En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 6 heures 38 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 9 heures 58 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 13 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 17 heures 40 sec
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 18 heures 4 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 18 heures 37 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 19 heures 18 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 7 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 13 heures 10 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 13 heures 56 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 14 heures 51 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 19 heures 37 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Bonnes feuilles

Les mille et un visages du libéralisme politique expliqués à la jeunesse

Publié le 02 janvier 2020
Alain Policar publie "Le libéralisme politique expliqué aux jeunes gens" aux éditions Le Bord de l’eau. Dans cet ouvrage, il dénonce les idées reçues sur le libéralisme politique. Contrairement à de nombreux auteurs, Alain Policar refuse de se plier à l'injonction de ne pas séparer le libéralisme politique du libéralisme économique. Extrait 1/2.
Agrégé de sciences sociales, docteur en science politique (IEP de Paris), Alain Policar a accompli l'essentiel de sa carrière à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges. Il est actuellement chercheur associé au Centre de recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Policar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agrégé de sciences sociales, docteur en science politique (IEP de Paris), Alain Policar a accompli l'essentiel de sa carrière à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges. Il est actuellement chercheur associé au Centre de recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Policar publie "Le libéralisme politique expliqué aux jeunes gens" aux éditions Le Bord de l’eau. Dans cet ouvrage, il dénonce les idées reçues sur le libéralisme politique. Contrairement à de nombreux auteurs, Alain Policar refuse de se plier à l'injonction de ne pas séparer le libéralisme politique du libéralisme économique. Extrait 1/2.

J’ai appris au lycée que les libéraux défendaient la liberté contre toutes sortes de pouvoirs. On a l’impression aujourd’hui qu’ils ne la défendent qu’au profit des plus forts. Peux-tu rendre les choses un peu plus claires ? 

Je vais essayer. Il faut en premier lieu noter le refus assez généralisé de distinguer, notamment en France, le libéralisme politique du libéralisme économique. En langue italienne, entre liberismo (en français libérisme), qui désigne le libéralisme économique, et liberalismo, qui signifie libéralisme politique, la distinction est particulièrement claire. Bien entendu, il est possible d’être à la fois un libéral sur le plan économique et sur le plan politique. Certains auteurs pensent même que l’on ne peut légitimement dissocier les deux. Mais c’est l’observation de la réalité, celle du passé comme celle du présent, qui autorise la dissociation. 

Le libéralisme politique est fondé sur la préservation des libertés individuelles, l’expression des droits politiques, le pluralisme et la limitation réciproque des pouvoirs, alors que le libéralisme économique considère la régulation par le marché comme ultime horizon d’un fonctionnement libre. C’est précisément ce lien nécessaire entre l’économie de marché et le libéralisme politique qui doit être dénoué afin de permettre à la gauche de se réapproprier les ressources intellectuelles de la philosophie libérale. 

Je ne suis pas certaine que ton explication permette de comprendre pourquoi le mot est très souvent utilisé comme un repoussoir. Il ne devrait pas être très difficile d’admettre que les libéraux visent à protéger les libertés individuelles et non à les restreindre. 

C’est tout à fait vrai. Mais il existe une telle diversité de courants parmi les libéraux politiques qu’il n’est guère difficile de trouver des exemples d’auteurs qui, s’en réclamant, ont pris des engagements politiques non seulement différents, mais opposés. Comment distinguer les revendications légitimes de celles qui, à nos yeux, le sont moins ? Dans nos entretiens, j’exprimerai donc un parti pris ou, pour le dire autrement, des préférences à propos de ce que le libéralisme politique doit impérativement prendre en compte s’il se veut fidèle, à la fois, à ses engagements originels et aux réalités de notre temps. 

Partons de cette méfiance généralisée, voire de cette condamnation sans procès du libéralisme. L’une de ses raisons est probablement le fait qu’il est avant tout une représentation intellectuelle, une vision du monde. Ses aspects politiques et économiques, au fond, ne sont que des élaborations du libéralisme philosophique. C’est important de souligner ce point parce que la philosophie libérale a subi les assauts de courants de pensée qui rejetaient ses fondements mêmes, ceux que l’on a nommé les « penseurs du soupçon ». 

Alors, là, tu nous égares. Que faut-il entendre par « penseurs du soupçon » ? 

Nous avons connu une époque, pas si lointaine (les années 1970) et qui, à de nombreux égards, dure encore (même si son influence est moindre), durant laquelle on privilégiait dans l’explication du comportement des individus des explications « souterraines ». Il ne fallait pas se fier aux explications que nous donnions pour éclairer nos actes, mais il fallait, au contraire, ne pas se laisser duper par les apparences (notez bien que cette attitude donne le sentiment à celui qui l’adopte d’échapper à l’aveuglement de ses contemporains). On savait bien, contrairement aux naïfs, que des forces obscures dictent nos actions. On n’accordait alors qu’une place limitée aux contingences, aux zones d’incertitude. 

Ces penseurs du soupçon (disons quelques-uns des héritiers de Nietzsche, mais aussi de Marx et de Freud) étaient rejoints par ceux qui défendent l’idée que la science doit s’en tenir à l’observable et donc ignorer les états de conscience individuels. Nous n’étions plus que les produits de notre conditionnement culturel. Tout cela s’oppose frontalement à la philosophie libérale qui voit dans la raison, propriété fondamentale de l’homme, ce qui nous permet de nous hisser au-dessus de nos appartenances socioculturelles. 

Mais cela suffit-il à expliquer la condamnation du libéralisme ? 

Non, bien sûr. Il existe également une autre piste explicative. On peut la trouver dans la tension entre démocratie et libéralisme. En effet, dans une société démocratique, les individus vouent un véritable culte à l’égalité, qui constitue une passion dominante, comme l’avait souligné Tocqueville, dès le XIXe siècle. On a fini par croire que toutes les opinions doivent être traitées sur une base égalitaire, voire considérées comme équivalentes. On a ainsi relayé au second plan des idéaux tels que la quête de vérité et l’exigence d’objectivité. 

Et ces idéaux appartiennent à la philosophie libérale ? 

Oui, si l’on comprend, j’en reparlerai, qu’elle est une rupture avec l’ordre institué par la religion, ordre dans lequel vérité et objectivité concernent principalement la théologie. Seule la connaissance de Dieu, de sa véritable nature, est requise. 

J’ajoute un autre élément pour justifier l’insuffisante considération accordée à la pensée libérale. Sous l’influence du marxisme vulgaire, on a en effet donné la préférence aux explications monocausales, c’est-à-dire à l’explication des phénomènes à l’aide d’un seul facteur, au détriment de tous les autres, ce facteur étant très généralement le facteur économique. C’est quelque peu asséchant pour l’intelligence. 

Bon, disons que c’est plus clair désormais. Mais, au fond, tu ne nous dis pas vraiment comment définir le libéralisme. 

Vous avez raison. Je vais essayer, et cette tentative passe par l’histoire. Si le terme date du XIXe siècle, où il désigne une doctrine favorable au développement des libertés, il est largement précédé par la revendication de liberté, présente depuis la Renaissance et la Réforme, et que l’on trouve chez Nicolas Machiavel (1469-1527), chez Thomas Hobbes (1588-1679), même si l’on voit surtout dans ce dernier un défenseur de l’absolutisme, et surtout chez John Locke (1632-1704) ou encore David Hume (1711-1776). La liberté, on le sait, sera la revendication prioritaire de la Révolution française, même si elle laissera une œuvre inachevée en ne donnant pas aux classes défavorisées les moyens de s’organiser. La Révolution exprime une aspiration de liberté politique, commune à l’Europe entière et qui, le plus souvent, se conjugue avec la conquête de la liberté économique. Ce mouvement d’émancipation par rapport aux traditions ne se limite d’ailleurs pas à la sphère politique ou à l’activité économique. On rencontre, par exemple, des protestants ou des catholiques libéraux, ces derniers s’opposant à la tradition monarchique du catholicisme romain. 

Donc, on peut être croyant et libéral ? 

Bien sûr ! La religion est même l’un des rares domaines où le terme de libéral est vécu positivement. Au sein du judaïsme, par exemple, il existe un courant libéral (opposé à orthodoxe) qui est favorable aux conquêtes républicaines, comme la laïcité, qui prône l’égalité entre les sexes, et qui, dans le culte, ne sépare pas femmes et hommes. 

Mais je reviens à l’histoire, c’est toujours nécessaire. Durant les trois premières décennies du XIXe siècle, le libéralisme est le nom donné aux mouvements d’opposition au passéisme et au conservatisme. D’ailleurs libéral est souvent utilisé avec condescendance, notamment par les conservateurs du XIXe siècle, pour désigner l’« homme de progrès », porteur des idées nouvelles. On sait qu’il a gardé une connotation progressiste, voire de gauche, aux États-Unis. C’est ce qui autorise la plupart des commentateurs à considérer le philosophe John Rawls, auteur en 1971 d’un livre fondamental, A Theory of Justice, comme un libéral. 

Au-delà de la diversité spatio-temporelle, le libéral désigne celui qui décèle une égale dignité humaine chez tous les hommes, et qui refuse par conséquent la perpétuation de l’oppression et de la misère. C’est au fond une définition modeste, ce qui éloigne le libéralisme de toute forme de dogme. On peut ajouter, de nombreux auteurs l’ont souligné, que le libéralisme est un système de séparations : entre l’Église et l’État, l’État et la société, ou encore la science et la foi. J’aurai l’occasion de le redire, parce que la liberté ne va pas sans mettre en place ses propres limites.

Extrait du livre d’Alain Policar, "Le libéralisme politique expliqué aux jeunes gens", publié aux éditions Le Bord de l’eau

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 02/01/2020 - 20:47
Définition
" le libéral désigne celui qui décèle une égale dignité humaine chez tous les hommes, et qui refuse par conséquent la perpétuation de l’oppression et de la misère." Déjà il doit avoir une mauvaise vue. Et l'oppression et la misère peuvent aller de paire mais ce n'est forcément lié. Mais si jamais j'admettais cette définition farfelue, je voterais pour qui aux prochaines élections? Parce qu'il ne s'agit pas de nous vanter quelque chose qui n'existe pas. Si on doit rêver on trouvera mieux que cela.