En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 5 heures 1 sec
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 6 heures 31 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 9 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 12 heures 14 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 12 heures 26 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 12 heures 50 min
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 5 heures 52 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 7 heures 40 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 9 heures 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 12 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 12 heures 55 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Equité générationnelle

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Publié le 08 décembre 2019
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.

Atlantico : Dans quelle mesure cette facilité du système par points de moduler la valeur du point peut-il être aussi considéré comme juste pour les actifs, qui n'ont pas à subir les problèmes liés à la conjoncture économique ? 

Eric Verhaeghe : La baisse des pensions permet de stabiliser le coût global consacré à la retraite. Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre. On n'a pas assez dit que cette étude préparatoire est au coeur de la réflexion sur la réforme systémique. Le projet d'Emmanuel Macron est de limiter la dépense en matière de retraites à 14% du PIB. Avec le système qu'il veut mettre en place, les retraites baisseront s'il le faut pour être contenues à ce seuil haut. L'argumentation qui le justifie ne manque pas de logique. Elle repose sur l'idée que la cotisation de retraite est du salaire différé dont la stabilité globale doit être maintenue dans le temps. En liant le montant des retraites au PIB, Emmanuel Macron garantit une forme d'équité intergénérationnelle, qui est surtout protectrice pour les futurs actifs. On sait de cette façon qu'à un moment donné, les retraités ne bénéficient pas d'une part de la richesse nationale supérieure à celle de leurs successeurs. On sait aussi, de cette façon, que la solidarité intergénérationnelle ne consiste pas à ponctionner toujours plus les actifs pour maintenir le niveau de vie des inactifs. 

Au passage, on notera que, par une bizarrerie de notre époque, cette idée selon laquelle il n'est pas juste que les retraités ne subissent pas les mêmes aléas économiques que les actifs ne coule pas de source... pour les retraités, qui trouvent tout à fait normal de préserver leur niveau de vie, dussent-ils saigner à blanc tous ceux qui financent leur retraite. On a vu combien il était délicat d'avancer cette explication à l'occasion de la hausse de la CSG, où les retraités considéraient qu'ils fournissaient suffisamment d'efforts pour ne pas être ponctionnés en plus. Du point de vue de la stricte équité, leur position était fort discutable, dans la mesure où la CSG sert essentiellement à financer l'assurance maladie. Et les retraités sont beaucoup plus dépensiers en matière de maladie que les autres catégories de la population. Malgré cette rationalité, rien n'y a fait et Macron s'est fait détester en augmentant la CSG des retraités. 

Plus globalement, le système par points ne permet-il pas de mettre en place une flexibilité, nécessaire puisque l'équilibre du système par répartition doit de toute façon être ajusté chaque année ? 

Tout le débat est bien là, et repose sur une grande illusion, à mon avis. Le système par points permet effectivement d'ajuster chaque année les dépenses de retraite. Vous m'aviez interrogé il n'y a pas longtemps sur l'utilisation que les Suédois ont pu faire de cette facilité. On remarquera que nous possédons à peu près la même en France avec l'AGIRC-ARRCO, qui est aussi un système de répartition par points. Facialement, la mécanique de pilotage permise par le système confie aux administrateurs du dispositif le soin d'équilibrer eux-mêmes le régime, par des décisions techniques qui ne supposent pas d'arbitrage politique. Dans le système proposé par Macron, c'est un conseil d'administration partagé avec les organisations syndicales qui remplira cette fonction. Le Président a l'impression de "tenir" les syndicats de cette façon, et de s'assurer de leur soutien à des mesures impopulaires. 

Le problème est que la réalité est beaucoup plus compliquée que cette vision en chambre. Avant le plan Juppé, la sécurité sociale française était administrée paritairement, et l'Etat n'y avait pas son mot à dire. Ce fut une catastrophe car les syndicats refusaient d'endosser la responsabilité des mesures impopulaires. Le plan Juppé a créé les lois de financement de la sécurité sociale, et a placé les régimes de sécurité sociale sous l'autorité directe de la direction de la sécurité sociale. Cette évolution n'a rien changé, si ce n'est que les mesures d'équilibre sont définies au Parlement, et non dans les régimes. Les syndicats s'entendent pour voter chaque année contre les mesures d'économie apportées par le gouvernement au sein des conseils d'administration.

Il n'y a aucune raison pour que le système futur échappe à cette fatalité. Soit la mission d'ajuster les retraites sera confiée aux partenaires sociaux, et on peut être sûrs qu'elle ne sera jamais menée à bien. Soit le gouvernement devra se substituer aux partenaires sociaux pour faire le sale boulot, et il les trouvera dressés devant lui. 

Pourquoi cet intérêt du système par points n'est-il pas plus défendu dans l'opinion, notamment par les actifs ? 

Une première raison pour laquelle les avantages du système futur ne sont pas défendus par ceux qui y ont le plus intérêt tient au manque de lisibilité de la réforme, et au manque d'explication du gouvernement. Rappelons que la CFDT a conditionné son soutien à la réforme dans des termes qui empêchent cette explication. Depuis plusieurs semaines, Laurent Berger explique que la mise en place d'un système par points ne doit pas servir de prétexte à des mesures d'économie. Dans le cas contraire, il a d'ores et déjà annoncé qu'il ne soutiendrait pas le projet et qu'il rejoindrait la contestation. Ce faisant, il a puissamment coupé l'herbe sous le pied d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. Les deux, pour éviter de se fâcher avec la CFDT, ont dû accepter de ne jamais parler de maîtrise des dépenses. Ils ont donc renoncé à un argument qui pourrait convaincre les cotisants. 

Dans la pratique, tout le monde sait que la réforme par points permet de faire des économies. Mais... par ce tabou qui s'explique d'abord par le comportement syndical irresponsable en France, le gouvernement refuse de le dire et de l'expliquer. Il en assume aujourd'hui les conséquences. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

05.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

06.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

LR : le tigre de papier

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 10/12/2019 - 09:22
DES CHIFFRES COMPLÈTEMENT BIAISÉS!
"Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre". Sauf que et on ne le répètera jamais assez, les chiffres européens ne couvrent que le domaine des retraites obligatoires! Comme en France l'essentiel des retraites relève d'un régime obligatoire, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays, le chiffre français est évidemment au plus haut. C'est pénible tous ces chiffres que statisticiens diffusent sans précaution, en biaisant complètement les comparaisons que l'on peut en tirer et France Stratégie n'est pas à son coup d'essai! Croyez vous que si par extraordinaire un pays décidait de ne plus imposer aucun régime obligatoire, les dépenses de retraite cesseraient pour autant? Navrant qu'à ce niveau, de prétendus experts gouvernementaux puissent prendre les Français pour de parfaits crétins!
Gastoch
- 09/12/2019 - 07:58
Camp du bien
Sans surprise la gôôôôche exige la pleine responsabilité des bonnes nouvelles. Pas les mauvaises. C'est comme ça depuis 40 ans. Les Gilets Jaunes, la baisse des pensions? La gôôôôche n'est pas responsable. Elle décide de tout depuis 40 ans. Mais non. La gôôôôche est le camp du bien, point.
Forbane
- 08/12/2019 - 23:55
Avec les chances pour la France
qui seront en charge de maintenir le PIB pour que la valeur de notre point ne baisse pas (Dealers non cotisants, chômeurs et allocataires professionnels....), autant dire que ma future retraite sera ridicule....