En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

Oser la vérité !

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 49 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 54 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 49 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 21 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 2 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 51 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 6 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 47 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 1 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

Publié le 26 janvier 2020
Après un vrai succès aux élections européennes, le parti écologiste EELV pourrait signer une performance similaire aux municipales. Pourtant le parti ne semble pas réussir à rassembler au-delà des métropoles pour s’imposer comme une formation capable de diriger le pays.
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un vrai succès aux élections européennes, le parti écologiste EELV pourrait signer une performance similaire aux municipales. Pourtant le parti ne semble pas réussir à rassembler au-delà des métropoles pour s’imposer comme une formation capable de diriger le pays.

Atlantico.fr : On attend un score élevé d’Europe Écologie Les Verts aux municipales. Peuvent-ils en assumer le résultat et aller au-delà du vote par défaut ou du vote de bonne conscience?

Chloé Morin : Il ne faut pas se tromper sur ce que disent les scores EELV - aux Européennes, comme aux municipales à venir. EELV est un vote de cause, dans un espace politique qui souffre de défiance et de désintérêt, et où les citoyens ont le sentiment que le vote ne change plus la vie. C’est un vote qui paraît pragmatique et « désidéologisé » - de nombreux électeurs EELV ne se placent nulle part sur l’échiquier politique, en tout cas pour ceux qui sont des électeurs intermittents - à l’heure où la plupart des grandes idéologies suscitent la méfiance, voire ont été disqualifiées par l’Histoire. Enfin, c’est un vote lisible, car associé à un sujet clair et simple, dans un grand bazar où les étiquettes ne cessent de changer et de valser, lorsqu’elles ne sont pas purement et simplement cachées…

Pour toutes ces raisons, EELV est (avec le Modem, pendant un temps du moins…) un des seuls partis à défier la gravité politique : 50% de popularité pour ce petit parti, et jusqu’à 63% en juin dernier dans l’élan des élections victorieuses.. quand on sait que LREM est à 26% (Kantar), malgré sa nouveauté relative, le PS à 23, LFI à 22 ou LR à 19, on mesure l’ampleur de l’avantage d’image de ce parti associé à une cause juste et non clivante. Pour autant, les personnalités qui sont supposées l’incarner sont soit inconnues, soit relativement peu populaires : après un envol à 26% de cote d’avenir (chez Kantar), Jadot est retombé à 15% de Français qui souhaitent qu’il ait davantage d’influence à l’avenir.

EELV veut manifestement se compter lors de ses élections. Y aller seule, c’est exploiter à plein les atouts que j’ai listés plus haut - au risque de l’incohérence, lorsque les candidats EELV sortants se trouvent opposés à des candidats avec qui ils gouvernent les villes depuis un voire deux mandats, comme c’est le cas à Paris. Mais cette stratégie solitaire ne veut nullement dire qu’au second tour il n’y aura pas de discussions, et que EELV ne reconstituera pas de coalitions. Il est toujours mieux d’arriver dans des négociations en position de force… Car à ce stade, EELV pourra certainement gouverner des villes seule, mais nous savons que son objectif est de changer de dimension, de passer de la ligue 2 à la première, si l’on peut utiliser une métaphore footbalistique, et espérer accéder au second tour de la Présidentielle. Au regard de sa culture, qui n’est pas celle d’une personnalisation imposée par les institutions de la Ve République, et de l’ancrage de ses militants à gauche - traditionnellement plus à gauche que le PS, même -, il lui reste beaucoup de chemin à parcourir et il n’est pas du tout certain qu’elle y parvienne sans alliés ou transformation radicale et profonde du parti...

Eddy Fougier : Je reste prudent quant à la vague verte attendue aux municipales. Il faudra déjà voir si le parti écologiste parvient à conserver des villes phares comme Grenoble, s’il arrive à transformer l’essai des législatives. Mais les Verts ont pour eux deux éléments structurels.

D’abord, l’idée que nous sommes dans la dernière ligne droite de la lutte contre le réchauffement climatique. Le rapport du GIEC donnait en 2018 deux ans aux populations pour réagir avant de devoir prendre des décisions radicales pour stopper le réchauffement de la planète.

Le deuxième élément est la montée en puissance des générations Y et Z, sensibles aux questions environnementales, qui font leur entrée sur le marché du travail. 

Ces éléments, associés aux évènements climatiques violents qui ont eu lieu en France en 2018 et 2019, ont fait de la question écologique un enjeu central de toute élection.

Pourtant, malgré cette tendance favorable à l’écologie politique, EELV n’a pas encore réussi à s’imposer comme un parti capable d’assumer un rôle de premier plan au sein d’un gouvernement, encore moins de diriger le pays. EELV demeure un parti de métropole, estampillé « bobo », insupportable aux yeux de nombreux acteurs de l’écologie française, comme les agriculteurs. Le parti conserve une certaine forme d’élitisme qui demeure un frein à son développement. Cette écologie de la bonne conscience reste totalement étrangère aux catégories sociales les plus faibles, qui lui préfèrent une écologie pratique. De plus, EELV conserve son discours « pastèque », vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur, critiqué depuis longtemps déjà, qui ne lui permet pas de transcender les barrières sociales. 

La possibilité de l’émergence d’une figure verte au sein d’un parti de gauche pour les présidentielles, comme François Ruffin chez La France Insoumise, est également un paramètre à prendre un compte. Si cela devait arriver, EELV devrait faire face à des choix compliqués, notamment celui de se présenter ou non aux présidentielles, et surtout avec quelle figure pour l’incarner.

Peut-on imaginer pour EELV un parcours semblable à celui d’En Marche, qui vendrait à nouveau bouleverser l’ensemble du champ politique français en rebattant les cartes ?

Chloé Morin : Comme je le disais à l’instant, EELV n’a pas intérêt à rester seul, mais elle a intérêt à se compter pour peser dans des discussions ultérieures, au niveau local comme national. La difficulté des alliances à géométrie variable est que cela engendrera nécessairement de la confusion : comment prétendre avoir une idéologie nationale cohérente, si l’on gouverne des villes tantôt avec la droite tantôt avec la gauche, avec les différences tout de même significatives que cela peut engendrer sur la question de l’accueil des réfugiés, par exemple? Sauf, évidemment, à ce que le parti au niveau national ne soit ramené à son plus petit dénominateur commun, c’est à dire l’écologie. Mais l’écologie seule ne pourra suffire pour gouverner un pays… pas pour le moment, en tout cas. 

Les Verts cherchent à sortir de la fonction de caution morale ou de béquille du Parti socialiste, qu’ils ont occupée depuis des années. C’est normal, et le rapport de force électoral le leur permet. Maintenant, il serait étonnant que plutôt que rassembler autour d’eux une gauche certes divisée mais qui existe encore - 30% à Marseille, au total, ce n’est pas rien -, ce qu’ils ont les moyens de faire en théorie, ils choisissent l’isolement au risque de l’échec au pied des marches du second tour en 2022. Le manque d’humilité que l’on a reproché à un PS hégémonique, pourrait lui jouer des tours. Car les électeurs de gauche souhaitent, eux, toujours que leurs idées parviennent au pouvoir, et risquent de sanctionner ceux qui choisissent la division.

Eddy Fougier : Je n’en suis pas certain. Cette écologie politique a certes un gros potentiel mais dans sa volonté d’horizontalité, de constamment « couper ses têtes », elle reste incompatible avec notre système institutionnel. Mais les bouleversements actuels sont tels que tout devient possible. Si la peur s’empare de la population au sujet des questions climatiques, des décisions coercitives devront être prises et les partis écologiques pourraient alors entrer dans de nouvelles coalitions au sein du gouvernement.

