En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 9 heures 30 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 12 heures 44 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 13 heures 57 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 21 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 22 heures 7 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 10 heures 25 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 13 heures 25 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 16 heures 28 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 16 heures 54 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 18 heures 22 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 22 heures 18 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

Publié le 07 décembre 2019
L'électorat des Républicains, favorable à la réforme des retraites, rend difficile la posture du parti, qui s'oppose à une réforme ressemblant fortement à celle que proposait François Fillon en 2017.
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Gracia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Essayiste, diplômé de Sciences Po, il a débuté sa carrière au cœur du pouvoir législatif et administratif avant de se tourner vers l'univers des start-up. Il a coécrit avec Dimitri Casali L’histoire se répète toujours deux fois (Larousse, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'électorat des Républicains, favorable à la réforme des retraites, rend difficile la posture du parti, qui s'oppose à une réforme ressemblant fortement à celle que proposait François Fillon en 2017.

Atlantico : Au-delà d'une critique sur la méthode du gouvernement depuis le début des consultations sur la réforme des retraites, début juillet, y-a-t-il chez Les Républicains une ligne qui se dégage concernant cette réforme ?

Olivier Gracia : Ce n'est pas tant le sujet de la réforme que celui de la légitimité actuelles des Républicains. Le parti, depuis la campagne présidentielle, avec le choix de François Fillon, souffre d'une fracture - amplifiée par la victoire d'Emmanuel Macron – entre le besoin de s'affirmer contre une ligne indépendante et de l'autre de voir que les réformes que propose Emmanuel Macron sont finalement proches de ce que proposait le candidat François Fillon. Il est intéressant de voir qu'en 2016, François Fillon justifiait déjà la retraite par points, de manière plus cynique que le président, en rappelant le fait que la retraite par points est motivée par la baisse des pensions et la baisse du point.

Le défi des Républicains, c'est comment être en opposition avec la ligne politique du gouvernement alors que sa politique s'inspire clairement de choses qui sont en ébullition dans leur programme depuis assez longtemps. On l'a vu aussi avec l'interview d'Emmanuel Macron à Valeurs actuelles, où il y a une reprise de thématiques plus liées au champs des Républicains : l'identité, l'immigration... Emmanuel Macron marche sur leurs plate-bandes et les Républicains sont décontenancés par cette crise de conquête électorale.

Les Républicains et Emmanuel Macron partagent le même électorat aujourd'hui. Il faut voir aussi que le centre-gauche macronien, qui a fait une grande partie de son élection en 2017, est aujourd'hui considérablement fragilisé par les prises de position récentes du président, qui s'apparentent d'avantage à des positions de droite. L'électorat d'Emmanuel Macron, comme l'ont confirmé les Européennes, est aujourd'hui de centre-droit. On peut donc comprendre le malaise que peut avoir un Christian Jacob, de soutenir la grève et de s'opposer frontalement au gouvernement, alors que ses électeurs, pour la plupart, soutiennent la réforme.

Les Républicains arrivent-ils, sur ce sujet des retraites, à faire des propositions différentes de celles du président ? Des lignes divergent-elles ?

Ce que proposent les Républicains est, en fait, peut-être le résultat qui va sortir de la réforme proposée par le gouvernement, dans le sens où nous sommes partis dans l'idée d'une réforme avec une retraite à points absolue. Au fur et à mesure, il y a eu une détente du gouvernement, avec une volonté affichée de ne pas pénaliser tout le monde. S'il est question de supprimer les régimes spéciaux, il va être question aussi pour le gouvernement d'apporter des garanties sur les petites pensions. C'est aussi ce que proposent les Républicains : se pencher sur les petites pensions mais aussi sur le cas très particulier des caisses libérales. Les contre-propositions des Républicains pourraient être possiblement – et je dis bien possiblement – incluses dans le rapport final du gouvernement. Ce qui est certain, c'est qu'on aurait pas un résultat de réforme similaire au projet initial.

Vous évoquez une ligne un peu sociale au sein des Républicains, incarnée par exemple par Guillaume Peltier, Christian Jacob ou Xavier Bertrand. Arrivent-ils à créer cette ligne, ou il y-a-t-il toujours une défense au sein du parti d'un libéralisme plus important ? Y-a-t-il des divergences au sein du parti lui-même ?

Les Républicains, à l'origine, c'est l'UMP – c'est-à-dire une convergence d'intérêts, parfois complémentaires, mais qui rassemblait des sensibilités de droite parfois très différentes. Une partie gaulliste-sociale, une partie beaucoup plus libérale, une partie très européiste, une partie souverainiste plus minoritaire... Depuis le début du mouvement, des différences existent. La chance de la droite républicaine, c'est qu'elle a su trouver en Nicolas Sarkozy un candidat qui rassemblait à la fois les dimensions sociales et libérales, lors de l'élection de 2007. Aujourd'hui, il y a un problème d'incarnation de la droite. Tant qu'elle ne sera pas en mesure de trouver un porte-parole digne et capable de rassembler ces différentes sensibilités, ces dissensions seront exacerbées au sein du mouvement et chacun aura envie de créer sa petite chapelle et de s'arroger une forme de légitimité sur ses idées. C'est cela la grande difficulté. Et c'est pour cela que se pose dès aujourd'hui la question du "qui ?" pour la droite. On pense à tort que l'on trouvera l'alternative au président de la République aux extrémités du spectre macronien. Mais quand celui-ci va du centre-gauche au centre-droit, voire parfois à une droite plus dure, un candidat peut émerger pour battre Emmanuel Macron sur son champ de bataille et pas nécessairement avec des idées qui ne sont pas les siennes. La droite doit trouver cette personne.

Y-a-t-il vraiment un enjeu pour les Républicains à être entendu par la France "des Gilets jaunes", alors que leur électorat est favorable à la réforme ?

La grande question est plutôt "quel parti, de droite ou de gauche, peut aujourd'hui répondre aux revendications des Gilets jaunes ?". On est partis avec le postulat, suite aux évolutions récentes des Gilets jaunes, qu'ils avaient des revendications assez proches de celles qu'avait formulé Jean-Luc Mélenchon sur la démocratie directe, etc. Malgré tout, il existe dans les Gilets jaunes une fracture à ce sujet et une grande défiance de leur part à l'encontre des partis politiques et en particulier de la France insoumise. On ne peut pas dire que les Gilets jaunes aient favorisé la France insoumise. Les sondages montrent l'inverse : la France insoumise s'est effondrée lors des Européennes, alors qu'elle serait à ce jour la formation politique qui se rapprocherait le plus des revendications Gilets jaunes.

Comment la droite, qui est, elle, éloignée de beaucoup de leurs revendications, pourrait arriver à les convaincre ? Ca paraît impossible. La question des retraites est fondamentale, mais n'oublions pas qu'initialement, le sujet des Gilets jaunes n'est pas les retraites, mais la fiscalité. On a un peu oublié ce sujet et le président lui-même a écarté ce sujet. Les Gilets jaunes attendent une véritable révolution fiscale. Je pense même que certains seraient prêts à accepter une réforme des retraites si à côté il y avait une révolution fiscale, une revalorisation des revenus, par exemple une baisse drastique des charges patronales ou salariales ou de l'impôt sur le revenu. La fiscalité est à l'origine du sentiment d'injustice des Français. Cela explique que la position un peu marginale de Guillaume Peltier sur la question de la fiscalité – il a bien compris qu'elle est au cœur du sujet – existe aussi au sein des Républicains. L'enjeu serait peut-être pour les Républicains d'affirmer une ligne claire sur la fiscalité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

02.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

03.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 07/12/2019 - 23:38
La droite est à la rue.....
La droite est à la rue..... Elle croit juste qu'elle est à la gauche le la Marine. Mais comme Marine a doublé Mélanchouille par la gauche, personne n'est p'us capable de situer la droite.....
La seule chose dont on soit sûr c'est qu'elle est "en dessous de tout".
ajm
- 07/12/2019 - 16:55
RSA pour vieux.
Quelques que soient les turpitudes (nombreuses) de la droite " républicaine " c'est elle et elle seule qui a fait les réformes " paramétrique " ( Balladur, Sarkozy) rendues inévitables par la démagogie démentielle de la gauche qui, en 1981, en pleine montée de l'espérance de vie, avait ramené à 60 ans l'âge officiel de la retraite et débuté par une politique à contretemps le défilé des déficits que l'on connaît ( dette publique sur PIB début 1981 autour de 20%) depuis. La " reforme" de Macron escamote les vrais sujets et les noie dans une réforme purement institutionnelle et technocratique visant à mettre l'ensemble des circuits financiers des pensions de retraite ( plus de 300 milliards) sous les fourches caudines de Bercy dans le but caché mais prévisible de réduire autoritairement le volume des pensions en cassant progressivement le lien entre cotisations et prestations ( programme Terra Nova) ,en faisant de la retraite, à terme, une aumône sociale pour survivre , un RSA pour vieux , les classes moyennes étant conviées à payer comme actifs la future prestation standard que l'on leur donnera comme aux autres qui n'auront pas ou très peu cotisé.
evgueniesokolof
- 07/12/2019 - 15:47
Très marrant
Il y avait sur C News un débat entre Zemmour et Julien Aubert....Le second a été mis devant ses pitoyables contradictions: d'ailleurs comment dire que l'électorat républicain est favorable quand il en reste....8%. Mais Zemmour , à qui il arrive de plus en plus d'être plus idiot qu'utile demandait à ce pauvre Aubert, pourquoi tel Mitterrand en69, il ne proposait pas une alliance à MLP pour "bouffer" le RN? Comme si les Gilets jaunes qui ne sont peut être pas si cons que le dit Popol, comme si l'électeur d'Henin Baumont allait se faire faire les poches par un Fillon de service
Redisons le: le problème des retraites est un problème de croissance qui passe par la réindustrialisation ( pas en achetant français pour sauver des corbillards) mais en faisant des investissements dans l'innovation, en abolissant les normes écologiques et sanitaires...ce que pas grand monde ne dit ....on est mal barrés!
Et ne parlons pas de la féminardisation : on est en train d'expliquer à Cro magnon qu'il ne faut pas aller à la chasse parce que c'est dangereux et pas bon pour la planete et qu'il faut s'occuper des gosses pour leur apprendre le tri sélectif !