En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 1 heure 54 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 5 heures 8 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 6 heures 21 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 9 heures 1 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le centre ? Quel centre ? Le socialisme gagne les USA et le centre quitte la vie politique mondiale. Pourquoi ?

il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Zones d'ombre
Inquiétudes en Europe : comment le coronavirus a-t-il pu arriver en Italie si rapidement ?
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Politique
Qu'est-ce qu'on se marre avec lui…

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Coronavirus : Italie, Corée du Sud et contaminations non détectées, la France se prépare-t-elle assez à une potentielle pandémie ?

il y a 13 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Et si le principal obstacle sur la route des voitures autonomes était… la neige et la pluie ?
il y a 14 heures 31 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 2 heures 49 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 5 heures 49 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 6 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 8 heures 52 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 9 heures 19 min
pépites > Justice
Terrorisme
Nicole Belloubet révèle qu'une quarantaine de djihadistes vont sortir de prison en 2020 et près de 300 d'ici 2023
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Economie
Diplomatie

L'euro au plus bas par rapport au dollar : pourquoi, jusqu’où ?

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Economie
Disraeli Scanner

La République une et indivisible d’Emmanuel Todd

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Terrorisme
Etat islamique

Vous pensiez Daesh battu ? Revoyez votre copie

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Leçons

Le Fillonisme, ce deuil non accompli qui revient hanter la droite

il y a 14 heures 42 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Inquiétudes

Agribashing : et si les agriculteurs étaient avant tout les victimes d’un "human bashing" ?

Publié le 01 décembre 2019
Par-delà leurs difficultés économiques et l’agribashing, les agriculteurs semblent être d’abord et avant tout les victimes d’un « human bashing », et plus précisément de trois formes de déshumanisation.
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Par-delà leurs difficultés économiques et l’agribashing, les agriculteurs semblent être d’abord et avant tout les victimes d’un « human bashing », et plus précisément de trois formes de déshumanisation.

L’agribashing, qui a été l’un des leitmotivs de deux mobilisations de la Fnsea et des Jeunes agriculteurs au mois d’octobre 2019 et d’une autre mobilisation le 27 novembre, est perçu dans une enquête d’opinion réalisée en octobre dernier par l’Ifop pour Ouest France comme la troisième source d’inquiétude pour les agriculteurs interrogés. Dans cette enquête menée auprès d’un échantillon de 418 agriculteurs, les critiques répétées et les attaques médiatiques contre le secteur agricole arrivent en troisième position du total des réponses, pour 31 % d’entre eux, et même en seconde position si l’on ne prend en compte que les réponses citées en premier (graphique 1). En outre, la montée en puissance des mouvements animalistes arrive en sixième position, pour 16 % d’entre eux.

Cela renvoie évidemment aux incompréhensions et aux tensions qui peuvent exister entre une partie de la société et les agriculteurs, entre des néo-ruraux et les agriculteurs, entre des médias généralistes et les agriculteurs, entre une partie du monde associatif et les agriculteurs ou entre les antispécistes et les éleveurs, ou encore aux clivages entre agriculture biologique et conventionnelle. Cela amène, en effet, nombre d’exploitants à estimer que certaines de leurs pratiques et de leurs activités font l’objet d’un dénigrement assez systématique dans l’espace public (médias généralistes, réseaux sociaux, édition, etc.) et que cela a un impact concret, par exemple, dans les relations qu’ils peuvent avoir avec leur voisinage ou en incitant certains individus, qu’ils soient militants d’une organisation ou pas, à commettre des actes malveillants à leur égard. On passe donc ainsi d’une critique dans l’espace public à une critique dans un espace privé, qui peut même dans certains cas aboutir à une agression verbale, voire physique.

Le monde agricole peut incriminer le manque de connaissance des citadins vis-à-vis de l’agriculture actuelle et du monde rural, ainsi que leur défiance à l’égard d’un système alimentaire qui n’a pourtant jamais été aussi sûr ; le militantisme, la radicalité et l’exploitation des peurs de la part d’une partie du monde associatif ; le goût des médias pour la dénonciation de scandales, l’exploitation des polémiques et des controverses et un biais en faveur des « petits », des victimes et des « dominés » ; le suivisme et/ou l’opportunisme des élus, des politiques et de certains acteurs économiques qui s’adaptent à l’« air du temps », comme ont pu en témoigner ces derniers temps la multiplication des arrêtés municipaux instaurant des zones de non-traitement entre les champs et les zones d’habitation. Il peut aussi faire son mea culpa en cherchant à améliorer ses pratiques ou, au moins, sa communication.

Tout ceci est largement fondé. Cependant, une autre lecture peut être aussi envisagée. En effet, par-delà les turbulences économiques traversées par de nombreuses filières ou à titre individuel et cet agribashing, les agriculteurs sont avant tout les victimes d’une déshumanisation, d’un véritable « human bashing », et plus précisément de trois formes de déshumanisation.

Un écosystème qui peut basculer dans la déshumanisation en cas de difficultés

La première est, reconnaissons-le, la déshumanisation de l’écosystème dans lequel les agriculteurs sont insérés à partir du moment où ceux-ci rencontrent des difficultés (de nature financière, maladies, accident, incendie, maladie du bétail, etc.). Évidemment, il ne convient pas d’en faire une quelconque généralité. Cependant, le film Au nom de la terre réalisé par Edouard Bergeon et l’ouvrage de Camille Beaurain et d’Antoine Jeandey, Tu m’as laissée en vie (Cherche Midi, 2019), qui racontent les histoires dramatiques de deux agriculteurs ayant mis fin à leur jour et qui ont tous les deux rencontré un grand succès public, montrent bien que certains exploitants peuvent se retrouver coincés dans un engrenage totalement déshumanisé lorsqu’ils sont en difficultés. Cela peut concerner les rapports qu’ils peuvent avoir avec leurs parents, les coopératives, les banques, la MSA, des fournisseurs, des centres de gestion, des industriels de l’agroalimentaire ou encore la grande distribution.

C’est ce que l’on peut voir dans le film d’Edouard Bergeon consacré à l’histoire de son père Christian Bergeon, éleveur dans le Poitou, à travers les relations compliquées, c’est le moins que l’on puisse dire, avec son propre père, ou suite à une sécheresse et à un incendie.

C’est également ce qu’exprime bien Camille Beaurain dans le livre co-écrit avec Antoine Jeandey, notamment à propos des banques : « Les publicités pour ces organismes parlent ici du "bon sens près de chez vous", là de "l’esprit mutualiste", ou encore de "l’esprit coopératif". De bien jolis mots, respectés par certains bien sûr à l’intérieur des structures, mais auxquels il faut aussi adjoindre des obligations de résultats, qui font évoluer les mentalités. Il y a souvent des directeurs arrivistes qui insistent et mettent au point des systèmes de primes aux résultats (ou, à l’inverse, de pénalités sans eux), qui déshumanisent tous ceux qui travaillent aux échelons inférieurs, les forçant à faire du chiffre, coûte que coûte, quelles que soient les conséquences. A l’arrivée, l’impression donnée est qu’effectivement certaines banques, mutuelles, coopératives… font partie de ceux qui profitent des pires situations individuelles, en les enfonçant toujours plus au passage. » En l’occurrence, le couple d’agriculteurs n’a jamais été en mesure, par exemple, de renégocier un taux de prêt bancaire pourtant élevé, à 6 %, ni auprès de leur banque, ni auprès d’autres établissements financiers.

Camille Beaurain montre également du doigt les centres de gestion, qui surfacturent leurs prestations, les industriels de l’agroalimentaire, ou encore les coopératives. De son point de vue, à propos de ces dernières, « beaucoup parmi elles, se sont finalement détachées de leur mission originelle – de services rendus aux agriculteurs – pour rentrer dans une logique de profits […]. A l’arrivée, l’adhérent de base, le paysan, ne devient que celui qui fournit le fonds propre de cet ensemble quasi tentaculaire, et qui finit par n’en obtenir que peu de considération. Bien sûr, toutes les coopératives n’ont pas connu ces dérives ». En parlant de la coopérative à qui le couple d’agriculteurs devaient de l’argent : « de cette coopérative, nous avons reçu une facture de 24 000 euros, doublée d’une mise en demeure… alors que nous devions 18 000 euros ! Elle s’octroyait ainsi 6 000 euros d’intérêts sur notre dos, au pire moment. Tandis que nous étions au fond du trou, à tout juste espérer nous en sortir, cette coopérative avait décidé de tuer notre exploitation ».

Un article publié dans Le Monde le 22 novembre 2019 fait référence à ce propos à une étude du chercheur Gilles Laferté sur la relation bancaire dans les zones rurales de Bourgogne qui tend à corroborer ce témoignage à travers sa description du « passage de la banque de face-à-face à la banque automatisée ». Des années 1960 aux années 1980, « les "démarcheurs" du Crédit agricole faisaient des tournées dans les fermes et les caisses locales étaient dirigées par des administrateurs qui étaient, pour 90 % d’entre eux, des agriculteurs ». Ils étaient par conséquent connus personnellement des agriculteurs. C’est ce qui a changé dans les années 1990. Les employés des agences bancaires ne viennent plus forcément du monde rural et peuvent n’être que de passage dans la région. Gilles Laferté explique également que « Les codes de déontologie qui se mettent en place à la fin des années 1980 insistent […] sur la relative distance à garder avec la clientèle », tandis qu’« un système de notation évaluant de manière rationnelle la probabilité de défaut » se substitue à « l’appréciation personnelle du conseiller ». Or, pour le chercheur, ceci a provoqué une forme de défiance : « perte de pouvoir des caisses locales au profit des systèmes automatisés, composition de plus en plus allochtone des personnels, distanciation sociale de plus en plus accusée entre les personnels et la clientèle : si la direction de la banque cherche à limiter les effets d’interconnaissance, la clientèle, elle, semble à l’inverse attachée à une forte personnalisation de la relation bancaire ».

Cette dépersonnalisation d’un certain nombre d’institutions dans leurs rapports avec leurs clients ou leurs usagers (que l’on retrouve également dans des administrations publiques ou de protection sociale) peut devenir dramatique aux yeux d’un certain nombre d’agriculteurs lorsque ceux-ci rencontrent de graves difficultés. Ce ne sont pas ces institutions qui sont à mettre en cause, mais plutôt un « système » qui s’est mis en place, et qui est bien décrit par Gilles Laferté, favorisant à la fois une mise à distance avec le public et une évaluation des personnes sur la base de normes souvent rigides et non négociables.

Une déshumanisation qui alimente la société de la défiance

La seconde forme de déshumanisation dont les agriculteurs sont les victimes concerne les rapports qu’ils peuvent entretenir avec le reste de la société. Ceux-ci sont ainsi souvent perçus désormais comme les simples mailons d’un mode de production agricole dit « conventionnel », « intensif » ou « productiviste » ou, plus largement, d’un système alimentaire qui tend à susciter, à tort ou à raison, une certaine défiance au sein de la population.

Cela s’explique en premier lieu par le fait que les agriculteurs ont un poids démographique de plus en plus faible, y compris dans le monde rural (sinon les maires de communes rurales ne prendraient pas le « risque » de signer des arrêtés sur les ZNT). Cela signifie qu’un citadin moyen a très peu l’occasion de croiser, de rencontrer ou a fortiori de discuter avec un agriculteur.

Il en est de même sur le plan économique. Les agriculteurs sont souvent des fournisseurs de matières premières d’un système alimentaire où ce sont les industriels de l’agroalimentaire et les distributeurs qui sont en prise directe avec les consommateurs.

Cela explique évidemment la large méconnaissance de la part des citadins (ou des journalistes) de ce qu’est l’agriculture actuelle, d’autant que les industriels et les distributeurs peuvent chercher à faire passer des productions industrielles pour des productions artisanales en mettant en avant l’image d’un agriculteur sur leurs emballages (à tel point que certains commencent à parler de « farmer washing », comme l’on parle communément de « green washing ») et d’une agriculture fantasmée, celle de nos « grands-parents », qui n’existe plus ou même qui n’a jamais existé.

Il est également évident, on le voit dans de nombreuses enquêtes d’opinion, que les acteurs et les institutions qui suscitent le plus de confiance, ou plus précisément le moins de défiance, sont celles qui sont perçues comme les plus proches de la personne interrogée.

On le voit bien à propos des élus : les Français font confiance aux maires, qu’ils peuvent croiser de temps à autres à la campagne ou dans les petites villes, un peu moins aux élus départementaux et régionaux, qu’ils ont moins l’occasion de rencontrer, et a fortiori beaucoup moins aux élus nationaux et européens. Il en est de même sur le plan économique : on fait confiance au petit commerçant du coin que l’on connaît ou à la PME locale et pas nécessairement à la grande marque multinationale, d’autant plus si celle-ci est étrangère. De même, toutes les enquêtes montrent que les consommateurs feront toujours plus confiance à un produit alimentaire Made in France qu’à un produit élaboré ou transformé à l’étranger, qui plus est en dehors de l’Union européenne.

En résumé, qui dit confiance, dit proximité avec la possibilité éventuelle d’une relation interpersonnelle. D’où le succès des circuits courts, des marchés alimentaires, des magasins de producteurs ou des opérations de « fermes ouvertes ». On a pu le voir récemment avec justement le succès différencié du film Au nom de la terre selon que l’on se trouve à Paris ou en région. Le sociologue Jean Viard explique à ce propos que « Pour les Parisiens, ça n’a aucun intérêt ce paysan qui a un grand poulailler industriel et qui se suicide parce qu’il ne s’en sort pas. Alors que pour les gens de la campagne, ce paysan se bat pour vivre, développer son entreprise […] ils se vivent de son côté ». On peut donc supposer qu’il existe une forme d’indifférence de la part des Parisiens qui sont très éloignés des problématiques agricoles et rurales parce qu’ils ont peu l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des agriculteurs (hors SIA) et, parallèlement, une forme d’empathie dans le monde provincial et rural pour des personnes que l’on côtoie au moins de temps en temps.

On peut donc considérer qu’un système alimentaire industrialisé et globalisé qui produit une alimentation transformée, voire ultratransformée ne peut être qu’un facteur de défiance aux yeux des consommateurs, indépendamment des crises sanitaires, car la confiance qu’ils peuvent avoir envers des acteurs à la fois « gros » et lointains ne peut être que bien plus fragile que celle qu’ils ont envers des « petits » qui sont proches d’eux. Et c’est loin d’être nouveau. Le sociologue Jocelyn Raude explique ainsi que « le plus souvent dans l’histoire, les crises alimentaires émergeaient dans des contextes spécifiques, en particulier des contextes d’urbanisation ou de division sociale du travail. Les éléments de confiance interpersonnelle qui dominaient dans les systèmes traditionnels disparaissent au profit de relations à des organisations ou des institutions. Or, la confiance en ces dernières est beaucoup plus fragile que la confiance envers les personnes ».

Il est évident que le monde agricole pâtit de l’image de ce système alimentaire industrialisé et globalisé à partir du moment où les consommateurs perçoivent les enjeux autour de l’agriculture d’abord à travers leur alimentation et peuvent assimiler les agriculteurs à des parties prenantes de ce système, d’autant plus qu’ils ne savent pas très bien ce qu’est l’agriculture actuelle et qu’ils ne connaissent pas d’agriculteurs dans leur entourage. La perception d’un agriculteur partie prenante intégrante de ce système ne peut donc que contribuer à le déshumaniser.

Une déshumanisation qui peut faciliter le passage à l’acte

La troisième forme de déshumanisation est liée au fait que les agriculteurs, principalement ceux qui produisent en conventionnel, sont avant tout perçus par une partie du monde associatif et des médias comme les simples représentants ou incarnation d’un système de production qu’ils rejettent et sont donc encore une fois en grande partie déshumanisé. C’est encore davantage le cas pour les agriculteurs syndiqués à la FNSEA, assimilée au principal « lobby » de ce mode de production. Ces critiques ne s’adressent pas à un individu spécifique, mais au défenseur déshumanisé d’un système honni, pire, à des « empoisonneurs », à des personnes qui maltraitent les animaux et même à de véritables « trolls de Monsanto », soit l’incarnation du « diable » aux yeux de certains.

Cela ne peut que conduire à une critique violente, a fortiori sur les réseaux sociaux, qui peut quelquefois appeler à « cogner les empoisonneurs » et même, dans certains cas extrêmes, à des passages à l’acte, de l’insulte à l’agression. Il est évident que, si le voisin d’une exploitation connaît bien personnellement un agriculteur, il ne va pas l’agresser « à froid », même en cas de désaccord. En revanche, si ce même agriculteur n’est perçu que comme le représentant anonyme d’un système, le seuil du passage à l’acte ne peut être qu’abaissé.

On a pu le voir récemment, par exemple, avec l’intrusion dans la ferme d’un éleveur qui travaillait pour Fleury Michon de la part du député LFI Bastien Lachaud soutenue par le groupe animaliste DXE. La dénonciation publique faite par le député via une vidéo ne s’adressait par à un être humain spécifique (on peut estimer que si le député connaissait personnellement l’agriculteur en question, il ne se serait pas introduit clandestinement dans son exploitation), mais à un éleveur totalement déshumanisé, perçu comme le simple maillon de la chaîne d’un processus de production sous l’égide d’un géant de l’agroalimentaire, en l’occurrence Fleury Michon, s’appuyant sur un élevage intensif.

C’est ce qui est observé également, par exemple, à l’égard des policiers. Un policier que l’on peut croiser fréquemment dans son quartier ou même que l’on peut connaître personnellement ne suscitera pas de passage à l’acte particulier. En revanche, face à un policier lambda que l’on ne connaît pas personnellement, qui plus est « anonymisé » par une tenue à la Robocop, incarnation d’un Etat honni, un manifestant sera beaucoup plus enclin à passer à l’acte.

Ce discours radical à l’égard de l’agriculture est également sans aucun doute favorisé par les réseaux sociaux qui se traduit là aussi par une mise à distance. Il est évident que l’on ne s’exprime pas de la même manière sur quelqu’un de précis sur Twitter derrière un pseudo que si on lui fait face dans la réalité. Là aussi, on va évaluer quelqu’un en fonction de normes et de principes largement déconnectés de la réalité.

Tout ceci milite à l’évidence en faveur d’un grand retour de l’humain et notamment d’un rapprochement entre les agriculteurs et leur voisinage, et plus largement, les citadins. Les agriculteurs en ont d’ailleurs bien conscience car ils multiplient ces dernières années les prises de contact afin d’éviter les « prises de tête » ou les « prises de bec ». L’enquête Ifop d’octobre 2019 montre à ce propos que, pour améliorer les relations entre le monde paysan et les consommateurs, les agriculteurs plébiscitent la proximité et la transparence (graphique 2). C’est tout particulièrement le cas des agriculteurs conventionnels (graphique 3).

 

Cela paraît d’autant plus essentiel qu'il ne faut jamais oublier l’humain derrière les statistiques, les objectifs économiques, les principes ou les angoisses car, on le sait maintenant, la déshumanisation peut tuer.
 

En savoir plus : https://www.ifop.com/wp-content/uploads/2019/10/116695-Pr%C3%A9sentation.pdf (enquête Ifop pour Ouest France menée en octobre 2019 auprès d’un échantillon de 418 agriculteurs) ; https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/11/22/la-confiance-une-denree-en-voie-de-disparition_6020082_3232.html (article du Monde du 22 novembre 2019 faisant référence à une étude du chercheur Gilles Laferté) ; https://www.sudouest.fr/2019/11/24/au-nom-de-la-terre-un-film-coup-de-poing-qui-a-change-le-regard-sur-l-agriculture-6861307-4720.php (entretien accordé par Jean Viard à Sud Ouest le 24 novembre 2019), http://www.agrobiosciences.org/archives-114/alimentation-et-societe/en-collaboration/article/risques-et-peurs-alimentaires-les-lecons-des-crises-alimentaires-contemporaines-par-jocelyn-raude (Jocelyn Raude, « Risques et peurs alimentaires : les leçons des crises alimentaires contemporaines », Séminaire des personnels de direction de l’enseignement technique agricole public français, 14 octobre 2008).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
xavier69
- 02/12/2019 - 07:19
Les ecolos
Tous les écolos des villes qui veulent manger bio et vont se polluer dans le métro ,c’est plutôt tragique. Quant à l’utilisation de pesticides,qui a permis d’eviter des famines ,tout le bénéfice de ces produits ( même s.il faut les utiliser avec précaution) est perdu au profit du fantasme des écolos es villes qui pensent que la nature est parfaite . Parlons en aux doryphores,aux mauvaises herbes,aux moisissures ,aux moustiques transmettant la malaria etc...
ajm
- 01/12/2019 - 19:20
Rationnement.
On va finir par retrouver la bonne agriculture totalement bio de l'occupation avec ticket de rationnement, où on crevait la dalle dans les grandes villes , avec régime minceur pour tous , sauf si on avait de la famille à la campagne ou des accointances coupables avec l'occupant. C'est à vrai dire aussi ce qui se passe dans le "vrai" socialisme, à Cuba, Venezuela ou Corée du nord. Pas un hasard si tous ces écolos sectaires sont issus de cette mouvance.