En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 13 min 32 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 15 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 35 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 35 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 12 heures 44 sec
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 4 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 13 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 43 min
© BEN STANSALL / POOL / AFP
© BEN STANSALL / POOL / AFP
Atlantico Business

Brexit : en Grande-Bretagne, tout va donc changer pour que rien ne bouge

Publié le 14 décembre 2019
Le Brexit se fera mais quel Brexit ? Un hard Brexit qui fera de la Grande-Bretagne un paradis fiscal pour assumer la concurrence internationale ou un soft Brexit qui reprendra tous les avantages de l’Union européenne ?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit se fera mais quel Brexit ? Un hard Brexit qui fera de la Grande-Bretagne un paradis fiscal pour assumer la concurrence internationale ou un soft Brexit qui reprendra tous les avantages de l’Union européenne ?

Le Brexit se fera le 31 janvier. C’est inéluctable, inévitable. Sauf que le même jour, Boris Johnson va entamer la négociation pour arrêter les conditions du Brexit et surtout les modalités de la future relation avec les Européens. Et là, rien n’est réglé. Cette négociation peut durer au mieux un an, au pire plusieurs années. Parce que Boris Johnson, en fin politicien, a su rassembler tous les mécontents de la situation sans jamais expliquer quelle serait la forme que prendra la relation de la Grande Bretagne avec les pays de l’Union européenne. Boris Johnson a gagné son pari politique. Sa victoire électorale est sans débat. La majorité conservatrice est écrasante. Il a donc la voie libre pour appliquer la décision du Brexit dès la fin janvier. 

Maintenant, tout va donc changer à condition qu’il puisse organiser ce changement. Or, personne ne sait au juste quel Brexit il a vendu à ses électeurs. Un Brexit dur et pur ou un Brexit soft ? Sa majorité rassemble les partisans de tous les courants. Mais le résultat l’autorise à imposer un Brexit plutôt dur.

Les Brexiters les plus convaincus n’ont jamais avancé masqués. Ils ont toujours imaginé une Grande Bretagne affranchie des contraintes de l’appartenance à l’Union européenne, c’est à dire des contraintes sociales, fiscales et environnementales. Les Brexiters ont toujours imaginé qu’ils allaient négocier et signé des accords bipartis avec les pays tiers. Donald Trump qui prône lui aussi un retour au bilatéral a immédiatement fait des offres de services à Boris Johnson. Les Brexiters imaginaient aussi conserver les avantages que leur apportait l’appartenance à l’Union européenne. Et là, la négociation risque d’être difficile.

D’autant plus difficile que si la situation économique de la Grande Bretagne venait à se détériorer, la seule solution (et c’est un fantasme très partagé à Londres) sera de s’affranchir des normes fiscales et sociales sans parler des normes environnementales. Bref, l’idée de faire de l’Angleterre le plus grand paradis fiscal de la planète va faire son chemin.

A partir du 31 janvier, Boris Johnson va ouvrir la négociation avec l’Union européenne pour définir les conditions du divorce.

Pour faire simple, il va devoir négocier sur trois fronts minimum :

1e front , les rapports avec l’Union européenne. Si Boris Jonson reprend les termes du deal qui avait été négocié avec Theresa May, les rapports peuvent se pacifier assez rapidement. En gros, la Grande Bretagne garderait ses relations avec les pays de l’Union européenne, à condition qu‘elle accepte les règles administratives, fiscales, sociales et sanitaires qui ont été fixées avec sa collaboration, mais qui dans l’avenir seront modifiées éventuellement sans sa participation. La Grande Bretagne participait à la fabrication du droit. Elle ne pourra plus le faire.

Alors les Anglais peuvent évidemment se braquer sur cette question mais dans ce cas-là, ils perdront beaucoup : le passeport, l’absence de droits de douanes etc etc

La question qui va être au centre du débat sera de savoir si la Grande Bretagne pourra continuer d’être le porte avion des investisseurs et des industriels étrangers qui se servaient de leurs bases britanniques pour occuper l’Union européenne.

L’autre question va être de déterminer l’impact des accord signés par la Grande Bretagne avec des pays tiers et notamment fixer le statut des produits importés en Grande Bretagne et réexportés en Europe.

2e front , l’avenir de l’Ecosse. Quoi faire pour répondre à la demande des Écossais qui ont massivement voté pour rester dans l’Union européenne ? L‘Ecosse, de par son histoire et sa culture, a toujours été europhile. Pour la Grande Bretagne, l’Ecosse détient les réserves de gaz et de pétrole dont elle a besoin.

3e front, l’Irlande. Les unionistes, partisans de l’Union européenne et de l’union entre les deux Irlande ressortent très minoritaires. Mais de là à ressortir la frontière, le mur,  il y a un gap que peu de Britanniques accepteraient. Les souvenirs sont trop brûlants, les risques de raviver les conflits ne sont pas nuls.

La négociation avec l’Union européenne, qui va maintenant défendre ses intérêts très fortement et surtout le détricotage des relations entre la Grande Bretagne et l’Union européenne va prendre du temps. Entre 1 et 3 ans dit-on, à Bruxelles comme à Londres. Les nuages d’incertitudes ne vont pas disparaître de sitôt.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 15/12/2019 - 12:58
@Benvoyons
Qui a dit que Londres va se promouvoir en un Singapour ? Ils vont et veulent montrer que hors de l'UE il y a un salut, et en effet, l'UK n'a pas attendu l'UE pour exister, et son royaume n'a rien eu à envier au notre qui nous non plus avons existé sans l'UE . Ils ont une armée, des ressources, des cerveaux, une civilisation, une langue dominante, et ils n'ont pas envie de payer leur cotisation au club "Europe", donc ils s'en vont . Ils continueront leurs activités commerciales avec le monde et l'amitié de Trump . La vox populi a décidé. Chez nous, la vox populi n'a pas voix au chapitre .
Benvoyons
- 15/12/2019 - 10:56
Amusant gerint: La fin de Napoléon, Hitler ? Mais la GB était en
coalition avec d'autres pays d'Europe & du Monde & qui sans eux, la fin n'aurait jamais été possible. Pour le moment l'UE existe & ne veut pas détruire l'UK. L'UK peut se promouvoir en un Singapour, pour attirer un maximum d'entreprises chez elle. Mais l'UE a l'Irlande pour le moment pour ça. Donc l'UK pour le faire doit se monter moins disant encore que l'Irlande. Bien évidemment les coûts de l'UK d'aujourd'hui pour vivre, ne seront pas couvert, loin s'en faut , par les taux des impôts des entreprises en UK qui en résultera .
Donc faudra bien le faire porter sur quelque chose? Les Riches, la Population, les taxes sur les Importations en UK, la TVA, etc.. ?
Bien évidemment les Entreprises UK seront taxées pour entrer dans l'UE au prorata des taxes UK sur les produits de l'UE pour entrer en UK.
Ainsi L'UK avec 67 millions d'habitants & des coûts sociaux, & sur ses infrastructures, vouloir donc la comparer avec un Singapour, 6millions d'habitants, avec des coûts de son Infrastructure, me semble très étonnant.
D'ailleurs merci de me citer un paradis fiscal ayant 67 millions d'habitants avec des infrastructures très anciennes & des nouvelles, à entretenir avec 2 fois Rien?
salamander
- 14/12/2019 - 19:00
le Brexit avait été voté à 52%
sauf erreur, ces législatives renforcent encore le Brexit .
Je serais intéressé de voir le pourcentage.