En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

04.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

07.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 1 min 36 sec
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 45 min 11 sec
light > Culture
Bonne nouvelle
Un tableau de Klimt, volé en 1997, a été retrouvé par hasard
il y a 16 heures 16 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 17 heures 47 min
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 22 heures 5 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 23 heures 29 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 23 heures 30 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 19 min 53 sec
décryptage > Economie
La démocratie

Matt Stoller : « Nombre d’institutions mondiales, à commencer par l’Union européenne, sont dominées par des gens qui n’aiment pas la démocratie »

il y a 49 min 18 sec
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 17 heures 8 min
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 18 heures 56 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 20 heures 51 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 23 heures 20 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 23 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 23 heures 30 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
© MYCHELE DANIAU / AFP
Consommation

Manger bio ou protéger l'environnement : cette étude qui montre qu'il va falloir choisir

Publié le 25 octobre 2019
Une étude publiée dans "Nature Communications" revient sur les émissions de gaz à effet de serre de la culture biologique et sur les potentiels effets néfastes de l'agriculture biologique sur le réchauffement climatique.
Gil Rivière-Wekstein est rédacteur pour la revue Agriculture et Environnement. Il est l'auteur du livre "Panique dans l’assiette, ils se nourrissent de nos peurs". 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Rivière-Wekstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gil Rivière-Wekstein est rédacteur pour la revue Agriculture et Environnement. Il est l'auteur du livre "Panique dans l’assiette, ils se nourrissent de nos peurs". 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée dans "Nature Communications" revient sur les émissions de gaz à effet de serre de la culture biologique et sur les potentiels effets néfastes de l'agriculture biologique sur le réchauffement climatique.

Atlantico.fr : Une étude publiée dans Nature Communications met l'accent sur les niveaux importants d'émission de gaz à effet de serre de la culture biologique en Angleterre et au Pays de Galle. Quels sont les arguments développés par les auteurs ? En quoi remet-elle en question l'intérêt du modèle biologique dans le cadre d'une lutte contre le changement climatique ?

Gil Rivière-Wekstein : Cette étude, réalisée par des chercheurs de l'université de Cranfield (Grande-Bretagne) est certes nouvelle, mais les conclusions auxquelles sont parvenus les auteurs n'ont rien de surprenant. Elles confirment simplement ce qui a déjà été mis en avant dans diverses études, à savoir qu’en raison du manque de productivité de l'agriculture biologique, les effets sur l'environnement sont bien plus contrastés qu’on ne pourrait le croire. C’est le cas concernant les gaz à effet de serre, comme le démontrent ces travaux, mais aussi pour ce qui est de la biodiversité, par exemple.

Cependant, il serait erroné de généraliser ces conclusions, car l'agriculture ne se réduit pas à deux modèles : le conventionnel contre l’agriculture biologique. La réalité est plus complexe, avec des pratiques agricoles très variées tant en conventionnel qu’en bio. Cela étant dit, il est vrai qu’on observe en général une baisse de rendement d’environ 40% en moyenne entre ces deux types de modèle. Cela implique que lorsqu’on prend comme unité de mesure la quantité produite, il va de soi qu’avec un rendement inférieur, on a besoin de davantage de surface pour produire la même quantité. D’où la nécessité de transformer des prairies en surfaces agricoles, ou alors - dans le cas où on manque de prairies –, en important les denrées alimentaires de l'étranger. Dans les deux cas, il y a automatiquement une augmentation des gaz à effet de serre. En effet, lorsque des prairies sont converties en cultures, on libère le carbone qui y était séquestré. Et pour les importations, ce sont soit des prairies soit des zones forestières qui sont exploitées, libérant donc du carbone, auquel viennent ensuite s’ajouter les gaz à effet de serre dus au transport. 

Enfin, n’oublions pas que l'agriculture biologique se prive de tous les produits de synthèse. Y compris des engrais de synthèse. En AB, seuls sont autorisés les engrais organiques, qui viennent des élevages. Une augmentation considérable des surfaces cultivées en AB implique donc une augmentation dans les mêmes proportions du nombre d'élevages afin d’obtenir ce type d’engrais. C’est l'un des grands paradoxes de l’AB ! Car plus d'élevages impliquent également davantage de gaz à effet de serre.

Qu'en est-il de l'impact de l'élevage biologique sur les émissions de gaz à effet de serre ?

On retrouve le même dilemme que pour le reste de l’agriculture biologique, à savoir un faible rendement par unité de production. Or, une vache émet approximativement la même grandeur de gaz à effet de serre (principalement du méthane), quel que soit le mode de production. Ce qui implique que pour un litre de lait produit, il y a davantage de gaz à effet de serre produit par une vache en agriculture bio qu’en conventionnel. À cela s'ajoute la question de l’alimentation. Encore une fois, une vache biologique ayant besoin de céréales cultivées en mode biologique, elle nécessitera davantage de surface pour être nourrie. 

Bref, le manque de productivité intrinsèquement lié à l'agriculture biologique entraîne des effets négatifs, tant sur les grandes cultures que sur l'élevage. Certes, là aussi, il faut préciser de quel type d’élevage il s’agit, car si en France l'agriculture biologique s'interdit, ou limite, la nourriture pour l'élevage provenant d’une distance éloignée, tel n'est pas le cas dans des pays comme le Danemark, par exemple, qui n'a pas la capacité de produire suffisamment de céréales pour ses élevages. Ainsi, le porc AB danois est en grande partie nourri avec des céréales provenant d'Amérique latine, ce qui n’est pas le cas pour le porc AB produit en France. Les conséquences sur le climat pour l'élevage danois AB sont donc beaucoup plus importantes que pour l'élevage français.

Comment se fait-il que personne ne parle d'avantage des effets néfastes de l'agriculture biologique sur le réchauffement climatique ?

Aujourd’hui, il n’est pas politiquement correct de formuler la moindre critique sur l'agriculture biologique. Comme si ce type de modèle était le seul porteur d’avenir... Bien entendu, on est davantage dans la croyance que dans la connaissance, ce qui rend tout propos critique difficile à être accepté. On vous écoute, certes, mais on ne vous entend pas. 

J’ajouterai pour conclure que l’AB fait face à un autre problème important, que soulignent d’ailleurs les auteurs de l’étude britannique. En effet, pour que l'agriculture biologique perdure, il faut qu’elle devienne plus productive. Ce qui passe nécessairement par l'innovation, qui comprend notamment la sélection variétale. C’est ainsi que l’agriculture a progressé depuis un siècle. À titre d'exemple, dans les années 1920-1930, le rendement du blé était autour de 15 quintaux/hectare. Or, aujourd'hui, en France, on est en moyenne autour de 70 quintaux/hectare, grâce principalement aux progrès génétiques, apportés par les semenciers du monde entier. Et cela va continuer avec les nouveaux instruments de sélections variétales, qui permettent de travailler de façon encore plus précise et plus rapide. Sauf que les partisans de l’agriculture biologique « pure » veulent interdire l’accès à ces techniques, au motif qu’elles ne seraient pas « naturelles ». Si cette philosophe réactionnaire du « tout naturel » est adoptée par l’AB, les impasses techniques ne permettront pas de généraliser ce mode de production, qui restera alors très marginal. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

02.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

03.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

04.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

07.

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

03.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arvensis
- 24/11/2019 - 13:14
article peu documenté et partisan a priori.
Les maraichers bio professionnels produisent beaucoup plus de nourriture directement consommable à l'hectare que les plus intensifs des céréaliers ou éleveurs , et souvent sans aucun sous-produits animaux.
Il suffit de faire évoluer en jardin les millions d'hectares de l'agriculture et de l'élevage industriels pour éliminer ce faux dilemme que relève l'auteur non sans arrières pensées.
Arvensis agriculteur bio retraité.
NIKKO
- 26/10/2019 - 11:01
BIO vs Agriculture raisonnée
C'est pas tant que de vouloir revenir à un mode de production datant du siècle dernier vs des milliards d'individus, C'est un choix que de se nourrir différemment en évitant tout ce qui prolifère dans les étalages, sans se soucier de l'origine, des saisons et des distances parcourues pour finir dans vos assiettes.. mais vous faites aussi mention de cela **
Les jardins familiaux, les Amap .. ça fonctionne aussi !! et si je prépare moi même mon amendement, c'est encore mieux !!

Bien sûr, vu de mon village .. mais bon, tant que l'on a le choix. @+
J'accuse
- 25/10/2019 - 15:38
Incohérences du bio
Les écolos veulent revenir aux modes de production agricole du XIXe siècle, alors qu'il y a 10 fois plus d'hommes à nourrir sur la planète.
Il faut ajouter à l'article que les pesticides organiques utilisés dans l'agriculture bio viennent de plantes qui ont évidemment aussi besoin de pesticides. Comme ces plantes sont cultivées dans des pays où aucune norme ne l'interdit, on y utilise des pesticides chimiques. Marrant, non ?
On ne gagne rien en espérance de vie en mangeant bio, et les produits bio ne sont meilleurs ni en goût ni en nutrition. C'est une mode fondée sur des mensonges (hé non, l'agriculture conventionnelle ne nous empoisonne pas) et une idéologie régressive.