En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 12 heures 47 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 25 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 3 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 20 heures 47 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 17 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 12 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

Publié le 22 janvier 2020
Le Fonds monétaire international a réduit sa prévision de croissance mondiale pour cette année 2020. Malgré le Brexit, le Royaume-Uni devrait néanmoins bénéficier d'une croissance supérieure à celle de l'Union européenne, selon les estimations du FMI.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Jean-Hervé Lorenzi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Hervé Lorenzi est économiste.Président du Cercle des économistes, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le fabuleux destin d'une puissance intermédiaire (Grasset, 2011). Son dernier livre s'intitule Un monde de violences, l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Fonds monétaire international a réduit sa prévision de croissance mondiale pour cette année 2020. Malgré le Brexit, le Royaume-Uni devrait néanmoins bénéficier d'une croissance supérieure à celle de l'Union européenne, selon les estimations du FMI.

Atlantico.fr : Que penser des prévisions de croissance mondiale du FMI

Michel Ruimy : Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la marge ses précédentes prévisions de croissance. La baisse envisagée est avant tout justifiée par la situation de certains pays émergents sur lesquels repose la reprise de la croissance mondiale. En effet, la croissance du Chiliest affectée par des troubles sociaux etcelle du Mexique par la faiblesse prolongée de l’investissement.

Mais si les risques de dégradation des perspectives à l’échelle mondiale ont diminué grâce à une atténuation partielle des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis (un signe favorable pour le commerce mondial et l’industrie), le Fonds estime toujours comme importantsle risque géopolitique au Moyen-Orient. En particulier, les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran pourraient perturber l’approvisionnement mondial en pétrole, nuire au moral et affaiblir, au final, les investissements commerciaux déjà timides. De même, l’intensification des troubles sociaux dans de nombreux paysreflète l’érosion de la confiance dans les institutions établies et le manque de représentativité des structures de gouvernement.

Reste que toutes ces projections dépendent, dans une large mesure, de la capacité des dirigeants à éviter notamment une nouvelle escalade des tensions commerciales américano-chinoises, à empêcher un Brexit sans accord et à éviter les ramifications économiques des troubles sociaux et des tensions géopolitiques. 

2020 doit être une année d’apaisement sinon la croissance, déjà faible, pourrait être sérieusement entamée. 

Jean-Hervé Lorenzi : Leurs prévisions se révèlent toujours sur-estimées. Il faut qu’il donne de la confiance donc il croit beaucoup à l’auto-réalisation. Ils imaginent une reprise d’activité au niveau mondiale or il n’y a aucune raison que ce soit le cas. Comme personne n’a la moindre idée de ce qu’il peut se passer si Donald Trump est réélu et avec la perspective de la guerre commerciale sino-américaine, tout cela me laisse assez perplexe. 

Il est dit que le Royaume-Uni aura une croissance supérieure à celle de l’UE malgré le Brexit, quels enseignement tirer de cela ? La Grande-Bretagne ne risque-t-elle pas de devenir le Singapour ou le Hong-Kong de l’Europe ? 

Michel Ruimy : Il est nécessaire de préciser que la prévision concernant l’économique britannique se fonde sur un scénario de Brexit « ordonné » et sur une transition graduelle vers de nouvelles relations qui lieront, à l’avenir, l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni. Ce schéma est effectivement le plus probable.

Cette projection n’est pas véritablement aberrante dans la mesure où elle résulte davantage du ralentissement voire l’atonie économique de l’Union européenne observé depuis quelques mois que d’une vigueur de l’économie britannique. Elle peut s’expliquer par le fait que le Royaume-Uni a mieux géré la sortie de crise 2008 que ne l’ont fait certains pays de la zone euro. Les initiatives de la Banque d’Angleterre ont été, en outre,plus efficaces, plus pragmatiques que celles menées par la Banque centrale européenne au cours de ces 10 dernières années. Ensuite, au plan historique, le Royaume Uni est, en quelque sorte, un précurseur du monde occidental. En effet, il a été le premier à sortir de l’étalon-or et de la crise de 1929. Plus proche de nous, en 1979, il est le premier à tenter l’expérience libérale. D’autres exemples peuvent être cités.

Mais, aujourd’hui, l’atout que possède le Royaume Uni, est la majorité politique dont dispose Boris Johnson avec les dernières élections. Ceci lève les incertitudes sur la situation, qui est désormais plus claire, ce qui est un avantage dans le contexte actuel. Le Premier ministre ne devrait pas être entravé dans la mise en place de son programme de relance. Ceci se traduit déjà dans les résultats d’enquêtes d’opinion (amélioration du sentiment des entreprises et des consommateurs) mais aussi dans certaines statistiques : par exemple, le taux de chômage atteint moins de 4%, soit environ la moitié du niveau de la zone euro. Pour le moment, les indicateurs s’améliorent après une année 2019 difficile.

Toutefois, tout le problème réside dans la capacité de Boris Johnson à réaliser ses promesses. Le Premier ministre ambitionne de saisir l’occasion du Brexit pour transformer durablement l’économie du pays. Il souhaite investir massivement, dans le système de santé, ou au travers de travaux d’infrastructure dans le nord de l’Angleterre, etc. Il s’agit de rééquilibrer l’économie du pays et de briser la tendance en cours d’un pays à deux vitesses : Londres et le reste du pays. Pour cela, il devrait, apriori, pouvoir s’appuyer sur la Banque d’Angleterre, dont le nouveau président vient d’être désigné.

Un autre risque politique est la capacité de Boris Johnson à consolider la nouvelle base politique acquise au Labor lors des dernières électionset à rassembler son parti autour d’un tel programme de relance, à négocier correctement l’avenir commercial avec l’Union européenne (le ralentissement européen pourrait inciter la France et L’Allemagne à être plus conciliants) et à obtenir un bon accord avec les États-Unis.

S’il y aura vraisemblablement une perte consécutive due au Brexit, tout l’enjeu, pour le gouvernement, est de soutenir des secteurs d’innovation pour permettre de compenser le déficit subi et d’être capable de mener une politique macroéconomique favorable. Les firmes britanniques devraient vraisemblablement compter sur le soutien apporté à la demande intérieure britannique par les voies budgétaire et monétaire. La prochaine décision de la Banque d’Angleterre (30 janvier) est attendue. Elle sera importante dans cette optique.

Jean-Hervé Lorenzi : Ils parlent assez peu du Royaume-Uni finalement. Ils estiment la croissance à 1,3% sur deux ans puis 1,4% puis 1,5% sur les deux années suivantes mais ils n’ont pas la queue d’une idée en fait ! Personne ne sait ce qu’il va se passer. J’ai fait parti de ceux qui n’ont jamais cru à l’effondrement de la Grande-Bretagne en prévision du Brexit mais je ne crois pas non plus à la rédemption absolue. Ils ont 1,3% de croissance cette année et le plus naturel quand on n’a pas d’idée, c’est de dire qu’ils auront 1,3% l’année prochaine. L’écart avec l’UE est très faible… on parle de dixième alors qu’ils se trompent tout le temps. Ils ont fait des prévisions qui sont des prévisions de débuts d’années qui seront à corriger. Il n’y a aucune raison que la Grande-Bretagne s’effondre, aucune raison que la Grande-Bretagne explose, ni dans un sens ni dans un autre ! Au moment de l’annonce de la sortie, nous avions espéré que Paris devienne la première place financière mondiale après New-York mais cela ne s’est pas passé. Les acteurs se sont plutôt rabattu vers Francfort et surtout Dublin. Il n’y a pas eu de mouvement formidable mais pas non plus de mouvement catastrophique. Les britanniques vont comme toujours trouver une solution pour sortir sans dommage et sans drame, donc je ne pense pas du tout qu’il va y avoir un impact très important du Brexit. Il ne va pas changer la face du monde, et je suis sur que la place financière de Londres va demeurer très importante, mais delà à dire qu’elle va devenir le Hong-Kong ou le Singapour je n’en suis pas sur.

Quelle stratégie la France peut-elle adopter dans ce contexte ? 

Michel Ruimy : Le scénario redouté par les Européens - celui d’un Brexit favorable au Royaume Uni - est désormais possible. Boris Johnson a exclu toute prolongation de la période de transition et il estime qu’un accord commercial complet pourrait être conclu d'ici la fin de l’année… au contraire des dirigeants de l’UE. Cette divergence de points de vue laisse présager un accord partiel, ce qui compromettrait la croissance projetée par le FMI.

En fait, le principal risque qui pèse aujourd’hui sur la croissance britannique est la faible demande (momentanée ?) européenne. Si le marché britannique est fortement dépendant de ses exportations vers l’UE, la zone euro, et principalement l’Allemagne et la France, a un excédent commercial important vis-à-vis du Royaume Uni. Il s’agit d’un client essentiel pour le continent. Dans une telle configuration, il serait dangereux pour l’Union européennede se couper trop sèchement du Royaume Uni sauf à vouloir absolument « punir »ce pays. Dès lors, l’Allemagne et la France ont intérêt à ce que les négociations se déroulentbien, s’ils ne veulent pas fragiliser leur propre croissance.

Plus spécifiquement, dans un contexte où le Royaume-Uni recouvrirait une santé économique et l’Allemagne son dynamisme via des investissements massifs dans les infrastructures et dans le secteur climatique, la France aura un intérêt certain à renforcer ses liens avec ses deux pays pour bénéficier de leur élan.

Jean-Hervé Lorenzi : Je vais vous répondre de manière très brutale : je suis très optimiste sur la France. très optimiste. Cela n’a aucun rapport avec le Brexit. On peut dire que le ralentissement allemand est un  problème car nous sommes très liés avec elle, mais politiquement, pour l’Europe, c’est une bonne chose ! Ils sont moins sur d’avoir raison sur tous les sujets. La France n’est pas non plus dans une période exceptionnelle, on tourne entre 1% et 1,5%. Cela dit, il se trouve deux choses : cette croissance est fondée sur une création d’entreprise très importante. Il y a également une évolution très positive des créations d’emplois. Donc la France, qui est très résiliante par rapport aux évènements qu’elle a connu (ceux-ci vont avoir un impact très marginal sur la croissance française), va connaitre une dynamique positive liée à un pouvoir d’achat qui croit de manière assez forte même si les français pensent l’inverse car les suppressions dont la fin d’une partie de la taxe d’habitation donne beaucoup de pouvoir d’achat. La réalité française, c’est que vu la relative faiblesse de l’épargne, il y a un mouvement qui renforce la mécanique de la création d’emploi. Brexit ou pas Brexit, la France se trouve sur des secteurs d’activité assez porteurs comme le luxe et la défense qui continueront leur expansion quelque soient les deux années qui viennent, les services (environnement, eau, déchets etc…), l’aviation et j’en passe… La croissance française dans le genre, 1,3/1,4 et du genre assez résiliante fondée sur l’emploi et la création d’entreprise. Laissons les prévisions du FMI qui ne nous apportent pas grande chose, et regardons le premier impact des réformes de la fin du mandat de Hollande et celles du gouvernement Macron, quoiqu’on en dise, tout cet impact est globalement positif. 

L’avenir s’annonce donc dynamique pour la France ? 

Michel Ruimy : L’élection de Boris Johnson pourrait avoir un effet en Europe. En effet, il va se retrouver en capacité d’agir sur tous les leviers. La liberté politique dont il va disposer, si celle-ci se matérialise par des résultats économiques et un apaisement politique, pourrait avoir un effet sur les autres dirigeants européens. 

Il n’en demeure pas moins que s’il n’existe pas de risque immédiat, car le niveau actuellement bas des taux d'intérêt suggère qu'une dette plus élevée peut être soutenable, le niveau élevé de la dette n'offre guère de quiétude. Notre pays dispose de peu de marge de manœuvre en cas de crise. Il est nécessaire de procéder à un effort budgétaire structurel ambitieux afin de placer la dette sur une trajectoire ferme à la baisse… sans oublier, malgré tout, que la crise au sein des pays de l’Union européenne est très profonde (pauvreté, quête d'identité, qualité de vie en baisse).

Jean-Hervé Lorenzi : Je suis convaincu que les dix années qui viennent seront des années françaises. La Grande-Bretagne restera toujours dynamique mais sera en dehors et l’Allemagne n’est pas aussi vive qu’auparavant. La variable clef de la croissance des pays est aux dividendes démographiques, à condition qu’il y ait une capacité d’embauche. Sur ce plan là, les chiffres nous disent bien mieux placé que l’Allemagne très plombée par des secteurs comme le commerce mondial (dont elle est le principal bénéficiaire) ou le secteur mécanique qui n’est pas des plus porteurs, et tout nous conduit vers une situation de rééquilibrage des économies des deux pays. Il y a une espèce de convergence des deux économies et elles se croiseront lorsque les populations se croiseront c’est à dire dans une dizaine d’années. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 22/01/2020 - 14:27
économie anglaise
ce Monsieur Lorenzi que j écoutais dans Cdans l air ( j ai arrêté de regarder cette émission qui est devenu nulle) avait la haine du Brexit et promettait aux anglais une catastrophe et même leur souhaitait pour donner un exemple aux autres pays européens historique et maintenant je le lis
eh bien je me marre car franchement comme retournement de veste il a la médaille d or