En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 43 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 24 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 11 heures 55 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 15 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 14 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 29 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 41 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 33 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 13 heures 53 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 37 min
© DR
© DR
Poumons en danger

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

Publié le 21 janvier 2020
Depuis début janvier, une maladie venue d'une nouvelle souche de coronavirus se diffuse en Chine. Elle a causé la mort de trois personnes en dégénérant en un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). La possibilité d'une contagion entre humains est désormais prise de plus en plus au sérieux, et inquiète.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis début janvier, une maladie venue d'une nouvelle souche de coronavirus se diffuse en Chine. Elle a causé la mort de trois personnes en dégénérant en un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). La possibilité d'une contagion entre humains est désormais prise de plus en plus au sérieux, et inquiète.

Atlantico : Le fait que cette souche de coronavirus touche les poumons doit-il inquiéter ? Les virus pulmonaires sont-ils plus graves que les autres ?

Stéphane Gayet : Dans le corps humain, on distingue les organes nobles ou vitaux, des organes communs ou non vraiment vitaux. Les organes nobles sont le cœur, le cerveau, les poumons, le foie et les reins. Ces cinq organes (plus exactement sept puisque deux sont doubles) sont bien sûr indispensables à la vie. Ils consomment beaucoup d’oxygène et de glucose. Quand ils sont le siège d’une infection, celle-ci peut évoluer de façon grave et même aboutir à la mort. Heureusement, ces organes nobles se défendent assez bien contre les infections, à part les poumons qui sont particulièrement exposés, du fait de leur fonction (ils sont alimentés par de grandes quantités d’air inspiré qui véhicule beaucoup d’éléments étrangers), et qui sont relativement fragiles, si on les compare par exemple au foie et aux reins.

Qu’elles soient virales ou bactériennes, les infections pulmonaires peuvent toujours entraîner le décès. C’est dû au fait que le tissu pulmonaire (le parenchyme) est tendre et très vascularisé, ce qui explique qu’une infection puisse progresser très rapidement ; et au fait que, lorsque les deux poumons sont atteints par une infection, l’appareil respiratoire peut très vite se trouver en état de défaillance, ne parvenant plus à oxygéner suffisamment le corps (insuffisance respiratoire aiguë), et dans ce cas tout le corps est en état de souffrance, ce qui l’empêche de reprendre le dessus sur l’infection.

Les pneumonies à pneumocoque, à staphylocoque, à klebsielle, à chlamydophila, à légionelle, la tuberculose pulmonaire, la fièvre Q, la peste pulmonaire sont des pneumonies bactériennes qui peuvent tuer. Les pneumonies grippale, rougeoleuse, varicelleuse, à coronavirus… sont elles aussi potentiellement mortelles. Et il n’est pas exceptionnel qu’une personne meure d’une pneumonie infectieuse sans que l’on ne parvienne à en identifier l’agent infectieux.

Donc, toute pneumonie virale sévère est inquiétante, car elle peut devenir « maligne », alors que bien sûr les antibiotiques sont sans action aucune (si le virus grippal est en cause, l'oseltamivir, TAMIFLU, et le zanamivir, RELENZA, n'agissent que les tout premiers jours de la grippe, donc bien avant le début de la pneumonie qui ne leur est donc plus sensible).

Plusieurs éléments rassurants ont été d'abord mis en avant par le gouvernement chinois, comme une faible transmission entre humains. La maladie pourrait-elle devenir plus contagieuse ? Via quel processus ?

Les précédents foyers épidémiques d'infection pulmonaire humaine à coronavirus provenaient d'un réservoir animal, car il s'agissait de souches virales animales. Ces virus animaux avaient réussi à franchir la barrière d'espèce qui les séparait de l'espèce humaine, à la faveur de contacts étroits entre l'animal (réservoir de virus) et l'être humain.

Cette fois-ci, il semble bien s'agir du même phénomène, ce qui rend compte de la faible contagiosité pour l'Homme : d'une part, l'être humain ne se contamine pas facilement à partir de l'animal, et d'autre part, la transmission interhumaine est relativement faible, en comparaison des virus grippaux et para-grippaux qui se transmettent très facilement.

Les Coronavirus sont des virus à ARN enveloppés. C'est également le cas des virus grippaux, mais leur famille, c'est-à-dire celle des Orthomyxovirus, est très éloignée de celle des Coronavirus. Les Influenzavirus (les virus grippaux) ont un génome segmenté, ce qui explique qu'ils puissent se modifier assez facilement, d'où leur dangerosité. De cet éloignement et cette différence résulte que la possibilité d'une hybridation accidentelle entre un Coronavirus et un Influenzavirus est improbable.

Toutefois, bien qu'il ne soit pas segmenté, le génome à ARN des Coronavirus est quand même doué d'une grande plasticité, ce qui explique les sauts d'espèce tels que celui en cause dans ces foyers épidémiques de syndrome respiratoire aigu sévère ou SRAS à coronavirus. Sachant qu'il existe des coronavirus humains très contagieux (alpha coronavirus), responsables de rhumes et de rhino-pharyngites aiguës virales, on pourrait imaginer que les virus du SRAS (les SRAS-CoV qui sont des bêta coronavirus) voient leur génome se modifier, en acquérant les gènes des coronavirus humains et permettant de ce fait que l'infection de l'être humain puisse s'effectuer facilement (ils deviendraient alors de vrais virus respiratoires humains).

Cette hypothèse est plausible, mais on ne sait pas très bien quelles circonstances pourraient permettre sa réalisation.

Quelles seraient les conséquences d'une mutation en ce sens ?

Dans l'hypothèse où une ou plusieurs souches de virus SRAS-CoV deviendrait une vraie souche humaine, c'est-à-dire avec une affinité d'espèce pour l'Homme, on pourrait s'attendre à des épidémies meurtrières d'infection pulmonaire virale. Et cela d'autant plus que l'on ne possède pas d'antiviral efficacel sur ces virus, ni du reste de vaccin (vaccin qu'il serait bien sûr toujours possible de développer, mais en combien de temps et avec quelle efficacité et quel coût ?).

Ainsi, malgré le caractère limité de ce nouveau foyer épidémique d'infection respiratoire aiguë sévère à coronavirus et en dépit de sa faible contagiosité humaine actuelle, on peut tout de même avoir quelques inquiétudes. La vigilance sanitaire est activée et cet épisode est très observé et étudié, tant par la Chine que par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 23/01/2020 - 00:47
Le virus foudroyant
Diable, les nouvelles ignorent l'informatique ! En lisant une source locale, j'en suis déjà à 17 morts ! Pas du tout réjouissant votre virus. Bon, on a connu tout un bataclan à l'aéroport contre le précédent SRAS : l'expérience est acquise, c'est rodé. Ce qui est nouveau, c'est que les Chinois mettent au goût du jour la bonne vieille quarantaine ! Ici aussi on connaît.... plutôt on connaissait, car le lieu choisi a disparu sous la modernité. Et il est vrai qu'elle n'avait guère été efficace.... C'était contre la rougeole, qui avait alors ratiboisé la population. Que le ciel ne tombe pas sur la tête, par Toutatis !