En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 min 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 3 heures 11 min
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 4 heures 42 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 7 heures 19 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 25 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 46 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 5 heures 28 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 7 heures 50 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 10 heures 48 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 13 heures 15 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 14 heures 28 min
© Darren Staples / Reuters
© Darren Staples / Reuters
DISRAELI SCANNER

La campagne de Boris Johnson: un modèle de professionnalisme

Publié le 23 décembre 2019
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Hughenden, 
 
Le 22 décembre 2019
 

Mon cher ami, 

 
Je fais amende honorable. J’ai souvent critiqué Boris par le passé, le trouvant dilettante. Mais là, je dois dire que ce que j’ai observé depuis le lancement de sa candidature à la présidence du parti conservateur est un modèle du genre. Je sais qu’il a pu compter sur le talent de Dominic Cummings, l’un des artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016. Précisément, il a su s’entourer. Chez toute personnalité politique, la qualité de l’entourage est un signe qui ne trompe pas. Boris a su attirer les meilleurs et il a interprété avec un grand soin la partition qu’ils écrivaient pour lui. 
 
Je pense que la campagne parlementaire de la fin 2019 restera comme un modèle du genre dans les écoles de sciences politiques. J’en retiens cinq caractéristiques majeures. 
 
1. Faire campagne pour gagner et non seulement pour participer. Quelle est la grande différence entre Theresa en juin 2017 et Boris en 2019? La première a fait le pari qu’elle aurait une majorité et elle a déployé sa campagne, ensuite, selon ce qu’elle pensait devoir lui amener la victoire, non en identifiant ce qui pouvait lui amener la majorité requise de manière certaine et en construisant la campagne autour d’une ou deux priorités. Boris, lui, est entré en campagne dès son arrivée à Downing Street; son équipe avait identifié le fait que le NHS serait le point vulnérable des conservateurs, sur lequel les travaillistes attaqueraient et il a pris les devants, en commençant à marteler qu’il en ferait sa priorité après le Brexit. Pour autant, il ne s’est pas trompé de campagne: il a mis la réalisation du Brexit au centre. Avec un slogan martelé sur tous les tons et en permanence: « Get Brexit done! ». 
 
2. Identifier les cibles à faire basculer et les travailler systématiquement. A partir du moment où les conservateurs avaient identifié le Brexit comme le sujet central de l’élection, ils en ont tiré une conclusion simple: il fallait faire basculer le maximum de territoires ayant voté Leave en 2016. Cela voulait dire aller attaquer le Labour dans ses bastions historiques, au nord de l’Angleterre, dans les circonscriptions où le décalage apparaissait le plus fort entre une direction du parti travailliste pro-Remain et un électorat fondamentalement pro-Leave. C’est le fameux « mur de briques ». Les conservateurs l’ont travaillé systématiquement. Ils y ont passé beaucoup plus de temps que dans des territoires acquis d’avance. Il y avait bien entendu à prendre soin de territoires, aussi, où les conservateurs n’étaient pas tous favorables au Leave. L’important, dans tous les cas, est de travailler les circonscriptions en ballottage, pour différentes raisons. Il ne faut pas dépenser son énergie sur les circonscriptions perdues d’avances ou bien déjà solidement entre vos mains. 
 
3. Avoir un usage professionnel des moyens de communication et des données à disposition. Les Tories ont recruté une équipe qui avait fait gagner des campagnes récentes en Australie et en Nouvelle Zélande. Comme Obama et Trump avant lui, Boris Johnson a fait un usage intelligent des réseaux sociaux et des médias traditionnels. Les générations les plus âgées, décisives pour le Brexit, regardent les médias traditionnels. Boris y a fait en sorte, par exemple lors des débats télévisés, de donner une image rassurante, en contraste avec sa réputation flamboyante. Dans son parti, on s’est plaint de ses prestations un peu ternes; il avait une raison pour cela. Ce n’est pas le même Boris qui réalise une vidéo de détournement de Love actually. Ou qui verse le lait avant le thé dans sa tasse dans la cuisine du QG de campagne, contre toutes les règles de la bienséance anglaises mais pour qu’on parle de la vidéo. Les conservateurs ont utilisé ensuite les réseaux sociaux en fonction de la classe d’âge et des catégories socio-professionnelles, suivant les méthodes, légales mais agressives, de ciblage des individus identifiés par les algorithmes de Facebook, twitter, Instagram etc....C’est comme cela que l’on gagne une campagne aujourd’hui, non en distribuant des tracts sur les marchés. Quand on fait du porte-à-porte, il suit les thématiques que l’on a identifiées grâce à un travail systématique des données en amont. Et il est suivi d’un après-visite, encore sur les réseaux sociaux, pour marteler les messages. 
 
4. Avoir une équipe soudée par la loyauté envers son chef. On a beaucoup reproché à Boris l’exclusion des Tories dits « rebelles », c’est-à-dire qui refusaient de le soutenir au Parlement sur le Brexit: une vingtaine d’individus qui ont été condamnés, lorsqu’ils se sont représentés, à courir sous la bannière « LibDem » ou « Indépendants ». Les conservateurs ont systématiquement présenté un candidat contre ces dissidents et les ont fait battre. La leçon qu’il faut en tirer, c’est qu’on gagne une campagne s’il y a une loyauté personnelle envers le chef politique. Boris n’aurait rien gagné à ménager des individus qui auraient vraisemblablement saboté sa campagne de l’intérieur. La question de l’harmonie d’idées est importante mais secondaire. La seule question qui compte au moment d’une campagne est une loyauté personnelle absolue envers le capitaine ! 
 
5. Ne rien laisser au hasard, jusqu’au bout. L’équipe de Boris a systématiquement travaillé ses contacts industriels pour obtenir de Nigel Farage qu’il retire ses candidats. Ensuite, le mot d’ordre a été de travailler sans cesse, de ne jamais relâcher la pression, nulle part. Même quand les sondages ont paru rassurants, Boris n’a pas cessé de répéter que le résultat serait serré. Ce n’était pas un slogan apotropaïque: de fait, les conservateurs avaient une grande partie de l’intelligentsia, du monde de la culture, la BBC et un nombre non négligeable de décideurs contre soi. Sans oublier les efforts de mise en place d’une stratégie de « vote tactique » par les Remainers. Boris Johnson et ses équipes ont travaillé jusqu’au bout pour que le bateau entre au port sans à-coups. 
 
Mon cher ami, il y aurait certainement d’autres leçons à tirer de cette campagne. Ce sont les premières qui me viennent à l’esprit. Voici la Grande-Bretagne enfin bien partie pour une nouvelle période de construction et d’innovation. Nous allons pouvoir fêter Noël. 
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

05.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires