En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 11 heures 44 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 15 heures 38 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 16 heures 42 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 17 heures 44 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 10 heures 2 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 11 heures 1 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 16 heures 9 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 16 heures 47 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 17 heures 17 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 18 heures 23 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 18 heures 53 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 19 heures 26 min
© OLIVIER MORIN / AFP
© OLIVIER MORIN / AFP
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

Publié le 07 décembre 2019
Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours publient "Sport et résilience" aux éditions Odile Jacob. Les sportifs ont beaucoup à nous apprendre sur ce qui permet de surmonter l’adversité. Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours nous montrent comment le sport, aussi bien le tennis que le football ou le triathlon paralympique, favorise le développement de la résilience.
Boris Cyrulnik
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Cyrulnik est psychiatre, psychanalyste, neurologue et éthologue.Responsable d'un groupe de recherché à l'hôpital de Toulon, il est un spécialiste de la résilience.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont le plus récent est Quand un enfant se...
Voir la bio
Philippe Bouhours
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bouhours est psychiatre, spécialisé en thérapie comportementale et cognitive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours publient "Sport et résilience" aux éditions Odile Jacob. Les sportifs ont beaucoup à nous apprendre sur ce qui permet de surmonter l’adversité. Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours nous montrent comment le sport, aussi bien le tennis que le football ou le triathlon paralympique, favorise le développement de la résilience.

Une victoire sportive due à la qualité physique et psychique d’un compétiteur possède un implicite idéologique qui donne un sens social et politique à la performance. Quand la France a remporté le championnat du monde de football en 1998, cette victoire a aussitôt pris la signification d’une nation unie qui intègre les hommes de couleurs différentes. Quand les accords d’Oslo en 1995 ont donné l’illusion d’une paix au Proche-Orient, c’est un match de football qui a été chargé de représenter la victoire et la fête palestinienne. De même qu’un soldat accepte de mourir en héros pour donner à son peuple une victoire physique ou morale, un sportif dédie son succès à son groupe d’appartenance. Quand Alphonse Halimi, né à Constantine, remporte le championnat du monde de boxe poids coq, face à l’Irlandais Freddie Gilroy, il s’écrie : « J’ai vengé Jeanne d’Arc », tant il se sent français. Mais quand le judoka Djamel Bouras dédie sa médaille olympique « aux musulmans du monde entier », il dévoile un sentiment d’appartenance très différent. 

Lorsqu’on perd une guerre, on peut mourir en héros. Le général Custer, lors de la bataille de Little Big Horn en 1876, commet une série de fautes militaires qui donnent la victoire à la coalition indienne dirigée par le Sioux Sitting Bull. Il sera pourtant héroïsé par des dizaines de films, le montrant seul survivant au milieu de ses hommes tués, tenant encore tête aux méchants Indiens, avec un tronçon d’épée brisée. « On est comme ça, nous les Américains » signifie l’héroïsation de ce général responsable de la défaite. 

Il est pourtant facile de faire dériver une image. Partant du héros dont on a besoin pour se sentir moins faible ou réparer une humiliation, on l’oriente rapidement vers une idole. Jesse Owen, avec ses réelles qualités physiques, est devenu l’icône de la lutte antiraciste ; de nombreux Allemands se sont laissé convaincre et sont venus féliciter le Noir triomphant qui avait ridiculisé les idées racistes. Mais en rentrant aux États-Unis, le champion redevenait le Nègre qui n’avait pas les mêmes droits que les Blancs. Beaucoup de jeunes aujourd’hui adorent les tee-shirts imprimés avec la belle image du Che Guevara avec sa barbe de gauche et son étoile marxiste6. En adorant l’image et en ignorant la vie et la théorie de ce révolutionnaire, ils en ont fait une idole qui ne veut plus rien dire. 

Depuis les années 1980 est apparu, en France, un phénomène sportif qui ne concerne ni les héros ni les surhommes. Le jogging, course lente et longue comme une promenade, n’a pas de champion ni de héros. De plus en plus de femmes revêtent une tenue de sport et courent en bavardant avec une copine ou avec leur compagnon. Elles ne veulent pas sauver la France ni gagner une médaille prouvant leur surhumanité. Elles veulent courir, maigrir, prendre une douche et aller au travail. Les coureurs anonymes, antichampions, antihéros prouvent que l’épanouissement personnel, le bien-être physique et mental sont devenus une valeur de la culture occidentale. Il ne s’agit plus de sacrifices ni de réparation d’une humiliation. Un tel événement ne mérite pas une narration épique, on court, on bavarde, on se sent mieux, c’est tout. Mais cette agréable banalité devient la preuve d’une culture en paix. Dans un pays en guerre, le jogging n’existe pas. 

Le héros sportif est soumis comme tout héros à la dérive sémantique et à une récupération idéologique. Selon son contexte culturel, il peut signifier l’intégration des étrangers dans une belle France à construire ensemble, la revanche d’un Nègre prouvant qu’il n’est pas un être inférieur ou le triomphe de Narcisse qui ne pense qu’à lui-même et à gagner beaucoup d’argent en méprisant ses supporters idolâtres. 

Un événement glorieux est facile à pervertir. Les films de Leni Riefenstahl devaient montrer le corps mince et musclé de beaux jeunes gens blonds, illustrant la qualité de la race aryenne. Emil Zátopek devait remporter la victoire des courses de 5 000  et 10 000  mètres en 1948 et en 1952, pour prouver la qualité de l’organi sation communiste. Et dans les universités américaines, on n’hésite pas à engager, à fort prix, des champions de basket de façon à augmenter les inscriptions payantes de nouveaux étudiants. 

C’est dans le récit que se constitue l’héroïsme. De nombreuses performances extraordinaires n’ont jamais été racontées parce que la société n’en voyait pas l’usage. À l’inverse, quelques événements sans importance dans le réel ont été transformés en épopée de façon à galvaniser les spectateurs et les faire marcher comme un seul homme. L’héroïsation est une procédure psychosociale. Un groupe choisit parmi quelques candidats celui qu’il va adorer à mort. Le héros rallume l’espoir et panse l’humiliation. 

Nos sociétés modernes ayant renoncé aux empires coloniaux, ayant vaincu les régimes totalitaires, n’ont plus aucune raison  d’engendrer d’épopées de grands héros. Quelques héros momentanés suffisent en temps de paix, pour nous venger d’une défaite au rugby ou pour faire briller un groupe auparavant amoindri. Mais un langage totalitaire est un train de renaître10. Il décrit ses martyrs, ce qui est une manière de légitimer sa propre violence. Quels sont les héros que ce nouveau discours social va susciter ? Les héros de temps de guerre apportent la preuve d’une société malade. Nous allons bientôt regretter ces héros de temps de paix que constituent les bataillons de sportifs. 

Extrait du livre de Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours, "Sport et résilience", publié aux éditions Odile Jacob

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires