En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Après la Grèce, le Portugal

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 39 min 28 sec
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 22 heures 18 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 22 heures 56 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 1 jour 9 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 1 heure 51 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 2 heures 53 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 5 heures 24 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 6 heures 6 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 22 heures 34 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 23 heures 21 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 1 jour 37 min
© Olivier Douliery / AFP
© Olivier Douliery / AFP
Réforme politique

Afghanistan : une situation politique ubuesque

Publié le 29 novembre 2019
La récent scrutin présidentiel de septembre dernier en Afghanistan a été marqué par une forte abstention et un contexte sécuritaire toujours délicat. Didier Chaudet décrypte pour Atlantico la situation politique du pays.
Didier Chaudet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Chaudet est spécialiste de l’Asie centrale post-soviétique et de l’Asie du Sud-Ouest (Iran, Afghanistan, Pakistan). Il est directeur de la publication du CAPE et chercheur associé à l'IFEAC (Institut français d'études sur l'Asie Centrale). D...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La récent scrutin présidentiel de septembre dernier en Afghanistan a été marqué par une forte abstention et un contexte sécuritaire toujours délicat. Didier Chaudet décrypte pour Atlantico la situation politique du pays.

Les Afghans sont un peuple qui a subi près de quarante de guerres civiles. Pour le citoyen lambda, le but est de vivre enfin en paix, et d’offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Hélas, comme dans bien d’autres pays, si le peuple a des objectifs relativement simples et sains pour son avenir, les élites, prises dans leurs luttes de pouvoir, ne sont pas vraiment à la hauteur des espérances populaires. On en a encore un exemple avec la situation ubuesque des élections présidentielles afghanes de 2019, qui ressemblent à une triste copie de celles de 2014. 

Élections présidentielles afghanes de 2014 : des problèmes prévisibles ?

Les élections présidentielles de 2014 avaient été particulièrement marquantes : elles avaient exposé au grand jour les faiblesses d’une démocratie afghane minée de l’intérieur par des problèmes de clientélisme, de corruption, sans oublier les tensions ethniques. 

On a vu le vainqueur du premier tour, Abdullah Abdullah, perdre au second tour face à Ashraf Ghani, représentant l’ethnie qui a toujours dominé, historiquement, l’Afghanistan, à savoir les Pachtounes. Certes, les deux principaux candidats avaient réussi à rallier autour d’eux des représentants des différentes communautés, mais sur place, personne n’était dupe : Ashraf Ghani représentait les Pachtounes, et Abdullah Abdullah, les Tadjiks (alors qu’il est aussi à moitié Pachtoune) et l’ancienne Alliance du Nord. Et comme cela a été affirmé à l’auteur de ces lignes, dans les bureaux mêmes d’un ministère à Kaboul, en juillet 2014 : « L’Afghanistan n’est pas prête à être dirigée par un non-Pachtoune ». Tout est dit… 

Entre fin juin et début juillet 2014, quiconque se trouvant à Kaboul ne pouvait que constater qu’une autre guerre civile était possible, au sein même des forces qui s’opposaient ensemble contre les Taliban : les pro-Abdullah et les pro-Ghani auraient pu s’opposer par la force, si les Américains n’étaient pas intervenus. La fraude électorale était incontestable, un produit quasi-inévitable de la corruption et du fonctionnement clientéliste à Kaboul. Cette fraude électorale a peut-être coûté la présidence à Abdullah, qui avait réuni sur son nom, au premier tour, 44,5% des voix… C’est bien l’implication directe de Barack Obama et de John Kerry, secondés par l’ONU, qui a évité le pire, et permis un partage du pouvoir plus fondé sur l’équilibre militaire des forces que sur le vote des Afghans eux-mêmes.

Un fiasco politique né de la corruption et de la mauvaise gouvernance

De cette situation, on ne peut pas blâmer les Afghans en premier lieu : les électeurs ont fait confiance au système, ce qui se retrouve au moins dans les chiffres très honorables de la participation au premier tour, en avril 2014 ; et les élites elles-mêmes n’ont fait que continuer à agir d’une façon qui a été tolérée par les Américains et ses alliés occidentaux. Washington (comme Paris d’ailleurs) n’a pas réagi avec une assez grande fermeté quand la corruption est allée jusqu’au scandale des « soldats fantômes », existant uniquement sur le papier, rendant les combats bien difficiles, dans certains endroits, face aux Taliban. De même, il y a eu des « écoles fantômes ». On le sait aujourd’hui : les chiffres rassurants qui ont souvent été mis en avant, notamment pour les écoles de filles, n’ont jamais été confirmés dans les faits. Plus on s’éloigne des grandes villes afghanes, plus l’argent des contributeurs internationaux, transporté directement en liquide, n’est pas arrivé aux destinataires légitimes. Les écoles existantes manquent le plus souvent des infrastructures les plus élémentaires, malgré les milliards de dollars dépensés par la communauté internationale. Les diplomates et analystes occidentaux, parqués dans les ambassades et autres cages dorées pour expatriés, ont souvent accepté pour argent comptant ce qu’on leur disait à Kaboul, ou n’ont vu que ce qu’ils voulaient voir… Mais les faits sont têtus : ces dysfonctionnements, cette corruption, ont bien amené le pays au bord du gouffre en 2014. Car si le camp anti-Taliban se divise jusqu’à s’entre-déchirer, le pays pourrait plonger dans le chaos pour les prochaines décennies. Ou se réveiller un jour totalement sous le joug des Taliban, voire pire… 

On aurait pu espérer que les Américains, leurs alliés, et les élites afghanes en tirent les leçons, et essayent au moins de mener des présidentielles plus transparentes, en 2019. Hélas, cela n’a pas été le cas. 

Élections présidentielles de 2019 : un état des lieux

Pour comprendre l’étendue de l’échec de ces élections, quelques chiffres : il n’y a que 9,6 millions de citoyens enregistrés sur les listes électorales sur une population de 37 millions. Imaginez une France où les seules personnes votant viennent des grandes villes uniquement… Mais ces élections, même au niveau des électeurs enregistrés sur les listes, n’a pas beaucoup motivé. En fait, la participation pour ses élections présidentielles a été la plus faible de la courte Histoire démocratique de ce pays : seulement entre un quart (au mieux) et un cinquième (au pire) des inscrits s’est déplacé pour voter. En fin de compte, le prochain président afghan aura été choisi par une majorité obtenue sur seulement 1,8 million de votes, considérés comme valides. Bien entendu, le risque sécuritaire représenté par la rébellion anti-gouvernementale (Taliban et Daech) et ses menaces terroristes n’a pas aidé à la mobilisation. Mais il faut être lucide : ces chiffres sont la preuve d’un désamour pour le système démocratique tel qu’il est présenté aux citoyens afghans. Et avec ce qui a été rappelé plus haut, qui pourrait les blâmer ? 

Les élections ont eu lieu fin septembre. On attendait les résultats pour le 19 octobre. Mais, pour cause de problèmes « techniques », cela a été repoussé au 14 novembre. Date butoir qui n’a pas été respectée. Des officiels afghans, avec un sens de l’humour qui leur est propre sans doute, ont déclaré que ces élections avaient été les plus transparentes de ces dernières années, après le fiasco de 2014 évoqué plus haut, et les élections parlementaires chaotiques d’octobre 2018. L’utilisation d’un système biométrique n’a pourtant qu’entraîner de nouvelles façons de frauder, et des difficultés techniques. Quant aux deux principaux acteurs de ces élections, à nouveau Ghani et Abdullah, ils ont tous les deux crier victoire trop vite, et affirmer qu’ils n’accepteraient pas de reconnaître une défaite dans les urnes…

Une réforme politique en profondeur pour sauver l’Afghanistan ? 

