En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 45 min 52 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 5 heures 38 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 7 heures 52 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 10 heures 7 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 11 heures 30 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 2 heures 27 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 5 heures 30 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 5 heures 52 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 11 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 48 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Police politique

Quand les RG servaient à dompter l’opposition

Publié le 05 octobre 2019
Dans le livre "Dans l'œil des RG" (éditions Robert Laffont), Olivier Toscer et Nicolas Beau reviennent sur le caractère très politique des renseignements généraux, souvent chargés de surveiller les opposants à l'Etat.
Ancien journaliste d'investigation à L'Obs, Olivier Toscer est réputé pour ses enquêtes sur la police et le Renseignement. Il est l'auteur chez Robert Laffont d 'Ennemis d'Etat, en avril 2019.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Toscer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien journaliste d'investigation à L'Obs, Olivier Toscer est réputé pour ses enquêtes sur la police et le Renseignement. Il est l'auteur chez Robert Laffont d 'Ennemis d'Etat, en avril 2019.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le livre "Dans l'œil des RG" (éditions Robert Laffont), Olivier Toscer et Nicolas Beau reviennent sur le caractère très politique des renseignements généraux, souvent chargés de surveiller les opposants à l'Etat.

Atlantico : Dans votre livre "Dans l'œil des RG" écrit avec Nicolas Beau et publié aux éditions Robert Laffont, vous revenez sur les missions des Renseignements généraux (RG), aujourd'hui disparus. Vous vous concentrez notamment le caractère très politique des RG, souvent chargés de surveiller les opposants à l'Etat, définition très variable. Les nombreuses enquêtes menées par les RG témoignent-elles selon vous d'un comportement typique d'une "police politique" plus qu'un d'un simple service de renseignement ?

Olivier Toscer : Personne ne peut nier qu’il y avait dans la mission même des Renseignements Généraux, un aspect de police politique. Le service avait été crée à la fin des années 30 pour permettre au gouvernement d’être informé de l’état de l’opinion et anticiper la subversion.  Dès le départ, il s’est focalisé sur la surveillance du parti communiste, soupçonné de fomenter la révolution et après Mai-68, il s’est concentré sur les mouvements gauchistes avec l’idée qu’ils pourraient basculer dans le terrorisme. Certaines de ces menaces étaient réelles, même s’il y a eu des abus. Nous racontons par exemple dans le livre comment Michel Rocard, qui sera ensuite Premier ministre de la France, était étroitement surveillé au début des années 70. Or tout le monde sait que Michel Rocard n’avait rien d’une personnalité factieuse et qu’il respectait les institutions de la Vème République au point même de se présenter aux suffrages lors de la présidentielles de 1969 ! Pourtant, comme nous le dit dans le livre, un ancien commissaire des RG en poste à l’époque, Rocard, alors patron du Parti Socialiste Unifié (PSU) était suivi parce qu’il portait des idées nouvelles, et cela suffisait à le rendre suspect. On voit la dérive apparaître à ce moment-là : les RG ne surveillent plus seulement les possibles apprentis terroristes mais également les opposants politiques au pouvoir pompidolien en place.

Les années suivantes, le service de renseignement, à la demande des pouvoirs successifs, va se mettre à suivre consciencieusement tous les partis politiques classiques parfaitement intégrés dans la démocratie. L’opposition, quelle qu’elle soit, devient donc une « cible » et d’ailleurs le section la plus prestigieuse de la maison est,à ce moment-là, la section dite des « affaires politiques générales ». Elle le sera jusqu’à sa suppression en 1994. Mais même après cette date, les RG continueront à faire des notes de renseignement sur le personnel politique et réaliser des sondages secrets sur le résultat des élections.

Pour autant, n’exagérons rien non plus : les RG n’étaient pas la Stasi est-allemande. Ils ne venaient pas arrêter les opposants au petit matin pour les jeter au cachot. Non, ils se contentaient d’informer le gouvernement en place sur l’évolution de l’opposition. Ils étaient un atout de plus dans la manche des gouvernants pour garder le pouvoir.

Dans votre livre vous soulignez que les RG ont obéi de manière plutôt indifférenciée au pouvoir en place. Comment expliquer une telle "soumission" au gouvernement en place ? Y a-t-il eu des cas d'opposition à cette surveillance politique ?

Les Renseignements Généraux étaient un service de l’Etat. Mais ils obéissaient aux gouvernements en place. Plus particulièrement, étant policiers, ils étaient le doigt sur la couture du pantalon du Ministre de l’Intérieur dont ils dépendaient pour leur avancement. Difficile dans ces conditions de s’opposer aux ordres, parfois peu respectueux de la démocratie.

Force est de constater que le service a donc souvent été instrumentalisé par les politiques, qui leur demandaient parfois de faire des enquêtes à la légalité douteuse. En réalité, les hommes des RG qui voulaient marquer leur désaccord avec telle ou telle instruction qui leur semblait inadéquate avec leur statut de fonctionnaires de l’Etat, n’avait qu’un seul moyen de s’y opposer : faire fuiter dans la presse les instructions qui leur paraissait illégitimes.

Lorsque de Coluche a été surveillé par le pouvoir giscardien en 1980, certains RG de la préfecture de police de Paris, ont ainsi fait fuiter l’existence de cette mission pour la rendre plus compliquée. Nous racontons aussi comment,plus tard en 2007, des investigations demandées par le cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, sur un conseiller de sa future adversaire à la présidentielle, Ségolène Royal, se sont retrouvées dans la presse. Certains fonctionnaires de la maison avaient estimé que surveiller l’équipe de l’opposante du futur candidat à la présidentielle ne faisait pas parti des missions d’un service de l’Etat. On les comprend !

La disparition des RG via la création de la DCRI en 2008 a-t-elle éliminé la "police politique" que vous décrivez en France ? 

La DCRI a théoriquement été crée pour répondre à des menaces graves de déstabilisation de l’Etat, de type terroriste. L’époque avait changé, l’alternance était devenue une habitude dans le monde politique et donc surveiller l’opposition légale et démocratique dans le pays était un peu devenue dérisoire. Pour autant, nous racontons dans le livre que certaines des vielles méthodes des RG à la papa ont subsisté, au moins jusqu’en 2012 ; que des personnalités politiques comme Rachida Dati par exemple ont subit des investigations de la DCRI dont l’opportunité, voire la légalité, sont jugettes à caution.

La disparition des RG s'est accompagnée pendant quelques années de la perte de tout un pan du renseignement de terrain. Quel impact a eu cette réorganisation sur les capacités de renseignement, notamment au niveau anti-terroriste ?

Lorsque  Nicolas Sarkozy a dissous les RG, le consensus dans le monde du renseignement était de considérer ces agents de renseignement du quotidien et du banal comme inutiles. A la suite des RG, Il n’a subsisté qu’un petit service, baptisé au départ l’Information Générale, devenu aujourd’hui le Renseignement Territorial, pour faire le travail des RG d’antan. Mais on leur a retiré toute mission et toute légitimité antiterroriste. Avec le recul, tout le monde considère aujourd’hui qu’il s’agissait d’une erreur. Car un service de renseignement de proximité, qui agit le plus souvent à visage découvert comme l’était les Renseignements Généraux, sont importants pour détecter les signaux faibles de radicalisation. Par exemple, surveiller les mosquées- et surtout les abords des mosquée, terrain habituel de recrutement des islamistes radicaux – ou les salles de sport de banlieue – autre lieu sensible de radicalisation - permet de détecter d’éventuelles dérives et de les signaler aux services antiterroristes compétents. C’est la même chose avec d’autres secteurs potentiellement violents comme l’extrême-droite radicale par exemple qui recrute dans la population, au coin de la rue ou sur internet. Il faut donc du personnel pour s’occuper de cette tâche.

A partir de 2012, les autorités ont commencé à prendre conscience de tout cela. D’ailleurs les effectifs du Renseignement territorial ont triplé depuis ! Finalement, il semble que les RG n’étaient pas si néfastes, après tout !

Dans un système où les dérives fréquentes dans ce type de service, en un mot, les barbouzeries, seraient mieux contrôlées et les missions mieux orientées vers la menace radicale,  le renseignement de proximité a surement encore de beaux jours devant lui. Simplement, le sigle RG, lui, qui symbolise aujourd’hui une espèce de légende noire du pouvoir a peu de chances d’être remis au gout du jour. Il faudra trouver d’autres noms…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires