En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 5 heures 29 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 6 heures 37 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 10 heures 8 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 10 heures 48 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 12 heures 17 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 12 heures 35 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 12 heures 42 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 6 heures 17 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 7 heures 16 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 10 heures 20 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 11 heures 35 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 12 heures 37 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 12 heures 52 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 13 heures 13 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Mauvaise cible

La France est-elle plombée par les "techno-blancs" qui la gouvernent… ou par la pénurie d’idée généralisée ?

Publié le 22 décembre 2019
Interviewé par Paris Match, Gérald Darmanin a expliqué que l'entourage d'Emmanuel Macron manquait certainement de "personnes qui parlent à la France populaire, des gens qui boivent de la bière et mangent avec les doigts". Une déclaration à laquelle, la porte-parole du gouvernement, Sibeth N'Diaye, a répondu que l'équipe ministérielle était "à l'image de notre pays", expliquant que le gouvernement n'était pas uniquement constitué de "technos blancs de 40 ans".
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Interviewé par Paris Match, Gérald Darmanin a expliqué que l'entourage d'Emmanuel Macron manquait certainement de "personnes qui parlent à la France populaire, des gens qui boivent de la bière et mangent avec les doigts". Une déclaration à laquelle, la porte-parole du gouvernement, Sibeth N'Diaye, a répondu que l'équipe ministérielle était "à l'image de notre pays", expliquant que le gouvernement n'était pas uniquement constitué de "technos blancs de 40 ans".

Atlantico : Alors que Sibeth N'Diaye défend un gouvernement qui n'est pas uniquement constitué de "technos blancs", plus que l'origine ou la formation de ses membres, l'actuel problème du gouvernement n'est-il pas plutôt celui du manque d'idées, de projets concrets ? 

Edouard Husson : Nous avons atteint un point bas du discours public. La France était fondée sur un idéal universel indifférent à l’origine ethniques des personnes. En pratique, jusqu’aux années 1960, la machine à assimiler a bien fonctionné parce que l’école et la société faisaient l’effort de se consacrer pleinement à un petit nombre de personnes, lesquelles choisissaient la France. Le modèle de l’assimilation à la française, inventé par la monarchie et prolongé par la République ne fonctionne plus pour trois raisons: on a laissé entrer des centaines de milliers et non plus quelques milliers par an; on n’exige pas de ces personnes qu’elles aiment la France; on ne fait rien, ni culturellement, ni économiquement, ni socialement, ni politiquement pour les assimiler. Pire, des déclarations comme celles de Sibeth N’Diaye montrent que les accueillis, même intégrés au coeur de la décision républicaine, ne montrent aucune reconnaissance à la France. Il y a un demi-siècle, Madame N’Diaye aurait affiché sa fierté de faire partie d’une équipe gouvernementale française. Aujourd’hui, elle s’approprie le pire du discours multiculturaliste venu du gauchisme américain. C'est bien entendu pour se dissimuler à soi-même que la France ne fonctionne plus quand elle renonce au logiciel de l’assimilation et des devoirs qui accompagnent la citoyenneté. Le modèle socio-économique français ne marche plus car nos dirigeants n’y croient plus. 

Maxime Tandonnet : Ces petites phrases, supposées contradictoires, ne grandissent pas ceux qui les profèrent. Réduire la France populaire à des buveurs de bière se tenant mal à table dénote une piètre image de la France populaire. Cette tirade renvoie sans doute au combat mythologique des « élites éclairées » contre la « peste populiste ». Elle accentue le sentiment de déconnexion que donne l’équipe au pouvoir. Quant à Mme la porte-parole du gouvernement, sa déclaration sur les « technos blancs » n’est pas non plus reluisante. Depuis quand se permet-on de considérer les responsables publics sur le critère de la couleur de peau ? Article 1er de la Constitution : « la France ne reconnaît aucune distinction de race, d’origine ou de religion ». La déclaration de Mme N’Diaye est ainsi contraire à l’un des principes républicains les plus fondamentaux et les plus anciens. Oui, bien sûr elle traduit un réflexe assez classique : le pouvoir politique est en panne d’idées et de projets mais surtout, le quinquennat actuel est une immense déception au regard du « nouveau monde » annoncé en 2017. Dès lors, s’en prendre au « techno blanc » est une manière de désigner un bouc émissaire. Et puis la valse des petites phrases provocantes destinées à faire buzz est une manière de couvrir la morosité générale. En l’absence de réussites à mettre en avant, on n’a rien trouvé de mieux que les petites polémiques pour faire parler de soi. Mais ce qui est quand même frappant, c’est l’apathie du monde médiatique et de la presse face à ces micro-provocations. Imaginez les mêmes paroles du temps de la présidence Sarkozy : une semaine au moins de tollé médiatique !

En 1958, le plan Pinay Rueff a permis à la France de se remettre sur pieds malgré un gouvernement très blanc et très techno, ainsi n'est-ce pas une erreur de blâmer sans cesse l'origine ou la formation des élites plutôt que de pointer du doigt un manque de compétence ou de vision ? 

