En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 11 min 55 sec
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 3 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 7 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 9 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 32 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 3 heures 22 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Fibre sociale ?

Boris Johnson, l’homme qui voulait rendre une fibre sociale aux Conservateurs

Publié le 16 décembre 2019
Jeudi, à l'issu des élections parlementaires britanniques le parti conservateur a acquis une très large majorité à la Chambre des communes. Un résultat qui est une victoire pour Boris Johnson et sa ligne très pro Brexit.
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi, à l'issu des élections parlementaires britanniques le parti conservateur a acquis une très large majorité à la Chambre des communes. Un résultat qui est une victoire pour Boris Johnson et sa ligne très pro Brexit.

Atlantico : Alors que Boris Johnson conserve son poste de Premier ministre et trouve son pouvoir renforcer, comment pourrait évoluer la politique économique de la Grande-Bretagne ? S'attend-on à ce qu'il rompe avec la politique d'austérité jusque-là menée par le parti conservateur ?

Rémi Bourgeot : Au-delà de l’enjeu central de la réalisation du Brexit, la rupture avec la logique de l’austérité a été un élément crucial de la campagne. On savait déjà qu’une partie de l’électorat populaire travailliste, dans le nord de l’Angleterre en particulier, avait voté Brexit en 2016. Ce vote Brexit était lié à des raisons relevant à la fois de la question de l’appartenance à l’UE stricto sensu et de la contestation sociale après six années d’une austérité sans discernement sous David Cameron. Le Labour de Corbyn, en s’enlisant dans des débats interminables et illisibles sur la possible organisation d’un second referendum aux contours encore plus abstraits, a acté sa rupture avec cet électorat. Au contraire, Boris Johnson, bénéficiant déjà d’une sympathie populaire certaine pour son style bonhomme, a réussi a suscité un véritable engouement en annonçant sans détour la fin de la politique d’austérité et, au contraire, un ensemble de dépenses sociales et de sécurité, ainsi qu’un programme d’investissements dans les infrastructures. Dans un certain nombre de cas, comme par exemple pour le recrutement de policiers, il s’est tout simplement s’agit d’annuler les mesures brutales qu’avaient alors prises les Tories sous Cameron en faisant peu de cas de l’impact local de leurs décisions, en particulier dans les localités fragilisées par la désindustrialisation.

Alors qu'il a raflé plusieurs bastions du Labour peut-il donner une orientation plus sociale à la politique économique britannique ? En a-t-il l'intention malgré ses liens avec la City ? 

Effectivement la question n’est pas que celle de la dépense sociale, mais du développement économique du territoire britannique dans son ensemble. La politique d’investissement va dans le sens d’une revitalisation. Cependant, bien que l’activité financière et le redéploiement industriel ne soit pas contradictoire dans l’absolu, il ne faut pas nier les lourds arbitrages en la matière et les intérêts souvent divergents des divers territoires et groupes sociaux. La réaction de certains médias à la victoire de Boris Johnson l’a encore une fois illustré. Jeudi soir, le site du Telegraph présentait une illustration qui mêlait graphiquement le rebond de la livre sterling à la marche victorieuse du premier ministre. Mais le taux de change adapté à une City au cœur des flux financiers mondiaux n’est en aucun cas celui adapté au redéploiement industriel du pays. L’idée d’une livre forte, qui retrouverait sa « dignité », thème lancinant de nombreux éditorialistes et politiciens conservateurs par-delà les décennies, affirme la primauté des intérêts de Londres sur le reste du pays. L’inversion de la logique de l’austérité constitue un élément majeur de la dynamique politique britannique et un considérable signal d’apaisement social de la part des Tories face à un Labour en décomposition sur de nombreux plans, mais le positionnement sur la seule question de la dépense publique ne fait pas tout à terme pour les régions désindustrialisées et leurs électeurs.

A-t-il réellement la possibilité -vis à vis de son parti notamment- de satisfaire l'espérance d'une politique économique qui serait plus sociale notamment alors que les conséquences financières du Brexit ne sont pas encore déterminées ? 

Il existe effectivement des courants très variés parmi les Tories ainsi que parmi les Brexiters. Une partie significative de la campagne du Brexit a été menée par des gens proches du secteur financier, favorables à l’inclusion de la machine financière londonienne dans une mondialisation financière qui ferait dépasser à la City les limites de son positionnement européen, en capitalisant notamment sur les avancées à vocation mondiale de leur place financière dans la fintech. La question de la relative insularité de Londres, ville à l’électorat très anti-Brexit, par rapport au reste du royaume, dépasse donc les clivages entre pro et anti Brexit en réalité. La nouvelle donne « BoJo » en la matière repose dans la prise de conscience du gigantesque relai électoral au sein des classes populaires. Cela change largement les termes du débat au sein du parti, pour des raisons encore renforcées, de toute évidence, par le triomphe électoral de la semaine dernière. Pour l’heure il s’agit de mettre en œuvre le Brexit et de panser les plaies de l’austérité cameronienne. Au-delà des intérêts contraires qu’on aurait tort de minimiser, en particulier sur la question du change et de la réindustrialisation, on assiste au début d’un débat (d’une « conversation » comme disent poliment les journalistes de la BBC) plus équilibré et pouvant faciliter une réconciliation entre groupes sociaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires