En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 20 min 13 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 18 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 34 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 2 heures 58 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 38 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 20 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 35 min 39 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 2 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 5 heures 36 min
© INA FASSBENDER / AFP
© INA FASSBENDER / AFP
Bonnes feuilles

Traditions : comment l’enfant est devenu le héros de Noël

Publié le 25 décembre 2019
Martyne Perrot publie "Le cadeau de Noël, histoire d’une invention" aux éditions Autrement. Chaque hiver, les cadeaux de Noël foisonnent, hâtivement déballés, puis, parfois, revendus aussi vite. Martyne Perrot livre un récit minutieux de la naissance et de l’évolution de ces objets situés quelque part dans un interstice entre le rêve et le négoce. Extrait 2/2.
Martyne Perrot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur au CNRS, sociologue et ethnologue, Martyne Perrot a étudié les mutations du monde rural, les objets migrants de la mondialisation et la fête de Noël dans ses multiples dimensions. Elle a publié notamment Les Mariées de l’île Maurice (Grasset,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martyne Perrot publie "Le cadeau de Noël, histoire d’une invention" aux éditions Autrement. Chaque hiver, les cadeaux de Noël foisonnent, hâtivement déballés, puis, parfois, revendus aussi vite. Martyne Perrot livre un récit minutieux de la naissance et de l’évolution de ces objets situés quelque part dans un interstice entre le rêve et le négoce. Extrait 2/2.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’enfant est devenu le héros de la fête de Noël et lui offrir des cadeaux, un devoir annuellement répété. On sacrifie pour lui plaire au rituel des courses, on invente des mises en scène sophistiquées pour ne pas le décevoir. 

Cette célébration de l’enfance et du merveilleux, sur fond de romantisme et de valorisation de la vie privée, a eu des retombées dont on a vu quels bénéfices en avait tiré le commerce. La charité en constitue l’autre versant. Très tôt, les enfants de la bourgeoisie sont entraînés à l’exercer. Un nouveau genre littéraire reflète ces préoccupations et joue un rôle pédagogique : les romans édifiants pour la jeunesse dont l’intrigue se déroule à Noël. Ces romans ont en commun de mettre tous en lumière les inégalités sociales et les contrastes entre richesse et pauvreté, affection et abandon, convivialité et solitude. 

Apparaissent alors deux mondes de l’enfance : celui du dedans, en pleine lumière dans la chaleur du foyer devant l’âtre ou au pied d’un sapin resplendissant ; et celui du dehors et de la nuit, du froid et de la neige. Les « misérables » et les « sans- famille » deviennent alors un motif littéraire et iconographique très populaire. Dans les illustrations et les livres pour la jeunesse s’impose cette imagerie où les fenêtres des demeures cossues deviennent un écran entre les deux univers sociaux. On y voit souvent les enfants pauvres y coller leur nez pour admirer le Noël des enfants riches. Leur histoire affligeante fournit le thème de contes et de récits pour la jeunesse à lire « au coin du feu ». Voici l’un d’eux, raconté par le poète allemand Rückert :

« Un enfant étranger parcourt les rues d’une ville le soir de Noël pour contempler les lumières qui brillent. Il s’arrête devant chaque maison, il voit les appartements éclairés où s’élèvent des arbres garnis de bougies. Le malheur le poursuit partout. Il pleure. Il frappe à toutes les portes, aux fenêtres, aux volets, mais personne ne lui ouvre. Les habitants sont sourds. Chaque père songe à ses enfants ; la mère leur distribue ses présents ; elle ne pense pas à autre chose. Alors l’enfant implore le Christ : “Oh, sois mon conseiller !” Alors, dans une ruelle sombre et écartée, précédée d’une lumière, se tient un autre enfant vêtu d’une robe blanche. Sa voix est douce. C’est le Christkindel : “Pour moi, lui dit-il, tous les hommes sont égaux.” Il lui offre dans cette ruelle un arbre de Noël si éclatant qu’aucun ne l’égale. Quelle émotion lorsque l’enfant aperçut son arbre de Noël ! Des Anges lui tendirent leurs mains et l’attirèrent dans un océan de lumière. Il oublia ses douleurs au ciel. »

On retrouve ici une croyance populaire allemande qui veut que le Christ accorde une place au Paradis à tous les enfants qui n’ont pas eu leur arbre de Noël. En 1845, dans La Petite Fille aux allumettes, Hans Christian Andersen  fait aussi quitter le monde injuste et cruel des vivants à sa jeune héroïne pour des cieux plus heureux, juste après qu’elle a rêvé d’un sapin étincelant :

« Plus riche et plus grand encore que celui qu’elle avait vu à la Noël dernière, à travers la porte vitrée, chez le riche marchand. Mille chandelles brûlaient sur les branches vertes, et des images de toutes les couleurs, comme celles qui ornent les fenêtres des magasins, semblaient lui sourire. La petite éleva les deux mains : l’allumette s’éteignit ; toutes les chandelles de Noël montaient, montaient, et elle s’aperçut alors que ce n’était que les étoiles. L’une d’elles tomba et traça une longue raie de feu dans le ciel. » 

L’enfant riche au secours de l’enfant pauvre 

Les livres édifiants destinés aux enfants de la bourgeoisie sont tissés de ces histoires où la découverte de la pauvreté, le soir de Noël, est à l’origine d’une prise de conscience et d’une action charitable. Publié en 1868, Les Quatre Filles du Dr March, le très célèbre roman de Louisa May Alcott, en livre une illustration pleine d’empathie et de compassion, version américaine.

L’intrigue se situe en pleine guerre de Sécession, le père est un pasteur nordiste, antiesclavagiste donc, et parti sur le front comme aumônier. Ses quatre filles – Meg, Jo, Beth et Amy – sont restées avec leur mère et la servante, Hanna, « plus une amie qu’une domestique ». Riche autrefois, puis ruinée lorsque Mr March a aidé un ami dans ses affaires, la famille est heureuse, malgré tout, et n’oublie pas d’aider plus pauvre qu’elle. À l’approche de Noël, Mrs March, qui n’a plus guère d’argent, a l’idée d’offrir à chacune de ses filles un de ces petits livres « où une mère très intelligente avait rassemblé tous les conseils de sagesse, de ceux qu’on a désigné sous le nom de Morale familière, qui pouvaient être utiles à ses enfants ». Après avoir réfléchi à ce qu’elles- mêmes, en retour, pourraient bien offrir à leur mère (qui s’est absentée pour aller visiter une famille pauvre), les quatre jeunes filles découvrent, au retour de celle- ci, que le plus beau des cadeaux sera une action charitable.

« “Je vous souhaite un joyeux Noël, moi aussi, mes enfants ! Je suis contente que vous ayez commencé tout de suite la lecture de vos livres, et j’espère que vous conserverez cette bonne habitude. Mais j’ai une proposition à vous faire avant que nous ne nous mettions à table. Il y a tout près d’ici une pauvre femme qui a maintenant sept enfants. Le dernier n’a que quelques jours, et les six autres sont couchés les uns contre les autres dans un seul lit, afin de ne pas geler, car ils n’ont pas de feu. Ils n’ont rien à manger, et l’aîné des petits garçons est venu me dire ce matin qu’ils mouraient de froid et de faim. Voulez- vous, pour cadeau de Noël, donner votre déjeuner à cette malheureuse famille, mes enfants ? C’est une proposition que je vous fais, pas même une prière, encore moins un ordre. Vous êtes libres de dire oui ou non.” […] Les quatre sœurs avaient très faim, car elles attendaient leur mère depuis près d’une heure ; aussi furent-elles tout d’abord silencieuses. Leur hésitation dura une minute, mais seulement une minute. “Votre décision ne m’étonne pas, dit Mrs March en souriant d’un air satisfait. Vous viendrez toutes avec moi, et, en revenant, nous nous contenterons de pain et de lait pour notre déjeuner”. » 

La description du quartier et du logis des pauvres n’échappe pas au genre réaliste dramatique. Les petites rues sont « misérables et désertes, […] la pauvre chambre est nue, aux vitres brisées […]. Pas le moindre feu, les draps en loques, […] une mère malade, un bébé criant et des enfants pâles affamés essayant de se tenir chaud sous une mince couverture ». À leur arrivée, la mère de famille pauvre, qui « pleure de joie », compare les quatre filles March à des « anges ». Elles font preuve d’efficacité et d’ingéniosité, surtout Hanna, la servante, qui « fait du feu, colmate les vitres brisées avec de vieux chiffons et son propre manteau », tandis que Mrs March « prépare du thé et une bouillie d’avoine » et habille le bébé, « aussi tendrement que s’il eût été le sien ». Les quatre sœurs, pendant ce temps, donnaient « la becquée aux enfants en riant et bavardant ». Noël est néanmoins fêté le soir même chez les March, après une représentation théâtrale improvisée par les jeunes filles, grâce à la générosité d’un autre personnage, le vieux Mr Laurence : « Depuis leur revers de fortune, elles n’avaient jamais rien vu d’aussi beau. Il y avait une glace, deux même, une rose et une blanche, des gâteaux, des fruits, des bonbons et, au milieu de la table, quatre grands bouquets de fleurs de serre. Elles en eurent le souffle coupé. » 

Le récit se termine sur l’absence du père, qui n’aura pas la chance d’avoir un aussi joyeux Noël parmi les soldats de l’Union Army. Il faut ici se souvenir, à propos de la mention de l’arbre de Noël, que Louisa May Alcott est née à Germantown (Philadelphie) en Pennsylvanie, État où les immigrants allemands avaient tôt importé leurs traditions.

Extrait du livre de Martyne Perrot, "Le cadeau de Noël, Histoire d'une invention", publié aux éditions Autrement.

Lien vers la boutique : ICI 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires