En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 19 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 22 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 3 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 14 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 15 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 6 heures 44 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 7 heures 48 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 27 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

Publié le 05 décembre 2019
Selon une étude américaine, les adultes et les personnes âgées qui manquent de vitamine K peuvent connaître de graves problèmes de santé. Quels sont les effets de ces carences et quel est le rôle de la vitamine K dans l'organisme ?
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude américaine, les adultes et les personnes âgées qui manquent de vitamine K peuvent connaître de graves problèmes de santé. Quels sont les effets de ces carences et quel est le rôle de la vitamine K dans l'organisme ?

Atlantico : Une étude publiée par Consumer Report aux Etats-Unis explique que les adultes (surtout les personnes âgées) manquant de vitamine K peuvent connaître de graves problèmes de santé (mobilité réduite, problèmes cognitifs, mauvaise circulation du sang etc.)

Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est la vitamine K ? Quel est son rôle dans l'organisme ?

Stéphane Gayet : L'hémostase est le processus physiologique destiné à limiter les fuites sanguines au niveau d’une brèche vasculaire, qui s'est produite pour une raison quelconque. La coagulation est l'une des composantes de l'hémostase. Cette hémostase fait intervenir de multiples acteurs, notamment les plaquettes sanguines qui sont bien connues. C'est donc un processus complexe ; il nécessite la participation de diverses protéines plasmatiques (certaines sont activatrices, d'autres inhibitrices) ; celles-ci sont synthétisées en permanence, car les besoins en réparation vasculaire sont en réalité grands.

C'est ainsi que, parmi ces protéines, le facteur Willebrand, l'inhibiteur du facteur tissulaire ou TFPI, ainsi que l'activateur tissulaire du plasminogène ou TPA (protéine de la fibrinolyse) sont produits par les cellules endothéliales (fines cellules de la couche interne et superficielle) des vaisseaux sanguins.

Toutes les autres protéines plasmatiques de l'hémostase (facteurs et inhibiteurs) sont synthétisées par les hépatocytes (ce sont les principales cellules du foie, de véritables usines biochimiques polyvalentes et performantes).

Certaines de ces protéines ont besoin de la vitamine K pour leur synthèse : ce sont les facteurs II, VII, IX et X ; ainsi que les protéines C et S qui sont des inhibiteurs. Il faut noter que le facteur VII a une courte durée de vie (six à huit heures), si on la compare à celle des autres facteurs vitamine K dépendants ; une carence de production a donc des effets assez précoces.
En cas de manque de vitamine K, l'hémostase ne pourra pas se faire correctement, d'où des risques plus ou moins élevés de saignement, interne ou externe (hémorragies).

Pourquoi des carences apparaissent ? Quels peuvent en être les effets ?

Les vitamines sont des molécules biologiques indispensables à notre organisme. Elles doivent en principe être apportées par l'alimentation, mais des compensations existent en cas de défaut d'apport.

C'est ainsi que la vitamine K est apportée par l’alimentation et également synthétisée par le microbiote intestinal (ce que l'on a longtemps appelé flore bactérienne intestinale).

Qu'elle soit exogène ou endogène (bactéries), la vitamine K est solubilisée par des sels biliaires et absorbée dans l’intestin grêle. Cette solubilisation est indispensable à son absorption. Dans les microsomes (des petits organites cytoplasmiques) des hépatocytes, elle sert de cofacteur (facteur indispensable à son action) à une carboxylase (il s'agit d'une enzyme clef), qui rend fonctionnelles les protéines vitamine K-dépendantes. Or, une diminution de la concentration plasmatique des formes fonctionnelles des facteurs de coagulation vitamine K-dépendants (facteurs II, VII, IX, et X) peut être responsable d'hémorragies (hématomes, hémorragies digestives). La vitamine K comme toute vitamine est indispensable à la vie : en cas de privation complète, le décès est inéluctable par hémorragie.

Le manque de vitamine K ou hypovitaminose K a des causes différentes chez l'adulte et chez le nouveau-né.

Chez le nouveau-né, les apports alimentaires sont faibles, il n’y a pas de réserve hépatique ni de microbiote intestinal. On peut donc dire qu'il existe un état naturel de carence.

Chez l’adulte, l’hypovitaminose K peut être due à un traitement par antagonistes de la vitamine K (antivitamines K ou AVK), l’absorption volontaire (tentative de suicide) ou accidentelle (empoisonnement) de produits exerçant un blocage du métabolisme de vitamine K (raticides ou "mort aux rats"), des carences d’apport qui restent exceptionnelles, survenant lors de dénutrition sévère (anorexie) ou d’alimentation parentérale (c'est-à-dire par les veines) sans apport de vitamine K ; il peut aussi s'agir d'un défaut d’absorption dans le tube digestif par solubilisation insuffisante (lors d'une obstruction des voies biliaires, par exemple) ou lors de malabsorption intestinale (résection ou amputation intestinale étendue, maladie cœliaque, colite ulcéreuse comme une rectocolite hémorragique ou une maladie de Crohn colique), ou une destruction du microbiote digestif par une antibiothérapie, surtout par voie orale et à large spectre.

Le diagnostic est réalisé biologiquement : un allongement du TCA et du TQ (ce sont des tests d'hémostase) ; une diminution des facteurs II, VII, IX et X (il existe une diminution physiologique de 30 % du taux de ces facteurs à la naissance) ; un taux normal de facteurs V et de fibrinogène ; un nombre de plaquettes normal. Le taux du facteur V est le meilleur critère de discrimination entre l’insuffisance hépatocellulaire (où il est abaissé) et l’hypovitaminose K (où il est normal). Ce que l'on appelle insuffisance hépatocellulaire est une maladie grave dans laquelle le foie n'assure plus ses fonctions (on voit cet état au cours de la cirrhose hépatique, en particulier).

Comment remédier à ce manque de vitamine K ?

Chez le nouveau-né, l’administration systématique par voie orale de vitamine K1 à la naissance (chez tout enfant, mais surtout chez les prématurés ou les jumeaux, et quand la mère est traitée par des anticonvulsivants) permet d'éviter qu'une maladie hémorragique du nouveau-né ne survienne (hémorragie digestive, ombilicale, voire intracrânienne et survenant deux à six jours après la naissance).

Le traitement est surtout préventif : il est systématique chez le nouveau-né (deux milligrammes de vitamine K1 par voie orale), ou en cas de nutrition parentérale quel que soit l'individu (administration de vitamine K1 par voie intraveineuse).

Il est également curatif : il nécessite de traiter la cause et d'administrer de la vitamine K1 par voie orale, si l’hémorragie est mineure, ou bien par voie intraveineuse lente (un milligramme chez le nouveau-né, 10 à 20 milligrammes chez l’adulte) si l'hémorragie est plus conséquente.

Ce traitement curatif permet de corriger les anomalies en six à douze heures environ (mais cela peut paraître long si l'état de la personne est critique).

Parfois, des manifestations hémorragiques graves peuvent imposer la transfusion de plasma frais congelé (PFC) avec viro-inactivation, voire des concentrés de facteur du « complexe prothrombinique » (PPSB). Car ces produits (PFC et PPSB) sont des apports riches et immédiatement disponibles de facteurs de la coagulation. La formation de la thrombine est en effet une étape clef de la coagulation : c'est une enzyme qui transforme le fibrinogène en fibrine, l'âme du thrombus sanguin que l'on appelle communément « caillot sanguin » (terme en principe proscrit quand on parle d'un organisme vivant).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 06/12/2019 - 23:33
Un avocat avec le poisson cru ?
Pas à ma connaissance. Quand des métropolitains viennent nous voir, ils nous en font faire une cure, de poisson cru. Je n'en ai jamais vu dans les portions vendues dans le commerce ou proposées au restaurant. Je ne crois pas personnellement que ce soit une bonne idée : le mariage (hum ! un mot frelaté après Taubira) des goûts et des textures ne serait pas des plus heureux. Mais bon, pourquoi pas ? Le site "avocat" que j'ai ouvert m'a indiqué qu'effectivement il y a de la vitamine K dedans. Rassurez-vous : la banane, c'est à cause du "Gorille", je ne suis pas encore mort, et donc apparemment je ne suis pas en carence, bien que "gorille".
clo-ette
- 06/12/2019 - 21:34
@Gorille
oui, c'est vrai, j'aurais du y penser, c'est un fruit qui pousse bien sous ces climats . En met -on dans la délicieuse salade tahitienne ? ( poisson cru, lait de coco, citron, concombre ... ) . Les gens sont tous beaux à Tahiti, ce doit être la nourriture et ses vitamines ! ...
Le gorille
- 06/12/2019 - 18:56
Les avocats
Il y en a d'excellents à Tahiti ! Et de différentes sortes et, surtout, deux, trois, quatre fois plus gros que ceux du commerce en métropole. Inutile donc d'en chercher venant d'ailleurs. Mon épouse m'en a rapporté des verts "bio" du magasin, pas terribles. Mais d'autres "bio", plutôt violets noirs, venant d'un potager-verger (faapu) ami sont parfaits. Aucun avocat ne donne mal à la tête à Tahiti ! Bon, il faut compter avec les saisons...