En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 15 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 18 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 3 sec
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 10 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 40 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 44 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 19 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 31 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 23 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

Publié le 11 décembre 2019
Blocage, colère et contradictions. Les projets de réforme en France engendrent une situation curieusement identique à celle que le Brexit a provoqué en Grande Bretagne. Bizarre ? Non ?
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Blocage, colère et contradictions. Les projets de réforme en France engendrent une situation curieusement identique à celle que le Brexit a provoqué en Grande Bretagne. Bizarre ? Non ?

Si on considère, comme Bernard Pivot l’a suggéré à l’Académie Française, que le Brexit soit un nom commun qui définirait « une situation inextricable, contradictoire et pour tout dire « bordelique », ce brexit, nom devenu commun donc sans majuscule, peut très bien qualifier la situation française depuis un an. 

Quand on met cote-à-cote le climat qui a bouleversé la société britannique depuis près de trois ans maintenant et le climat créé en France depuis 18 mois, on s’aperçoit qu’il y a des coïncidences fâcheuses auxquelles on n’échappe pas. On peut toujours se consoler en se comparant, mais personne n’a de leçons à donner à personne. La France et la Grande-Bretagne sont tellement différentes dans leur histoire et leur culture qu’on a peine à voir que les ressorts et les raisons de la colère des peuples se nourrissent du même lait de la modernité. Qu’on soit Anglais ou Français, on a bien du mal à payer le prix de la démocratie. On pourrait dire la même chose en Italie, en Hongrie, et même aux Etats-Unis. Mais restons en Europe.  

En Grande-Bretagne, le choix d’organiser un referendum sur le Brexit a sans doute été une erreur gravissime de David Cameron qui pensait marginaliser les Brexiters et retrouver ainsi une légitimité qui lui manquait pour faire avancer son pays. Contre toute attente, la victoire des partisans du Brexit l’a obligé à quitter le pouvoir et plongé le pays dans la plus grande des incertitudes et le désordre. Ça dure depuis trois ans. Cameron et ses amis pensaient réunifier le pays sur un projet stratégique d’inscrire la Grande Bretagne dans la consolidation de l’Union européenne, ils se sont trompés. Les résultats du referendum ont révélé la profondeur du clivage fracturant toutes les strates de la société britannique. Sur le terrain économique et social, cette affaire du Brexit a mis à jour des différences considérables entre la campagne et la ville, différence de niveau de vie, d’emplois, de statut, de formation et de culture. D’un côté des populations complètement branchées sur le monde, l’innovation technologique et plongée dans la concurrence internationale. De l'autre, des populations oubliées par les trains du progrès et piégées, repliées sur leur passé et leur histoire. D’un côté, les partisans d’un pays ouvert sur le monde et partenaires de l’Union européenne. De l’autre, les avocats du Brexit, considérant que l‘Europe leur avait fait perdre leur identité, leur tradition et leur puissance d’antan.

La société politique britannique s’est également fracturée. L’équilibre entre les deux composantes de la démocratie britannique a explosé en vol. Du côté des conservateurs comme du coté des Travaillistes réformistes, on a trouvé des pro et des anti-Brexit.

Le résultat, c’est qu’après plus de deux ans de débats confus autour desquels on a examiné dans tous les sens les effets et les conséquences du Brexit, la Grande Bretagne n’a pas réussi à se mettre d’accord sur les modalités pour organiser concrètement la sortie de l’UE. Les Anglais, y compris les "Brexiters" durs et purs se sont retrouvé devant une perspective anxiogène. La décision qu’il fallait appliquer est apparue difficilement applicable. En fait, très peu d’Anglais ne veulent désormais assumer les conséquences d’un Brexit. Y compris parmi ceux qui ont voté pour. 

La situation française est aujourd’hui pratiquement identique face à un projet de réformes stratégiques qui portent sur le choix du système de retraite. Cette promesse de réforme qui a fortement contribué à l’élection d’Emmanuel Macron parce qu’elle devait remodeler le corps social. La retraite, c’est le système qui permet d’assurer la solidarité entre les générations et qui sert de ciment à la société. Tout le monde sait que le système issu de la libération, il y a plus d’un demi-siècle, est désormais très fragile compte tenu des mutations économiques et des évolutions démographiques. Emmanuel Macron a gagné sur une promesse globale de réformer l’organisation du fonctionnement de la société française pour qu‘elle puisse assumer les effets de la modernité, de la révolution digitale et de la globalisation. En assumer les effets et profiter de toutes les opportunités. Le projet était bon. Son application a suscité des réactions et des résistances qu’on ne soupçonnait pas, parce qu’il a révélé des clivages qu‘on n’avait pas mesuré précisément. Comme en Grande Bretagne avec le Brexit, on a découvert un fossé entre la France traditionnelle et des provinces et la France plus modernisée des grandes villes. Entre ceux qui ont participé à la modernité et ceux qui en ont été les victimes. 

Pendant plus d’un an, le mouvement des gilets jaunes a donc bousculé la société française dans toutes ses strates, économiques, sociales et politiques. Aujourd’hui, le pouvoir politique se retrouve confronté à un front commun des syndicats qui a pris comme angle de résistance, la réforme sans doute la plus rassembleuse, celle de la retraite. Alors que le gouvernement a organisé une négociation pendant plus de 18 mois pour préparer le changement. Les 18 mois n’ont servi a rien puisque le mot d’ordre est de refuser le changement. 

La fracture touche évidemment la société politique puisqu’en France aussi, les grands partis ont explosé et les corps intermédiaires sont incapables de relayer la pédagogie de l’innovation. 

La vérité, c’est que la société française est fracturée comme jamais elle n’a été. Comme en Grande Bretagne où l’opinion qui a voulu le Brexit se retrouve paralysée devant la perspective d’un projet dont elle n’avait pas évalué les contraintes, la France se retrouve devant un corps de réformes structurelles dont les effets lui paraissent difficiles à accepter brutalement et rapidement. 

Dans les deux cas, en France comme en Grande Bretagne, ce qui alimente la peur et la résistance au changement, c’est l’incompréhension des avantages de ce changement. Le problème, c’est qu’on sait très bien comment les choses peuvent se passer si la société ne trouve pas sa cohésion. Dans la violence parfois et l’histoire ne manque pas d’exemples. Ou alors dans l’exaspération de la concurrence libérale. Les individus trouvent leur chemin. Les plus malins, les mieux nantis et les plus forts s’en sortent. Ce ne sont pas les plus nombreux. Les sociétés libérales ont besoin de régulation ou de règles du jeu simples et applicables. 

C’est un peu ce qui nous manque aujourd’hui. Trop de règlements conservateurs d’un coté qui asphyxient le mouvement. Pas assez de régulation souple qui garantirait la visibilité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 13/12/2019 - 10:22
depuis 70 croyez vous que tout a changé ?

https://www.youtube.com/watch?v=xCUOg5oXH1k ..... pour les plus jeunes : Seguy patron des CGT:Tixier Vignancour patron de lepen à l'époque ,
extrême droite
Dorine
- 12/12/2019 - 10:38
Mr Sylvestre
Les français ne sont pas aussi stupides que le pensent les parisiens qui nous gouvernent. De mensonges en non-dits, ils trompent en permanence les français, pensant qu'ils ne verront que du feu. La confiance est rompue. Même si leurs réformes sont indispensables, on sait qu'ils donnent d'un côté au grand jour, pour prendre dans le dos ce qui leur manque dans leur budget. Et pour leur confort et retraite.....
hoche38
- 12/12/2019 - 09:50
Cette situation "bordélique" est bien naturelle!
La glissade que nous vivons vers la démocrature ne peut s'accompagner de la légitimité populaire que donne une démocratie et qui conditionne l'action politique.