En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 8 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 45 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 42 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 17 heures 7 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 32 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 41 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 51 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 17 heures 7 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 17 heures 8 min
© JOHN THYS / AFP
© JOHN THYS / AFP
Atlantico Business

BCE : l’opposition au vitriol contre Christine Lagarde se manifeste déjà dans les milieux d’affaires européens

Publié le 07 octobre 2019
Christine Lagarde, qui va prendre la présidence de la BCE le 1er novembre, va se retrouver face à une opposition qui s’organise autour d’anciens membres du conseil de la BCE alliés à des présidents de grandes banques centrales européennes.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christine Lagarde, qui va prendre la présidence de la BCE le 1er novembre, va se retrouver face à une opposition qui s’organise autour d’anciens membres du conseil de la BCE alliés à des présidents de grandes banques centrales européennes.

La personne de Christine Lagarde n’est pas en cause, c’est la politique qu‘elle promet d’appliquer qui est visée. L’agence Bloomberg a publié un document d’une violence rare, qui fait le procès de la politique monétaire menée par Mario Draghi. Ce document est signé par un groupe d’anciens dirigeants de banques centrales européennes, en majorité de l’Europe du Nord et qui appartiennent ce qu’on appelle, à Francfort, le clan des faucons.

Alors, ce groupe est proche de Jens Weismann, l’actuel patron de la Bundesbank ou de Klass Knot, le gouverneur de la banque des Pays-Bas, mais on y trouve aussi Otmar Issing, économiste de l’Institut monétaire et Jürgen Stark, allemand lui aussi, qui avait démissionné avec fracas du conseil de la Banque centrale européennes en 2011. Parmi les signataires, les anciens patrons des banques d’Autriche et des Pays-Bas, mais aussi Hervé Hannoun, ex sous-gouverneur de la banque de France et qui a souvent dénoncé les incohérences de la politique européenne, mais qui avait aussi au moment des élections, instruit un procès contre l'Otan.

A noter, que la tribune Bloomberg est également soutenue par Jacques de La Rosière qui fut à la tête de la Banque de France.

Ce clan de personnalités, qui n’avaient jusqu'à maintenant pas exprimé de façon spectaculaire et publique leur opposition, se sont décidés à sortir du bois après les premières déclarations de Mme Lagarde. Déclarations très politiquement correctes qui confirmaient sa volonté de poursuivre la politique monétaire menée par Mario Draghi, compte tenues des incertitudes qui continuent de peser sur la croissance mondiale et européenne.

Ça n’est donc pas la personnalité de Christine Lagarde qui les gène, mais on devine qu’ils auraient souhaité un profil d’économiste plus affûté. Les éloges dont a bénéficié l’ancienne dirigeante du FMI, sur son talent de communicante, son habileté politique, à trouver des compromis, son génie à  savoir s’entourer, sa parfaite maîtrise de la langue anglaise et la richesse de son carnet d’adresses mondiales... Tout cela ne fait que souligner le déficit d'une expérience de banquière et surtout déficit de l'expertise d’économiste académique. Bonjour l'hypocrisie !

Mais au-delà, c’est donc la politique qu’elle conduira dans la ligne de celle de Mario Draghi dont ce groupe fait le procès public. La charge est au vitriol.

1er point : ils considèrent que Mario Draghi s’est fourvoyé en installant sur le long terme une politique accommodante, non conventionnelle, avec une abondance de liquidités à destination des banques, parce que les résultats promis ne sont pas au rendez-vous .

2e point : ils expliquent que les objectifs réels poursuivis par Mario Draghi et la BCE ne sont pas ceux qui ont été annoncés. La politique monétaire de taux d’intérêt négatifs n’a pas engendré le retour de l’inflation, comme voulu. De plus, ils prétendent que la politique de la Banque centrale qui consiste à racheter des dettes d’Etats en contrepartie des liquidités émises, est contraire aux traités de l’Union européenne... Parce que cette politique monétaire a permis aux Etats de financer les dépenses budgétaires et gouvernementales par la politique monétaire, et non pas par des recettes propres à l’impôt.

3e point : ils soupçonnent que derrière cette politique monétaire se cache en réalité la volonté de protéger les gouvernements lourdement endettés d’une hausse des taux.

Le soupçon n’est pas infondé quand on sait que beaucoup d’Etats (et notamment la France ou l’Italie) seraient en grande difficulté si jamais les taux d’intérêt augmentaient. L’endettement français dépasse désormais les 100% du PIB.

Les signataires de cette tribune en tirent la conclusion que Mario Draghi n’a donc rien fait pour inciter les gouvernements à mieux gérer leurs finances publiques et réduire leurs dépenses sociales et publiques.

En clair, et ça s’adresse évidemment à Mme Lagarde, la politique monétaire que la nouvelle présidente de la BCE va incarner ne permet pas de soutenir l'activité économique des entreprises, ne permet pas d’autoriser les banques à prendre des risques pour l'investissement, et finalement encourage les Etats et les gouvernements au laxisme budgétaire.

On ne peut guère être plus sévère, clair et net.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 08/10/2019 - 13:54
Fatalitas
L'économie n'est pas une science mais un art! Avec cependant un peu de bon sens!
Une oeuvre d'art on la trouve belle ou nulle!
Une politique économique aussi, surtout quand les résultats sont à l'opposé de ceux annoncés car reposant sur un NON SENS: consommer plus qu'on ne produit ne peut pas se concevoir à long terme, comme tenter de retenir une crue qui n'en finirait pas!
On élève des digues, on les surélève, mais un jour ou l'autre elles céderont.
Donc on s'est, et on continue, à s'endetter jusqu'à ce que cet argent gratuit n'ait plus de sens!
L'autre solution, c'est l'inflation, mais dans le cas présent ce sera l'explosion!
Je comprends que l'on veuille retarder l'échéance, seulement nous sommes dans la seringue, et l'aiguille en est fine, d'où une douleur d'autant plus intense qu'elle sera longue pour en sortir, certes, mais dans quel état?
hoche38
- 07/10/2019 - 17:19
Une façon de sortir de l'euro?
Dans l'état de délabrement de l'Union de Bruxelles, la mise en œuvre d'une telle politique serait probablement suffisamment explosive pour la détruire.