En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 13 min 26 sec
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 1 heure 46 sec
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 18 heures 19 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 54 min 35 sec
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 1 heure 16 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 18 heures 37 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 19 heures 43 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 21 heures 11 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 22 heures 18 min
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Bras de fer

Ce raid des Chinois sur le capital de Daimler qui ébranle les certitudes allemandes

Publié le 18 décembre 2019
La Chine a menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. La Chine est le plus gros marché mondial pour certaines entreprises allemandes, dont Daimler. L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ?
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine a menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. La Chine est le plus gros marché mondial pour certaines entreprises allemandes, dont Daimler. L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ?

Atlantico.fr : La Chine a récemment menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. Or la Chine est le plus gros marché mondial pour plusieurs motoristes allemands, dont Daimler. Une démarche bien plus politique qu’économique quand on mesure le poids de l’industrie automobile dans l’économie allemande [et mondiale].

L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ? En un mot qu’elle a perdu sa prépondérance, sur plusieurs marchés, face à la Chine dont la technologie a bondi en quelques années ?

Bruno Alomar : L’Allemagne, confrontée à la chute du Mur de Berlin a eu un choix, dont elle n’était pas nécessairement consciente. Soit se refermer compte tenu de la concurrence liée à l’entrée de plusieurs milliards d’individus sur le marché, option qu’elle a rejetée, compte tenu des implications politiques que le protectionnisme a pour parti engendré au siècle passé. Soit demeurer ouverte, mais alors d’une part monter en gamme industrielle, d’autre part accepter que les allemands les moins formés en souffrent. C’est ce second choix qu’elle a fait.

L’Allemagne, comme le reste du monde, s’est considérablement trompée sur la Chine. De deux manières. D’abord, l’Allemagne, et les pays qui ont poussé à l’entrée à l’OMC de la Chine avec un statut d’économie en développement, ont cru que le « doux commerce » (Montesquieu), qui est l’ADN de l’Union européenne, permettrait progressivement à la Chine de se démocratiser : c’est le contraire qui s’est passé, avec un Etat chinois plus puissant et plus intrusif que jamais. Ensuite, l’Allemagne et l’Occident, oublieux de l’Histoire, ont perdu de vue que la Chine a été jusqu’au 16em siècle, quand l’Europe de la Renaissance a pris le relais, le lieu de l’innovation technologique. Marco Polo décrit bien dans le Livre des Merveilles (en français) la réalité d’une Chine capable d’inventer la poudre, le boulier, le papier monnaie, l’exploitation du charbon, la diplomatie etc.

Aujourd’hui, l’Occident et l’Allemagne sont confrontés à un pays, la Chine, qui souhaite s’assurer la domination du monde, et qui s’en donne les moyens, notamment économiques. L’étonnant est que les dirigeants nationaux et européens qui nous ont placé dans cette impasse soient encore là…

La Chine demande à l’Allemagne de choisir entre la sécurité de ses réseaux ou bien celle de ses marchés extérieurs stratégiques. Peut-on parler d’une déclaration de guerre économique ?

Ce n’est pas une déclaration de guerre. C’est plutôt l’explicitation – un peu brutale – d’une réalité : l’Allemagne, et, c’est plus grave, l’UE, sont dans une terrible situation de fragilité à l’égard de la Chine. L’Allemagne, entre 1975 et 2015, avait la France pour premier partenaire commercial. Depuis 2016, c’est la Chine. Cette dernière, en protégeant Huawei, ne fait qu’exercer le pouvoir que les européens et les allemands, par leurs renoncements, lui ont accordé. La servitude est, selon le mot de La Boétie, toujours volontaire. C’est, au fond, la même chose dans le domaine énergétique. Par idéologie, l’Allemagne a décidé d’une sortie brutale du nucléaire après Fukushima, dont l’une des conséquences majeures et une dépendance accrue à l’égard du gaz russe (lequel représente plus de 40% de la consommation allemande). L’une des conséquences est d’ailleurs de rendre impossible tout progrès vers une politique énergétique européenne un peu plus intégrée, et d’accentuer encore la dépendance énergétique de l’Europe à l’égard du reste du monde. On pourrait continuer. 

La Chine elle, n’a pas ces pudeurs, qui conquiert méticuleusement les infrastructures énergétiques européennes, qui a pris des dispositions pour « nettoyer » les administrations publiques de composants électroniques étrangers etc.

L’Allemagne a-t-elle de quoi réagir ? Fait-elle face à son déficit de poids politique sur la scène internationale en se faisant enfermer dans ce genre de dilemmes ?

Que l’Allemagne ait peu de poids politique sur la scène internationale est non seulement un fait : c’est une nécessité. N’avons-nous pas assez appris des erreurs commises par l’Allemagne depuis qu’unifiée au 19em siècle, elle a prétendu s’intéresser aux affaires du monde ? Il est sage pour l’Allemagne de ne pas se mêler de « grande politique » et, effectivement, de se cantonner à un rôle de puissance économique, de puissance civile. C’est d’ailleurs une opinion largement répandue en Allemagne, et pas seulement chez les Verts. Beaucoup d’autres pays européens, eux, devraient s’inspirer de la rigueur de l’Allemagne dans de nombreux domaines du champ économique.

En revanche, il est tout à fait dommageable que, ce faisant, elle entraîne avec elle toute l’Union européenne. Car, tout à sa crainte de voir en particulier son automobile attaquée par les chinois ou les américains, l’Allemagne, qui tient la plupart des leviers européens et notamment la Direction générale du commerce (dont la Directrice générale, Sabine Weyand est allemande), exporte en quelque sorte sa faiblesse. La France, il faut le dire, a eu raison de s’opposer à la conclusion au cours des derniers mois d’un accord commercial « à la va-vite » sous pression américaine. Mais c’est de toute façon reculer pour mieux sauter. Car, fondamentalement, l’Union européenne est trop divisée pour pouvoir mettre rapidement en place ce qui est inéluctable : un puissant protectionnisme européen. N’est pas la Chine ou les Etats-Unis qui veut…

Au total, malgré l’onde de choc provoquée par l’achat de Kuka par l’entreprise d’électroménager Midea, l’Allemagne semble incapable de mettre en œuvre une protection de ses pépites technologiques, se résolvant, de fait, au dépeçage annoncé. Pour s’être crus meilleurs que les Français ou les Italiens, sans manifester de solidarité avec eux, les Allemands, si rien n’est changé rapidement et profondément, sont condamnés à subir, hélas, le même sort : devenir un laboratoire d’incubation pour les technologies que se disputeront les géants américains et chinois…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/12/2019 - 09:44
Autodestruction.
A vrai dire, l'industrie automobile Allemande, fleuron emblématique de l'industrie de ce pays, est moins menacée actuellement par la Chine que par la folie idéologique écologique qui précipite la belle voiture " haut de gamme" avec de puissants moteurs dans un précipice fatal afin de respecter des plafonds d'émission de CO2 absurdes. L'arrivée imposée de la voiture électrique dont un tiers de la valeur ajoutée consiste en une batterie fabriquée et conçue en Chine ou en Corée en rajoute une grande couche sur le cercueil.
hoche38
- 19/12/2019 - 09:37
Aveuglement!
Et dire que nous avions compté sur Bruxelles pour nous protéger de cette "terrible situation de fragilité à l’égard de la Chine".
salamander
- 18/12/2019 - 21:47
je n'ai pas bien saisi
où se situe la menace chinoise sur le capital de Daimler?

Fallait-il accepter la Chine ds l'OMC en 2002 ?