En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 12 heures 16 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 13 heures 19 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 15 heures 1 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 17 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 19 heures 48 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 20 heures 24 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 21 heures 47 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 12 heures 41 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 13 heures 45 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 15 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 17 heures 20 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 19 heures 32 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 20 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 21 heures 24 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 13 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Discours

La colonisation, "une faute de la République" ? Une affirmation d’Emmanuel Macron moins évidente qu’il n’y paraît

Publié le 25 décembre 2019
Lors d'un discours à Abidjan en compagnie du président ivoirien Alassane Ouattara, le samedi 21 décembre, Emmanuel Macron a affirmé que le colonialisme a été une "faute de la République".
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'un discours à Abidjan en compagnie du président ivoirien Alassane Ouattara, le samedi 21 décembre, Emmanuel Macron a affirmé que le colonialisme a été une "faute de la République".

Le président de la République en visite en Côte d’Ivoire a déclaré que « Trop souvent aujourd’hui la France est perçue » comme ayant « un regard d’hégémonie et des oripeaux d’un colonialisme qui a été une erreur profonde, une faute de la République », appelant à « bâtir une nouvelle page ». Une déclaration du président Français faite lors d’une conférence de presse à Abidjan en compagnie du président ivoirien Alassane Ouattara, et donc au caractère hautement symbolique. Ce n’est pas la première fois, ni le premier président de la France, à croire dans cette sorte de catharsis consistant sur un mode expiatoire à s’accuser de tous les maux. Ici, pour tenter de tourner la page du passé colonial, présente surtout encore dans les esprits en raison de l’usage idéologique qui en est fait par ceux qui entendent faire oublier des difficultés de la Cote d’Ivoire et de l’Afrique en général, qui n’ont que peu de choses à voir aujourd’hui avec l’héritage colonial. Les adeptes de la repentance présents dans une large partie de la presse internationale entretiennent aussi ce mythe, derrière quoi se cachent même parfois des enjeux d’influence, dans une concurrence entre grandes puissances où on compte encore la France (mais pour combien de temps).

Faire de la morale avec l’histoire c’est créer des malentendus

On doit s’arrêter d’abord à une faute que l’historien ne peut que relever. Cette façon de faire croire que l’histoire pourrait se réécrire selon les bons sentiments du moment, en marche arrière, ne sert qu’à faire de la morale avec elle ignorant avant tout ce qu’elle est. La commande politique du présent doit tout à cette méthode. Un opportunisme politique qui ne fait qu’en rajouter dans un domaine où on a déjà connu tous les malentendus, qui sont devenus en France même un véritable fonds de commerce politique comme le CRAN (Collectif représentatif des associations noires de France) ou les Indigènes de la République savent l’exploiter, jusqu’à l’outrance. Si le principe même de la colonisation est contestable, condamnable, surtout après coup, on ne peut complètement ignorer qu’il fut un des faits majeurs, à des fins politiques et économiques, de l’histoire du monde, dès le XVe siècle, avec une expansion européenne liée à la découverte des nouveaux territoires. Il s’est inscrit dès le XVI siècle pour la France monarchique comme l’une des exigences de développement dont aucune grande puissance ne pouvait faire l’économie, avec tous ses travers, voir les horreurs commises parfois, que ce processus a pu impliquer. Il fut largement le fait de rois bien plus que des républiques. Ce n’est donc pas la République qui a inventé la colonisation, elle en a largement hérité des royautés. La colonisation qui marqua le plus la France dans les esprits, celle de l’Algérie, eu lieu en 1830 en pleine Restauration monarchique, sous Charles X.  Lorsque la France entreprend la conquête de ce territoire devenu depuis la Côte d’Ivoire, c’est une bien curieuse République que voilà, la Troisième naissante, qui n’a pas encore de Constitution. Et si elle se lance, à peine remise de la guerre perdue de 1870, dans la conquête d’une majeure partie de l’Afrique occidentale et équatoriale, sous le prétexte affirmé de civiliser et l’espoir de débouchés économiques, elle le fait en réalité davantage par rivalité avec les autres puissances coloniales, dont la puissante Angleterre. C’est d‘ailleurs la véritable cause de la première guerre mondiale, qui commence avec la déclaration de Guillaume II à Tanger en mars 1905, qui réclame pour une puissance allemande en pleine expansion, sa « place au soleil », c’est-à-dire sa part d’influence coloniale en rapport avec ce qu’elle représente alors en Europe. La colonisation a été synonyme de soumission à un envahisseur, avec des crimes de guerre dans un certain nombre de cas, on ne peut donc défendre qu’elle ait été positive, pour autant, elle a aussi laissé derrière elle contradictoirement une administration qui fait partie de l’héritage, des plantations de café et de cacao, des réseaux routiers et le chemin de fer, des écoles et des postes médicaux.

On voit déjà, sans poursuivre plus loin, à l’addition de ces différents points, combien parler de la colonisation est un fait d’histoire qui mérite quelques précautions, au regard de l’affirmation du type jugement de valeur, faite par le président. Cela, d’autant plus que, la France républicaine fut à l’origine même de l’idée de la libre disposition des peuples, comme elle l’écrira dans le préambule de sa constitution de la Quatrième République. La République s’est construite par étapes successives à partir d’une première idée, celle d’émancipation des anciens cadres propres au pouvoir arbitraire d’une monarchie qui monopolisait avec la noblesse toutes les places, alors héréditaires, ancrées dans le pouvoir personnel et l’arbitraire (Ier République proclamée le 22 septembre 1792). La République elle, est un pouvoir impersonnel et non héréditaire, qui est devenu de plus en plus celui d’une liberté dont le monde s’est largement inspiré, et bien des pays africains dont les institutions sont proches des nôtres mais plus difficiles à appliquer dans des contextes territoriaux et communautaires aux nombreuses divisions ethniques et linguistiques. Si le colonialisme est à regarder comme une forme de domination en contradiction avec l’idée que nous nous faisons de la liberté aujourd’hui, c’est l’aboutissement d’un processus historique de prise de conscience qui ne s’est pas fait en un jour, et que l’on ne saurait attribuer ainsi unilatéralement à notre république. Il n’y a pas de faute, qui supposerait le même état de conscience que le notre des acteurs historiques d’un autre temps, mais des constructions historiques dont on doit tirer des enseignements pour nous permettre de ne jamais plus laisser les mêmes erreurs, les mêmes tragédies parfois, se reproduire. Il s’agit plus de comprendre que de juger.  

Dans cette perspective, le fait qu’en février 2017, Emmanuel Macron alors candidat à la présidentielle a déclaré sur une chaîne algérienne que « la colonisation fait partie de l’histoire française », et qu’elle serait « un crime contre l’humanité », rejoint la même démarche politique. Exagérer ici n’avance à rien et ne fait que semer le trouble.  

La décolonisation n’a pas tout réglé, les problèmes sont ailleurs

La décolonisation de l’Afrique n’a pas tout réglé, loin s’en faut. On a créé l’illusion que c’était le seul obstacle au développement, comme passif, et ce discours du président français le laisse à penser, même si c’est pour dire qu’il faut regarder devant et pas derrière. L’Afrique est structurellement en difficulté : La pauvreté y domine largement, les difficultés d’éducation en raison de la démographie galopante qui rajoute aussi à la pauvreté, les divisions tribales et communautaires qui rendent toute unité complexe, le nationalisme n’est pas non plus absent du tableau susceptible de brouiller les possibilités de coopérations, le manque d’infrastructures encore criant, l’immigration qui vide des villages de leurs jeunes, comme cela s’observe au Mali, dont le continent a tant besoin, la corruption de certains dirigeants, une partie de l’aide apportée aux pays africains s’évaporant encore aujourd’hui dans la nature…. 

On oublie aussi un peu vite d’autres questions comme la question religieuse, qui est devenue la principale préoccupation, avec un islam radical qui s’est largement diffusé en Afrique noire, même si le christianisme reste la première religion du continent avec un animisme encore très présent. Le djihadisme est en toile de fond de toute réflexion sur l’évolution du continent. La Côte d'Ivoire est un pays membre de l’Organisation de la coopération islamique. D'après le recensement de 2014, les religions les plus pratiquées en Côte d’Ivoire sont l’islam avec 42,9 % et le christianisme avec 33,9 % (dont catholicisme 17,2 % et christianisme évangélique 11,8 %).  

L'Afrique a besoin de capitaux et les pays du Golfe en regorgent, ceci ayant pour conséquence que les relations économiques entre ces deux régions du monde ne cessent de se renforcer. La présence d'Al Jazeera en Afrique contribue à accroître cette influence. L'exemple de l’Arabie saoudite est significative, avec une présence active de nombreux groupes saoudiens dans le domaine minier, agricole, de la construction et du tourisme religieux. Ce qui ne va pas sans une influence religieuse qui passe par les madrasas (écoles coraniques), qui fait évoluer un islam africain longtemps discret, tolérant, vers une affirmation forte et revendicative voire radicale.

Tourner la page de la colonisation pour faire du neuf, est-ce si sûr ?

Mais cette idée selon laquelle la République aurait commis une faute va avec une autre, toute aussi opportune, celle selon laquelle tourner cette page du passé irait avec un monde nouveau qu’incarnerait le président français. Invitant à le bâtir, fondé sur un partenariat d’amitié, il développe : « Moi j’appartiens à une génération qui n’est pas celle de la colonisation. Le continent africain est un continent jeune. Les 3/4 de votre pays n'ont jamais connu la colonisation », cherchant la proximité avec le peuple ivoirien sous le signe d’un discours où tout avec lui serait neuf, quitte à évacuer par un tour de passe-passe ce qui pourrait y faire obstacle. Mais c’est la grande illusion. 

