En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 38 min 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 31 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 39 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 8 heures 4 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 13 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 3 heures 53 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 15 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 8 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 6 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Enjeux de la mobilisation

5 décembre : radioscopie des attentes des Français vis-à-vis d’Emmanuel Macron

Publié le 24 novembre 2019
A quelques jours de la mobilisation du 5 décembre, l'analyse des mots employés par les Français permet de tirer de nombreux enseignements. Quels sont les mots et les thèmes abordés par les Français que le président Emmanuel Macron devrait aborder et gérer dans le cadre de son opération reconquête ?
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quelques jours de la mobilisation du 5 décembre, l'analyse des mots employés par les Français permet de tirer de nombreux enseignements. Quels sont les mots et les thèmes abordés par les Français que le président Emmanuel Macron devrait aborder et gérer dans le cadre de son opération reconquête ?

Atlantico.fr : Voilà une semaine qu'Emmanuel Macron est en opération reconquête auprès des Français, avant un mois de décembre qui s'annonce compliqué. L'entourage du Président craint en effet une mobilisation populaire importante. 

Quels sont les reproches qui sont les plus récurrents dans les mots qu'utilisent les Français à propos du Président ?

Chloé Morin : Une des manières de répondre à votre question est de partir d’une analyse de l’ensemble des conversations et des mentions concernant le Président sur le web - et je tiens ici à préciser que ce champs d’investigation est loin de se limiter à Twitter : il comprend également toutes les discussions publiques sur Facebook, Instagram, Youtube, mais aussi les mentions sur les sites des médias, nationaux comme plus confidentiels, ainsi que les blogs, ce qui représente au total un champ d’observation très vaste. Entre le 16 et le 23 novembre, Emmanuel Macron à fait l’objet de près de 660000 mentions, soit plus de 75000 mentions par jour. Un pic a été atteint le 22 novembre, autour de son passage à BFM TV et suite à son passage à Amiens, avec 125000 mentions dans la journée tous supports internet confondus.

 

Parmi ce vaste champ d’observation, Synthesio (filiale d’Ipsos spécialisé dans l’analyse des données web) a cartographié l’ensemble des hashtags les plus associés au Président de la République. Incontestablement, ces mots d’ordre sont pour la plus grande part connotés négativement : 

- on y trouve majoritairement des éléments associés aux réformes contestées actuellement, comme #retraites #1andecolere, #giletsjaunes, #violencespolicieres...
- y apparaissent des mots d’ordre plus politisés, visant directement le Président, comme #macrondestitution ou #anonymous
- le déplacement à Amiens a suscité beaucoup de discussions, autour de #whirlpool et #MacronAmiens
- de manière plus neutre, le Président est associé à #maires, #lrem, #france ou #politique

Lorsqu’on analyse, cette fois-ci non pas les hashtags associés au Président, mais le contenu des propos déployés sur Twitter, Facebook, YouTube, les blogs et sites internets en tout genre, l’immense majorité des propos recueillis relève de sentiments négatifs. En dehors de quelques sujets rapportés de manière factuelle et neutre, notamment le congrès des maires et la visite à Amiens (pour une partie des propos touchant à ces sujets), on trouve des champs sémantiques illustrant le sentiment de colère sociale :

- des mots appartenant désormais à la rhétorique habituelle des Gilets jaunes, mettant en scène un “peuple” en colère contre des “élites” déconnectées voire nuisibles : colère, gilets, mouvements, sociale, pouvoir, peuple, riches, médias...
- de nombreux propos focalisés sur les “violences” : police, policiers, casseurs... Il convient d’ailleurs de noter que Castaner est le seul membre du gouvernement apparaissant parmi les conversations les plus récurrentes portant sur le Président, signe qu’il se trouve lui aussi dans l’œil du cyclone des critiques, au moins pour la partie de son action liée à la gestion de l’ordre public.

Globalement, la tonalité des conversations en ligne portant sur le Président est donc très marquée par l’actualité sociale, la perspective de la manifestation du 5 décembre, et les reproches adressés aux réformes gouvernementales tout comme à la méthode de maintien de l’ordre employée. Au regard de l’ensemble de ces données, la personnalité du Président est certes au cœur des critiques, et visée à travers ses actes et réformes, mais se trouve beaucoup moins ciblée à travers des traits de caractère qui lui seraient reprochés , comme cela a pu être le cas dans certains épisodes de tensions passés. De toute évidence, le volume très important de ces discussions escamote pour le moment toute capacité gouvernementale ou présidentielle d’imposer un autre agenda, en tout cas sur le web.

