En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 5 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 43 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 22 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 30 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

Publié le 18 janvier 2020
Malik Bezouh publie "Ils ont trahi Allah" aux éditions de l’Observatoire. En réponse aux tabous mortifères qui gangrènent et condamnent la religion musulmane à terme, Malik Bezouh prône une "théologie islamique de la libération". Aujourd'hui, l'islam est à la croisée des chemins. Extrait 1/2.
Malik Bezouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh est président de l'association Mémoire et Renaissance, qui travaille à une meilleure connaissance de l'histoire de France à des fins intégrationnistes. Il est l'auteur des livres Crise de la conscience arabo-musulmane, pour la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malik Bezouh publie "Ils ont trahi Allah" aux éditions de l’Observatoire. En réponse aux tabous mortifères qui gangrènent et condamnent la religion musulmane à terme, Malik Bezouh prône une "théologie islamique de la libération". Aujourd'hui, l'islam est à la croisée des chemins. Extrait 1/2.

Au printemps 2019, je découvre, dans la presse, l’effarante déclaration d’Ahmed el‑Tayeb, recteur de l’université islamique Al‑Azhar, gardienne de l’orthodoxie sunnite, stipulant que tout croyant a le droit de corriger sa femme si celle‑ci se montre désobéissante sous réserve qu’il ne lui brise pas les os (« Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite –  entretien avec Bernard Godard », https://www.atlantico.fr/decryptage/3574172/justification-des-violences-contre-les-femmes-les-etonnants-propos-de-l-imam-de-l-universite-la-plus-prestigieuse-du-monde-sunnite-bernard-godard). Quel terrifiant permis de battre ! Surtout lorsque l’on sait que « les mâles sont le sexe le plus belliqueux dans la quasi‑totalité des espèces de mammifères ». L’homme qui lève la main sur celle qui partage son existence ne vise qu’une et une seule chose : dominer. Son leitmotiv pourrait donc se résumer à cette formule : « Je domine, donc je suis. » Car son manque de confiance maladif le pousse  inexorablement à rabaisser la femme dans l’espoir, inconscient, de se valoriser. C’est ce que résume le psychiatre Jacques Louvrier : « Les conjoints violents ressentent souvent une profonde insécurité psychique. Dans leur logique, violenter l’autre est une manière de reprendre le contrôle dans un contexte de grande précarité identitaire. Un écart de diplôme, de statut social ou de revenu peut être perçu comme susceptible d’accentuer encore leur manque de confiance en eux. » 

La psychothérapeute Marie‑France Hirigoyen abonde dans ce sens :

On ne peut pas parler de violence physique sans parler de violence psychologique car il existe un continuum entre les deux. Quand un homme frappe sa femme, son but n’est pas de lui mettre un œil au beurre noir mais de lui faire peur afin de la soumettre et de garder le pouvoir. L’enjeu de la violence, c’est toujours la domination. La plupart du temps, la violence physique n’intervient que si la femme résiste au contrôle et à la violence psychologique.

Le besoin d’établir un rapport de subordination de la femme à l’homme… c’est là l’une des facettes du trouble « gynépathique » qui, lorsqu’il atteint un point culminant, doit être impérieusement satisfait par ledit gynépathe. D’où l’explosion de violences :

L’agressivité vient servir la cause du processus de domination conjugale en ce que les comportements adoptés le sont intentionnellement dans le but spécifique d’obtenir du pouvoir sur l’autre et le contraindre. On parlera d’instrumentalisation de l’agressivité ou d’agressivité instrumentale. Dans le cas du conflit, l’agression qui apparaît est davantage expressive, la colère et/ou la frustration créent une tension, une charge, qui une fois devenue insupportable éclate et s’exprime sous forme d’agression (verbale ou psychologique).

Ce qui est dramatique, c’est que la religion serve de justification à cet épanchement d’agressivité morbide. D’ailleurs, c’est certainement une lecture ultra‑littéraliste et non distanciée du verset 34 de la sourate 4, « Les femmes », infantilisant « la femme mariée [mise] en pénitence », qui a permis à l’autorité suprême de l’Université islamique égyptienne d’entériner la jurisprudence autorisant les hommes à rosser leur conjointe :

Les hommes ont la charge et la direction des femmes en raison des avantages que Dieu leur a accordés sur elles, et en raison aussi des dépenses qu’ils effectuent pour assurer leur entretien. En revanche, les épouses vertueuses demeurent toujours fidèles à leur mari pendant leur absence et préservent leur honneur, conformément à l’ordre que Dieu a prescrit. Pour celles qui se montrent insubordonnées, commencez par les exhorter, puis ignorez‑les dans votre lit conjugal et, si c’est nécessaire, corrigez‑les.

L’on peut regretter que les doctes de l’islam, du moins ceux d’Al‑Azhar, ne tiennent pas compte de l’évolution prodigieuse des sociétés modernes dans lesquelles les femmes sont de plus en plus auto‑ nomes. Ne sont‑elles pas médecins, chercheuses, sociologues, artistes, chirurgiennes, avocates, juges, ministres ou encore chefs d’État ? Ce temps où l’homme veillait aux « dépenses » de la maison n’est plus. Ne convient‑il pas donc de lire ce passage coranique de manière plus contextualisée ? Autre gêne découlant d’une appréciation dogmatique de ce verset, la prétendue supériorité des hommes « en raison des avantages que Dieu leur a accordés sur [les femmes] ». L’exégète classique du IXe siècle, Le titanesque Al‑Tabari, va jeter les bases d’une théologie de l’infériorité du sexe féminin. Deux siècles plus tard, des réflexions religieuses, prolongeant celle d’Al‑Tabari, mettront en avant la carence morale des femmes, dont la raison serait déficiente. Puis, au XIIIe siècle, un fragment de la sunna est utilisé par des doctes musulmans pour consacrer définitivement l’insubordination de la femme à l’homme. Il s’agit d’un hadith suprêmement douteux car rapporté, au VIIe siècle, par un calomniateur, Abou Bakrata : « Ne connaîtra jamais la prospérité le peuple qui confie ses affaires à une femme. » 

Faisant fi de son caractère apocryphe, des traditionnistes – et non des moindres – vont consolider, au fil du temps, cette vision dévalorisante de la femme que l’on pense émotive, fragile, impulsive, légère, déraisonnable et dont la fonction principale, selon un ordre prétendu divin, serait de s’occuper de son foyer, c’est‑à‑dire d’enfanter et de contenter son mari à qui elle doit obéissance. Plus problématique encore, beaucoup d’exégètes seront d’avis que le jugement de la femme est à prendre avec circonspection puisque, selon l’interprétation qu’ils font du verset coranique suivant, la fiabilité d’un témoignage émis par un homme est deux fois plus grande que celle émanant d’un témoin de sexe féminin : « Ô croyants ! Lorsque vous contractez une dette à terme consignez‑la par écrit […], choisissez deux témoins parmi vous de sexe masculin ou, à défaut, un homme et deux femmes parmi les personnes présentant les qualités requises d’honorabilité, en sorte que si l’une oublie un détail, l’autre [femme] sera là pour le lui rappeler. » 

Il n’en fallait pas plus pour inférioriser la gent féminine ! Rendue invisible par un voile contraignant, répudiable à merci, « polygamable », la musulmane a donc fait les frais du triomphe du littéralisme coranique, couplé à une sunna dont certains pans, désuets aujourd’hui, sont liberticides. Pourtant des femmes, aux premiers temps de l’islam, ont levé haut l’étendard de la résistance « féministe ». L’on songe, entre autres, à l’homérique Sukayna, arrière‑petite‑ fille du prophète Mohamed et petite‑fille de son gendre et cousin Ali. Éclairée, téméraire, éprise de liberté, anticonformiste, indépendante, cette épicurienne, férue de poésie, refusa hardiment de se voiler et d’être sous la férule de son mari… 

Face au théo-conservatisme ambiant, et pour prolonger le juste combat de l’héroïque Sukayna et des femmes qui, en ce moment même, au prix de leur sécurité, voire de leur vie, s’efforcent d’implanter les ferments du libre choix dans les sociétés musulmanes, il est pertinent, comme pour l’homosexualité, de confronter les opinions des juristes de l’islam aux données scientifiques. Rien de tel pour défaire l’os‑ sature d’un système de représentations singulières de la femme ! Formant une masse compacte de stéréotypes, celle‑ci, siècle après siècle, s’est nichée dans les plis et replis de l’imaginaire islamique masculin ; et ce au grand désarroi de nombreuses musulmanes sommées de rentrer dans le moule étroit, étriqué, oppressant de l’islamo‑patriarcat… 

Pour commencer, cet hommage aux femmes en rappelant que les gènes de l’intelligence – contenus dans le chromosome X – se transmettent aux enfants par le biais de leur mère. Peut‑on en conclure que l’humanité est redevable de son « intelligence au sexe féminin » ? Voici la réponse du généticien Horst Hameister de l’université d’Ulm : « Il semble […] que nous devions notre intelligence à des femmes ayant peuplé l’Afrique il y a plusieurs millions d’an‑ nées, et qui ont commencé à choisir leur partenaire partiellement en fonction de leurs capacités intellectuelles. » 

Il en résulte que les femmes sont aussi intelligentes que les hommes. Fait largement corroboré par les diverses campagnes de mesures du quotient intellectuel et que confirme Aljoscha Neubauer, professeur à l’Institut de psychologie de l’université Karl‑Franzens, en Autriche :

En matière de quotient intellectuel reflétant des performances cognitives, la plupart des études ne révèlent aucune différence entre les hommes et les femmes. Afin d’éviter les discriminations, les tests d’intelligence sont construits de façon à éviter tout artefact lié au sexe. S’il semble exister, statistiquement, des différences entre hommes et femmes dans des domaines particuliers, elles sont trop ténues pour que l’on puisse attribuer des facultés particulières à une personne en fonction de son sexe uniquement.

Dès lors, au nom de quoi une femme musulmane ne pourrait pas briguer un mandat de chef d’État et veiller, par là même, aux destinées de son pays ? Sait‑on, au surplus, que les femmes sont de meilleurs chefs d’entreprise que les hommes ? Intelligence et capacité entrepreneuriale aussi fortes, sinon plus que celles des hommes… Voilà qui porte un coup fatal aux idées reçues et stéréotypées ainsi qu’à leurs vecteurs, c’est‑à‑dire ceux qui, hadiths à l’appui, vocifèrent contre l’accession des femmes au pouvoir… 

Continuons avec l’expertise de Serge Ciccotti, chercheur en psychologie à l’université de Bretagne‑Sud, qui discrédite le discours des fondamentalistes musulmans considérant que le témoignage d’un homme vaut celui de deux femmes. En effet. Pour ce scientifique, les femmes ont une plus grande faculté que les hommes à mémoriser une scène de la vie quotidienne, y compris dans ses détails, parce qu’elles ont tendance à porter une plus grande attention à leur environnement social. Quant à la prétendue fragilité de la femme s’abritant sous l’aile protectrice de l’homme fort et dominant, il est bon de faire part des observations de Mariana Alonso, neuroscientifique au laboratoire perception et mémoire de l’Institut Pasteur : « Plus généralement, on sait que la proportion de troubles neuropsychiatriques et d’apprentissage d’origine développementale est plus élevée chez les hommes et que les taux de maladies neurodégénératives liées au vieillissement et de certains troubles mentaux, comme la dépression, sont plus élevés chez les femmes ». 

Complétons cette description, loin d’être exhaustive, des différences homme/femme par cette douloureuse donnée : « La très grande différence entre les sexes […] Partout, les femmes se suicident beaucoup moins que les hommes. » « Fragilité » quand tu nous tiens… 

Bien évidemment, l’homme et la femme ne sont pas semblables. Pour Larry Cahill, neurobiologiste à l’université de Californie, entre le cerveau féminin et le cerveau masculin, des différences « anatomiques et fonctionnelles » semblent attestées. Et ces variations qui impactent « le langage, la mémoire, la vision, les émotions, l’audition et le repérage spatial […] ont des conséquences au plan cognitif ». Mais rien, absolument rien, ne saurait justifier une hiérarchisation des sexes, des discriminations et une mise à l’écart de la femme sous prétexte que des hadiths, équivoques, et autres versets coraniques, phallocratement interprétés, le suggèrent. C’est faire insulte à la création de Dieu que d’agir ainsi car, ce faisant, l’on bafoue le plus cher des principes de la religion musulmane : celui de justice. Et concernant spécifiquement les rapports entre les sexes, il faut tendre vers la notion, toute coranique, de complémentarité. Un objectif que poursuivrait certainement Élisabeth Pacherie, chargée de recherche au CNRS, pour qui « la véritable maturité morale réside dans la découverte de la complémentarité ».

Extrait du livre de Malik Bezouh, "Ils ont trahi Allah", publié aux éditions de l’Observatoire

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 18/01/2020 - 20:03
Vision occidentalisée de l'Islam
Il y a un certain nombres d'écrivains musulmans qui essayent d'imposer une vision idéalisée et occidentalisée d'un Islam qui serait fondamentalement tolérant, mais instrumentalisé par des intégristes qui n'auraient pas compris le Coran. On peut s'interroger sur les objectifs d'un tel discours; s'agit-il de dénoncer une dérive ou est-il destiné à dédouaner l'Islam des innombrables crimes qu'il inspire aux yeux des "progressistes" occidentaux ? Le fait est que les sourates et les versets du Coran ne laissent pas le moindre doute quant à leur interprétation, contrairement à ce qu'essaye de nous faire croire l'auteur. Les appels à la violence et la domination sont constants, notamment contre les non-musulmans, les femmes ou les musulmans qui apostasient. La violence est inhérente au message islamique, comme le montrent les faits.