En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 8 heures 15 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 9 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 13 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 14 heures 48 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 15 heures 53 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 16 heures 45 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 17 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 17 heures 49 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 18 heures 13 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 8 heures 47 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 14 heures 27 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 15 heures 3 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 16 heures 32 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 16 heures 59 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 18 heures 14 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Evolution

Ce que perd une société en perdant le sens de la transgression

Publié le 06 octobre 2019
La Manif pour tous a appelé à se rassembler dimanche contre le projet de loi bioéthique qui est examiné depuis la fin du mois de septembre à l'Assemblée nationale. L'occasion pour Atlantico de revenir sur la logique à l'oeuvre dans le projet de loi.
Damien Le Guay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philosophe et critique littéraire, Damien Le Guay est l'auteur de plusieurs livres, notamment de La mort en cendres (Editions le Cerf) et La face cachée d'Halloween (Editions le Cerf).Il est maître de conférences à l'École des hautes études commerciales...
Voir la bio
Jean-Baptiste Juillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Juillard est professeur agrégé de philosophie, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Manif pour tous a appelé à se rassembler dimanche contre le projet de loi bioéthique qui est examiné depuis la fin du mois de septembre à l'Assemblée nationale. L'occasion pour Atlantico de revenir sur la logique à l'oeuvre dans le projet de loi.

Atlantico : Danièle Obono, députée La France Insoumise, a demandé le 3 octobre la suppression de la mention du sexe à l'état civil, parce que cette mention aurait des conséquences oppressives pour les "transgenres et intersexués". Dans quelle mesure, de manière plus générale, les lois de bioéthiques reposent-elles sur l'idée qu'il est nécessaire de prendre en compte toutes les transgressions et d'éliminer toutes les frustrations que peuvent engendrer l'existence d'une loi ou d'une norme morale ?

Jean-Baptiste Juillard : Formellement, la révision des lois de bioéthique s’accompagne d’états généraux largement ouverts et la discussion des textes à l’Assemblée permet d’écouter des intervenants de qualité. Pourtant, lorsque l’Académie de médecine évoque posément dans un rapport sur le projet de loi actuel une « rupture anthropologique majeure » et s’inquiète des conséquences pour les enfants des suites d’une procréation délibérément sans père, la ministre de la Santé réagit avec mépris en évoquant une conception « un peu datée ». Suffit-il d’invoquer quelques études anglo-saxonnes, nécessairement limitées dans le temps, pour faire taire tout débat ? D’autres études montrent quant à elles par exemple les difficultés sociales des enfants de famille monoparentale, questionnant ainsi l'ouverture de la PMA aux mères célibataires. Au fond, la réflexion éthique peut-elle encore consister à dire « non », c’est-à-dire soutenir un interdit contre une revendication minoritaire au nom d’une conception du bien commun, ou doit-elle simplement fournir quelques arguments bon teint pour justifier indéfiniment l’extension des droits de l’individu ? Le propos de Danièle Obono illustre tout à fait l’extension maximale du terme de « violence ». La mention du sexe est perçue comme une « violence » faite à l’individu dans sa particularité, or nos sociétés se veulent pleinement pacifistes et non-violentes, donc tout ce qui pourrait être ressenti comme une violence doit urgemment être effacé. L’expression d’une plainte suffit à garantir sa légitimité, rien ne peut être opposé à une subjectivité éplorée dans une société qui se veut « progressiste ». Tout ce qui ne repose pas sur un acte produit l’intention de l’individu est présenté comme une oppression dont l’Etat doit nous libérer.

Damien Le Guay : Madame Obono à tout à faire raison. Son raisonnement est implacable. Fou mais implacable. Fou, au sens donné par Chesterton : « est fou celui qui a tout perdu sauf la raison ». Trois éléments «de raison » doivent être pris en considération. D’une part le caractère construit de tout et de tous – y compris de la sexualité, du genre, de l’appartenance sexuelle. D’autre part, une vision simplement sociologique selon laquelle tout est vu sous l’angle des discriminations. Et pour finir : une confusion entre le biologique et la sexualité choisie – de manière à faire prévaloir le choix d’une sexualité qui doit recouvrir le biologique considéré comme une « assignation » dont il faut se libérer. Pour toutes ces raisons, le genre (homme ou femme) relève du déclaratif, de ce que je dis de moi. Et si, ce déclaratif sexuel est flou, queer, incertain (comme dans le cas pour les trans ou les inters ou les bis), alors une absence de reconnaissance par l’état civil de cette indétermination est considérée comme attentatoire à la dignité des personnes.

Or, quand le gouvernement rejette la proposition de madame Obono, il ne dit rien des trois présupposés qui conduisent à sa proposition. Eux, ensemble, forment un coktail anthropologique explosif. Et si nous ne revenons pas sur eux, il y aura toujours une madame Obono pour proposer, afin de satisfaire aux exigences comminatoires de 0,1 % de la population, la suppression des repères biologiques de nomination pour 99,9% de la population. Et si nous ne sommes plus « assignés » à un genre qui s’impose à nous, indépendamment de nos orientations sexuelles (qui ne concernent pas l’état civil), alors le monde commun disparait. Alors, comme c’est déjà le cas sur certains campus américain, il faudra, en se présentant, dire si l’on est un « he » ou un « she » ou un ze » (neutre). Alors, la confusion s’ajoutera à la confusion et la politesse à l’ancienne s’effacera au profit d’une dictature de stricte égalité des identités sexuelles LGBT QUA. Cette dictature semble vouloir s’imposer à 95% de la population – qui reste « assigné » dans une hétérosexualité sans trouble ni interrogation de genre. 

Ne vaut-il pas mieux assumer qu'une société, cela implique l'existence de lois et de normes, et donc de frustrations et de transgressions ? 

Jean-Baptiste Juillard : Freud voyait dans l’avènement de la culture un processus de « renoncement pulsionnel », et considérait qu’il ne peut exister de communauté humaine sans certains interdits fondamentaux. Mais nous voyons s’imposer une certaine conception de la démocratie comme projet d’affranchissement progressif de toutes les contraintes, au nom du droit à l’égalité de toutes les particularités. Notre philosophe national, Descartes, appelait à changer ses désirs plutôt que l’ordre du monde, nous prenons son exact contre-pied sur ce point, nous voulons changer l’ordre du monde plutôt que nos désirs. Il faut reconnaître que ce projet prométhéen n’est pas dénué de fondement, les prouesses de la technique moderne ont bien modifié notre conception d’un ordre naturel des choses fixé de toute éternité. Pour autant, la mise en place des techniques d’assistance médicale à la procréation dans les années 80 tenait pour acquis que la procréation demeurait le fruit de l’union de l’homme et de la femme ; le traitement de la stérilité ou de l’infertilité n’était pas conçu comme une transgression mais comme la restauration d’un ordre habituel de la fécondation. Ce qui est nécessaire biologiquement peut-il être totalement inutile sur le plan psychologique et social ? C’est ici que se rejoignent les préoccupations écologiques et morales, en montrant l’importance de penser des limites raisonnables et souhaitables, sans humilier la liberté humaine.

L'amendement légalisant la situation des enfants nés par GPA à l'étranger a été adopté jeudi soir à l'Assemblée, à la surprise générale. La mécanique du progressisme, qui consiste à reconnaître tous les états de faits dans le droit, même quand ils sont à l'origine lié à des formes d'illégalité ou de transgression, peut-elle être arrêtée ?