La stratégie du Président et de son équipe a semble-t-il été de renforcer son image de proximité et d'ancrage dans un territoire. Est-ce une stratégie qui peut être gagnante au regard de ce que les Français reprochent à Emmanuel Macron ? Certains estiment qu'une "chiraquisation" peut entamer l'image d'activité et d'autorité qu'il a accumulé...

Ses propos devant le congrès des maires, ses récentes visites sur les territoires... il existe en effet de nombreux exemples récents où le Président affiche une forme de proximité dont on lui a reproché de manquer ces deux dernières années. Tenter d’atténuer les traits d’images et perceptions négatives qui se sont accumulées avec le temps dans les représentations collectives est une tactique courante en politique (et pas seulement).
La difficulté de la tâche est double : 

- d’une part, la cohérence et la sincérité perçues sont aujourd’hui essentielles, car elles sont le gage de l’authenticité et donc de la confiance. Un responsable politique qui chercherait à modifier trop profondément son image serait immédiatement soupçonné de “manipulation”, et se verrait opposer un mur de suspicion réduisant ses efforts à néant. Pas de rupture de cohérence, c’est un mot d’ordre important je crois
- second point, il est souvent plus facile de réactiver les points forts (autorité, volontarisme, dynamisme) que de gommer les défauts perçus, surtout lorsque ceux-ci sont ancrés de longue date. Donc la question, pour le Président, sera celle de la part d’efforts qu’il va dédier à réactiver ses points forts, ceux qui l’ont rendu populaire dès son apparition sur la scène politique il y a 4 ans, et la part des efforts consacrée à atténuer ou gommer ses “défauts” perçus. 

Un sondage Ipsos pour Le Point a montré cette semaine que Nicolas Sarkozy était la personnalité préférée des sympathisants LREM. Que devrait en retenir le Président ? 

Il y a des limites à la comparaison des personnalités politiques considérées comme “retraitées”, comme l’est Nicolas Sarkozy, et des personnalités en fonction. 

Les unes peuvent se reposer sur notre tendance, liée à nos biais cognitifs, à “réécrire l’histoire”, à trier parmi nos souvenirs et reconstruire une image un peu idéalisée (ou diabolisée, mais c’est plus rare) d’une figure publique. Les “ex” sont d’autant plus avantagés qu’on leur prête souvent l’envers des défauts reprochés aux responsables politiques en place : ainsi, dans les discussions sur Nicolas Sarkozy, on entend souvent sa capacité à “comprendre” les gens comme nous, par contraste avec un Président Macron moins “ancré” dans la réalité quotidienne. 

Par contraste, les responsables politiques en place concentrent sur eux toutes les attentes, les frustrations, les espoirs. Par conséquent, le niveau d’exigence entre un Macron et un Sarkozy, même aux yeux des sympathisants LREM, n’est sans doute pas du tout le même et je ne garderais de tirer trop de conclusions de la comparaison de leurs cotes de popularité.

Cela dit, il est vrai que contrairement à François Hollande, dont il s’est distancé très tôt, Emmanuelle Macron a entretenu une forme de lien relevant au moins de la courtoisie républicaine, voire sur certains sujets de la proximité idéologique revendiquée. Des lors, il n’est pas anormal que ses propres troupes ne voient pas en l’ex-Président un “ennemi”, et lui reconnaissent des qualités que Emmanuel Macron semble lui-même lui reconnaître.

Emmanuel Macron peut-il dénouer les griefs qui lui sont faits d'ici le 5 décembre, ou du moins détendre la situation ? Comment ? 

Souvenez-vous du tournant de l’an dernier : de nombreux commentateurs se déclaraient alors sceptiques sur la capacité d’un président qu’ils décrivaient comme assiégé et désemparé à dégonfler le mouvement des gilets jaunes. Puis, à la faveur d’un tournant stratégique, reposant sur l’affirmation d’une certaine fermeté et sur l’ouverture du Grand Débat, le Président avait finalement renversé la vapeur. Donc je pense qu’il faut être prudent et ne pas délivrer de pronostic définitif sur le sujet.

Il est vrai que le contexte social est très tendu, avec la multiplication de revendications relevant de catégories - hospitaliers, cheminots, étudiants, etc - ttes différentes. Cette diversité des mots d’ordre est une force pour le mouvement, car chacun peut potentiellement se reconnaître dans au moins un des mots d’ordre, qu’il s’agisse de la précarité, de la peur de travailler jusqu’à l’épuisement sans toucher sa retraite, de la souffrance au travail, ou des difficultés à boucler ses fins de mois. Il y a, sur le papier, la possibilité d’une “grève par procuration”, concept inventé en 1995 et dont j’avais personnellement cru, jusqu’à ce que les Gilets jaunes ne prouvent le contraire, que la fragmentation de la société, la montée du repli et de l’individualisme et la disparition des solidarités de classe l’avaient rendu obsolète. 

Mais en même temps, cette diversité des revendications et des points de vue pourrait être un atout pour le gouvernement : la voie de sortie la plus évidente pour lui (peut être pas la seule, mais en tout cas la plus évidente) serait de diviser le mouvement en mettant en évidence les divergences d’intérêt entre les différents acteurs du mouvement. Beaucoup d’actifs, par exemple, soutiennent la mise à bas des “privilèges” que sont à leurs yeux les régimes spéciaux de retraite, par exemple. Sur les retraites, les retraités actuels sont souvent les plus attachés à des chemins de réforme plus ambitieux sur la maîtrise de la dépense publique, alors que la principale préoccupation des actifs actuels serait plutôt de maintenir l’espoir d’avoir une retraite sans pour autant entamer leur pouvoir d’achat actuel à travers une hausse des cotisations. De même, selon que l’on occupe un emploi plus protégé, et plus ou moins bien rémunéré, la perception de la réforme de l’assurance chômage récemment entrée en application sera bien différente... etc. Dans ces divergences, le gouvernement peut, en théorie, s’engouffrer. 

S’agissant précisément d’Emmanuel Macron, le dilemme est le suivant : conserver son image d’autorité et de volontarisme, sans pour autant paraître amplifier les reproches qui lui sont faits en “déconnexion” ou en excès de “verticalité “. Un équilibre délicat à trouver...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 24/11/2019 - 18:30
le problème c'est cette école
qui se nomme ENA qui à l'envers donne ANE . ENA veut dire école nationale d'administration , cela veut dire qu'elle apprend à "administrer", à "gérer", et gérer quoi, je vous le demande ? eh bien gérer ce qui existe, par exemple la crise s'il y a crise, ou l'incurie, ou la médiocrité, etc, il n'y a pas génie créatif, on gère c'est tout ! il y a déficit ? qu'à cela ne tienne on augmente les impôts, il y a chômage? on donne des aides ( payé par les impôts ), etc . Les gens s'énervent ? on fait un petit discours, avec des phrases et des mots creux .... ça s'appelle "gérer" .
lasenorita
- 24/11/2019 - 16:47
Le nivellement par le bas.
Comme pour l'éducation nationale, les énarques,qui nous gouvernent, font,pour nos retraites, le nivellement par le bas! Il faut supprimer tous les abus: ne pas donner de retraites à ceux qui n'ont jamais cotisé ni travaillé dans notre pays, supprimer les retraites aux Algériens de plus de 100 ans...Le déficit du système de retraites s'établit entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d'euros d'ici 2025..Il est normal que ceux qui ont travaillé pendant plus de 40 ans,et qui ont cotisé tout le temps,ne soient pas contents quand il voit Macron leur piquer les sous de leur retraite pour les donner aux terroristes ''étrangers'' qui arrivent de plus en plus nombreux chez nous!
spiritucorsu
- 24/11/2019 - 15:27
Après la fable de Jupiter,voilà le coup du phénix.(suite et fin.
Le masque est donc tombé,les Français ne sont plus dupes devant tant d'imposture brutalement révélée,l'exaspération est à son comble d'autant que le monarque président sous couvert de rédemption s'essaye à de nouvelles feintes,après le coup de la fable de Jupiter,voici venir le coup du phénix qui renaît de ses cendres.Cette nouvelle version du personnage est tellement peu crédible qu'elle en est même risible.Encore une fois,très majoritairement,les Français n'ont qu'une attente,c'est que l'actuel locataire disparaisse le plus rapidement possible de leur écran radar avec le mince espoir qu'apparaisse enfin un homme ou une femme digne de la fonction qui les représente réellement,qui les réconcilie avec eux mêmes et qui oeuvre enfin pour le bien commun.Vaste programme aurait dit le Général de Gaulle qui était d'une toute autre stature.