En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 13 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 17 heures 35 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 9 heures
© DOMINIQUE FAGET / AFP
© DOMINIQUE FAGET / AFP
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

Publié le 22 octobre 2019
Les débats sur l'autorisation du port du voile lors d'accompagnements de sorties scolaires conduisent à s'interroger sur les liens entre les replis communautaristes et la modernité.
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats sur l'autorisation du port du voile lors d'accompagnements de sorties scolaires conduisent à s'interroger sur les liens entre les replis communautaristes et la modernité.

Atlantico : Dans le Figaro, Hélé Béji déclarait que la modernité est caractérisée par la dissolution des liens traditionnels, et que les replis communautaristes religieux sont une réaction à la perte d'identité que cette dissolution occasionne. Votre analyse concorde-t-elle avec ce point de vue de Hélé Béji, reliant modernité et absence d'identité ?

Michel Maffesoli : On distingue classiquement en sociologie la société et les communautés. La société est un grand ensemble de personnes, le lien entre elles étant fondé sur le contrat social entre individus libres de toute appartenance communautaire, liée à leur origine, leur ethnie, leur religion, le statut de leur famille etc. C’est ainsi qu’en France la loi Le Chapelier a interdit les corporations, les confréries etc. Le lien communautaire est un lien de proximité, établi sur le partage d’un territoire, d’une origine, d’une croyance, mais aussi de convictions, d’idéaux etc. Le lien sociétaire, contrat social est un lien juridique établi entre des individus membres d’une même Nation, d’un même Etat. 

Il est tout à fait juste de dire que la modernité (18e – 20e siècles) a fonctionné, pour reprendre les termes de Hannah Arendt sur “l’idéal démocratique”. Cet idéal démocratique a mis en avant l’individualisme : “je pense, donc je suis, dans la forteresse de mon esprit” et  le rationalisme (tout a une raison, tout est susceptible d’être rationalisé). La modernité a abouti à la dissolution des liens affectuels, émotionnels qui fondent au contraire du contrat social, les liens  communautaires. 

Bien sûr, il serait faux de dire que ces liens communautaires avaient totalement disparu : les partis, les syndicats, les paroisses, les communes avec leurs patronnages, leurs associations  ont constitué autant de communautés de base. Il n’empêche : ces liens communautaires étaient fondés sur de “grands récits”, des croyances communes en un Paradis, une Révolution qui agrégeait les hommes entre eux. Ces grands récits ont perdu leur pertinence, et de nouvelles communautés informelles ont pris la place des partis, paroisses, syndicats, bref des communautés instituées. 

Les mouvements religieux tels certains mouvement identitaires ou fondamentalistes mais aussi les divers mouvements de New Age sont des exemples de ces nouvelles “tribus”. Mais on pourrait aussi citer le renouveau du localisme, les diverses modes alimentaires, vestimentaires, les loisirs, les pratiques artistiques, sportives qui toujours lient des personnes entre elles, fondent ces communautés. 

Je ne parlerais pas de communautarisme, ce qui en France, est une façon de stigmatiser ces mouvements communautaires. Je pense qu’il y a un besoin communautaire, c’est à dire d’un lien social de proximité, mais il me semble qu’il n’est pas forcément un mouvement de repli.

Car on observe qu’il y a une grande diversité de communautés, j’ai employé pour décrire ce fractionnement la métaphore du tribalisme : chacun appartient à diverses tribus, à divers groupes auxquels il se lie selon des affinités culturelles, sportives, territoriales, religieuses. 

Il y a certes un repli de chacun sur sa ou plutôt ses communautés, mais justement parce qu’il n’y a pas une seule identification, on ne peut pas parler de repli. 

Plutôt que d’identité, ce qui est le propre de la modernité, un individu défini par son sexe, sa religion, sa catégorie socio-professionnelle etc. , je  parlerais “d’identifications multiples” : on peut être banquier le jour, DJ la nuit, être Vegan et supporter d’un club de foot. On peut être musulman pratiquant, mais aussi supporter d’un club de foot, et amateur d’un groupe de musique. C’est cette multiplicité d’identifications qui permet une prise de distance et donc protège de l’enfermement sectaire.

 

Pourquoi l'offre religieuse est-elle si propice à combler le vide d'identité, par rapport à d'autres appels à l'appartenance?

Le mot religion contient la réponse :  religare, relier,  la croyance, les rites me lient à l’autre, aux autres et à l’Autre de la déité. La religion ne permet pas tant une “identité”, encore une fois, il s’agit là d’un concept “dur”, de la modernité, mais une identification aux autres. La religion catholique a bien mis cela en exergue en parlant de “communion des saints”, ce qui lie, même des personnes qui ne se connaissent pas, mais qui communient par la croyance et le rite communs. Et toutes les religions, même si elles n’expriment pas cela aussi bellement, fonctionnent autour de ce lien communautaire. Pensons par exemple aux cultes afros-brésiliens (candomble) dans lesquels la transe permet à chacun de sortir de son petit soi pour communier dans un grand Soi commun. 

La religion vécue ainsi au jour le jour permet cette communion ici et maintenant. Mais encore une fois, il s’agit moins d’identité que d’identification. C’est à dire moins de caractéristiques rationnelles et établies une fois pour toutes comme celles que l’on note sur les “papiers d’identité”, invention de la modernité, que d’expressions émotionnelles, affectuelles. La, les tribus, à laquelles ou auxquelles chaque personne appartient se définissent par des goûts communs, des passions communes, des solidarités, des sentiments éprouvés en commun. C’est ceci qui caractérise la période contemporaine que j’appelle avec d’autres (J.F. Lyotard, J. Baudrillard par exemple) la postmodernité. 

La postmodernité redécouvre des valeurs passés, pré-modernes, et l’idéal communautaire comme la pulsion religieuse en font partie. 

 

La modernité fait-elle fi des traditions, des pratiques usuelles, des mœurs et conventions, pour revenir à des formes plus totales d'adhésion, comme la radicalité religieuse et la lecture littérale de textes religieux?

L’histoire avance par périodes, ce qu’on appelle des époques. L’épochè en grec c’est la parenthèse. Une parenthèse s’ouvre et se ferme. Cette succession d’époques peut se lire tout au long de l’histoire humaine. Il semblerait que le développement scientifique et technologique en ait accéléré le mouvement. 

Une époque se définit par des représentations communes, des valeurs dominantes, bref un imaginaire collectif. Mais ceci ne signifie pas que les valeurs contraires aient complètement disparu. Elles se vivent à moment donné en mineur, puis réémergent et peuvent devenir plus importantes, puis dominantes. Ainsi dans le grand rationalisme du 19e siècle, scientiste, techniciste, productiviste, le romantisme en littérature, en musique, en peinture a exprimé une sorte de contrepoint plus émotionnel, plus qualitatif. 

La religion, le sentiment religieux a subi une lente érosion entre l’âge des cathédrales et l’époque moderne, seconde moitié du 19e siècle puis 20e siècles. Ce qu’on appelle la sécularisation. Qui a par exemple voulu écarter de l’espace public tout signe religieux. (au-delà de la loi de 1905 qui tolérait les processions, les soutanes…) D’un point de vue théologique, on a observé un certain abandon des formes de croyances considérées comme obscurantistes, la prédestination, le créationisme, voire la présence réelle du corps et du sang du Christ dans les éléments de la Cène. 

En réaction à cette sécularisation et à cette rationalisation des religions elles-mêmes, on observe un retour aux racines, aux traditions, une volonté de “réenchanter le monde”. En ce sens il s’agit bien d’une forme de “radicalité”. Mais celle-ci n’implique pas forcément le fanatisme et encore moins le terrorisme. Il y a toujours, surtout chez les convertis, comme le sont nombre de jeunes islamistes dits radicalisés, une forme de fanatisme et une forme de prosélytisme. Mais justement, la religion est là avec ses rites collectifs, ses partages d’émotion communautaire pour empêcher l’expression violente et aggressive des croyances. 

Je pense qu’il ne faut donc pas lutter contre l’idéal communautaire, contre le besoin d’être relié aux autres et d’exprimer ensemble une forme de spiritualité, mais qu’au contraire c’est la sécularisation à marche forcée et une forme de volonté d’éradication des religions qui a conduit à ces formes perverses de radicalisme. 

 

La révolution iranienne était-elle déjà une illustration précoce de ce mécanisme de repli engendré par la modernité?

Je ne suis absolument pas un spécialiste de l’Iran, ni de l’Islam. Je me souviens que Michel Foucault à l’époque avait été fortement critiqué pour avoir applaudi la chute du Shah d’Iran et la prise de pouvoir par Khomeini. Ce spécialiste de la modernité avait bien vu cependant qu’il s’agissait là d’une réaction à une modernisation forcée. Le shah d’Iran souhaitait “occidentaliser” son peuple, le plier aux valeurs européennes dans lesquelles il avait été éduqué comme bon nombre d’élites non européennes. C’est, en effet,  l’Europe qui a inventé la modernité et l’a imposée au reste du monde. 

Nombre de mouvements révolutionnaires voire terroristes sont pour part explicables par un rejet des valeurs du rationalisme, de l’individualisme et du productivisme de la modernité. 

La résurgence de mouvements religieux, le développement de divers groupes fondamentalistes, charismatiques participent de cette même réaction contre une sécularisation et une laïcisation à outrance. 

Je pense cependant que rien ne sert de dénir la réalité sociétale telle qu’elle est. Il faut sans aucun doute trouver un moyen de réguler les diverses tribus, de leur permettre de vivre ensemble, de trouver des modes de relation pacifiée des tribus entre elles plutôt que de stigmatiser une pulsion religieuse et un besoin communautaire qui dès lors qu’ils seraient “interdits” s’exprimeraient de manière violente. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
celajun
- 23/10/2019 - 16:41
Et que dire de la secte maçonne ?
On sait que M. Maffesoli appartient à cette secte semi-clandestine latrgement introduite dans tous les gouvernements qui se sont succédés et qui favorise toutes les dérives secytaires communautaristes. Atlantico se prétend de droite et laisse la parole à ce militant communautariste qui approuve les dérives mahométanes.
jurgio
- 22/10/2019 - 17:50
Le Chahada Power
Ce voile, à l'aspect rebutant quand on ne le dit pas une carapace chélonienne qui montre une séparation des réalités , apparaît de nos jours où on a banni la jolie cornette soit une sorte de casemate spirituelle, soit un beffroi d'assaut qu'on avance lentement pour faire tenir coi l'ennemi. Il a été utile de rappeler l'étymologie de "religion", l'idéal de relier , de rassembler en une même [aimante] communauté « tous » les hommes. Aujourd'hui, on constate partout une diversité arrogante qui attaque sans cesse l'idéale unité, autrement dit la "sainte" unité. Nul besoin de regarder par le bon bout d'une lorgnette pour constater que le dit islam est une idéologie sectaire avec porte verrouillée, et qui ressemble malheureusement à une communauté qui s'enroule sur elle-même, à l'exemple d'un nœud de vipères.
lasenorita
- 22/10/2019 - 17:39
La ''modernité''..
C'est sûr que la pratique de l'islam est contraire à la ''modernité'', je pense même que l'islam est rétrograde puisque dans les années 80 les musulmanes(vivant en France) ne ''portaient pas le voile'' et qu'actuellement ces mêmes musulmanes le ''portent''! J'ai du mal à comprendre qu'au vingt-unième siècle des musulmans instruits continuent à pratiquer cette religion, peut-être le font-ils par ''peur'' pour ne pas être massacrés par les islamistes? Le roi du Maroc, qui parait être quelqu'un d'intelligent et de ''moderne'',a emprisonné deux jeunes musulmans qui avaient bu une orangeade pendant le Ramadan, ce Ramadan avait lieu pendant l'été!.. Il faut être c.. pour ne pas manger et boire quand il fait chaud et qu'on travaille!.. à Alger, en 1957,mes voisins musulmans mangeaient et buvaient,chez eux, pendant le Ramadan, mais ils le faisaient ''en cachette''...