Il faudrait, sur le court terme, penser à une situation alternative si la Commission Électorale Indépendante se montre incapable de sortir le pays de la crise. L’Afghanistan est tout de même en situation de guerre civile, et ne peut pas rester éternellement sans président, sans gouvernement un tant soit peu légitime. Peut-être faudra-t-il accepter l’idée de certains politiciens afghans, qui en appelle à la formation d’un gouvernement d’intérim. Une façon peu démocratique, mais efficace, de maintenir unies des forces anti-Taliban qui, autrement, pourraient aller jusqu’à se combattre.

Mais sur le plus long terme, Il faudrait que les Américains et leurs alliés fassent leur mea culpa face à ce nouveau fiasco politique. En effet, après la chute des Taliban, ils ont fait le choix d’imposer à une société atomisée par les différences ethniques et régionales, à un pays où le local et le régional ont toujours eu une certaine autonomie face à la capitale, un pouvoir central renforcé où le président tient une place bien trop importante. Cela a renforcé le caractère particulièrement important des élections présidentielles : le camp qui gagne rafle la mise, dans tous les sens du terme… C’est un système qui ne pouvait qu’attiser les appétits et les rivalités en Afghanistan. Pour apaiser les tensions entre les différents groupes se partageant le pouvoir à Kaboul, mais aussi pour faire la paix, un jour, avec les groupes rebelles, il faudrait au moins une décentralisation donnant l’impression que tout ne se joue pas à Kaboul, et que toutes les ressources ne convergent pas uniquement vers le palais présidentiel. 

Mieux encore, il faudrait une réelle autonomie donnée aux provinces pour gérer leurs affaires, et au moins une partie de leurs ressources financières. Avec des gouverneurs élus, et non pas nommés par le président, responsables de la bonne gestion économique de leurs provinces. Un pouvoir régional renforcé, responsable politiquement face à la population locale, avec un président se concentrant sur les affaires militaires et diplomatiques, bref en charge d’abord de trouver une solution à la guerre civile actuelle, serait la formule parfaite pour l’Afghanistan. 

Comment Washington et Paris peuvent aider la réforme politique nécessaire

Bien entendu, il faut continuer à aider l’Afghanistan. Par contre, la mauvaise gouvernance du pouvoir légal de Kaboul explique non seulement les difficultés rencontrées lors des élections présidentielles de 2014 et 2019, mais aussi les succès des Taliban. Washington, comme Paris et les autres capitales occidentales, sont coupables d’avoir fermés les yeux face à ce problème, ou au moins d’avoir trop longtemps considéré la chose comme secondaire.

Il n’est pas trop tard pour changer de discours, et mettre les élites au pouvoir à Kaboul face à leurs responsabilités. D’autant plus que ces élites ne sont pas un groupe monolithique : beaucoup sont ceux, notamment dans la jeune génération, qui veulent sincèrement servir leur pays, mais qui ne peuvent pas vraiment agir, seuls, face à un système qui accepte la corruption et la mauvaise gouvernance. Certains, après avoir abandonnés des carrières lucratives en Occident pour revenir aider leur pays, l’ont à nouveau quitté, en désespoir de cause. D’autres sont restés, par contre, et seraient encouragés par un changement de ton venant de Paris, de Bruxelles, de Washington. Si les diplomaties occidentales prennent enfin au sérieux l’idée de construire une démocratie solide en Afghanistan, ils trouveront bien des Afghans prêts à soutenir une évolution nécessaire, et même vitale, du fonctionnement politique à Kaboul.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 29/11/2019 - 17:00
Un espoir pour les Afghans?
Monsieur Chaudet a bien raison: si Paris et Bruxelles se décident enfin à enseigner la "bonne gouvernance" aux Afghans, alors là les choses devraient s'arranger au mieux.