tout au long des négociations, puisqu’il va mettre les négociateurs continentaux devant des choix, simultanés ou successifs. 

Mon cher ami, vous aurez remarqué combien, maintenant que le Brexit va avoir lieu, il est banalisé dans l’esprit des gens, en particulier de tous ceux qui voulaient le retarder voire l’annuler. Beaucoup vont vouloir rabaisser l’événement. Mais c’est un événement majeur, un tremblement de terre ! Il a été obtenu grâce au courage de Nigel Farage, qui a forcé, en 2013-2014, la classe politique britannique à organiser un référendum; grâce à l’indifférence du peuple britannique aux mensonges qu’on leur déversait sur l’effondrement économique qu’allait causer le Brexit; grâce à l’obstination d’une poignée de députés conservateurs, en 2019, qui ont refusé l’accord de Theresa May; grâce au sens stratégique, au talent diplomatique et au professionnalisme de Boris Johnson. 

Nous y voici. Nous tournons la page du néo-libéralisme où « il n’y avait pas d’alternative », pour reprendre la formule d’Angela Merkel. Une nouvelle ère, celle du conservatisme commence. 

Bien fidèlement à vous. 

Benjamin Disraëli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 30/01/2020 - 23:39
@clo-ette : please migrate to the U.K.
A voir les commentaires précédents, je pense que nous avons pas mal de masochistes ( peut-être un euphémisme pour Lepéniste) dans notre pays. Le seul salut de l'Europe c'est l'union face aux impérialismes établis (USA) et en devenir (Chine). Le Brexit nous affaiblit. J'ai honte pour tous les Anglais qui ont voté pour le Brexit par stupidité pour certains, par intérêt pour une petite caste de privilégiés.
Liberte5
- 30/01/2020 - 23:34
Le Brexit est une pilule qui a du mal à passer
chez les journalistes en France. Il suffit de voir la 5 ce soir pour voir la rage qui tenait les intervenants, sauf une journaliste, sur cette sortie de l'EU par les Anglais. B. Johnson va faire souffrir les négociateurs de l'U.E , ils l'ont bien mérité.
Gré
- 30/01/2020 - 22:26
J'avoue que je n'y croyais
J'avoue que je n'y croyais pas. Je pensais que l'UE arriverait à casser l'Angleterre. D'un strict point de vue démocratique, c'est une excellente chose. Pour le reste, on verra. Souhaitons-lui "bonne chance", sans rancune !