En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

L’Europe face au dilemme biélorusse

07.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 2 heures 54 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 3 heures 54 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 4 heures 30 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 6 heures 20 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 3 heures 41 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 4 heures 13 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 6 heures 4 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 6 heures 41 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 21 heures 45 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 22 heures 33 min
© PAU BARRENA / AFP
© PAU BARRENA / AFP
#NotInMyName

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

Publié le 08 octobre 2019
Le hashtag #NotInMyName a été créé en 2014 par de jeunes britanniques de confession musulmane pour se désolidariser de l'islam radical et condamner les attentats terroristes commis en son nom. Force est de constater qu'il n'a pas percé en France.
Barbara Lefebvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste. Auteur de C’est ça la France (Albin Michel). Elle a publié en 2018 Génération « j’ai le droit » (Albin Michel), était co-auteur en 2002 de l’ouvrage Les territoires perdus de la République (Pluriel)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le hashtag #NotInMyName a été créé en 2014 par de jeunes britanniques de confession musulmane pour se désolidariser de l'islam radical et condamner les attentats terroristes commis en son nom. Force est de constater qu'il n'a pas percé en France.

Atlantico.fr : Pourquoi selon vous la condamnation de l'islam radical par des musulmans est assez rare, ou en tout cas assez peu audible en France, alors que le #NotInMyName a connu, lui, en Grande-Bretagne une forte popularité ? 

Barbara Lefebvre : Tout d'abord, en Grande-Bretagne, les religions s’organisent dans le cadre d’un système libéral communautariste. Les communautés religieuses y ont l'habitude d'être très expressives politiquement dans l'espace public pour le meilleur et pour le pire. La prise de parole politico-religieuse de représentants communautaires fait partie du débat public britannique et cela ne gêne pas grand monde. La France a une autre histoire, c’est un Etat centralisateur qui a toujours organisé les religions, comme en témoigne le gallicanisme monarchique. Il faut rappeler que le roi de France avait prééminence sur les évêques nommés par Rome, l'Eglise de France n’était pas assujettie au pouvoir politique du Vatican. Ces deux nations ont donc un débat public structuré de manière très différente, et où les religions interviennent différemment. En France, l'Etat laïc régule l'expression religieuse au sein du débat politique, des représentants institutionnels légitimés par la puissance publique peuvent s'exprimer au nom de la communauté qu'ils représentent. Or, à la différence des fois chrétiennes et juive en France, l’islam n’a pas été capable de se structurer pour désigner des représentants légitimes. Cette pratique religieuse est diverse et éclatée en plusieurs courants. Certains se réclament du salafisme, d'autres du roi du Maroc, d’autres des confréries mourides ou des islamistes turcs. La diversité des identités nationales conjuguées à l'Islam doit également être prise en compte. Dès lors qu'on connaît cette diversité, on comprend qu'aucune parole unifiée ne peut être audible en France.

Vous évoquez donc à la fois la diversité des voix de l'Islam et le fait que l'assimilation est contraire à l'expression au nom des musulmans. Est-ce que c'est selon vous les seules explications ? Quand certaines associations s'expriment sur le sujet, comment le font-elles ?

Barbara Lefebvre : Avant tout, il est important de savoir qui se cache derrière les associations musulmanes opérant sur le terrain. Certaines personnes issues de la société civile sont véritablement entre les mains des Frères musulmans. En France, les Frères musulmans ont structuré et financé le développement du salafisme. Les pouvoirs publics les ont aidés, certains cadres des Frères musulmans ont reçu la légion d'honneur ou se sont vus accordés des titres ronflants alors que leurs discours jusqu'à l'attaque de Charlie Hebdo étaient virulents, laissant entendre que la France et ses lois laïques était raciste. En 2007 ils avaient acté en justice contre Charlie Hebdo ! Leur stratégie a changé après 2015 mais pas leur fond idéologique. La dissimulation est un outil opératoire central chez les Frères habitués à la clandestinité dans nombre de pays musulmans comme l’Egypte.  Ils ont modifié leur stratégie en se faisant passer désormais pour des « modérés » attachés à l’idéal républicain car ils ont compris qu’en France il faut être inséré dans les institutions en qualité de représentants religieux pour exprimer sa parole dans le champ politique.

L'histoire de la décolonisation est évoquée comme une explication de cette divergence entre Britanniques et Français ? Qu'en pensez-vous ? 

Barbara Lefebvre : C'est une forme de victimisation habituelle des décoloniaux et des indigénistes en France. Les Britanniques ont également colonisé des pays musulmans ! Mais l’islam n'est pas confronté au même système en Grande-Bretagne et en France. L’islam est une religion qui peut accepter les règles du jeu de la vie en minorité si l'Etat « impie » lui accorde la possibilité de maintenir un contrôle social puissant sur la communauté musulmane (sur les femmes, les enfants, le hallal, les fêtes religieuses etc.) ; cela fonctionne ainsi en Angleterre ; le séparatisme du Londonistan en fut la démonstration. En France, c’est différent : les chefs religieux sont obligés de se conformer à l'Etat laïc. Le droit commun s’impose, l’émancipation individuelle est au cœur de l’idéal républicain, ainsi le contrôle social sur les musulmans de France est plus difficile ; seuls les salafistes et les Frères musulmans ont réussi avec patience à maintenir ce contrôle par un travail de terrain assidu depuis 30 ans !

La question n'est pas donc pas la colonisation mais la manière dont nos systèmes politiques se sont constitués dans leur rapport au religieux depuis des siècles. L’islam s’y adapte plus ou moins bien en tant que minorité. Le communautarisme anglosaxon qui permet une forme de ségrégation volontaire convient mieux à l’islam traditionnel. La France n'a pas été plus violente envers l’islam durant la colonisation que les colons britanniques. La Grande-Bretagne a d’ailleurs aussi subi des attentats islamistes sur son territoire. L'islamisme est un totalitarisme internationaliste, le rappel mémoriel colonial est un artifice pour justifier l’esprit de vengeance. En France, les tentatives d’institutionnalisation de l’islam n'ont pas fonctionné ; au fond la plupart de ses leaders acceptent mal de renoncer à une quelconque emprise sociale, on le voit bien sur la question de l’apostasie ou du blasphème, sans parler du voilement des femmes. Il y a un refus du modèle républicain français qui persiste.

Est-ce que des figures comme Zohra Bitan ou Zineb El Rhazoui peuvent influencer la communauté musulmane ?

Barbara Lefebvre : Ces femmes sont considérées comme des apostats par les représentants religieux car elles ne cachent pas qu’elles sont dans un rapport culturel à l’islam voire qu’elles sont athées. Cela explique aussi la haine que leur voue les islamistes qui les menacent continuellement. 

Il existe des figures musulmanes qui luttent contre l'islamisme. Certains lanceurs d’alerte comme Mohamed Louizi appellent à lutter contre l'islamisme. Cela fait longtemps qu'il parle des problèmes que posent des associations comme la Qatar Charity, qu’il épluche les documents produits par la frérosphère en Occident comme dans le Golfe. Il a du subir une dizaine de procès qu'il a tous gagnés en diffamation face à des associations régies par les Frères musulmans. Des personnes courageuses comme Mohamed Louizi ne sont hélas pas légion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/10/2019 - 20:34
"... les musulmans français
"... les musulmans français sont plus timides que d’autres.."
Oui, mais ils se soignent....!
Et surtout faut pas croire les mauvaises langues qui disent que c'est aux frais de la sécu
clo-ette
- 09/10/2019 - 18:57
On n'est pas sorti de l'auberge
mais on s'en doutait, après le quinquennat ensanglanté de Hollande, on était dans l'attente, déjà pessimistes .Drôle d'époque qui assiste à des suicides dans différents corps de métiers, à l' incendie de Notre Dame, aux files hebdomadaires de gilets jaunes ( la France "en marche"!) , à la trouvaille d'un nouveau marché: la marchandisation de la procréation, à une enfant qui ne va pas à l'école ,mais fait des tournées mondiales pour parler de la "Science", et de la fin du monde dans la chaleur de l'enfer . Et on écoute des discours encore des discours .....
jaune78video
- 09/10/2019 - 12:09
Ca tombe bien les attentats avant les élections...
On peut même se demander si ça ne tombe pas de manière ad hoc...Je plaisante bien entendu...Mais on ne peut nier que ça sert un discours que la MAJORITE des français pensent et veulent entendre et que la MAJORITE des médias (merci Atlantico et Valeurs Actuelles qui sont les vrais médias de droite) essaient de masquer : les musulmans dans leur immense majorité ne condamnent pas les attentats. Les banlieues infestées de racaille musulmane font la fête...Chaque jour plus de voilées qui jettent à la figure des français qu'elles ne sont que des "françaises" de papiers mais pas de cœur, que les musulmans ne veulent pas s'intégrer et encore moins s'assimiler sauf pour bénéficier de tout le social qui leur est offert. Et je dis bien OFFERT ! Notre civilisation se meurt, comme en son temps la Grèce Antique, Rome, l'Egypte ancienne, les Incas, les Indiens d'Amérique etc...tuée par l'envahisseur musulman qui est armé directement par nos dirigeants corrompus et sa cohorte de niais de la gôche ou de leurs avatars progresso-ecolo-bobo. Ces attentas au cœur des entreprises françaises et de l'administration au sens large (SNCF, RATP, EDF...) ne font que commencer....