En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 49 sec
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 46 min 58 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 1 heure 26 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 14 heures 49 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 16 heures 10 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 16 heures 49 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 17 heures 51 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 21 heures 32 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 26 min 10 sec
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 1 heure 42 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 15 heures 22 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 16 heures 29 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 17 heures 8 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 20 heures 42 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 21 heures 17 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 21 heures 35 min
© Pixabay
© Pixabay
Bilan des années 2010

Les années 2010 ou la lente et douloureuse traversée de la mer des taux d’intérêts bas

Publié le 27 décembre 2019
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Jean-Paul Betbeze revient sur les taux d'intérêts bas et sur l'impact de la grande crise de 2007 et 2008.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Jean-Paul Betbeze revient sur les taux d'intérêts bas et sur l'impact de la grande crise de 2007 et 2008.

La mer des Sargasses des taux d’intérêt bas : c’est là que nous sommes. Ce sont, tout autour de nous, des taux courts et longs effondrés depuis la Grande crise de 2007-2008. Juste avant l’éclatement de la bulle « des subprimes », ces crédits structurés faits à des ménages américains fragiles, les taux courts étaient à 5% aux États-Unis et à 4% en zone euro, les taux longs à 5,1% aux États-Unis, à 4,3% en Allemagne et à 4,7% en France. Les voilà désormais à 1,75% pour les taux courts et à 1,9% pour les taux longs aux États-Unis, à 0% pour les taux courts en zone euro et, pour les taux longs, à -0,25% en Allemagne et à 0,06% en France !

L’éclatement de la bulle du crédit a partout fait plonger l’activité, monter le chômage, mobilisé en réaction les politiques budgétaires (creusement des déficits) et monétaires (baisses des taux). Mais ce qui est nouveau, et inquiétant, c’est que ces politiques de secours, avec des achats de bons du trésor et d’obligations d’entreprises pour faire baisser les taux longs (quantitative easing), n’ont pas beaucoup fait repartir la machine économique. La croissance s’établit à 2% aux États-Unis, à 1% en zone euro. L’emploi est surtout reparti aux États-Unis et en Allemagne, il se remet lentement en Italie et en Espagne. Il repart doucement en France, cohabitant avec un taux de chômage de 8,6%. Surtout, l’inflation est méconnaissable : elle se situe à 1,8% aux États-Unis, malgré les soutiens monétaires et budgétaires (1 trillion de dollars de déficit), malgré le plein emploi. Elle stagne à 1% en zone euro, malgré les soutiens monétaires partout, le plein emploi en Allemagne, les soutiens budgétaires en France.

Des politiques monétaires et budgétaires très actives, un emploi qui s’ébroue voire se rétablit, mais une inflation très en retard avec une croissance toujours modeste : comment ne pas penser à une Mer des Sargasses des taux d’intérêt ? Faite de varech accumulé, découverte par Christophe Colomb au large des Bermudes, elle est calme, sans vent, sans vague et ralentit ses bateaux. Trois semaines pour en sortir, à seulement 3 km/h : ce qui nous attend ?

On voit les risques de cette lente traversée. Entreprises zombies : les taux trop bas permettent à des entreprises déficitaires de poursuivre leur course en s’endettant. Ceci promet un plus important sinistre quand les taux remonteront, ce qui arrivera bien un jour. Grandes et moyennes entreprises qui s’endettent à taux quasi nul pour acheter, cher, leurs concurrents : faute d’un vent de croissance pour elles-mêmes, elles achètent les clients des autres. Elles embarquent alors d’importants goodwills (écarts d’acquisition), qui peuvent se dégonfler si la croissance ne repart pas. Ménages qui s’endettent à 25 ans pour acheter, d’autant plus loin une maison d’autant plus chère au mètre carré que les taux sont bas. États qui s’endettent d’autant plus aisément que les réformes sont politiquement chères et l’argent à taux négatif ou nul (allusion à la France ?). En pleine Mer des Sargasses des taux bas, les économies avancent lentement et s’endettent plus, cet alourdissement ne leur pesant pas… encore ! Mais après ?

Vers quelle nouvelle mer allons-nous ? Une mer sans inflation du fait des nouvelles technologies qui renforcent la concurrence, optimisent les lieux et chaînes de production et font travailler, pas cher, une main-d’œuvre peu qualifiée entourée de robots ? Une mer où seuls les plus gros bateaux, entreprises et états, pourront flotter ? Une mer où les premières hausses de taux, même modestes, pourront faire des ravages dans les entreprises, ménages et états endettés, surtout émergents ? Une mer où une armada américaine pourrait se frotter à une armada chinoise en « mer de Chine » ou dans le détroit d’Ormuz ? Une mer avec des armes nouvelles, dans l’espace lointain mais aussi, près de nous, pleine de nuées de drones ? Une mer où gagnera celui qui brouillera le mieux les messages et enverra les mieux contrefaits ?

Ou bien une mer nouvelle, où nous bénéficierons des nouvelles technologies ? Une mer où les flottes devront apprendre à échanger et cohabiter, sans se frôler de trop près. Où il faudra former et instruire les équipages européens et français. Pour Christophe Colomb, ces sargasses devaient annoncer une terre proche : ce n’était pas le cas et ce n’étaient pas les Indes qu’il allait découvrir ! Les États-Unis semblent s’en sortir, mais combien de temps avant de comprendre et de s’endetter un peu moins, « comme avant ». Comment vont-ils se comporter ? Et nous, qui bloquons les trains du changement ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires