En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 5 heures 57 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 8 heures 59 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 9 heures 50 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 13 heures 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 15 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 16 heures 28 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 17 heures 2 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 6 heures 22 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 9 heures 24 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 12 heures 52 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 13 heures 25 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 14 heures 51 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 15 heures 27 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 16 heures 24 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 16 heures 58 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 17 heures 20 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Intermittente du spectacle

Ambassadrice des Pôles : mais pourquoi s’étonner que Ségolène Royal traite comme un fromage de la République ce qui lui a été confié comme tel ?

Publié le 28 décembre 2019
Ségolène Royal devrait être prochainement convoquée à l'Assemblée nationale pour s'expliquer sur sa fonction d'ambassadrice des Pôles. Ce besoin de toujours "recaser" les élites et de leur distribuer un "fromage de la République" n'est-il pas un mal bien français ?
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ségolène Royal devrait être prochainement convoquée à l'Assemblée nationale pour s'expliquer sur sa fonction d'ambassadrice des Pôles. Ce besoin de toujours "recaser" les élites et de leur distribuer un "fromage de la République" n'est-il pas un mal bien français ?

Atlantico.fr : Ségolène Royal devrait être convoquée incessamment sous peu à l'Assemblée nationale pour rendre compte de sa fonction d'ambassadrice thématique en charge des négociations sur les Pôles. Cette convocation fait suite à plusieurs articles de presse qui avait accusé Ségolène Royal de se servir de ce poste à des fins personnelles. Elle a  aussi annoncé sur RTL qu’elle allait porter plainte pour diffamation suite à la polémique sur son rôle d’ambassadrice des Pôles. L’ancienne candidate à l’élection présidentielle a évoqué une "polémique politicienne" et a précisé qu'on cherchait à la "faire taire".

Ségolène Royal se voit accusée de ne se rendre à aucune réunion du Conseil de l'Arctique. En quoi ces absences répétées ne sont-elles pas aussi étonnantes qu'elles peuvent le sembler ? 

Maxime Tandonnet : Mme Royal n’est pas la seule, loin de là. Nous vivons une époque de contre-sens général sur la définition même de la politique. En principe, elle est, pour l’essentiel, une activité temporaire, au service de l’intérêt général, ou du bien commun. Certes la vocation d’un grand élu national, par le passé, disons jusqu’aux années 1980, a toujours combiné une part de dévouement au pays et de réalisation d’une ambition personnelle. Mais la politique se définissait, au principal, comme le service de la France. Depuis les années 1980, sauf exception, elle a basculé dans une autre logique : l’ultra-narcissisme, si bien défini par Gilles Lipovetski dans « l’ère du vide ». La dimension « service de la nation » a disparu, emportée avec l’idée nationale. Il reste de l’engagement politique – hormis quelques exceptions –  pour l’essentiel, une conception égotique. La plupart des hauts dirigeants ne se conçoivent pas comme étant au service du pays. Mais au contraire, le pays est à leur service. Tout leur est dû, sans aucune limite, ni de mandat, ni d’âge. Les prébendes de la république ne sont pas vécues pour l’essentiel comme des missions impliquant des corvées désagréables telle la participation à des réunions. Elles servent tout normalement à combler un désir de reconnaissance et de perpétuation d’une visibilité. Dans le système français, rien n’est plus banalisé que ces cadeaux de la république parfois à la rémunération juteuse, cumulable avec les retraites, sans compter les autres avantages.  

Eric Verhaeghe : Vous voulez dire, je pense, que dans les institutions républicaines, il est d'usage de ne pas honorer avec ferveur les fromages accordés aux figures de l'élite ? Il est un fait que nommer une personnalité à l'ego surdimensionné comme Ségolène Royal au poste d'ambassadrice des Pôles est une chronique d'un absentéisme annoncé. Pour trois raisons évidentes. La première tient à la rareté des réunions intergouvernementales. Celles-ci n'ont lieu que tous les deux ans. Pour le reste, les séances semestrielles sont des réunions techniques où l'utilité d'une Ségolène Royal est contestable. Dans tous les cas, les sujets traités sont très techniques et Ségolène Royal n'est guère connue pour sa technicité, spécialement sur des sujets écologiques. En la nommant là, personne ne s'attend donc à ce qu'elle fasse la différence grâce à des avis tranchés ou lumineux. Il existe pour cela des équipes techniques qui préparent les dossiers et font la doctrine du Quai. Ce qu'on peut reprocher à Ségolène Royal et au gouvernement, c'est de sous-estimer la montée en puissance stratégiques des questions liées aux Pôles. Avec le réchauffement climatique, l'hypothèse d'une liaison commerciale navigable par le Pôle Nord devient un enjeu essentiel et une fois de plus le quai d'Orsay montre son retard à l'allumage dans la prise en compte de ce dossier essentiel. Mais sur le fond, faire mine de découvrir que Ségolène Royal est absentéiste et que la France souffre de ce handicap imprévisible est évidemment très hypocrite. 

La presse nationale semble s'indigner qu'elle ne prenne pas son poste au sérieux, pourtant n'est-ce pas là une sorte de placard doré comme il en a été attribué de nombreux précédemment aux élites françaises ?

Maxime Tandonnet : Nous sommes au cœur d’un principe même de la vie publique française : le copinage, autrement dit le clanisme voire le népotisme. L’un de ses principes fondamentaux est l’obligation « morale » (si l’on n’ose dire) de recaser ses amis. Cette pratique, reflet de la courtisanerie, est absolument banalisée. La classe dirigeante s’auto-protège et se perpétue en permanence. Anciens ministres, au piètre bilan, recasés à la Commission européenne ; amis personnels ou vaincus du suffrage universel désignés au Parlement européen à la faveur du scrutin de liste ou à la tête d’établissements publics ou d’autorités administratives indépendantes, ou encore sur des hauts postes administratifs par le seul « fait du prince » sans réunir les conditions de compétence requises ou sans avoir passé les concours. On s’habitue à des situations invraisemblables : pourquoi le Conseil Constitutionnel est-il composés d’ex-Premiers ministres ou ministres ainsi recasés ? Cette pratique contribue à aggraver la confusion entre mission politique et juridictionnelle. Elle brouille l’image d’une institution – qui devrait être strictement neutre, professionnelle et composée de juristes – en lui donnant une coloration idéologique. Elle revient à donner à des politiques le pouvoir de juger des lois qu’eux-mêmes ont fait voter ou qu’ils ont combattues… 

Eric Verhaeghe :  Vous avez raison. Le poste d'ambassadeur des Pôles fait partie de ces lots de consolation réservés à des notables qu'on souhaite garder sous la main et ne pas mettre en difficulté financière. On n'attend rien d'autre d'eux qu'une forme de loyauté et de reconnaissance pour le cadeau fait. Il est probable que les ennuis de Ségolène Royal lui viennent de ce manque de reconnaissance vis-à-vis d'Emmanuel Macron. Elle l'a au fond beaucoup critiqué publiquement et s'est ainsi exposée au risque de représailles. C'est un peu la règle du jeu. La République vous confie une mission grassement rémunérée (autour de 15.000 euros nets par mois, je pense, selon les tarifs en vigueur) qui inclut une fonction de représentation. En contrepartie, elle attend de vous ce qu'on appelle la "réserve" et la "discrétion". C'est le prix à payer pour cette niche, pour ce placard, qui vous est confié. En l'espèce, Ségolène Royal n'a pas respecté la règle du jeu. Elle s'est régulièrement affranchie de ce devoir de réserve qui  colle à la fonction, alors qu'un Michel Rocard avait eu le bon goût de se faire oublier, ou de limiter ses interventions à des prises de position non polémiques. Il existe ici une étrange casuistique sur ce qu'on a le droit ou pas le droit de dire quand on a un fromage républicain dans le bec. On pardonnerait à Ségolène Royal d'aboyer avec la meute, par exemple pour dénoncer le Rassemblement National, le machisme, l'antisémitisme ou l'homophobie. On tolérerait avec inquiétude qu'elle écrive un livre programme pour les prochaines présidentielles. Mais qu'elle intervienne sur une presse de grande écoute, par exemple une émission de radio nationale, pour critiquer le gouvernement, c'est une ligne rouge qu'elle ne peut franchir impunément. Sa convocation à l'Assemblée le prouve.

Ce besoin de toujours recaser les élites et de leur distribuer un fromage de la République n'est-il pas d'ailleurs un mal bien français ? Cette pratique est-elle tout aussi courante chez nos voisins européens ? 

Maxime Tandonnet : Oui, ce besoin semble être en tout cas particulièrement marqué en France. En tout cas, il n’existe pas avec la même ampleur ailleurs dans le monde occidental. Des situations de ce type seraient beaucoup moins bien tolérées en Allemagne ou au Royaume-Uni. Elles sont banalisées en France, jusqu’à l’absurde : en principe, un mandat parlementaire, un poste de ministre sont des missions au service du pays qui n’ouvrent aucun droit permanent sur le pays. Elles le sont en violation des principes républicains et constitutionnels : l’égalité et le mérite comme seuls critères de désignation à n’importe quel poste. Elles nourrissent le dégoût de la politique, l’abstentionnisme, le vote extrémiste ou protestataire. Mais le plus inquiétant tient à la déconnexion de la classe dirigeante : elle ne semble pas réaliser les dégâts dans l’opinion de telles pratiques donnant le sentiment que les dirigeants se servent en permanence sur le dos du pays. Et les choses vont en s’aggravant. Derrière le projet de suppression de l’ENA, les dirigeants politiques nourrissent tacitement l’ambition de pouvoir désigner en tout arbitraire les préfets, les ambassadeurs, les directeurs, en puisant dans le sérail de leurs courtisans, militants, de leurs amis battus du suffrage universel ou de leurs proches. 

Eric Verhaeghe : Nos voisins européens comptent plus rarement une classe politique aussi "fonctionnarisée" dans ses pratiques. En France, on entre en politique à vingt ans, souvent comme attaché parlementaire ou conseiller en cabinet, et on n'en sort plus jusqu'à ce que mort s'en suive. Regardez la façon dont un Gérard Collomb s'accroche à son siège à Lyon. Regardez la peine que Marine Le Pen a eue à écarter son père du Front National. Ces exemples soulignent le caractère quasi-sacerdotal de l'engagement politique en France. Dans ce genre de parcours, ne plus être élu vous condamne à une forme de mort sociale. D'où les fromages distribués, et la profusion de postes électifs qui permettent toujours une forme de reclassement en attendant le retour sur le devant de la scène. Dans les autres pays européens, la rupture avec la politique est moins tragique, mais il arrive aussi qu'elle soit compliquée. Regardez l'Italie : la longévité des politiciens y confine aussi aux records. En Allemagne, des profils comme celui de Strauss en Bavière, ont montré comment la longévité pouvait être une règle. Et il n'est pas inintéressant de noter que le père de Charles Michel, nouveau représentant de l'Union, fut en son temps commissaire européen après avoir été ministre, comme son fils! Ceci montre que toutes les démocraties européennes ont eu tendance à aristocratiser leur vie politique en créant des fromages. Simplement, cette aristocratisation est souvent plus parcimonieuse, à la fois dans le nombre de postes distribués, dans le coût de ces postes, et surtout dans la durée passée dans la vie politique. A l'étranger, ces fromages sont souvent un sas avant la retraite, alors qu'en France ce sont volontiers des postes d'attente avant un retour escompté. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 30/12/2019 - 11:46
Scandaleux !
Elle ne sert à rien. Il y en a assez de ce népotisme.
clo-ette
- 29/12/2019 - 21:04
Ce sont cette caste
et ces fromages qui font perdurer le système français, typiquement français . Avoir fait la "révolution" pour en arriver là !
evgueniesokolof
- 29/12/2019 - 16:42
On aura noté
que cette nomination était avec certitude un hommage à la nullitude et qu'il fallait beaucoup de connitude pour ne pas y avoir un cadeau de merditude!