En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 15 heures 30 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 21 heures 47 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 22 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 22 heures 34 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 15 heures 57 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 21 heures 23 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 21 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 22 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 22 heures 34 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Soupapes de sécurité ?

Addiction à la polémique : stop à la confusion entre paroles privées et actes publics

Publié le 15 janvier 2020
Des médecins appartenant à un groupe Facebook fermé auraient tenu des propos méprisants vis-à-vis de leurs patients. Y-a-t-il vraiment de quoi mobiliser l’attention du ministre de la santé comme l’a fait Agnès Buzyn ?
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des médecins appartenant à un groupe Facebook fermé auraient tenu des propos méprisants vis-à-vis de leurs patients. Y-a-t-il vraiment de quoi mobiliser l’attention du ministre de la santé comme l’a fait Agnès Buzyn ?

Atlantico.fr : Un groupe Facebook regroupant 11 000 médecins fait polémique depuis plusieurs jours. Les échanges, paraît-il, contiennent des propos injurieux et moqueurs à l ‘égard des malades. Interrogée sur ce groupe, la ministre de la Santé a dénoncé une "dérive". 

Aussi choquants qu'ils peuvent l'être, ces propos appartiennent à la sphère privée et ne  sont pas destinés à être rendus publics. D'où vient cette façon qu’ont  les politiques de s'immiscer dans la sphère privée et de la cadenasser ?

Bertrand Vergely : La politique s’occupe de plus en plus des affaires privées. Elle intervient de plus en plus à propos de ce que l’on a le droit de dire ou de ne pas dire. De plus en plus enfin, un certain nombre d’affaires qui, normalement, devraient se régler à l’amiable, se judiciarisent en donnant lieu à des procès. Cette inflation d’interventions politiques, morales et judiciaires  est le résultat de la rencontre de quatre éléments. 

Nous vivons dans un monde qui n’est plus régi par une morale commune que des institutions comme l’Église ou l’État ont pour charge de transmettre à travers la paroisse ou l’école. Résultat : la société ne pouvant vivre sans morale, le politique est obligé d’intervenir afin de ramener un peu d’ordre. Ce qui est un paradoxe. Par définition, l’État moderne ne s’occupe pas de morale,  celle-ci relevant du choix personnel ainsi que de la transmission privée. Si la société moderne entend être une communauté de droits, elle n’entend pas être une communauté morale, la valeur de la morale reposant sur le fait que celle-ci doit être un choix personnel et responsable. Or, que voit-on ? La société étant incapable de se régler elle-même, le politique est obligé de « faire la morale ». 

Par ailleurs, la société contemporaine est victime de ce qu’elle a elle-même semé.  Elle a voulu devenir une société de communication et de liberté d’expression sans jamais enseigner ce qu’est la liberté et quels devoirs elle implique à côté des droits qu’elle donne. Souvenons nous qu’à l’occasion des attentats du Bataclan à Paris en 2015, il a été rappelé haut et fort que la liberté d’expression est le fondement de la République, cette liberté comportant le droit au blasphème.  On voulait une liberté d’expression totale. On l’a. Sauf qu’un imprévu de taille auquel on n’avait pas pensé est apparu : quand la liberté d’expression devient totale, ce n’est pas la liberté qui triomphe, mais la violence, la vulgarité et la haine. D’où un deuxième paradoxe : on assiste au retour de la censure, seul moyen de calmer les esprits.

Troisième élément, l’abus du « pas de dérapage ».  Dans le même temps où la violence verbale se déchaîne, nous assistons non plus à la montée mais à l’installation d’une police de la pensée et du langage. Primitivement pensée comme un moyen de lutter contre l’antisémitisme et le racisme, le « pas de dérapage » est devenu aujourd’hui folie en passant de « pas de dérapage » à « zéro dérapage ». Résultat : on ne lutte plus contre l’antisémitisme et le racisme. On chasse l’antisémite et le raciste en allant au besoin le créer au cas où on n’arriverait pas à le débusquer. La politique devrait normalement être une affaire d’idées. Elle n’est plus une affaire d’idées, mais de petites phrases, les medias et les réseaux sociaux ayant l’art de transformer des phrases en « petites phrases » et des « petites phrases » en affaires d’État. 

