En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 min 34 sec
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 38 min 34 sec
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 1 heure 34 sec
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 1 heure 43 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 2 heures 47 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 16 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 16 heures 42 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 min 46 sec
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 39 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 2 heures 7 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 2 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 16 heures 26 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 17 heures 33 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 18 heures 57 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Bilan des années 2010

Le Brexit : début de la fin de l’Union européenne ?

Publié le 01 janvier 2020
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Bruno Alomar revient sur le Brexit.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Bruno Alomar revient sur le Brexit.

La décision des britanniques de sortir de l’Union européenne (UE) a été l’un des évènements majeurs depuis le début du siècle, au même titre que le 11 septembre 2001 ou la Grande crise financière de 2008.

Evidemment, cet événement, qui plus qu’inattendu restera surtout comme un profond impensé, est porteur de significations profondes, que personne, ou si peu, ont su percevoir. La fin de la mondialisation heureuse, entendue comme la dissolution progressive des frontières et des identités, et, parallèlement, comme l’accroissement des responsabilités confiées aux organisations supranationales, en est une. Le retour du tragique, c’est-à-dire de la politique, avant l’économie, pour lequel Etienne Mantoux plaidait déjà en vain dans sa lumineuse critique d’un JM Keynes (La paix carthaginoise : les conséquences économiques de Monsieur Keynes – 1946) ne regardant le Traité de Versailles qu’au prisme de l’économie, en est une autre.

Il est cependant une réalité à laquelle le Brexit porte un coup particulièrement sévère, et peut être fatal : l’intégration européenne au travers de l’UE.

Disons-le tout net : le Brexit, de prime abord, est une gifle pour l’UE. Cette dernière n’a pas seulement été incapable de le prévoir. Elle n’a eu de cesse d’en nier la réalité, se raccrochant de manière puérile à l’idée selon laquelle les britanniques changeraient d’avis, de sorte que le Brexit n’aurait pas lieu. C’est le contraire qui s’est passé : en dépit des difficultés considérables, de la morgue de l’auto-proclamé « parti de la raison », les britanniques n’ont eu de cesse, quand la parole leur a été rendue (élections européennes et nationales de 2019), de confirmer nettement leur souhait de sortir de l’UE.

Mais le Brexit est sans doute plus que cela : il est peut-être la première étape de la fin de l’UE, pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que le risque est grand que le Brexit réussisse. Par « réussir », faisant fi du fait majeur que la question économique est secondaire par rapport à la question politique, nous n’entendons même pas que le Royaume-Uni ait au cours des années qui viennent des performances économiques significativement meilleures que l’UE, même s’il ne faut pas l’exclure. Il suffirait que le Royaume-Uni ait des performances qui soient comparables à celles de l’eurozone. Car enfin, quel intérêt y aurait-il à poursuivre la construction européenne, s’il ne peut être établi clairement qu’elle apporte un plus à ses membres, de nature à compenser les pertes de souveraineté qu’ils consentent ?

Ensuite, parce que l’UE a montré à l’occasion du Brexit son incapacité à se repenser. C’est un point essentiel insuffisamment relevé. Non seulement les élites européennes n’ont pas cru le Brexit possible en 2016. Elles se sont, de manière assez puérile, devant les difficultés techniques, convaincues que le Brexit n’aurait jamais lieu jusqu’à récemment.  Pire, l’UE n’a à aucun moment procédé à un examen de ses faiblesses pour se demander ce qu’elle avait pu rater. Le Brexit, pour les européens, reste fondamentalement un impensé. Ce faisant, l’UE a largement prouvé qu’elle était un astre mort, c’est-à-dire une organisation sans ressort intellectuel et moral, ne tenant plus que par les procédures juridiques qui sont son squelette.

Enfin, et peut-être surtout, parce que le peuple britannique, l’un des plus intelligents qui soit, a, par cette décision, montré le chemin au pays qui lui ressemble le plus : la France. Ces deux pays, malgré tout ce que les oppose, partagent en effet des traits essentiels. Au-delà de leur population, de leur économie de tailles comparables, ce sont deux puissances culturelles, diplomatiques, nucléaires. Le vrai message du Brexit est le suivant : le Royaume-Uni a trop de génie hérité des siècles pour se dissoudre dans une moyenne européenne qui, fatalement, le rabaisserait. Cette leçon fondamentale est vraie pour la France. Dans ce contexte, si le relèvement de la France doit intervenir, il ne pourra se faire que par la subversion d’élites qui n’en ont plus que le nom mais dont l’une des caractéristiques principales est une fascination puérile car fondée en idéologie et non en raison pour l’UE.

Au total, le Brexit marque sans doute une étape essentielle vers le glissement de l’UE, en tant qu’organisation internationale, vers l’insignifiance, comme l’ONU ou le Conseil de l’Europe avant elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 02/01/2020 - 23:40
Je n adhère pas au travers français qui pense que les autres
Peuples font où sont mieux. La seule chose qu' ont les Anglais de mieux que nous c est qu ils sont à droite ,à droite toute et qu' ils veulent se tirer d une Europe socialiste qui déco.....a plein tube avec sa politisation systématique, du cure dent en bois d arbre bio à la taille des slips petit bateau pour grands où petits mâts ! Pourquoi systématiquement se coltiner un numéro UN bobo gaucho alors qu' ils ne sont pas majoritaires en Europe ?????Et la dernière mouture allemande à tout l air d être méchamment perchée ! Expliquez moi !
À part ça l Europe à énormément d avantages que nous ne voyons même plus sinon lorsque nous voyageons dans des pays moins prospères ,elle représente un énorme marché dont nous profitons tous les jours sans le savoir .
Le gorille
- 02/01/2020 - 21:57
Colonie
Ben... oui ! Je ne puis que vous suivre sur ce constat, evgueniesokolof. J'avais, il y a peu de temps, parlé d'incohérence : colonie est plus juste. Pour ce qui est des 25 langues, puis-je rappeler que la France au début c'était pareil ? On parlait en patois... mais aujourd'hui ce mot, à connotation moderne péjorative, a, semble-t-il, été remplacé par langue. Vernaculaire qui plus est. Je passe sur la liste des adjectifs. Bon, la situation n'est pas tout à fait la même... Aux politiques de mieux réfléchir... serait-ce un truisme insupportable ? L'Allemagne... Cela me rappelle Charlemagne, n'est-il pas ?
SD..
- 02/01/2020 - 20:51
44300
Je viens de regarder où ce trouve le 44300. Eh bien c’est Nantes!!
J’etais bien etonné des contributions de monsieur Pauldu (pas Moldu), maintenant j’ai tout compris: c’est d’une des villes les plus bobo de France, avec comme habitant elu la bas un ancien ministre de l’agriculture surement redevenu prof, le tout arrosé de Gros Plant que viennent ces contributions. Desolé, mais je suis en grand decalage.....