Jean-Baptiste Juillard : Si la politique consiste à observer l’inéluctable, autant dire qu’elle est morte. Face à cette perspective désespérante, il faut rappeler qu’aucune espèce de fin de l’histoire, de progrès automatique et graduel, n’est assurée. L’argument catastrophiste a sa légitimité intellectuelle, qu’il s’agisse là encore d’écologie ou de procréation. La logique du principe de précaution pourrait s’appliquer non seulement à la nature, mais aussi à la nature humaine. Cela étant, l’honnêteté intellectuelle invite surtout à penser la dynamique qui est à l’œuvre, et qui n’est effectivement pas arrivé à son stade final. Les discussions actuelles sur la PMA ou plus encore la GPA sont le prélude au bouleversement final que constituerait un jour la substitution de la machine au ventre de la femme, ce que l’on nomme « ectogénèse » ou plus sobrement utérus artificiel. Dans un livre paru en 2005, le biologiste Henri Atlan remarquait qu’une telle prouesse technique reviendrait à annihiler totalement le rôle naturel du corps des femmes, tout en mettant au monde des enfants qui ne seraient plus le prolongement d’une autre chair. Dira-t-on là aussi que cette permanence anthropologique est un « peu datée » ?

Damien Le Guay : Non. La manœuvre, dans le dos du gouvernement, menée par M Touraine, ouvertement partisan de la GPA et de l’euthanasie, est une manière de révéler une hypocrisie et une logique des droits. Pour ce qui concerne l’hypocrisie, ce qu’il a fait était une promesse du candidat Macron – même si le gouvernement est trop lâche pour l’admettre. Quant à la logique des droits elle est imparable, inexorable, trop puissante pour être freinée par qui que ce soit. Elle est dans l’ADN de nos sociétés démocratiques égalitaires. Ce qui est donné à l’un ne peut pas être refusé à l’autre. Lors du vote du PACS en 1999, Madame Guigou, garde des sceaux, disait alors, qu’il ne devait pas déboucher sur le mariage homosexues ou sur un « droit à l’enfant » pour tous. Mais les « bons sentiments » ne peuvent rien face à la lutte contre les discriminations. L’égalité finit par effacer toutes les différences – vues non pas comme des « différences » mais comme des inégalités. Après le Pacs, le mariage homosexuel (en 2013) qui lui, ipso facto, donna des droits a avoir des enfants – alors même que cela était jugé interdit par les promoteurs de ce dit mariage. En 2019, deux modalités de ce « droit à l’enfant » ; la PMA pour les femmes homosexuelles, la GPA pour les hommes homosexuels. On ne cesse d’avance à reculons tout en poussant des cris d’orfraie quand certains « méchants » disent qu’il y a une logique inexorable d’enchainement d’un droit sur l’autre, alors que cette logique est là de toute évidence.

Maintenant, on nous dit (Mme Touraine en tête) que son amendement, fait pour le « bien des enfants », maintient en France l’interdiction de la GPA et que plus tard, pour d’autres, on verra bien. Le mensonge et l’hypocrisie sont de mises pour mieux faire avancer les droits, l’égalité, la médecine au service des droits. Un enfant est un droit et rien ni personne, ni même une incapacité biologique, ne pourraient s’y opposer. Toutes les considérations psychologiques, anthropologiques, coutumières, éthiques et même maintenant féministes, ne tiennent plus. Elles ne peuvent plus tenir devant le droit d’avoir des droits qui refusent de se plier à quelques entraves ou interdits – tous considérés comme des injustices. Que des femmes soient réduites à des « ventres » à louer, des mères-porteuses à des utérus portatifs, des jeunes femmes désargentées à des ventres colonisées pendant neuf mois par des « désirs d’enfants » d’occidentaux riches et  désœuvrés, ne pose plus de problème à nos ultra-féministes.       

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 07/10/2019 - 17:59
Cette loi....
cherche à effacer toute filiation , un individu isolé est plus malléable , la famille ayant toujours été un rempart contre les dictatures .
gerint
- 06/10/2019 - 19:01
Merci Azka
Nous sommes sur la même longueur d’onde. Il faut entrer en résistance en manifestant dans la durée une opposition ferme comme aujourd’hui à Paris et plus si nécessaire pour empêcher l’effondrement de notre nation.
gerint
- 06/10/2019 - 19:01
Merci Azka
Nous sommes sur la même longueur d’onde. Il faut entrer en résistance en manifestant dans la durée une opposition ferme comme aujourd’hui à Paris et plus si nécessaire pour empêcher l’effondrement de notre nation.