En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 13 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 28 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 52 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 2 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

Publié le 12 décembre 2019
Les Britanniques votent, ce jeudi, pour renouveler les 650 membres de la Chambre des communes. A l'issu du vote, Boris Johnson pourrait rester en poste ou se voir remplacer par son adversaire du parti Travailliste, Jeremy Corbyn.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Britanniques votent, ce jeudi, pour renouveler les 650 membres de la Chambre des communes. A l'issu du vote, Boris Johnson pourrait rester en poste ou se voir remplacer par son adversaire du parti Travailliste, Jeremy Corbyn.

La fin de la prédominance des débats économiques

L’anecdote est restée célèbre. Durant la campagne présidentielle américaine de 1992, James Carville, stratège politique de Bill Clinton avait écrit sur un écran pour l’équipe de campagne: « The economy, stupid !». Avec « le changement » et « la santé », c’était un des trois piliers de la campagne. C’est celui qu’on a retenu. Bill Clinton utilisa, en effet à son avantage la petite récession dans laquelle était entrée l’économie américaine pour empêcher la réélection de George Bush senior. Surtout, on était au début de quinze années qui ont repoussé les limites du possible, en termes d’exubérance financière et de mondialisation, avant que la crise de 2007 et 2008 ramène brutalement les sociétés occidentales à la réalité. Dans ces quinze années, il a semblé qu’il n’y avait plus de débat politique. Conservateurs et sociaux-démocrates étaient devenus libéraux. Le slogan de Margaret Thatcher, « There Is No Alternative » avait été détourné de son sens (l’ancien Premier ministre britannique voulait sortir de la dictature des syndicats et de l’étatisme de l’après-guerre) pour signifier qu’il n’y avait plus qu’une politique économique possible, celle des « marchés », de l’austérité budgétaire, des privatisations tous azimuts, de la désindustrialisation des pays avancés au profit des pays émergents à faible coût de la main d’oeuvre. 

Pour résumer la campagne électorale britannique qui s’achève ce jour, on pourrait au contraire forger le slogan « Politics, stupid! ». Après les trois coups du nouveau spectacle que fut la campagne présidentielle française de 2007 - épisode suivi d’un feu de paille -, l’élection de Donald Trump en 2016, l’installation durable de Viktor Orban aux commandes de la Hongrie ou la propulsion, apparemment sans lendemain, de Matteo Salvini au coeur du jeu politique italien, l’élection au Parlement britannique, troisième du genre en quatre ans, marque définitivement le retour de la politique ! 

Trois ans et demi où les dirigeants britanniques et européens ont fait la sourde oreille

Le peuple britannique, voici trois ans et demi, s’est prononcé politiquement, pour la sortie de l’Union Européenne. Mais les partenaires de la Grande-Bretagne et la classe politique britannique - au moins pour partie - ont voulu rester dans les coordonnées de « The economy, stupid ». Il faut se souvenir des crises de nerfs dans les classes moyennes supérieures britanniques au petit matin, le lendemain du référendum; ou les airs profonds que prenaient les Européistes de tous bords pour vous expliquer que le Brexit ne se ferait jamais. Nous voici trois ans et demi et des centaines d’heures de débat parlementaire britannique plus tard, le peuple britannique n’a pas cédé; en 2017, lors des élections déclenchées par Theresa May, il a fait confiance aux hommes politiques conservateurs et travaillistes qui lui promettaient de respecter le résultat du référendum. Deux ans plus tard, aux élections européennes, il a voté un sévère avertissement à ces deux grands partis, s’abstenant ou bien votant plutôt pour le Brexit Party et les Libéraux-Démocrates que pour les piliers traditionnels du parlementarisme britannique incapable de tenir leur parole. 

Sans préjuger du résultat de ce 12 décembre 2019, on peut d’ores et déjà constater un fait très simple: Boris Johnson a revigoré les Conservateurs, qui dépasseront les 40%. Il y a réussi, d’abord en rouvrant le jeu avec Bruxelles. On disait l’accord obtenu par Theresa May impossible à renégocier. L’Union Européenne souriait d’aise d’avoir enfoncé, avec le backstop, un coin dans le Brexit: la question nord-irlandaise était instrumentalisée à la sauce technocratique. Boris Johnson a fait de la politique: il a parlé avec le Premier ministre irlandais, il a tenu tête à Angela Merkel, ignoré les roulements de mécaniques d’Emmanuel Macron et décidé du calendrier de ses rencontres avec les chefs d’Etat et de gouvernement sur le continent. Et l’Union européenne a cédé, renonçant à la clause qui voulait maintenir indéfiniment l’Irlande du Nord dans l’union douanière européenne; le Parlement britannique a voté l’accord révisé, avant de refuser de voter les lois d’application; alors Boris Johnson a obtenu la dissolution du Parlement et de nouvelles élections. Tout cela a l’air linéaire; c’est plutôt le résultat de la plus impressionnante action politique de ces dernières années; la plus limpide aussi: le Conservateur Johnson a simplement décidé d’ignorer TINA (« There Is No Alternative »), une formule qui est la négation de la politique et donc de la démocratie. 

La politique est de retour

Nous verrons bien ce soir si Johnson a gagné son pari d’un retour définitif de la politique au coeur du jeu. Mais remarquons comme la vie politique britannique est à nouveau polarisée selon des termes politiques et non plus seulement sociologiques. Aux élections européennes de mai 2019, on avait pu penser que la Grande-Bretagne était rattrapée par la maladie des démocratie, dont nous connaissons bien le cycle, à présent: fin du débat au sein des élites, qui organisent d’abord une fausse alternance puis un grand parti du centre; organisation en miroir d’un populisme qui se veut transversal, lui aussi à la droite et à la gauche. Le malaise de nos pays, la crise de la politique viennent de là. Or la réconciliation entre les « nomades de la mondialisation » (les Anywheres de Goodhart) et les « enracinés » (les « somewheres ») que Boris Johnson essaie de faire aboutir chez les Tories a produit en retour une repolarisation opposée autour du Labour. Jeremy Corbyn incarne une politique très à gauche; il a vu aussi venir à lui des électeurs Remainers, ce qui explique qu’il ait fait remonter le parti au-dessus de 30%. S’il échoue ce 12 décembre, le Labour entrera dans une profonde crise; mais elle sera salutaire car le parti, tout en ayant le groupe le plus important après les conservateurs, sera obligé de se redéfinir. 

Les élections politiques britanniques de 2019 représentent bien une césure aussi importante que 1945 - l’avènement de l’Etat-Providence; et 1979 - le début du néolibéralisme thatchérien. Les césures britanniques surgissent toujours à des moments où les élites ont cessé de faire de la politique (l’union nationale du temps de guerre; le consensus étatiste paralysant des années 1970; le règne de TINA aujourd’hui). Sauf imprévu, la Grande-Bretagne entre demain pour une génération dans un nouveau cycle politique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 13/12/2019 - 08:41
Bravo Boris
a dit Trump !!! En effet !....
REAGAN
- 12/12/2019 - 15:29
brexit
petit bémol
plus de 40% car Nigel a décidé de ne présenter que trais peu de candidats pour éviter la dispersion des voix qui auraient été nuisible pour avoir une majorité brexiter.
Salvini est fini alors là on verra aux futurs élections en Italie
gerint
- 12/12/2019 - 14:23
Bonne chance à Johnson
Mais il faut attendre le résultat ce soir (ou demain)