Enfin, il y a la mutation de la société et de la politique en société et en politique de contrôle. Nous vivons aujourd’hui la mise en place d’un gigantesque dispositif de contrôle à l’échelle planétaire. Sans leur demander leur avis, les grands moteurs de recherche collectent tout ce qui se fait sur ordinateur. En Chine, la population est surveillée et notée grâce à des millions de caméras. Cette façon de surveiller qui se pratique techniquement à l’échelle mondiale, se pratique mentalement dans la vie quotidienne, tout le monde se mettant à surveiller tout le monde en filmant, en diffusant, en dénonçant.  Des médecins se défoulent à propos de leurs malades sur Face Book et la ministre de la santé en personne intervient en qualifiant ce défoulement de dérive. On a là un contré de la mutation qui est en train de se produire : violence de la liberté d’expression totale et surveillance politique croissante des pensées et des mots. 

Cette affaire ne dénote-t-elle pas d'une incapacité à faire la différence entre des propos tenus et la réalité, entre la parole et les actes ? 

En 1955, un linguiste américain Austin a publié un livre qui a eu un grand retentissement intellectuel Quand dire c’est faire. Dans ce livre, il a montré comment certains mots ont un véritable pouvoir d’action. En appelant ce pouvoir du nom de performatif.  Pour Serge Tchakotine, toute la propagande repose sur le pouvoir d’action du langage, pour Lacan toute la psyché humaine également, enfin pour  Levi Strauss, la société est entièrement régie par des relations de langage. Aujourd’hui, la relation entre langage et action est au cœur de toutes les stratégies publicitaires et commerciales. Elle est également au cœur des stratégies politiques et notamment du féminisme américain. Ainsi, aux Etats-Unis toute la théorie du genre repose sur la volonté d’éliminer du langage et de la pensée des formules comme « Sois viril » ou bien encore « Sois féminine »,  formules considérées comme des « injonctions performatives » intolérables à interdire d’urgence Dans ce contexte, ne nous étonnons pas qu’il y ait une confusion entre action et langage. Les mots étant ce qui fait agir les esprits, on ne cesse de s’en servir pour faire consommer, adhérer, aimer et détester. Des médecins se défoulent à propos de leurs malades. Immédiatement, ce qu’ont dit les médecins devient une occasion pour les réseaux d’acquérir du pouvoir en dénonçant et pour le politique d’apparaître comme un arbitre pacifiant la société. 

Si on contrôle tout et de plus en plus, comment la société va-t-elle pouvoir s’exprimer ?  Le politiquement correct qui la prend en mains n’est-il pas en train de la faire imploser ? 

Le défoulement ne va pas disparaître. Il va être organisé par le politique. Pour reprendre un mot à la mode, il va être « encadré ». Le processus totalitaire qui est en train de s’emparer de la planète entière à travers les géants de l’informatique, les réseaux sociaux et la surveillance généralisée de l’espace grâce à un réseau de caméras et de satellites est tel que l’on n’arrivera pas à le stopper. Dans ce système, n’ayons crainte, le défoulement débile et grossier existera toujours  et se portera très bien. Ne désespérons pas toutefois. Il y a une chose à laquelle ce système n’a pas songé. Il n’y a pas que la bêtise et la débilité pour se défouler. Il y a l’intelligence, la concentration, la tenue intérieure Procurant une joie profonde, cette intelligence, cette concentration, cette tenue, font mieux que défouler. Elles libèrent. Elles délivrent. Quand il aura affaire à cette liberté, le système totalitaire se retrouvera bien bête avec son système de surveillance désormais totalement inutile et l’humanité se trouvera débarrassée en un seul tenant ee la bêtise collective et de la folle surveillance du pouvoir politique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 15/01/2020 - 17:22
Vous êtes bien dur avec cette pauvre Madame Buzin!
Interdire au Macronistan à un ministre de faire du buzz, c'est le condamner à la mort lente. Il faut bien qu'il s'occupe. Que voulez-vous qu'il fasse d'autre entre les décisions qui sont prises ailleurs et des clients exaspérés devant leur impuissance. Et Tchakotine, Lacan et Levi Strauss n'y pourront rien.
Gpo
- 15/01/2020 - 14:07
censure pour certains
laxisme pour d'autres..selon votre bord politique, vous serez sanctionné ou pas(cf Taubira la menteuse et mur des cons)