En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 5 heures 21 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 8 heures 6 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 10 heures 45 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 11 heures 21 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 4 heures 42 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 6 heures 4 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 8 heures 10 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 8 heures 45 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 11 heures 30 min
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

Publié le 13 novembre 2019
Après les attentats du 13 novembre 2015, des signes avaient montré l'existence d'une "zone grise" composée d'organisations et d'individus qui affichaient, notamment sur Internet, leur soutien implicite aux terroristes.
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les attentats du 13 novembre 2015, des signes avaient montré l'existence d'une "zone grise" composée d'organisations et d'individus qui affichaient, notamment sur Internet, leur soutien implicite aux terroristes.

Atlantico.fr : Quatre ans après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, ce qu'on appelle la "zone grise" des soutiens informels du terrorisme est toujours aussi travaillée par le discours émanant des organisations terroristes. 

On se souvient qu'après les attentats qui avaient touché Charlie Hebdo et le Bataclan, beaucoup de signes avaient montré l'existence d'une "zone grise" composée d'organisations et d'individus qui affichaient, notamment sur internet, leur soutien implicite aux terroristes. Or une manifestation a été lancée en soutien à Mickaël Harpon il y a quelques semaines. En est-on selon vous au même point qu'il y a quatre ans de ce point de vue-là ?

Philippe d’Iribarne : Dans la constitution d’un écosystème favorable au terrorisme, il n’y a pas seulement des manifestations de soutien direct, à l’image des scènes de liesse populaire qui, dans nombre de pays musulmans, ont suivi les attentats du 11 septembre. Il y a tous les efforts faits pour élaborer et répandre une idéologie qui diabolise l’Occident. Celui-ci est présenté comme la source de tous les malheurs du monde musulman pendant que ce monde est regardé comme une victime pure et sans tache. Cette idéologie incite à une haine plus ou moins diffuse de l’Occident. Certes, celle-ci n’entraîne pas de manière mécanique des passages à l’acte violents, mais elle les favorise chez des esprits fragiles ou particulièrement épris d’absolu. Avec la diffusion de cette idéologie, on a affaire à une œuvre de longue haleine, et il est douteux que les choses aient beaucoup évolué au cours de ces dernières années.

Certaines associations se présentent sous l'aspect de la légalité et de la défense des libertés fondamentales tout en tenant un discours radical défendant l'islam politique. L'ONG Barakacity avait par exemple fait l'objet d'une polémique après les perquisitions effectuées dans ses locaux en décembre 2015. Ce discours favorable aux libertés est-il toujours utilisé par ceux qui peuvent être considérés comme étant dans cette zone grise ? Comment ?

Il existe en effet un discours bien rodé présentant comme liberticide toute tentative de limiter l’emprise d’un islam politique, ou même de tenter de détecter les signes avant coureurs d’une radicalisation susceptible de déboucher sur des actes terroristes. Comme, de fait, les mesures correspondantes concernent essentiellement les musulmans, elles sont déclarées discriminatoires et stigmatisantes. 

La loi sur la sécurité intérieure est particulièrement accusée. Il est alors question de « discrimination indirecte » liée au fait que des mesures qui se présentent comme poursuivant des fins très générale ciblent en fait de manière privilégiée une population particulière. La logique de cette argumentation est évidemment fort problématique. Si on l’appliquait au fait de sanctionner les excès de vitesse, on pourrait dire que, puisqu’elle conduit à particulièrement sanctionner les jeunes, elle est discriminatoire et stigmatisante envers ces derniers. On pourrait même dire, toujours avec la même logique, que la répression des homicides est discriminatoire et stigmatisante envers les hommes puisque, de fait, elle les atteint beaucoup plus que les femmes. Mais les tenants d’un islam politique évitent évidemment de faire le rapprochement entre ces diverses situations.

L’accusation d’atteinte aux libertés vise également ce qui touche à la tenue islamique. Le CCIF  (Collectif contre l’islamophobie en France) présente la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école et celle de 2010 sur la dissimulation du visage dans l’espace public comme attentatoires à la liberté de religion et, puisque c’est en fait l’islam qu’elles visent, comme islamophobes. La tenue islamique est alors présentée comme relevant de la dimension religieuse de l’islam, comme le sont sans conteste la profession de foi, la prière ou le jeûne du ramadan. Mais il n’est pas difficile de voir que cet rattachement à la sphère religieuse est infondée. En matière proprement religieuse, l’islam ne fait pas de différence entre les hommes et les femmes, nombre de versets du Coran l’attestent. C’est seulement dans la conception d’un ordre social et politique, dont relèvent l’héritage, le témoignage, le mariage… et la tenue, qu’hommes et femmes sont traités très différemment. 

On a vu également fleurir, notamment à propos du burkini, des affirmations telles que « je suis libre de mon corps et de la manière de le vêtir », dans une présentation totalement subjective du sens de la tenue islamique. Là encore, cette argumentation est fort problématique. Dans un autre domaine, celui de l’appropriation culturelle, par exemple le fait pour un blanc de se déguiser en personne de couleur, la tendance actuelle est au contraire d’insister sur le sens objectif de la tenue que l’on porte, ce qui conduit à récuser toute affirmation du droit d’un individu à en décider arbitrairement. Mais, là encore, le « deux poids, deux mesures » est largement pratiqué.

Comment cette zone grise parvient-elle à continuer à recruter des adeptes ? Quel est sa méthode idéologique et quels sont ses moyens ? 

Deux grandes méthodes sont utilisées conjointement. D’une part, tout un discours dénonce une prétendue islamophobie, rejet supposé indiscriminé de tout ce qui touche à l’islam et de tous les musulmans, au mépris de ce qu’enseignent les études relatives à l’accueil, plein de nuances et de mesure, que les sociétés occidentales réservent en fait à ceux-ci (études que, pour ma part, j’ai analysé en détail, en remontant aux données factuelles sur lesquelles elles se fondent, dans Islamophobie, intoxication idéologique). Dans la mesure où ils croient à un tel rejet indistinct, les musulmans sont incités à se regrouper pour se défendre face au monde occidental, et en particulier face à la société française, pour construire une contre-société régie par l’islam. Simultanément, les tenants d’un islam politique dessinent à l’intention des musulmans une perspective de prise de pouvoir. Lors de la manifestation du 10 novembre, on a vu un des organisateurs faire scander par la foule un Allah Akbar dominateur. Au cours d’une manifestation précédente à la Nation, une participante affichait une pancarte « Française musulmane voilée. Si je vous dérange, je vous invite à quitter mon pays » accompagnant le slogan « On est chez nous ». Il s’agit de s’appuyer sur le fait que, du fait du caractère fort libéral de la loi française en matière de nationalité, on peut acquérir tous les droits du citoyen sans faire vraiment allégeance à la France pour imposer sa volonté.

Emmanuel Macron a appelé à combattre contre "l'hydre islamiste". A-t-il selon vous pris la mesure de l'écosystème autour de la radicalisation ? Comment lutter ?

Emmanuel Macron paraît effectivement bien conscient de la dynamique d’un islam politique qui s’abrite derrière le masque de la religion. Dans sa conférence de presse du 25 avril dernier, il a dénoncé les « gens qui au nom d’une religion poursuivent un projet politique, celui d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République ». Mais il n’est pas certain qu’il fasse le lien entre cet islam politique et ce qu’il qualifie d’hydre islamiste. Il a même affirmé que le terrorisme d’un côté et le communautarisme de l’autre (communautarisme dont on peut supposer qu’il correspond dans son esprit à l’islam politique) constituaient deux réalités tout à fait distinctes. N’a-t-il pas vraiment pris la mesure de la manière dont l’islam politique fournit un écosystème du terrorisme ? Ou plutôt, sachant combien il est difficile d’agir, préfère-t-il commencer par contribuer à une prise de conscience de ce à quoi il faut résister, avec l’idée de n’entreprendre une lutte sérieuse que dans un second temps ? C’est difficile à dire pour le moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

07.

Voilà comment se passe le déconfinement à Wuhan (et ce que ça nous apprend sur la réalité de la violence de l’épidémie)

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 14/11/2019 - 10:22
la devise des frères musulmans est:
"allah est notre but,le prophète notre chef, le coran notre constitution,le jihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance."

Dans Wikipedia, curieusement , cela devient ... "Le djihad — « guerre juste », appelé improprement guerre sainte — est notre voie" (sic !!!) et la dernière formule du martyre est supprimée !
En clair , Wikipedia retraite cette devise pour en atténuer le sens guerrier. On comprend mieux les dommages de cette idéologie malfaisante dont Tariq Ramadan était le sous-marin en France.
jurgio
- 13/11/2019 - 19:03
L'islam est, par définition, partout chez lui
Nos politiques aux bras ouverts se croyaient bien à l'abri derrière la laïcité ! Idiots trop paresseux pour lire ! L'islamisme, le terrorisme n'existent pas, il n'y a que l'islam pur et dur. La laïcité à la française est une épée en bois. Tous les États occidentaux, de fait, sont laïques, à l'exception du Vatican, et sont indépendants de l'Église depuis des siècles. Tous les citoyens du pays sont laïques si leur vie n'est pas régie par une administration religieuse. Cela pourrait changer bientôt... Nos fiers politiques sont ou crétinisés ou hypocrites. La liberté de se vêtir est une des premières à respecter si elles n'offensent pas les mœurs. Ils n'ont donc pour défendre leur république que le laïcisme : un hybride de laïcité et d'athéisme qui avance ainsi masqué. C'est ce dernier qui permet aujourd'hui de sévir sur l'habillement et les signes, et il ne respecte pas alors la trinité républicaine. On sait que l'athéisme est en France de l'anti-théisme à part entière. La Gauche maçonnique est prise à son piège ! Bienvenue au multiculturalisme ! Mais il est interdit de faire savoir quelle sa culture ! Du grain à moudre pour nos piètres représentants...
lasenorita
- 13/11/2019 - 17:17
ILS ont torturé des innocents!
Comme les fellouzes en Algérie,ces BARBARES de musulmans ont torturé des innocents, dans le Bataclan,avant de les achever: ils ont émasculé des hommes, ils ont éventré des femmes, ils ont égorgé des personnes pour le simple fait que ces êtres,qui fréquentaient le Bataclan,n'avaient pas les mêmes idées qu'eux. Ces horreurs ont été tues aux Français:. c'est la raison pour laquelle ''on'' a interdit à un père d'entrer au Bataclan pour voir si sa fille était encore vivante! Des policiers ont raconté,qu'il y avait,à l'intérieur du Bataclan,un véritable carnage! c'était à vomir! Ces sauvages de musulmans ne se sont pas contentés de tuer avec les mitrailleuses, ils ont voulu faire souffrir aussi!Et les gauchos nous reprochent d'avoir utilisé ''la gégène'' pour faire parler des criminels, ils ignoraient que les fellouzes ''torturaient'' d'une façon abominable des ''innocents'' et qu'actuellement, en Algérie, le F.L.N. utilise ''la gégène'' contre ses opposants politiques..et que ce F.L.N. a tué et torturé davantage de musulmans que l'armée française!...