En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 24 min 37 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 32 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 46 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 46 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 12 heures 11 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 4 heures 15 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 24 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 17 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 54 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
Vers des guerres commerciales sans issue ?

OMC : le système d’arbitrage des conflits commerciaux poussé à la panne sèche par les Etats-Unis

Publié le 10 décembre 2019
Le conseil général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunit du lundi 9 au mercredi 11 décembre. Depuis des mois, l’administration américaine se refuse à nommer de nouveaux juges au sein de l’Organe de règlement des différends (ORD), la "cour d’appel" de l'OMC.
Bernard Carayon est ancien député du Tarn, maire de Lavaur et membre du Conseil d'orientation du Fonds Stratégique d'Investissement (FSI). Maître de conférences à Sciences Po Paris, il est notamment l'auteur de Patriotisme économique : de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Carayon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Carayon est ancien député du Tarn, maire de Lavaur et membre du Conseil d'orientation du Fonds Stratégique d'Investissement (FSI). Maître de conférences à Sciences Po Paris, il est notamment l'auteur de Patriotisme économique : de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conseil général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunit du lundi 9 au mercredi 11 décembre. Depuis des mois, l’administration américaine se refuse à nommer de nouveaux juges au sein de l’Organe de règlement des différends (ORD), la "cour d’appel" de l'OMC.

Atlantico.fr : Les américains bloquent le renouvellement des juges-arbitres de l’instance d’appel de l’OMC (2 juges sur 3). Cela affaiblit le rôle de cette "cour internationale" dans le règlement des litiges, pourtant un des rôles clés dévolus à l’OMC.

L'OMC fut créée en 1994 dans la lignée du GATT. A ce titre elle constitue la plus pure expression de la vision anglo-saxonne du commerce international après-guerre. Pour quelles raisons revenir dessus ? 

Bernard Carayon : L’OMC a été créée dans le but de consolider la libre-circulation des marchandises et des capitaux à une époque où la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc soviétique laissaient penser que le monde allait se réunifier sous l’empire des lois économiques. C’est l’époque de la « mondialisation heureuse » et du primat de l’économie. C’est aussi l’époque où les Etats-Unis forcent tous les pays à ouvrir leurs marchés, « y compris à la barre de fer » pour reprendre les mots de Madeleine Albright ! C’est la traduction d’un libéralisme pur et dur et sans nuances : consommation, individualisme et ouverture des marchés en surmontant les règles de souveraineté nationale. Nées pour s’en affranchir, dans la lignée du GATT, les institutions comme l’OTAN et l’OMC sont en situation de « mort cérébrale », à l’instar de l’ONU. Leur crise traduit leur impuissance et l’obsolescence de leur organisation autant que les contradictions internes de leurs communautés. Elles sont devenues ainsi des facteurs bloquants pour les Etats-Unis qui ont fait le choix de les contourner, formellement ou fondamentalement, tout en mettant en place de nouvelles méthodes de coercition sur leurs alliés ou rivaux. 

Quel est le pouvoir de nuisance/blocage des États-Unis sur cette institution ? Le gouvernement américain souhaite-il à moyen terme faire voler en éclat l'institution qu'ils ont eux-mêmes créés ? Le peuvent-ils ?

Il faut d’abord savoir que Trump n’est pas le premier président à avoir bloqué la nomination de juges à l’ORD, c'est aussi Obama ! L’un et l’autre s’appuient sur des arguments fallacieux. Tout à tour ils ont estimé que les juges étaient trop bien payés -argument assez rarement utilisé dans les pratiques américaines du business- et d’autre part, ont fustigés les dépassements systématiques des délais de traitement des affaires (3 mois). Autant de prétextes qui traduisent l’abandon latent, puis aujourd’hui explicite, du multilatéralisme aussi bien commercial que politique. En bloquant la nomination des deux juges sur les trois qui subsistaient dans le bureau de l‘ORD initialement composé de sept, les américains sclérosent totalement un système dont ils ont dicté les codes de conduite et les règles de fonctionnement. 

C’est la traduction de la dichotomie idéologique fondamentale des Etats-Unis, au service de leurs intérêts, qui ne date pas d’hier. Ainsi, lors du dernier discours sur l’état de l’Union de l’administration Clinton, ce dernier, pourtant Démocrate et loin d’être le stéréotype du « Faucon », dît bien clairement que l’ambition des Etats-Unis est d’obtenir la « suprématie mondiale ». Ce n’est pas un terme de Libéral ! C’est une revendication d’hégémonie qui est même aux antipodes de la pensée libérale. Les discours de ce type sont multiples, comme les propos de Brezinski dans son ouvrage « Le grand échiquier » et la nécessité de tenir solidement les « vassaux ». Les Américains ont construit une politique économique internationale destinée à exercer cette politique de suprématie, à la disposition de leurs services de renseignement et de leurs entreprises en particulier stratégiques. Les faits sont probants et d’ailleurs l’histoire de l’interventionnisme politique US dans l’économie est ancienne : en 1933 le « Buy American Act » de Roosevelt, auquel succède la « Small Business Administration » en 1955,  puis la loi sur le CIFIUS en 1975 par le président Ford qui inaugure également, au passage, le concept d’extraterritorialité du droit américain. On peut citer la loi sur le secret des affaires dont je m’étais inspiré en portant une proposition de loi : le COHEN ACT en 1996. En 1999, on assiste à la création d’un Fonds d’investissement par la CIA : In-Q-Tel. Il est destiné à servir autant les services de renseignement que les grandes compagnies commerciales des Etats-Unis. Enfin on ne peut omettre de mentionner le « Patriot Act » qui met à disposition les données personnelles aux services de renseignement autant dans la perspective du contre-terrorisme que dans celle des intérêts commerciaux américaines. On pourrait multiplier à l’envi les exemples.

Pour résumer, les Etats-Unis imposent à leurs partenaires des règles libérales dont ils s’exonèrent si souvent de l’application.

Que nous dit cet épisode sur la réalité des rapports de forces géoéconomiques mondiaux et leurs évolutions ? 

C’est la défaite de Fukuyama et sa théorie sur la « fin de l’histoire ». C’est aussi la défaite des thuriféraires de la « mondialisation heureuse » d’Alain Minc et la victoire de Samuel Huntington et de son « Choc des Civilisations », aussi bien sur le plan religieux que sur le plan politique :  c’est le retour des rapports de force au détriment des velléités de pacifications nées à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, c’est le retour des Etats et de l’« éloge des frontières » pour reprendre l’expression de Régis Debray. Le mot souveraineté fait un retour en force. Au sein même des formations politiques qui se réclament d’une forme de libéralisme. Ainsi Gérald Darmanin invoque la souveraineté pour lutter contre les déficits publics ou plus anciennement, Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, qui parlait de souveraineté numérique. Cet évènement qui secoue l’OMC n’est qu’un épiphénomène alors que certaines élites françaises ont fait le deuil depuis longtemps de la protection de nos intérêts nationaux. Plusieurs de nos grands groupes ont été abandonnées à nos concurrents étrangers : Pechiney, Arcelor, Technip, Alstom et aujourd’hui Latécoère. Elles se sont soumises sans protester à l’extraterritorialité du droit américain dont ont fait les frais plusieurs de nos banques…Voilà même la DGSI qui renouvelle sa confiance à la société américaine d’exploitation de données Palantir, créée par la CIA. Ce sont ces mêmes élites dirigeantes qui passent du côté de nos rivaux : Barroso chez Goldman Sachs, JC Trichet chez Pimco, Borloo conseillant Huawei ou encore JP Raffarin qui va jusqu’à justifier le système Chinois de surveillance des populations au nom de la lutte contre la pollution…. On ne contestera pas le droit de chacun à travailler pour une entreprise étrangère mais il est en revanche particulièrement grave de se mettre au service de nos concurrents les plus redoutables lorsque l’on a exercé des fonctions ministérielles, des responsabilités de haut-fonctionnaires dans des ministères régaliens ou dirigé des entreprises stratégiques mariées avec les intérêts de l’Etat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

04.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires