En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 29 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 14 heures 7 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 51 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 47 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 46 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 45 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 28 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 58 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 22 heures 12 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 54 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

Publié le 22 janvier 2020
Branko Milanovic évoque la situation et le contexte du forum de Davos qui s'est ouvert en ce début de semaine en Suisse.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic évoque la situation et le contexte du forum de Davos qui s'est ouvert en ce début de semaine en Suisse.

Vous me trouverez désireux de vous aider,
mais lent à faire le moindre pas.
Euripide, Hécube  

Des milliers de personnes se réunissent cette semaine à Davos. Cumulée leur fortune atteint plusieurs centaines de milliards de dollars, peut-être même près d'un trillion de dollars. Jamais dans l'histoire du monde, le montant de la richesse par mètre carré n'aura été aussi élevé. Et pourtant, cette année, pour la sixième ou septième fois consécutive, l'un des principaux thèmes abordés par ces capitaines d'industrie, milliardaires, employeurs de milliers de personnes aux quatre coins du monde sera : l'inégalité...

Ce n'est qu'ensuite, et probablement en marge du programme officiel, qu'ils pourront parler de l'énorme pouvoir de monopole et de monopsone de leurs entreprises, de la capacité de dresser une juridiction contre une autre afin d'éviter les impôts, de la manière d'interdire les représentants syndicaux dans leurs entreprises, de la manière d'utiliser les services d'ambulance du gouvernement pour transporter les travailleurs qui se sont évanouis à cause de la trop forte chaleur (pour économiser les frais de climatisation), de la manière de faire en sorte que leur main-d'œuvre augmente son salaire par des dons de charité privés, ou peut-être enfin de la manière de payer un taux d'imposition moyen compris entre 0 et 12 % (méthode utilisée par Trump et Romney). S'ils sont issus de pays émergents, ils peuvent également échanger sur la manière de repousser le paiement des salaires de plusieurs mois afin d'investir ces même fonds à des taux d'intérêt élevés ou sur la manière de ne pas dépenser trop d'argent sur le respect des normes du travail, ou encore sur la manière d'acheter des entreprises privatisées à un coût moindre pour ensuite créer des sociétés écrans dans les Caraïbes ou les îles anglo-normandes.

Mais n'en doutons pas la pauvreté et les inégalités, deux problèmes majeurs de notre époque, ne quitteront jamais leurs esprits.

Si les résultats sont moindres, c'est simplement qu'ils n'ont jamais réussi à trouver assez d'argent, de temps, ou peut-être pas assez de lobbyistes prêts à aider à la mise en œuvre de politiques qu'ils seraient tous prêts à accepter et à mettre en place au cours des sessions officielles : augmentation des impôts pour les 1% les plus riches et sur les gros héritages, salaires décents et stables, réduction des écarts entre le salaire du PDG et le salaire moyen, investissement plus important dans l'éducation, rendre l'accès aux actifs financiers plus attrayant pour la classe moyenne et la classe ouvrière, égalisation des impôts sur le capital et le travail, réduire la corruption dans les contrats gouvernementaux et les privatisations.  

Et quand rien n'aura changé, ils regretteront d'avoir singulièrement échoué à convaincre les gouvernements de faire quoi que ce soit pour lutter contre l'augmentation des inégalités. Ou plutôt que des politiques diamétralement opposées aient été menées : Trump a, comme il l'avait promis ou menacé, voté une réduction d'impôts historique pour les plus riches, tandis que Macron a découvert l'attrait du thatchérisme moderne. Rien de positif ne semble avoir été fait non plus dans les économies de marché émergentes (à l'exception de la lutte active contre la corruption en Chine).

Ce retour aux relations industrielles et aux politiques fiscales du début du XIXeme siècle est bizarrement mené par des personnes qui se targuent d'accord beaucoup d'importance à l'égalité, au respect, à la participation et à la transparence. Bien sûr aucun d'entre eux n'est favorable au "Master and Servant Act" ni au travail forcé mais il se trouve que le discours sur l'égalité a été exploité, au cours de ces cinquante dernières années voire plus, dans la poursuite des politiques structurelle les plus inégalitaires. Et en effet, il est beaucoup plus rentable pour eux d'appeler des journalistes et de leur expliquer que dans x années ils donneront 90% de leur fortune à des oeuvres de charité plutôt que de payer leurs fournisseurs et travailleurs raisonnablement ou de cesser de vendre des informations sur les utilisateurs des réseaux sociaux. Il est moins  coûteux de coller des autocollants favorables au commerce équitable plutôt que de renoncer à l'utilisation de contrats zéro heure.

Ils répugnent à payer un salaire décent à leurs employés, mais ils financeront un orchestre philharmonique. Ils interdiront les syndicats, mais ils organiseront un atelier sur la transparence au sein du gouvernement.

Et c'est une histoire dans fin, dans un an, ils seront de retour à Davos et peut-être qu'un nouveau record de richesse en dollars par mettre carré sera atteint, mais les thèmes, dans les salles de conférence et en marge, seront toujours les mêmes. Et cela continuera ainsi... jusqu'à ce que ce ne soit plus le cas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 22/01/2020 - 13:17
Rafraichissant
Il est vraiment réjouissant de constater qu'Atlantico ne se limite pas à publier des articles de propagande pour le capitalisme néolibéral.
Il y a aussi des textes qui décrivent la réalité telle qu'elle existe.