Les tendances au sein du parti sont nombreuses, et les volontés d’alliances peuvent encore surprendre, notamment le mouvement initié par Yannick Jadot vers les conservateurs au Parlement Européen. Ce parti politique, s’il devait aller aux présidentielles, doit-il s’ouvrir?

Chloé Morin : Évidemment, LREM a créé un précédent que tous les partis et responsables politiques veulent suivre… la véritable question est « Est-ce que EELV saura maintenir son monopole sur la question écologique? ». Anne Hidalgo démontre à Paris qu’il est possible sinon de leur ravir ce monopole, du moins de leur contester sérieusement : elle rassemble sur son nom, selon l’Ifop, un quart des sympathisants EELV au premier tour, et 39% de ceux qui ont fait le choix de l’écologie aux dernières européennes ! Soit autant d’électeurs EELV-2019 que le candidat écologiste…  

Partout, droite, gauche, En Marche ou même FN, l’assaut est lancé pour venir s’approprier une part de cette nouvelle « rente » politique qu’est devenue l’écologie. EELV saura-il résister? Combien de temps? De la même manière qu’aujourd’hui, la question identitaire a infusé dans tous les partis, la question sociale aussi, etc, il serait étonnant qu’il reste un parti « mono sujet ». D’autant que comme je le disais plus haut, le monopole de l’écologie a l’avantage de la clarté, mais l’inconvénient de susciter une forme de défiance lorsqu’il s’agit d’élections dont on attend aussi et avant tout des solutions sociales et régaliennes, comme c’est le cas de la Présidentielle…

Suivre la trajectoire d’En Marche relève sans doute à ce stade du Wishful Thinking, même si ce n’est jamais impossible compte tenu du climat politique actuel, extrêmement volatil. En revanche, un sujet va se poser aux écologistes de manière de plus en plus pressante dans les mois à venir : si le sujet se présente, vont-ils s’allier avec LREM dans la perspective d’un second mandat présidentiel? Pour le moment, ils se montrent très critiques vis à vis du Président et de son bilan. Mais leur électorat est, sur certains points, proche de celui du Président. Ils pourraient avoir envie de sortir de la marginalité, et d’accéder pleinement aux responsabilités. Ils vont donc devoir faire un choix, et ce, si ce n’est aux municipales, du moins dès les régionales : l’opposition, ou l’alliance? Il n’est stratégiquement pas anormal qu’ils réservent le sujet pour le moment, car ils cherchent à bénéficier d’une éventuelle vague de « correction » du Président, dont on constate l’impopularité dans le pays… mais on voit que certains chez LREM commencent à poser la question…

Eddy Fougier : La question des alliances a toujours été le dilemme de l’écologie en France, c’est un vieux débat. Soit le parti garde sa ligne du « ni droite ni gauche », soit il choisit d’aller sur sa gauche en s’alliant avec des partis qu’il estime compatibles avec sa ligne. Souvenons-nous du duel entre Nicolas Hulot et Eva Joly aux primaires écologistes de 2017. Hulot a perdu à cause de ses positions jugées trop libérales. On parlait même de lui dans un gouvernement Fillon. Au final, il a terminé chez Macron. Mais l’élection d’Eva Joly n’a pas empêché le départ, tout au long du quinquennat Hollande, de toutes les figures du parti. EELV oscille constamment entre l’élargissement et le rétrécissement de sa base. Pour les municipales, clairement, les écologistes ne peuvent pas y aller seuls.  Mais avec 69% des français qui ne veulent pas de Macron en 2022 et les changements de mentalité vis-à-vis des phénomènes climatiques, EELV pourrait avoir son mot à dire dans les prochaines élections présidentielles.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
EELV, Municipales
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 26/01/2020 - 14:05
Un refuge indispensable?
Le parti vert est moralement indispensable. C'est un refuge dans le rêve, pour nos bobos dégoutés chez nous par la politique telle qu'elle se révèle dans sa cruelle impuissance.