En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 4 min 15 sec
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 1 heure 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 1 heure 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 3 heures 26 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 11 heures 51 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"En couple (situation provisoire)" : un an après, la pièce à succès de Jean-Michel Ribes retrouve le haut de l'affiche

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 3 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 15 heures 4 min
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La jungle des océans. Crimes impunis, esclavage, ultraviolence, pêche illégale" de Ian Urbina : enquête percutante sur les mauvaises pratiques en mer

il y a 19 heures 34 min
© Capture d'écran // Bonduelle
© Capture d'écran // Bonduelle
Vraie viande, fausse viande, même combat

Les plus gros mangeurs de viande végétale ne sont pas du tout ceux que vous croyez

Publié le 09 décembre 2019
Le « Center for Customer Freedom » a publié des articles faisant état de nombreux problèmes de santé liés à la viande végétale. Pourtant, les clients “carnivores” estiment que cette viande est de bonne qualité. La “viande sans viande”, une option plus saine, vrai ou faux ?
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le « Center for Customer Freedom » a publié des articles faisant état de nombreux problèmes de santé liés à la viande végétale. Pourtant, les clients “carnivores” estiment que cette viande est de bonne qualité. La “viande sans viande”, une option plus saine, vrai ou faux ?

Atlantico : Que pensez-vous de la viande végétale et des effets qu'elle a sur la santé des personnes qui la consomment ?

Bruno Parmentier : La question me semble mal posée !

On mange trop de viande, et plus globalement de protéines animales. Particulièrement aux États-Unis bien sûr, mais aussi en France, où la consommation a augmenté de façon très excessive au cours du XXe siècle. Dans les années 30, les français ont absorbé en moyenne 30 kilos de viande et 30 kilos de lait par an ; ils passent à 50 kilos dans les années 50, 80 kilos dans les années 80 ; et au tournant du siècle on arrive à la quantité impressionnante de 100 kilos de viande et 100 kilos de lait absorbés par français. Au cours de sa vie de carnivore assumé, un français consomme carrément à lui tout seul 7 bœufs, 33 cochons, 1 300 volailles, 20 000 œufs et 35 000 litres de lait. C'est beaucoup trop, pour sa santé, pour la planète, et pour le bien-être des animaux élevés ainsi logiquement dans les conditions industrielles.

Du coup, les voix contestataires, qui était inaudibles quand l'ouvrier voulait manger comme le patron et allait à l’usine pour « gagner son beefsteak », et « mettre du beurre dans les épinards » commencent à se faire entendre. Aujourd’hui, notre consommation a baissé à 85 kilos de viande et 90 kilos de lait, et le secteur de l’élevage est en pleine crise, ne sachant pas bien comment passer rapidement de la quantité à la qualité, et la faire reconnaître par des prix plus élevés. 

Le réchauffement de la planète devient un enjeu majeur au XXIe siècle, et on ne peut plus ignorer que les ruminants, et en particulier les vaches et les bœufs, rotent et pètent du méthane, un gaz 28 fois plus délétère que le gaz carbonique. De même, dans nos régions, la famine ne menace plus, mais les maladies de l’abondance si (comme le cancer, le diabète, l’athérosclérose et l’obésité) ! Logiquement les autorités de santé ont donc changé leurs recommandations : là où elles recommandaient un produit laitier à chaque repas et viande, œuf ou poisson une à deux fois par jour, elle ne parlent maintenant que de réduire notre consommation : pas plus de 2 produits laitiers, de 25 grammes de charcuterie et de 70 grammes de viande par jour (en privilégiant les viandes blanches), et pas plus de deux fois du poisson par semaine !

Vu les enjeux économiques, les débats deviennent plus tendus et même parfois carrément violents. C'est dans ce cadre que l'on peut situer cette nouvelle polémique qui se fait jour aux États-Unis sur le fait que le hamburger de substitution fait à partir de produits végétaux, contient des additifs qui sont mauvais pour la santé ; juste retour à l'envoyeur de lobbies préoccupés par la baisse de la consommation du steak haché, sacro-saint outre Atlantique. Une baisse qui reste pourtant très modeste puisqu'il apparaît qu'actuellement les américains achètent encore 6,4 milliards de burger de bœufs dans des restaurants à service rapide, contre seulement 228 millions de burgers d'origine végétale ! Il est vrai que peu de végétariens fréquentent assidument les Mac Do…

Le vrai problème de santé c'est l'addiction au hamburger et non pas le fait de manger davantage de végétaux ! Si l'on passe à une alimentation plus équilibrée, avec moins de protéines animales et plus de fruits et légumes de saison, et plus de légumineuses, on ne peut qu’être en meilleure santé. Ce qu'il faut, si l'on ne veut pas changer trop ses habitudes alimentaires, c'est par exemple passer du « bœuf-carottes » aux « carottes au bœuf » : 2 fois moins de bœuf et 2 fois plus de carottes (locales, bios, de saison, équitables bien sûr !).

Mais là, les accros, et en particulier les drogués du hamburger sont frustrés, car ils veulent continuer à manger leur plat favori (avec leurs frites, leur mayonnaise et leur Coca bien sûr !). D’où les efforts déployés pour leur fournir un steak haché végétal qui ressemble le plus possible (odeur, texture, saveur) à leur drogue favorite. Et donc on passe à l’aliment ultra transformé, et de nouveaux problèmes arrivent !

De quoi est constituée une viande végétale ? Les laborantins rajoutent-ils des additifs ? Si oui, sont-ils cancérigènes ? Avez-vous des exemples à nous donner ?  

Si le soja, le pois, la lentille, le haricot, existaient à l'état naturel sous forme de steak haché bien saignant, ça se saurait ! Un steak haché végétal est donc forcément ultra transformé, et, pour qu'il ressemble vraiment à un steak de bœuf, on y met forcément des additifs. Souvent, les fabricants font attention de ne mettre que des produits bios, pour respecter l'idéologie de leurs consommateurs, mais, bien évidemment, ce n'est pas toujours le cas. Faisons d'ailleurs attention aux termes que nous employons : ils ne sont pas plus « laborantins » que les fabricants de steak hachés naturels ; ils sont… industriels de l’agro-alimentaire ! 

On peut donc trouver dans des steaks de soja des protéines de pois purifiées, des huiles de noix de coco et de canola, des protéines de riz, de l’amidon de pomme de terre, de l’extrait de jus de betterave pour la coloration, de la méthylcellulose (un dérivé végétal couramment utilisé dans les sauces et la crème glacée, comme liant). A priori rien de cancérigène donc ; le rouge de betterave ne fait de mal à personne. Cependant, on y trouve souvent davantage de sel, comme dans tous les produits transformés…

Mais ne négligeons pas que, si le marché de ces produits continue à augmenter fortement, quelques industriels indélicats tenteront d’abaisser leurs coûts de production, ou de gagner du temps, de la saveur et des durées de conservation, en introduisant d’autres additifs, comme ils font dans leurs autres produits. Et nous serons complices, comme nous le sommes en continuant à acheter du jambon rose maintenant qu’on sait que c’est de la viande, et que donc que sa couleur naturelle est gris-brun, le rose provenant du nitrite de sodium qu’on lui a ajouté et qui n’est absolument pas bon pour la santé !

Ces faux hamburgers ne sont en fait des « aliments de transition » pour les gens qui essaient d’adopter des régimes plus sains mais peinent à changer radicalement leurs habitudes alimentaires. Dans les pays où on a continué à manger beaucoup de soja, on a pas besoin de passer par le simili steak de bœuf à base de soja : on le consomme directement sous forme de tofu (lui-même rôti, grillé, frit ou cru, entier, en purée, en cubes, etc.), lait, yogourt, fromage, crème, noix, tempeh (fèves de soja entières et cuites, amalgamées en un gâteau), farine, semoule, céréale, sauce, etc.

Dans nos pays européens où la culture du soja est peu développée, il est donc probable qu’on reviendra progressivement et tout simplement aux lentilles et aux haricots, excellentes sources de protéines qui ont fait leurs preuves depuis des siècles ; ce sera bien plus sain que les faux steaks de bœufs !

Et en attendant, nous avons de nouveaux outils pour mieux nous informer sur la contenance réelle des aliments transformés : le Nutriscore, qu’il faut exiger partout, et les applications qui l’utilisent, comme Yuka ; utilisons-les sans restriction !

Pensez-vous que ces viandes végétales seront bénéfiques pour l'environnement et qu'elles remplaceront les viandes animales ? Peut-on réellement se passer de viande animale ? (moins d'animaux, moins de méthane, moins de terres agricoles pour produire du soja...) ?

Le végétal est meilleur pour la planète que l’animal, c’est absolument incontestable. Et particulièrement les légumineuses, qui ont la propriété de fixer directement l’azote de l’atmosphère, contrairement aux céréales, et à l’arrivée fournissent beaucoup de protéines indispensables à notre alimentation. Elles sont bonnes à la fois pour notre santé, pour la fertilité des sols et contre le réchauffement !

Il faut se rendre compte que la viande, les œufs et le lait sont des « concentrés de végétaux ». L’animal à sang chaud consacre une part importante de sa nourriture à se chauffer, puis à produire des os, des poils, des plumes, des viscères, etc. Et donc à la fin il faut énormément de végétaux pour produire de la viande. Le rapport est en moyenne de l’ordre de 4 kilos de végétaux pour 1 kilo pour le poulet, 6 pour 1 pour le cochon et 12 pour 1 pour le bœuf. Manger directement du soja est donc infiniment meilleur pour la planète que manger du cochon nourri avec ce soja ! Et… si on achète moins de soja, il y aura moins d’incendies en Amazonie. De plus, facteur aggravant, les ruminants réchauffent énormément la planète en émettant du méthane (un kilo de veau c’est 90 fois plus de gaz à effet de serre que le kilo de légumes de saison locaux qui l’accompagne).

Dans nos pays qui en consomment trop, il est urgent de poursuivre et d’accélérer la baisse de notre consommation, laquelle est passée de 100 kilos à 85 kilos dans les 20 dernières années. On se stabilisera probablement entre 50 et 60 kilos, ce qui représente donc une nouvelle baisse deux fois plus importante. Ce sera bon pour notre santé, pour le réchauffement, pour le bien-être animal… et pour la justice internationale, car cela permettra peut-être aux africains de passer eux aussi à la poule au pot le dimanche ! Mais ça devrait impliquer d’accompagner sur le long terme la nécessaire mutation complète de nos élevages.

Quant-à se passer totalement de viande, voire de tous les produits animaux (lait, œufs, cuir, et même miel et laine) c’est une autre affaire, d’abord philosophique. Et cela suppose de faire beaucoup plus attention à ce que l’on mange pour être sûrs d’absorber tout ce qui nous est utile, par exemple de consommer, outre les légumineuses, beaucoup plus de noix et autres fruits à coque. Nombre de nouveaux végans commencent par souffrir de carences, voire d’anémies, avant de maîtriser le sujet et leur santé. Le plus difficile étant souvent la vitamine B12, qu’il faut le plus souvent absorber sous forme de compléments alimentaires.

Mais manger végétarien n’empêche absolument pas d’être au mieux de sa forme physique et intellectuelle ; ce ne sont pas Bill Clinton, Christine Lagarde, Carl Lewis, Mike Tyson, Steve Jobs, Joan Baez, Leonardo di Caprio ou Stevie Wonder qui me contrediront, ni Léonard de Vinci, Pythagore ou Einstein !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

03.

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

04.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

05.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

03.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Moreau Jean Luc
- 10/12/2019 - 00:39
Si les gens avaient un peu
Si les gens avaient un peu de jugeote, faire pousser de l'herbe (et souvent la planter par chez nous en Creuse, l’autochtone n'étant pas assez productive) pourrait ne pas être la solution pour rester paysan. Il y a tant et tant à faire. Plutôt que d'éradiquer des plantes invasives qui de toutes les façons auront le dernier mot, se renseigner sur ce qu'elles peuvent apporter (la renouée du Japon, par exemple mais bien d'autres aussi). Le sarrasin, le chanvre, le lin et bien d'autres plantes ne nécessitent pas de terre riche (soit dit en passant, les céréaliers malmènent et tuent leurs terres en les engraissant comme des oies). Il serait opportun que les banques et entreprises agro-alimentaires se calment de buriner et forcer les paysans à produire plus qu'ils n'en peuvent pour être jeté car le prétexte qu'il faut nourrir la population n'est pas recevable tel que la chose est pratiquée
Moreau Jean Luc
- 10/12/2019 - 00:19
Il est vrai que
Il est vrai que l'être humain ne sait pas tout ingurgiter, qu'il lui faut des intermédiaires… mais de là à produire de la viande animale à qui-mieux-mieux sans se préoccuper des conséquences, parce que les syndicats, les banques et les politiques nous le conseillent, ça semble insensé tant économiquement qu'écologiquement et surtout franchement dangereux pour la santé que le contribuable prend en charge. Je vis en Creuse et vois les futurs dégâts qui vont arriver prochainement : la plupart des agriculteurs qui sortent des lycées agricoles ont un tracteur, voire plusieurs, qui consomment, polluent énormément et nécessitent d'élargir les chemins… ils triment 12 à 14 heures tous les jours souvent seuls encerclés dans leurs nouveaux bâtiments (on ne sait comment ceux-ci sont payés mais on le devine). Une masse colossale de traites à payer et un marché qui va s'effondrer dans peu de temps. Les Creusois sont partis travailler en ville, ceux qui restent sont les laissés pour compte à qui on a fait croire… quoi, au fait ? Et manger de la viande continuellement n'est pas sain !!! Quant à l'importation massive
hoche38
- 09/12/2019 - 14:49
Encore une fois le mythe du CO2...
... qui serait responsable du réchauffement global alors que nous savons qu'au temps des dinosaures qui profitaient de la luxuriance de la végétation de ce temps, le taux de CO2, le gaz de la vie, était entre deux et cinq fois plus élevé qu'aujourd'hui.

(revue Nature: 2016. Nature Climate Change doi:10.1038/nclimate3004)