En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

06.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 3 heures 42 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 19 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 22 heures 11 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 1 jour 4 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 3 heures 43 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 3 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 3 heures 46 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 22 heures 1 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 23 heures 59 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 jour 1 heure
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
"Arabe de service", "nègre de maison" et autres joyeusetés

Pourquoi les militants qui traitent leurs adversaires issus de minorités de "native informant" ne sont ni démocrates, ni républicains

Publié le 15 novembre 2019
"Native informant" est une expression de plus en plus souvent employée. Aurélien Marq décrypte ce concept et son impact sur la société.
Aurélien Marq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Marq est haut fonctionnaire et polytechnicien, chargé des questions de sécurité intérieure.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Native informant" est une expression de plus en plus souvent employée. Aurélien Marq décrypte ce concept et son impact sur la société.

« Native informant ». Une expression de plus en plus souvent employée pour parer d’oripeaux savants ce qui, au fond, ne veut rien dire d’autre qu’« arabe de service », « nègre de maison », « collabeur » ou autres « bounty ». Mais de quoi s’agit-il vraiment ?

Répondre à cette question, c’est voir que des personnes comme Amine El Khatmi, Zohra Bitan, Mohamed Louizi, Fatiha Boudjahlat, Lydia Guirous, Zineb El Rhazoui, Mehdi Aifa, Mohamed Sifaoui ou Driss Ghali, qui malgré leurs différences voire leurs divergences ont en commun de s’être vus affublés de ce terme infamant, ne sont pas des « native informants ». Plus encore, c’est comprendre que les en accuser n’est ni plus ni moins qu’une négation de la République.

Le « native informant », en français « agent de renseignement indigène », est un autochtone qui transmet des informations sur son peuple à un étranger. Parfois un explorateur (le terme a été utilisé dans ce sens par des anthropologues), mais plus généralement un envahisseur.

La sociologie à la mode, c’est-à-dire acquise aux thèses de la gauche qui s’autoproclame « décoloniale », explique que cet indigène agit ainsi parce qu’il est opportuniste et/ou complexé vis-à-vis de cet envahisseur/colonisateur.

Sun Tzu, qui s’y connaissait nettement mieux, est beaucoup plus nuancé dans le chapitre 13 de l’Art de la Guerre, où il détaille les méthodes permettant de retourner à son profit un représentant de la population ennemie, et les multiples motivations pouvant conduire à ce retournement. On me permettra à ce propos un aparté : les sociologues « décoloniaux », qui se veulent l’élite intellectuelle et morale de l’université européenne et nord-américaine, ont donc manifestement au moins deux millénaires et demi de retard sur la pensée chinoise. J’entends d’ici le fou-rire de Xi Jinping.

Reste que le « native informant », ça existe. Toutes les armées déployées hors de leur pays en emploient. Les troupes de Cao Cao dans le territoire de Lü Bu, les Hyksos en Égypte, les Perses en Grèce, les Romains en Gaule, les Arabes au Maghreb, etc. 

Mais cette grille d’analyse n’a de sens que dans le cas d’une puissance envahissant un territoire étranger. Et ça, c’est fondamental : le terme même de « native informant » renvoie à une configuration dans laquelle les camps sont définis par la naissance de chacun. Fixés par l’affrontement de peuples aux intérêts rivaux, et non par les convictions individuelles. Aucun stratège ni historien digne de ce nom ne parlera de « native informants » lors d’affrontements politiques, mais seulement lors d’affrontements ethniques.

Or, n’en déplaise aux « décoloniaux », la France n’est pas une puissance étrangère sur son territoire historique. Stricto sensu, les « native informants » seraient donc les « blancs » qui soutiennent les « racisés » sur le territoire métropolitain ! Mais même dans ce cas, utiliser ce terme revient à faire fi de leurs convictions. Parfois, en effet, il n’y a chez les « blancs » qui défendent les « racisés » qu’une fascination pour la pureté fantasmée du « bon sauvage », mais ne généralisons pas.

De même, quand les « décoloniaux » accusent Amine El Khatmi, Zohra Bitan, Mohamed Louizi, Fatiha Boudjahlat, Lydia Guirous, Zineb El Rhazoui, Mehdi Aifa, Mohamed Sifaoui Driss Ghali et d’autres d’être des « native informants », ils leur dénient le droit d’agir par conviction.

J’insiste, car c’est fondamental : sous prétexte que ces personnes seraient « racisées », les « décoloniaux » les proclament incapables de défendre des convictions. Elles seraient condamnées à poursuivre des intérêts de type claniques déterminés par leurs origines, ou si elles s’en détournent ne pourraient le faire que rendues serviles par un complexe d’infériorité devant le « blanc », ou poussées par des calculs égoïstes. Comme si leurs origines les rendaient définitivement incapables d’accéder à la conscience politique !

En cela, une fois de plus, les décoloniaux montrent que leur vision racialiste du monde est en réalité profondément raciste. Et, ultime paradoxe, elle place les « blancs » sur un piédestal : toujours coupables, mais néanmoins supérieurs. Car dans la pensée « décoloniale », seuls les « blancs » peuvent se détourner de leur ethnie sans être traités de « native informants », et donc eux seuls se voient reconnaître la capacité d’agir par conviction, comme si ce stade de la conscience leur était réservé.

La République repose sur la recherche de l’intérêt général, au moyen de deux outils : d’abord la dynamique de l’affrontement politique via les débats d’idées, puis la prise de décision par l’arbitrage démocratique. A l’inverse, en parlant de « native informant », les « décoloniaux » décrivent la France comme un théâtre de rivalités ethniques, où chacun ne pourrait que servir le camp assigné par sa naissance, sans jamais dépasser ces rivalités tribales par la recherche de l’intérêt général.

En clair, traiter nos concitoyens « racisés » de « native informants » c’est à la fois refuser la légitimité de la République, promouvoir des assignations identitaires racistes, et nier la capacité de l’être humain à défendre d’authentiques convictions.

C’est absurde, et c’est abject.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 16/11/2019 - 09:26
Félicitations Monsieur Marq!
Voilà une mise au point utile et bien venue. Si le mot n'avait pas été autant dévalué, je dirais que vous faites œuvre de journalisme.
assougoudrel
- 15/11/2019 - 11:23
Très souvent ces "insultes" sont
originaires des pays des "insultés". Le militaire (français, américain ou russe) traitait l'indigène vietnamien ou des alentours de "niah-koué", ce qui veut dire dans le langage local "paysan, péquenaud". On le dit aussi chez nous pour les nôtres. Le vietnamien se faisait appeler "boucaque", ce qui signifie en vietnamien "mangeur de merde", mais transformé par l'occidental par "croisement de bougnoule et de macaque". Très souvent, on entend chez les militaires "c'est un travail de chaoui", ce qui veut dire un travail mal fait, déplorable. Aux Antilles-Guyane, on dit "un travail d'haïtien", car l'immigré haïtien fait de petit jobs avec très peu de moyens.
Quand aux "insultés", qu'ils arrêtent, car pour insulter les habitants de leurs pays d'accueil européens, leur dictionnaire est bien épais. .........http://papa-falco.eklablog.com/le-nicktamere-le-boucaque-a137620180