En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 26 min 1 sec
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 1 heure 12 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 2 heures 7 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 6 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 53 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 36 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 47 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 23 heures 6 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 27 min 23 sec
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 53 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 7 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 46 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 1 jour 1 min
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

Publié le 14 octobre 2019
La semaine qui s’ouvre s’annonçait comme la semaine de tous les dangers. Elle pourrait être la semaine de « tous les possibles ». Sur le front chinois, Donald Trump change de stratégie et veut la paix commerciale. Sur le front européen, c’est Boris Johnson qui a fait un pas important pour signer un deal sur le Brexit.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine qui s’ouvre s’annonçait comme la semaine de tous les dangers. Elle pourrait être la semaine de « tous les possibles ». Sur le front chinois, Donald Trump change de stratégie et veut la paix commerciale. Sur le front européen, c’est Boris Johnson qui a fait un pas important pour signer un deal sur le Brexit.

Tout se passe comme si la crise rendait intelligent. Sur deux fronts stratégiques et systémiques, il semble bien que les grands de ce monde avaient plus intérêt à s'entendre qu’à se faire la guerre, fut-elle économique. 

Entre la Chine et les Etats-Unis Donald Trump a fait ce qu’il fallait, ce week end, pour que son gouvernement signe avec les dirigeants chinois un arrêt de la guerre commerciale. 

Entre la Grande Bretagne et l’Union européenne, il semblerait que Boris Johnson ait compris qu’il n’avait pas intérêt à imposer un Brexit sans deal. C’est ce qu’il dira demain à Emmanuel Macron et à Angela Merkel en espérant que le sommet européen le 17 octobre prochain entérine le projet de deal. 

 

1er front d'incertitudes, celui qui sépare la Chine et les Usa depuis plus d’un an et demi, avec pour terminer, de sérieuses menaces de protectionnisme douanier qui auraient mis à mal l’ensemble de l’économie mondiale. Sur ce front-là , Donald Trump a déclaré ce week end  que la phase 1 d’un accord de paix commerciale avec la Chine avait été conclu. Il faudra encore du temps pour signer le document officiel, mais les deux gouvernements ont précisé que la signature aura lieu entre Donald Trump et Xi Jinping lors du sommet de la zone Asie-Pacifique. 

Cet accord couvre les échanges commerciaux, la question de la protection de la propriété intellectuelle et l’accès aux services financiers. L’accord prévoit aussi des achats de produits agricoles américains par la Chine pour 50 milliards de dollars. 

Cette phase 1 sera complétée pour une phase 2 et 3 pour traiter la question des transferts de technologie. 

En attendant, Donald Trump a suspendu la hausse des droits de douane de 25 à 30% sur plus de 250 milliards de dollars. Seule inconnue, l’avenir de Huawei considéré comme un sujet qui fâche et qu’on essaiera de traiter plus tard. 

Ce revirement de la position américaine s’explique très clairement par deux séries de raisons. 

Première raison (très économique), l’entourage de Donald Trump est assez inquiet du ralentissement économique mondial et considère à juste titre que ce ralentissement est imputable à la guerre commerciale. Or, Trump a besoin d’une économie florissante pour assurer sa réélection. D’où la décision de lever les barrières protectionnistes qui n’ont pas produit d’effets. 

Deuxième série de raisons (très politiques), les conseillers de la Maison Blanche ne sont pas loin de penser que la politique menée par les Etats-Unis n’a pas affaibli pas Xi Jinping , mais au contraire, l’a renforcé en cette année du 70 e anniversaire de la révolution chinoise.  L’insurrection à Hong Kong par exemple a permis aux dirigeants chinois de rappeler que Hong Kong était chinois, et que la démocratie politique occidentale  était loin de constituer un modèle pour garantir le progrès et la paix. Pour les dirigeants chinois idéologues du courant au pouvoir, la démocratie en Afrique et dans beaucoup de pays européens ne sont pas des modèles probants d’efficacité. Par ailleurs, on a commencé à comprendre aux USA , que les Chinois avaient une vision de la mondialisation très différente de la vision capitaliste ou financière de l'Occident. Bloquer les Chinois dans le commerce mondial, c’est renforcer leur stratégie très politique d’une globalisation à la chinoise, c’est-à-dire en dehors des règles du capitalisme financier. 

 

Le deuxième front de désaccords et d’incertitudes porte évidemment sur le Brexit et la menace d’un Brexit sans deal qui serait imposé par Boris Johnson le 31 octobre prochain. La semaine va être décisive avec un sommet européen extraordinaire qui doit acter de ce qui va se passer. Jusqu'à ce week end, les dirigeants européens s’étaient convaincus qu’il n’y avait pas de solution claire pour construire un deal en dehors de l’accord qui avait été négocié par Theresa May au terme de deux années de négociations. Or Boris Johnson n’en voulait pas et les propositions qu’il promettait de faire paraissaient tellement floues et contradictoires qu’elles n’étaient pas applicables. 

Or ce week-end, les choses se sont sans doute précisées. Les négociations se sont intensifiées et Londres a fait de réelles concessions en tenant compte des réalités à gérer. En bref, à Bruxelles comme à Londres, on n’exclut plus la possibilité d’un accord. Les signes et les fuites se sont multipliés et permettent d’imaginer un deal qui ne bloquera pas la situation. 

L’essentiel des modalités du deal reprendrait l’essentiel du projet de Theresa May à savoir que la Grande Bretagne quitterait les institutions européennes, dédommagerait l’Union européennes des dépenses engagées mais resterait dans le marché unique en acceptant les contraintes et les normes édictées par l’Union européenne pour encadrer les échanges. Ce qui ne représente pas beaucoup de changement par rapport à la situation actuelle. 

Reste la question de la frontière entre l’Irlande du nord (qui dépend de la GB) et l’Irlande du sud ( qui fait partie de l’Union européenne )

Aux dernière nouvelles, Boris Johnson a admis des difficultés pour reconstruire une frontière et surtout il reconnait un risque de guerre civile. Il aurait donc proposé le maintien de la liberté d‘échanges entre le Nord et le Sud, c’est à dire entre l’Union européenne et la Grande Bretagne. Donc pas de droits de douane, et pour éviter que l’Irlande ne devienne un centre de transit pour les importations qui viendraient de l’extérieur de l’Union européenne, il est prêt à supprimer tous les droits de douane sur toutes les importations en GB. 

Au delà des problèmes techniques qui ne sont pas résolus, toute la question maintenant est de savoir si le projet de deal concocté par Boris Johnson trouvera une majorité au Parlement Britannique, ça n’est pas gagné. Parce qu’en Europe, tout laisse penser que les chefs d’Etat et de gouvernement accepteront ces concessions qui évitent de bloquer les courants d’échange entre l'Union européenne et la Grande Bretagne, qui évite le risque du réveil d’un conflit entre l’Irlande du Nord et l’Irlande du sud et qui amortissent enfin les risques d’une asphyxie de l’activité économique. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires