En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 1 heure 12 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 2 heures 27 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Hokusai, Hiroshige, Utamaro. Les grands maîtres du Japon" : splendeurs du Japon à Aix-en-Provence: Les Maîtres de l’époque Edo (1600-1867)

il y a 6 heures 51 min
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 heures 2 min
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 15 heures 38 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 6 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Difficultés du monde hospitalier
Emmanuel Macron interpellé par un médecin sur la crise des hôpitaux
il y a 8 heures 20 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 11 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 15 heures 56 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Ultra-personnalisation

Emmanuel Macron, son "je" et le problème politique qu’il lui pose

Publié le 29 octobre 2019
Durant l'entretien accordé en ce début de semaine à RTL ou lors de ses récentes déclarations sur le voile, Emmanuel Macron personnalise de plus en plus les questions politiques.
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Le Bart est professeur de science politique à l’IEP de Rennes, membre du CRAPE-CNRS, et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne. Il a travaillé sur des objets de recherche divers comme les maires, les étudiants politiques,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant l'entretien accordé en ce début de semaine à RTL ou lors de ses récentes déclarations sur le voile, Emmanuel Macron personnalise de plus en plus les questions politiques.

Atlantico.fr : Emmanuel Macron a déclaré dans un entretien donné à RTL « J’ai appris, et j’ai appris durant ces deux années et demi des choses qui sont à la fois très politiques et très intimes » ou encore : « À vouloir faire bouger les choses avec impatience, énergie, parce que c’est ce qui me caractérise, j’ai parfois blessé des gens ou donné le sentiment que je voulais changer le pays contre les Français eux-mêmes»  

Ces déclarations entrent elles dans ce que ce vous avez décrit comme l’ego-politique ?

Christian Le Bart : La politique, au sens classique du terme et telle qu'elle s'est construite dans un contexte de professionnalisation au fil du 20ème siècle, était une activité qui nécessitait un certain dépassement de soi et qui supposait la mise entre parenthèse de tous les affects et de tout ressenti individuel.  Ce qui comptait était ce que l'on faisait, non pas ce que l'on ressentait. Max Weber appelait cela la bureaucratisation du monde. Le politique était au service de l'action publique et du collectif, et si émotion il y avait, c'était forcément exemplaire et collectif. On a basculé dans un autre monde où le politique a le droit de dire "je", au nom d'un droit à l'authenticité qui est droit à être soi : un soi qui n'est pas le moi présidentiel mais le soi en tant qu'individu singulier titulaire du rôle. Cela fait qu'il y a toute une série de choses qui peuvent désormais être mises dans l'espace public : le plaisir qu'Emmanuel Macron prend à être Président, les blessures qu'il tente de panser, y compris des blessures narcissiques, et tout cela va être mis en relation avec un passé, une personnalité particulière, autant de choses qui sont normalement absentes de l'espace public. La référence est le modèle des deux corps du roi : le corps abstrait et le corps concret. Avec Emmanuel Macron, on a deux identités : le rôle et le titulaire du rôle, mais avec à certains moments une domination de la deuxième.  

La mise en scène de soi était aussi quelque chose qui existait avec François Hollande ou Nicolas Sarkozy. Est-ce qu’Emmanuel Macron a une particularité de ce point de vue-là ?

La spécificité d'Emmanuel Macron est qu'il a joué la carte de la "peopolisation" précocement dans le cadre d'une campagne présidentielle commencée très tôt. C'est quelqu'un qui a créé une formation politique autour de lui, sur sa personne.  Il s'est aussi débarrassé de toutes les grammaires institutionnelles en prenant par exemple ses distances avec la discipline gouvernementale (lorsqu'il était ministre), avec le Parti Socialiste, avec François Hollande, ou encore avec le clivage droite-gauche. Tout cela est mis de côté au profit d'un homme, Emmanuel Macron, utilisant très précocement les médias pour faire entendre sa petite musique, et dont les initiales ont été données à un mouvement qui ressemble au fond à un fan club. On est dans l'adhésion à une personne, ce qui fait que l'on ouvre la porte à une certaine introspection publique. Selon cette nouvelle grammaire politique, les états d'âme de l'individu Macron sont tout à fait recevables et font partie des éléments mobilisables dans les stratégies de présentation de soi du Président.

Est-ce que cette individualisation a changé quelque chose du point de vue de l’action politique ? A la Réunion : « Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire». En quoi est-ce la même chose qui se joue ? 

Tout d'abord, on recentre tout sur la personne du chef d'Etat en lui donnant le rôle de décideur ultime. Lorsque je travaillais sur les gilets jaunes, j'étais frappé de voir que toutes les revendications remontaient à Emmanuel Macron, et  par la manière dont celui-ci se rendait complice de cela en se mettant en scène (payant de sa personne, en bras de chemise etc.) lors du grand débat. Les députés LREM se définissaient eux-mêmes comme des gens qui portaient la parole des citoyens  jusqu'au Président, non pas comme des détenteurs du pouvoir législatif, mais comme ceux qui avaient l'oreille de Macron. Notre système présidentiel est devenu ultra centralisé sur une personne singulière, d'où des effets d'extrême encombrement autour de l'agenda présidentiel, d'exacerbation d'attentes déraisonnables à son endroit ; et il est terrible de mettre en regard cette hyper-personnalisation et le contexte par ailleurs d'impuissance des pouvoirs publics (européanisation ou de mondialisation). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 30/10/2019 - 02:43
D'accord avec votre accord !
Eh oui, spiritucorsu, les moutons n'ont pas reconnu le loup sous son manteau de mouton, et c'est insensé : que la gauche reste naïve avec Macron, comme elle l'avait été avec Mitterrand, nationalisations puis privatisations au profit de la bande de la rue de Bièvre, on peut essayer d'y croire. Mais que la droite, qui sait compter, ne voie pas la dilapidation du patrimoine France, ça n'est pas vraisemblable. D'accord, Macron l'a achetée en baisse d'impôts et d'ISF, mais cela n'aura qu'un temps, court. Et le coup d'après ? Très inquiétant.
spiritucorsu
- 29/10/2019 - 23:53
Nous sommes bien d'accord.
Nous sommes bien d'accord mahesa,le monarque président n'est que le bras armé d'une oligarchie qui n'a pas de patrie et pour laquelle seule compte le profit.Le personnage avance masqué et toujours sous couvert de bonnes intentions.Effectivement,il y a lieu de se faire du souci quant aux services publics en particulier et au patrimoine du pays en général.Le problème c'est qu'il y a beaucoup de personnes un peu trop candides et que cela lui facilite la tâche.Le loup est bien installé dans la bergerie ,et il y a même des moutons qui sont contents.Cela va être difficile de l'en faire sortir.
mahesa
- 29/10/2019 - 20:36
Le narcissisme de Macron n'est pas notre priorité.
Il a un autre défaut beaucoup plus grave, et nous devons nous assurer que la vente de notre patrimoine en pièces détachées n'est pas au profit d'un retour sur investissement pour lui et ses financiers. Notre industrie, nos hôpitaux et notre secu, nos réseaux ferrés et électriques, nos systèmes de retraite et nos assurances chômage , nos médias, etc. Trop, c'est trop. Et refusons son discours d'optimisation et d'efficacité à l'américaine, totalement ridicule. Non, c'est de profits financiers qu'il s'agit, et nous ne pouvons l'accepter, c'est pour nous impensable. Et pourtant, il suffit de regarder son fonctionnement!