Edouard Husson : C’est d’une stupidité sans nom de penser que parce qu’une personne a les yeux violets ou les cheveux verts, elle va savoir raisonner ou agir mieux ou moins bien que d’autres. Nous sommes les héritiers de cette « voie romaine » si bien analysée par Rémi Brague: la caractéristique des nations européennes, sur le modèle de l’Empire romain, c’est d’accueillir tout ce qui marche ailleurs, de le transformer et de le mettre en application chez soi. Est-ce que le fait que Mazarin fût italien ou Sarkozy d’ascendance hongroise change quelque chose à leur capacité ? Ce sont deux hommes d’Etat, qui ont bien servi la France. Les erreurs qu’ils ont commises, les bonnes décisions qu’ils ont prises n’ont rien à voir avec leur origine ethnique ou culturelle. Ce qui doit caractériser l’action politique, c’est qu’elle « ne fait pas acception de personnes », pour parler comme la Bible. Ce n’est pas parce qu’Emmanuel Macron est un bourgeois d’Amiens qu’il gouverne mal: son origine sociale ou sa franchouillardise ne changent rien au caractère erratique de son mode de gouvernement. Gérald Darmanin a d’ailleurs tort, autant que la porte-parole du gouvernement: il y a des gens du peuple qui se tiennent mieux à table que bien des énarques. Entre le multiculturalisme à l’américaine et le populisme à trois sous, nous avons affaire au degré zéro de la politique. On ne peut pas toujours avoir le haut niveau des serviteurs de l’Etat en 1958 ; mais ce n’est pas une raison pour passer à l’extrême inverse soixante ans plus tard ! 

Maxime Tandonnet : Nous n’étions pas dans le même monde. A l’époque, la Nation, l’intérêt général, la politique avaient un sens. L’objectif d’un Gouvernement n’était pas, pour l’essentiel, dans la frime ou le paraître, il était dans la recherche du bien commun pour le pays. La composition des gouvernements, l’origine de leurs membres n’était qu’un sujet secondaire. Une seule chose comptait : l’action et les résultats obtenus. Avec le déclin de l’idée nationale et des convictions, la conception de la politique a radicalement changé. Le but principal n’est pas l’avenir d’un pays, auquel on ne croit plus vraiment, même si l’on fait semblant de le prendre en compte. Il est avant tout d’accomplir des rêves individuels et narcissiques. L’objectif central n’est pas dans l’action en vue d’un intérêt général, mais dans l’image donnée par l’équipe dirigeante à l’opinion. Alors, en effet, cette image doit répondre au critère essentiel de la modernité qui est l’apparence de la diversité. C’est ainsi qu’on en vient à donner à la couleur de peau une importance qu’elle ne devrait pas avoir au regard des traditions françaises reposant sur une citoyenneté en dehors de toute notion d’origine. On peut voir dans la tendance qui est à l’œuvre une américanisation rapide de la politique française la rapprochant des pratiques communautaristes. Mais surtout un échec dramatique de la politique en général. D’année en année, pour des raisons multiples, les gouvernements échouent à régler les grands problèmes des Français, chômage, pauvreté, dette, déficits, violence, déclin scolaire, maîtrise des frontières, etc. D’où la fuite dans le culte de l’image, la communication, l’apparence : le paraître plutôt que le faire. L’obsession de l’apparence et des origines, au détriment du débat d’idées et de toute vision de l’avenir, est bien plus qu’une erreur : une faute.

Comment expliquer ce manque d'idées ? Comment expliquer qu'au fil des années les élites semblent avoir perdu en vision d'avenir ? 

Edouard Husson : J’y vois deux causes: d’abord l’effondrement du système éducatif français, consécutif à 1968. De 1945 à 1968, la gauche a progressivement pris en main les leviers du système éducatif public. Après 1968, la droite a fini par appliquer avec zèle un programme entièrement écrit par la gauche, fondé sur une triple haine: celle de la culture (« Une paire de bottes vaut bien Shakespeare »); celle de la réussite française (Je n’ai jamais oublié ce mot affreux, entendu en 1993 de la bouche de mon ancien professeur d’histoire d’hypokhâgne devenu inspecteur général de l’Education Nationale: « Les programmes d’histoire sont trop gallocentrés »); celle de l’émancipation occidentale de l’humanité! A la destruction du système éducatif, que nous avons en commun avec d’autres pays occidentaux, s’est conjuguée une caractéristique française: le rétrécissement du regard au fur et à mesure que le temps passe. Pour la France, renoncer à son universalisme, qu’il soit catholique ou républicain, c’est tomber dans le provincialisme. Vouloir assimiler l’étranger, c’est apprendre à le connaître pour ce qu’il est; au lieu de cohabiter avec lui dans l’ignorance mutuelle. Vouloir l’indépendance française, c’est s’obliger à comprendre le monde. La politique étrangère d’Emmanuel Macron, qui est une série d’échecs retentissants, nous fait mesurer ce que nous avons perdu depuis le Général de Gaulle. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 23/12/2019 - 12:20
Et si nous nous trompions tous!
Madame la porte-parole du gouvernement et Monsieur le ministre Darmanin ont peut-être raison. Ne serait-t-il pas temps pour la France d'en haut, d'apprendre à ses enfants à manger avec leurs doigts. Il faut anticiper l'évolution irrésistible de l'Histoire, surtout dans une démocratie macronienne, qui ouvre à la vieille France les lumières de l'avenir.
OLYTTEUS
- 22/12/2019 - 21:23
civilités et statut socioculturel
j'ai souvent eu l'occasion de voyager dans la première classe d'Air France. j'ai vu des cabines de premières classes dévastées à la fin du vol par les passagers, je plaignais d'avance les femmes de ménage. une fois, j'ai protesté fort en anglais face à cela. une autre fois, j'ai eu l'occasion de voyager sur le même vol que les époux Raffarin et 3hauts fonctionnaires avec eux. les Raffarin furent discrets et répondaient aux marques de courtoisie gentiment. deux énarques n'arrêtaient pas de râler ( en première classe les passagers sont chouchoutés)de solliciter très sommairement le personnel de bord. Indignes mais pseudo élite d'Etat....
vauban
- 22/12/2019 - 19:57
Francaise de papiers depuis 2ans
Et elle se permet de nous chier dessus

Est on obligé de tout supporter?