En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 7 heures 58 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 9 heures 25 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 19 heures 31 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 19 heures 48 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 8 heures 42 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 15 heures 44 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 18 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 18 heures 31 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 18 heures 47 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 19 heures 18 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 19 heures 36 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 19 heures 49 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Equité générationnelle

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Publié le 08 décembre 2019
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.

Atlantico : Dans quelle mesure cette facilité du système par points de moduler la valeur du point peut-il être aussi considéré comme juste pour les actifs, qui n'ont pas à subir les problèmes liés à la conjoncture économique ? 

Eric Verhaeghe : La baisse des pensions permet de stabiliser le coût global consacré à la retraite. Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre. On n'a pas assez dit que cette étude préparatoire est au coeur de la réflexion sur la réforme systémique. Le projet d'Emmanuel Macron est de limiter la dépense en matière de retraites à 14% du PIB. Avec le système qu'il veut mettre en place, les retraites baisseront s'il le faut pour être contenues à ce seuil haut. L'argumentation qui le justifie ne manque pas de logique. Elle repose sur l'idée que la cotisation de retraite est du salaire différé dont la stabilité globale doit être maintenue dans le temps. En liant le montant des retraites au PIB, Emmanuel Macron garantit une forme d'équité intergénérationnelle, qui est surtout protectrice pour les futurs actifs. On sait de cette façon qu'à un moment donné, les retraités ne bénéficient pas d'une part de la richesse nationale supérieure à celle de leurs successeurs. On sait aussi, de cette façon, que la solidarité intergénérationnelle ne consiste pas à ponctionner toujours plus les actifs pour maintenir le niveau de vie des inactifs. 

Au passage, on notera que, par une bizarrerie de notre époque, cette idée selon laquelle il n'est pas juste que les retraités ne subissent pas les mêmes aléas économiques que les actifs ne coule pas de source... pour les retraités, qui trouvent tout à fait normal de préserver leur niveau de vie, dussent-ils saigner à blanc tous ceux qui financent leur retraite. On a vu combien il était délicat d'avancer cette explication à l'occasion de la hausse de la CSG, où les retraités considéraient qu'ils fournissaient suffisamment d'efforts pour ne pas être ponctionnés en plus. Du point de vue de la stricte équité, leur position était fort discutable, dans la mesure où la CSG sert essentiellement à financer l'assurance maladie. Et les retraités sont beaucoup plus dépensiers en matière de maladie que les autres catégories de la population. Malgré cette rationalité, rien n'y a fait et Macron s'est fait détester en augmentant la CSG des retraités. 

Plus globalement, le système par points ne permet-il pas de mettre en place une flexibilité, nécessaire puisque l'équilibre du système par répartition doit de toute façon être ajusté chaque année ? 

Tout le débat est bien là, et repose sur une grande illusion, à mon avis. Le système par points permet effectivement d'ajuster chaque année les dépenses de retraite. Vous m'aviez interrogé il n'y a pas longtemps sur l'utilisation que les Suédois ont pu faire de cette facilité. On remarquera que nous possédons à peu près la même en France avec l'AGIRC-ARRCO, qui est aussi un système de répartition par points. Facialement, la mécanique de pilotage permise par le système confie aux administrateurs du dispositif le soin d'équilibrer eux-mêmes le régime, par des décisions techniques qui ne supposent pas d'arbitrage politique. Dans le système proposé par Macron, c'est un conseil d'administration partagé avec les organisations syndicales qui remplira cette fonction. Le Président a l'impression de "tenir" les syndicats de cette façon, et de s'assurer de leur soutien à des mesures impopulaires. 

Le problème est que la réalité est beaucoup plus compliquée que cette vision en chambre. Avant le plan Juppé, la sécurité sociale française était administrée paritairement, et l'Etat n'y avait pas son mot à dire. Ce fut une catastrophe car les syndicats refusaient d'endosser la responsabilité des mesures impopulaires. Le plan Juppé a créé les lois de financement de la sécurité sociale, et a placé les régimes de sécurité sociale sous l'autorité directe de la direction de la sécurité sociale. Cette évolution n'a rien changé, si ce n'est que les mesures d'équilibre sont définies au Parlement, et non dans les régimes. Les syndicats s'entendent pour voter chaque année contre les mesures d'économie apportées par le gouvernement au sein des conseils d'administration.

Il n'y a aucune raison pour que le système futur échappe à cette fatalité. Soit la mission d'ajuster les retraites sera confiée aux partenaires sociaux, et on peut être sûrs qu'elle ne sera jamais menée à bien. Soit le gouvernement devra se substituer aux partenaires sociaux pour faire le sale boulot, et il les trouvera dressés devant lui. 

Pourquoi cet intérêt du système par points n'est-il pas plus défendu dans l'opinion, notamment par les actifs ? 

Une première raison pour laquelle les avantages du système futur ne sont pas défendus par ceux qui y ont le plus intérêt tient au manque de lisibilité de la réforme, et au manque d'explication du gouvernement. Rappelons que la CFDT a conditionné son soutien à la réforme dans des termes qui empêchent cette explication. Depuis plusieurs semaines, Laurent Berger explique que la mise en place d'un système par points ne doit pas servir de prétexte à des mesures d'économie. Dans le cas contraire, il a d'ores et déjà annoncé qu'il ne soutiendrait pas le projet et qu'il rejoindrait la contestation. Ce faisant, il a puissamment coupé l'herbe sous le pied d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. Les deux, pour éviter de se fâcher avec la CFDT, ont dû accepter de ne jamais parler de maîtrise des dépenses. Ils ont donc renoncé à un argument qui pourrait convaincre les cotisants. 

Dans la pratique, tout le monde sait que la réforme par points permet de faire des économies. Mais... par ce tabou qui s'explique d'abord par le comportement syndical irresponsable en France, le gouvernement refuse de le dire et de l'expliquer. Il en assume aujourd'hui les conséquences. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 10/12/2019 - 09:22
DES CHIFFRES COMPLÈTEMENT BIAISÉS!
"Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre". Sauf que et on ne le répètera jamais assez, les chiffres européens ne couvrent que le domaine des retraites obligatoires! Comme en France l'essentiel des retraites relève d'un régime obligatoire, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays, le chiffre français est évidemment au plus haut. C'est pénible tous ces chiffres que statisticiens diffusent sans précaution, en biaisant complètement les comparaisons que l'on peut en tirer et France Stratégie n'est pas à son coup d'essai! Croyez vous que si par extraordinaire un pays décidait de ne plus imposer aucun régime obligatoire, les dépenses de retraite cesseraient pour autant? Navrant qu'à ce niveau, de prétendus experts gouvernementaux puissent prendre les Français pour de parfaits crétins!
Gastoch
- 09/12/2019 - 07:58
Camp du bien
Sans surprise la gôôôôche exige la pleine responsabilité des bonnes nouvelles. Pas les mauvaises. C'est comme ça depuis 40 ans. Les Gilets Jaunes, la baisse des pensions? La gôôôôche n'est pas responsable. Elle décide de tout depuis 40 ans. Mais non. La gôôôôche est le camp du bien, point.
Forbane
- 08/12/2019 - 23:55
Avec les chances pour la France
qui seront en charge de maintenir le PIB pour que la valeur de notre point ne baisse pas (Dealers non cotisants, chômeurs et allocataires professionnels....), autant dire que ma future retraite sera ridicule....