En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 23 min 27 sec
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 3 heures 24 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 17 heures 45 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 22 heures 32 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 23 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 55 min 2 sec
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 1 heure 33 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 22 heures 20 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 22 heures 48 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 23 heures 59 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Atlantico Business

BCE : l’opposition au vitriol contre Christine Lagarde se manifeste déjà dans les milieux d’affaires européens

Publié le 07 octobre 2019
Christine Lagarde, qui va prendre la présidence de la BCE le 1er novembre, va se retrouver face à une opposition qui s’organise autour d’anciens membres du conseil de la BCE alliés à des présidents de grandes banques centrales européennes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Lagarde, qui va prendre la présidence de la BCE le 1er novembre, va se retrouver face à une opposition qui s’organise autour d’anciens membres du conseil de la BCE alliés à des présidents de grandes banques centrales européennes.

La personne de Christine Lagarde n’est pas en cause, c’est la politique qu‘elle promet d’appliquer qui est visée. L’agence Bloomberg a publié un document d’une violence rare, qui fait le procès de la politique monétaire menée par Mario Draghi. Ce document est signé par un groupe d’anciens dirigeants de banques centrales européennes, en majorité de l’Europe du Nord et qui appartiennent ce qu’on appelle, à Francfort, le clan des faucons.

Alors, ce groupe est proche de Jens Weismann, l’actuel patron de la Bundesbank ou de Klass Knot, le gouverneur de la banque des Pays-Bas, mais on y trouve aussi Otmar Issing, économiste de l’Institut monétaire et Jürgen Stark, allemand lui aussi, qui avait démissionné avec fracas du conseil de la Banque centrale européennes en 2011. Parmi les signataires, les anciens patrons des banques d’Autriche et des Pays-Bas, mais aussi Hervé Hannoun, ex sous-gouverneur de la banque de France et qui a souvent dénoncé les incohérences de la politique européenne, mais qui avait aussi au moment des élections, instruit un procès contre l'Otan.

A noter, que la tribune Bloomberg est également soutenue par Jacques de La Rosière qui fut à la tête de la Banque de France.

Ce clan de personnalités, qui n’avaient jusqu'à maintenant pas exprimé de façon spectaculaire et publique leur opposition, se sont décidés à sortir du bois après les premières déclarations de Mme Lagarde. Déclarations très politiquement correctes qui confirmaient sa volonté de poursuivre la politique monétaire menée par Mario Draghi, compte tenues des incertitudes qui continuent de peser sur la croissance mondiale et européenne.

Ça n’est donc pas la personnalité de Christine Lagarde qui les gène, mais on devine qu’ils auraient souhaité un profil d’économiste plus affûté. Les éloges dont a bénéficié l’ancienne dirigeante du FMI, sur son talent de communicante, son habileté politique, à trouver des compromis, son génie à  savoir s’entourer, sa parfaite maîtrise de la langue anglaise et la richesse de son carnet d’adresses mondiales... Tout cela ne fait que souligner le déficit d'une expérience de banquière et surtout déficit de l'expertise d’économiste académique. Bonjour l'hypocrisie !

Mais au-delà, c’est donc la politique qu’elle conduira dans la ligne de celle de Mario Draghi dont ce groupe fait le procès public. La charge est au vitriol.

1er point : ils considèrent que Mario Draghi s’est fourvoyé en installant sur le long terme une politique accommodante, non conventionnelle, avec une abondance de liquidités à destination des banques, parce que les résultats promis ne sont pas au rendez-vous .

2e point : ils expliquent que les objectifs réels poursuivis par Mario Draghi et la BCE ne sont pas ceux qui ont été annoncés. La politique monétaire de taux d’intérêt négatifs n’a pas engendré le retour de l’inflation, comme voulu. De plus, ils prétendent que la politique de la Banque centrale qui consiste à racheter des dettes d’Etats en contrepartie des liquidités émises, est contraire aux traités de l’Union européenne... Parce que cette politique monétaire a permis aux Etats de financer les dépenses budgétaires et gouvernementales par la politique monétaire, et non pas par des recettes propres à l’impôt.

3e point : ils soupçonnent que derrière cette politique monétaire se cache en réalité la volonté de protéger les gouvernements lourdement endettés d’une hausse des taux.

Le soupçon n’est pas infondé quand on sait que beaucoup d’Etats (et notamment la France ou l’Italie) seraient en grande difficulté si jamais les taux d’intérêt augmentaient. L’endettement français dépasse désormais les 100% du PIB.

Les signataires de cette tribune en tirent la conclusion que Mario Draghi n’a donc rien fait pour inciter les gouvernements à mieux gérer leurs finances publiques et réduire leurs dépenses sociales et publiques.

En clair, et ça s’adresse évidemment à Mme Lagarde, la politique monétaire que la nouvelle présidente de la BCE va incarner ne permet pas de soutenir l'activité économique des entreprises, ne permet pas d’autoriser les banques à prendre des risques pour l'investissement, et finalement encourage les Etats et les gouvernements au laxisme budgétaire.

On ne peut guère être plus sévère, clair et net.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 08/10/2019 - 13:54
Fatalitas
L'économie n'est pas une science mais un art! Avec cependant un peu de bon sens!
Une oeuvre d'art on la trouve belle ou nulle!
Une politique économique aussi, surtout quand les résultats sont à l'opposé de ceux annoncés car reposant sur un NON SENS: consommer plus qu'on ne produit ne peut pas se concevoir à long terme, comme tenter de retenir une crue qui n'en finirait pas!
On élève des digues, on les surélève, mais un jour ou l'autre elles céderont.
Donc on s'est, et on continue, à s'endetter jusqu'à ce que cet argent gratuit n'ait plus de sens!
L'autre solution, c'est l'inflation, mais dans le cas présent ce sera l'explosion!
Je comprends que l'on veuille retarder l'échéance, seulement nous sommes dans la seringue, et l'aiguille en est fine, d'où une douleur d'autant plus intense qu'elle sera longue pour en sortir, certes, mais dans quel état?
hoche38
- 07/10/2019 - 17:19
Une façon de sortir de l'euro?
Dans l'état de délabrement de l'Union de Bruxelles, la mise en œuvre d'une telle politique serait probablement suffisamment explosive pour la détruire.