En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 3 heures 26 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 6 heures 11 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 6 heures 34 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 7 heures 56 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 8 heures 50 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 9 heures 26 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 2 heures 47 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 6 heures 15 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 6 heures 50 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 9 heures 14 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 9 heures 36 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

Publié le 17 novembre 2019
Pour le premier anniversaire de la mobilisation, les manifestants d’extrême-gauche ont montré qu’ils ne renonçaient pas à la violence. La préfecture de police a contenu les troubles. Mais que se passera-t-il si le mouvement s’étend à nouveau parallèlement aux grèves annoncées le mois prochain ?
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le premier anniversaire de la mobilisation, les manifestants d’extrême-gauche ont montré qu’ils ne renonçaient pas à la violence. La préfecture de police a contenu les troubles. Mais que se passera-t-il si le mouvement s’étend à nouveau parallèlement aux grèves annoncées le mois prochain ?

Atlantico : Ce samedi 16 novembre, les Gilets jaunes ont été présents à Paris et dans de nombreuses villes de province. Était-ce un événement attendu, et comment l’avait-on préparé, chez les Gilets jaunes bien sûr, mais aussi chez les forces de sécurité ?

Christophe Boutin : Préparé, comment aurait-il pu en être autrement ? Il est de tradition de fêter les anniversaires, et celui du surgissement en France d’un mouvement qui a pu inspirer d’autres manifestants dans le monde, ou faire l’objet de très sérieuses études, ne pouvait y manquer.

À Paris, les manifestants, toujours divisés, avaient envisagé trois principaux modes d’action : deux manifestations et une opération de filtrage. Cette dernière, notamment relayée par Éric Drouet, devait se tenir dans le nord de Paris, avec pénétration du périphérique. Une manifestation-blocage envisageait elle d’agir au niveau de la place de l’Étoile, au haut des Champs-Élysées. Une manifestation plus classique enfin, proposée par Priscillia Ludosky, devait aller de la place d’Italie à la place Franz Liszt. Mais Paris ne résume pas la France et des manifestations étaient aussi prévues à Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Nantes, Toulouse ou Montpellier, certains groupes entendant, disaient-ils, renouer avec l’occupation des ronds-points des débuts du mouvement. Car c’était aussi cela la question : savoir comment revitaliser le mouvement et si l’on pourrait faire revenir les manifestants des premiers jours de 2018.

Face à cela, la préfecture de police de Paris a remis en place un dispositif maintenant bien rodé. Interdiction d’abord de tout rassemblement dans les quartiers des Champs-Elysées, de Notre-Dame, de l'hôtel Matignon, de la Tour Eiffel, du Sénat, des « grands magasins» » (boulevard Haussmann-Opéra) mais aussi dans les bois de Boulogne et de Vincennes, et ce à compter de vendredi 18h et jusqu'à dimanche ; fermeture de nombreuses stations de métro ; interdiction aux manifestants de disposer « d’artifices de divertissement et d’articles pyrotechniques », de substances dangereuses, « d’objets destinés à dissimuler tout ou partie du visage » et même « d’équipements de protection destinés à mettre en échec tout ou partie des moyens utilisés par les représentants de la force publique pour le maintien de l'ordre public » - ce qui va du masque à gaz au sérum physiologique -, la peine prévue pour ceux qui enfreignent ces consignes étant la contravention de 4e classe (maximum de 750€). Et même tactique en province sous contrôle des préfets, avec interdiction de manifester dans le centre des principales villes.

Le déroulement de cette journée d’action a-t-il été surprenant au regard des attentes des uns et des autres ? Comment le gouvernement a-t-il contrôlé cette mobilisation ?

La dispersion des initiatives parisiennes pouvait être une source de difficultés pour les forces de sécurité ; mais leur étalement dans le temps a permis de résoudre les problèmes. Le premier, potentiel, causé par l’appel à manifester dans une zone interdite (Arc de triomphe, à proximité immédiate des Champs-Élysées) a entraîné l’arrestation de son promoteur, Thierry Paul Valette. Pour la deuxième action prévue, le blocage du périphérique au nord de Paris, les premiers manifestants se sont réunis dès 9h à la porte de Champerret, où ils organisaient le filtrage des véhicules avant de tenter d’investir le périphérique, mais ils en seront très vite délogés par les forces de sécurité avec force lacrymogènes, et se dirigeront pour une partie d’entre eux vers la place de la Bastille. Deux parlementaires y étaient présents dans l’après-midi, Jean Lasalle et Alexis Corbière, qui se plaignait de l’usage selon lui excessif des lacrymogènes sur une manifestation qui se déroulait sans incidents.

Mais à peine réglée l’occupation du périphérique la situation se tendait cette fois place d’Italie. Vers 10 heures en effet, au milieu de Gilets jaunes, des militants antifas, habillés de noir et cagoulés, brûlent des palettes empêchant les sapeurs-pompiers - pourtant soutenus par les Gilets jaunes présents - d’intervenir sur les départs de feu. Ils s’attaquent ensuite à des véhicules, au monument à la gloire du maréchal Juin, à une banque HSBC et au centre commercial Italie 2. Les forces de sécurité interviennent alors avec jets de lacrymogènes et canons à eau, et à 14h la préfecture de police décide d’interdire le cortège prévu au départ de cette place, en raison des destructions d’engins de chantier ou de mobilier urbain, mais aussi, selon Didier Lallement, le préfet de police de Paris qui tient alors une conférence de presse, des « attaques systématiques contre les forces de sécurité et les sapeurs-pompiers ». « Serein » et soucieux de ne pas créer cette fois de « nasse », enfermant sous la pression des forces de sécurité les manifestants et poussant ainsi aux affrontements, il appelle alors les manifestants « de bonne foi » à quitter la zone par un couloir de sortie boulevard d’Italie – avec fouille et contrôle d’identité -, et garantit l’interpellation des casseurs. Sur le soir, seuls des groupes isolés très mobiles, aux slogans anticapitalistes, tentaient encore de s’approcher des Champs-Élysées, tandis que d’autres semaient le désordre au centre commercial des Halles.

En province, on trouve en fait peu ou prou les mêmes éléments. Certes, il y a bien eu des actions à l’extérieur des villes et sur certains ronds-points, comme promis (un péage près de Toulouse, des ronds-points à Loches, à Rouen, à Montpellier, le blocage de la plateforme logistique de McDonald’s près de Vitré, des opérations escargot près de Lorient…), mais l’essentiel est resté concentré à immédiate proximité des centres des métropoles. Conséquence, à Toulouse, Lyon, Nantes Montpellier ou Marseille les gaz lacrymogènes sont largement utilisés pour disperser les cortèges et empêcher l’accès aux centres villes – ou à des centres commerciaux.

Quel bilan tirer finalement de cet anniversaire ? Les Gilets jaunes ont-ils atteint leur but ? Ou n’est-ce pas le gouvernement qui doit s’estimer satisfait ?

Tirons le bilan du côté des Gilets jaunes d’abord. Premier élément, avec selon le ministère de l’Intérieur 28.000 manifestants pour la France entière (39.530 selon le Nombre jaune), dont 4.700 à Paris, nous sommes très loin du nombre des manifestants de l’an passé (au moins dix fois supérieur), et si anniversaire il y a eu, force est de constater qu’un grand nombre des Gilets jaunes de novembre 2018 ont choisi de le passer chez eux. Deuxième élément, à lier au précédent, la France périphérique des ronds-points de 2018 n’est pas de retour, et les quelques actions extérieures aux métropoles régionales ont été des plus limitées.

Les Gilets jaunes de ce novembre 2019 sont donc les mêmes que ceux qui, avec plus ou moins de succès, manifestent depuis le début de l’année : par rapport au panel initial ils sont plus jeunes et plus sensibles aux thématiques de lutte diffusées par la gauche et l’extrême-gauche - les cibles privilégiées des éléments les plus violents ont ainsi été une agence bancaire, des McDonald’s et des centres commerciaux, dans une logique anticapitaliste. Par ailleurs, ces radicaux ont débordé sans peine les éléments plus modérés, avec des actions désapprouvées par une partie des manifestants, notamment en s’en prenant à des sapeurs-pompiers mais aussi avec le saccage très symbolique du monument en hommage au maréchal Juin. Cela laisse entendre, au minimum, que le mouvement n’arrive pas à mettre en place un contrôle de ses manifestations, et augurer la participation de ces éléments radicalisés aux mouvements sociaux prévus à partir du 5 décembre.

Venons-en maintenant au bilan du côté des forces de sécurité. La mise en place de zones d’interdiction de rassemblements et de fouilles préventives à leurs abords (8.861 contrôles préventifs comptabilisés à 19 heures), ou ces blocages qui quadrillent les zones urbaines (rues barrées, stations de métro fermées), s’avèrent efficaces. Efficace aussi l’utilisation massive de lacrymogènes dès le début des troubles – sinon des manifestations -, avec si besoin renforcement des canons à eau, ce qui permet d’éviter l’usage plus problématique des LBD ou des grenades de désencerclement. L’augmentation substantielle du rapport des effectifs des forces de sécurité à ceux des manifestants, comme l’usage d’éléments motorisés à déplacements rapides (voltigeurs), renforcent par ailleurs l’efficacité d’un dispositif nettement mieux adapté que celui choisi par le gouvernement, et ce malgré les avertissements des professionnels, lors des premières manifestations parisiennes.

Mais il manque encore des éléments pour clore ce bilan. Dans sa conférence de presse de la mi-journée, le préfet de police, Didier Lallement, affirmait, clausewitzien : « Les choses se passent telles que nous les avions envisagées » car « la manœuvre consistait à fixer les éléments les plus destructeurs à un endroit pour que les destructions soient limitées ». Les fixer, c’est bien. Trier le bon grain de l’ivraie en créant un « corridor humanitaire », c’est bien aussi. Mais on attend maintenant de voir ce que notre pêcheur a trouvé au fond de son épuisette. Ces 124 interpellés à 19 heures, qui sont-ils, et pourquoi ont-ils été interpellés ? Pour poser la question autrement, combien de ces casseurs antifas pris au piège de la place d’Italie par le Napoléon du bitume, des casseurs dont les violences l’ont conduit à interdire une manifestation, vont-ils connaître les geôles de la République ? « Notre réponse sera très ferme. Ils ne partiront pas en toute impunité » déclarait Didier Lallement. Voilà  donc sans doute les éléments sur lesquels il serait bon que la préfecture de police communique vite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

07.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 19/11/2019 - 00:54
NOIRS / JAUNES
Pendant que le gouvernement marche sur des œufs avec une peur panique de dégâts collatéraux .. et se ridicule avec la menace de sanctions ** type classe 4 !! On nous sert toujours les mêmes poncifs sur les moyens mis en œuvre pour surveiller et arrêter ces "méchants bb" et de lire plus loin qu'au retour de ces manifs, les trains du soir sont le seul moyen de transport une fois tombée la cagoule .. Evidemment, vu de mon écran, c'est plus simple !! Et puis ce satisfecit permanent, affiché sans vergogne sur des trognes que l'on peine à imaginer avoir pu choisir une autre orientation au sortir de leur adolescence boutonneuse.. Cela me rappelle les nuits bleues à Ajaccio. Les lendemains, le ban et l'arrière-ban venaient exprimer, comme un seul homme, leur indignation .. C'est le métier qui te choisit.. Il faut voir aussi à quelle vitesse la magistrature s'auto-saisi du moindre manquement à la déontologie, c'est vrai , c'est grave ça. Mais toujours rien sur les bb.. et les caméras complaisantes au plus fort de " l'action" donnent la gerbe.
J'ouvrais mon propos avec des "œufs" .. une omelette par-ci, par-là serait un bon début !! les balles c'est pas très démocratique !!
TPV
- 17/11/2019 - 15:46
Des Enc....d'extrême gauche
Absents ou manifestants pacifiques avec les islamistes et les lgbt.
lasenorita
- 17/11/2019 - 15:24
Ils ont des marteaux,des barres de fer...
A la télévision, aux informations, j'ai vu des Black Blocs, casqués, cagoulés, vêtus de noir, avec des barres de fer et des marteaux.. Je comprends que nos policiers ne veulent pas s'attaquer à ces gauchos violents et qu'ils préfèrent s'en prendre aux petits vieux qui marchent tranquillement et sans armes...Contre ces ''jeunes'', il faudrait faire comme ont fait les Russes à Prague et à Budapest: envoyer des chars et tirer ''à balles réelles'' sur ces dangereux gauchos... admiratifs du régime communiste!...