Pour faire bonne mesure, il a rajouté "Parfois les jeunes reprochent à la France des troubles, des difficultés qu'ils ont pu vivre auxquelles la France ne peut rien. Alors, je sais, on (la France) est parfois la cible toute désignée, c'est plus simple (...) Quand c'est difficile, on dit c'est la France", a-t-il poursuivi. C’est tout notre président que ce en même temps, dont les ficelles sont énormes. C’est de la clarification dont on a besoin, pas de remords de circonstance cherchant à faire passer une idée fausse pour un fait vrai, avec une République qui paye la note des desseins présidentiels. 

Un tableau dans lequel les relations économiques entre les deux pays restent l’essentiel : « Je souhaite que les entreprises françaises restent des acteurs majeurs de cette croissance. Des acteurs heureux et harmonieux. » On voit là l’objectif de cette visite et des mots utilisés, du pur management. Il n’y a aucune ambition pour la France, il s’agit ici de sauver le marché quitte à mettre du plomb dans l’aile à ce que nous avons de meilleur. Affaiblir par ce genre de raccourci la République c’est affaiblir la France, et ne rendre plus rien intelligible. La République contient en elle des principes de justice et de progrès qui la poussent à s’élever en dépassant les contradictions dans lesquelles l’histoire la projette, c’est cela qui devrait faire réfléchir. La France n’a jamais été aussi influente que lorsque qu’elle ne fait qu’une avec sa République, ce qu’Emmanuel macron n’a toujours pas compris. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

07.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/12/2019 - 13:20
Histoire économique de l'Algerie Francaise.
Il faut notamment lire les livres de l'historien Daniel Lefeuvre sur l'histoire économique de 'Algérie Française pour réaliser quel a été le coût considérable pour le trésor public de la France du développement de ces " départements". La rentabilité pour la métropole de ces investissements était purement politique. Le seul investissement qui aurait pu être financierement rentable pour la France a été le développement pétrolier et gazier mais l'indépendance est arrivée et ces gisements ont permis aux caciques du FLN de se maintenir au pouvoir grâce à des subventions généreuses et, au passage, de s'enrichir considérablement ainsi que l'appareil sécuritaire.
lasenorita
- 26/12/2019 - 17:50
La ''colonisation''..(suite).
En 1959:les dépenses publiques en Algérie,dont les dépenses militaires,absorbent 20% du budget de la France.La ''colonisation'' a apporté des progrès,du modernisme aux musulmans de nos colonies:les routes,les aéroports,les voies ferrées ,les grandes plaines fertiles des colonies sont dus aux non-musulmans français!Les Algériens sont toujours en train de pleurer et de chercher un responsable à leur état alors qu'ils sont les SEULS responsables de leur situation!Les massacres faits sur les non-musulmans et les harkis APRES les ''Accords d'Evian'' ne sont pas des actes de bienfaisance faits par ces traîtres du F.L.N. et ces BARBARES de musulmans,qui n'ont pas respecté la ''parole donnée''!Macron est un ''lèche-bottes'' de musulmans!Contrairement aux présidents français qui l'ont précédé:Macron n'a pas souhaité un ''Joyeux Noël'' aux Français..il préfère souhaiter ''un bon RAMADAN'' aux musulmans,d'origine étrangère!...
lasenorita
- 26/12/2019 - 17:26
Macron est un ignorant!
Macron est le président de la France,or il critique toujours la France et les Français à l'étranger!..Les anciens ''colonisés'' fuient ''leur'' pays pour venir chez les anciens ''colonisateurs''!S'ils sont si heureux depuis qu'ils sont ''indépendants'' pourquoi ne RESTENT-ils pas chez eux!Dans la plupart des ''pays musulmans'',ce sont des dictateurs corrompus qui ont remplacé les Français non-musulmans:le F.L.N.,qui gouverne en Algérie,a tué davantage de musulmans que l'armée française voir https://www.lefigaro.fr/histoire/2018/11/06/26001-20181106ARTFIG00199-jean-sevilla-l-imposture-et-la-tragedie-de-la-guerre-d-algerie.php#xtor=AL-201 ...Les Chrétiens d'Orient sont massacrés et chassés de leur pays par les musulmans:pourtant qu'ils étaient en Orient avant les musulmans...Macron pratique la ''colonisation'' financière en distribuant l'argent des contribuables français:le stade d'Abidjan est construit avec un financement français, c'est avec la CSG des retraités et nos impôts qu'est financé le métro d'Abidjan de 1,5 milliards d'euros tandis que nos hôpitaux manquent de matériel!..C'est ''l'auto-flagellation'' qui continue...Les ''crimes contre l'humanité'' sont les routes etc....