En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 9 heures 1 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 15 heures 10 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 32 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 46 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 16 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 53 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 14 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 17 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 31 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 29 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 53 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 25 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 56 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 33 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 20 heures 3 min
© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP
Economie

L’Europe au crible des inégalités : et si l’UE n’était pas soutenable économiquement …

Publié le 08 octobre 2019
Pour Branko Milanovic, les limites de l'Europe découlent des inégalités entre les Etats membres, lesquelles ont été creusées par les élargissements successifs de l'UE.
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Branko Milanovic, les limites de l'Europe découlent des inégalités entre les Etats membres, lesquelles ont été creusées par les élargissements successifs de l'UE.

S'il est possible que les rédacteurs du traité de Lisbonne l’ignoraient, nous savons désormais qu'il existe une "zone monétaire optimale". La crise grecque a popularisé le concept. Comme son nom l'indique, celle-ci fixe des limites à ce qui devrait (idéalement) être une zone à monnaie unique.

Dans les années 1990, lorsqu’à l’Est du continent européen, des pays comme l'URSS, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie ont éclaté donnant naissance à de nouvelles nations, et que ces nouveaux Etats ont demandé à adhérer à l'Union européenne, une question similaire a été posée : pourquoi voudriez-vous quitter une union pour en rejoindre une autre, plutôt que de conserver votre indépendance totale ? J’ai partiellement répondu à cette question dans un article paru en 1996. Article dans lequel j'affirmais qu'il y avait un compromis à faire entre l'indépendance politique totale ( c’est-à-dire la pleine autorité budgétaire et monétaire) et le revenu. Des pays tels que l'Estonie et la Slovénie étaient tout à fait disposés à renoncer à leur indépendance monétaire et (dans une large mesure) fiscale, en échange de transferts monétaires et du cadre institutionnel fourni par l'UE.

Mais ce raisonnement laissait néanmoins même une question en suspens : un pays trouverait-il seulement  le coût, en termes d'abandon du pouvoir discrétionnaire, trop élevé et déciderait alors de rester en dehors de l'Union (limitant ainsi l'expansion de l'Union) ? La Suisse et la Norvège en sont peut-être des exemples

Des facteurs limitatifs

Presque personne n’avait pensé que les inégalités pourraient nuire au bon fonctionnement d’une union politique et économique. Pourtant, au moins trois éléments, prouve que c’est bel et bien le cas.

Premièrement, dans une union composée d’États dont les niveaux de revenu sont disparates, de larges transferts transferts de fonds partant des pays les plus riches vers les pays plus pauvres sont nécessaires. Ces transferts sont essentiel pour l’union puisse fonctionner normalement.

Deuxièmement, une union très inégale dans sa composition est, par définition, composée d'Etats membres dont les dotations en capital et en travail sont très différentes. Par conséquent, la politique économique la plus efficace pour un membre pauvre n’est pas forcément similaire à celle qui serait la plus optimale pour un membre riche. (Nous trouvons ici des échos de la zone monétaire optimale.)

Troisièmement, et c'est peut-être le point le plus important à l'heure actuelle, si une telle union implique la liberté de circulation, les flux de main-d'œuvre systématiques qui s'ensuivent -avec des personnes quittant les Etats membres les plus pauvres pour rejoindre les Etats les plus riches- peuvent être politiquement déstabilisants dans le cas où les membres les plus riches ne sont pas prêts à accepter les migrants.

Le troisième point est probablement en grande partie responsable du Brexit. On pourrait ainsi soutenir que sans l'élargissement à l'Est de l'UE, il n'y aurait pas eu de Brexit. Ainsi, l'UE, implicitement, a dû faire face à un compromis qui lui était propre : elle pouvait avoir pour membre le Royaume-Uni ou l'Europe de l'Est, mais pas les deux. Par une succession d'étapes, et en grande partie inconsciente de ce choix, l'UE a privilégié ce dernier.

De larges différences de revenus

Derrière les flux d’individus se cachent les différences sous-jacentes de revenus entre les pays. C'est pourquoi on estime que la Roumanie a "perdu" près de 2 millions de ses citoyens depuis son adhésion à l'UE. Mais quelle est véritablement l'ampleur des différences de revenus au sein de l’UE?

Commençons par la plus simple et la plus importante, en ignorant les différences de revenu à l'intérieur des pays et en ne considérant que celles entre les pays de l'UE (en supposant donc que chaque personne dans un État membre donné a le revenu moyen ou le produit intérieur brut par habitant de cet État membre). Et prenons comme mesure de l'inégalité le coefficient de Gini, qui va de 0%, à 100%, c’est-à-dire l’égalité totale.

Les résultats sont assez frappants. En 1980, alors que l'UE ne comptait que neuf États membres, le coefficient de Gini entre pays n'était que de trois points. Le regroupement des neuf membres en un seul groupe n’a donc que très peu augmenté le taux d’inégalité total de l’UE (en raison de leur seuil de développement similaire). Plus des neuf dixièmes de l'inégalité dans l'UE à 9 étaient dus à des différences de revenus à l'intérieur des pays (c'est-à-dire des différences de revenus entre citoyens les plus pauvres et citoyens les plus riches en France, aux Pays-Bas et ainsi de suite).

Dix ans plus tard, en 1990, le coefficient de Gini entre les pays de l’UE à 12 avait déjà doublé pour atteindre six points. Avec l'élargissement à l'Est, le nombre d'Etats membres est passé à 25 et le coefficient de Gini a une fois de plus augmenté pour atteindre 13 points. Il a de nouveau augmenté, mais légèrement (à 13,5%), avec l'ajout de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Croatie.

Aujourd'hui, les estimations de l'inégalité interpersonnelle (c'est-à-dire entre tous les citoyens) au sein de l'UE se situent entre 37 et 39 points Gini. Cela signifie qu'un tiers de l'inégalité globale de l'UE (13,5% sur 37%-39%) est désormais intégrée de manière systématique, en raison des différences sous-jacentes de revenus entre les États membres.

Comparez l'UE à 28 avec les 50 Etats américains (les États-Unis composés de 50 membres, les États). Globalement, le taux d’inégalité des 50 Etats américains est supérieur à celui de l'UE à 28 : le coefficient de Gini l’union des Etats américains se situe autour des 40%, tandis que le coefficient de Gini européen se situe dans la mi-trentaine et la trentaine supérieure. Mais seulement, environ, un dixième de cette inégalité aux Etats-Unis est "causée" par l'inégalité entre les Etats alors que, comme nous l'avons vu, un tiers de l'inégalité en Europe est causée par les différences de revenus entre les Etats membres.

Un problème difficile à résoudre

L'inégalité au sein de l’UE (qui ainsi décomposée ressemble beaucoup à l'inégalité chinoise, qui est également due dans une large mesure aux différences de revenus entre les provinces) est beaucoup plus difficile à corriger. Elle exige des transferts strictement géographiques du pouvoir d'achat des Etats membres riches vers les Etats membres pauvres. Or, puisque la composition de la population diffère, chercher à corriger cette inégalité impliquerait de larges transferts d’argent, par exemple, des Néerlandais vers les Bulgares. Mais la Hollande, dont le budget consacré à l’UE représente 1% du PIB total n’a bien sûr pas les moyens de réaliser tels transferts.

La solution alternative est de laisser les populations migrer librement d’un pays vers un autre. C'est ce que l'UE a fait, avec les conséquences politiques que l’on observe actuellement.

Nous pouvons alors légitimement nous demander : y a-t-il des limites à l'élargissement de l'UE ? Limites qui seraient imposées par l'inégalité plus grande qui découlerait de l'adhésion de nouveaux membres plus pauvres ? Par exemple, si la Turquie adhérait seule, le coefficient de Gini augmenterait alors de 17 points. Si les quatre pays des Balkans occidentaux actuellement candidat adhéraient également à l'Union européenne, ce chiffre passerait à 17,5 %. Cette inégalité sous-jacente, qui n'est pas soumise à des politiques économiques nationales ou européennes ( parce que le budget de l'UE est si faible), représenterait alors près de la moitié de l'inégalité globale entre 615 millions de citoyens de l'Union.

Ce serait une union ingérable.

L’ensemble de ces points montre pourquoi l'UE ne devrait pas poursuivre cette politique insoutenable, laquelle qui plus est ne semble offrir aux pays candidats une adhésion potentielle qu’au bout d’une attente très longue (ou plutôt interminable). Cette politique n'engendre que de la frustration de part et d'autre. L'UE devrait plutôt regarder les choses telles qu'elles sont, et créer une nouvelle catégorie de pays. Des pays qui ne pourraient être membres avant bien longtemps.

Peut-être pourrait-elle attendre que ces membres potentiels s'enrichissent d'eux-mêmes, ce qui signifie que l'UE devrait encourager, par tous les moyens, l'accroissement des investissements et de la participation de la Chine dans ces pays, ce qui est l’inverse de sa politique actuelle. Ou peut-être pourrait-elle attendre que la convergence des revenus au sein des États membres de l'UE et la réduction des inégalités entre les États membres permettent une nouvelle vague d'élargissement, ce qui est peu probable avant la seconde moitié de ce siècle.

Cet article a été initialement publié sur le site Social Europe : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 08/10/2019 - 18:05
Rarement vu
un article d'une telle nullité....à mon avis cela a été écrit par Bendidons: une connerie à chaque paragraphe et des phrases creuses
Un seul exemple: le rapport entre le Brexit et l'entrée de l'Europe de l'Est: complètement idiot!!!
Benvoyons
- 08/10/2019 - 17:19
Les USA ont des lois différentes par Etat :)
Même un truand va quitter rapidement un État pour un autre pour éviter d'être arrêté. Sauf si son délit est Fédérale. Car il y a la Police Locale, la Police de l’État & la Police Fédérale + quelques officines :)
L'Europe utilise Interpol pour compléter. https://www.interpol.int/fr/
Benvoyons
- 08/10/2019 - 17:08
Aux États-Unis, aucune langue officielle :)::)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_aux_%C3%89tats-Unis

:)::)