En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 17 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 41 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 52 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 36 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 5 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 37 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 45 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 37 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 27 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 24 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 55 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 7 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 56 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 43 min
© DR
© DR
Bonnes feuilles

Le cataclysme du mur des cons pour le système judiciaire français

Publié le 05 octobre 2019
Philippe Bilger publie "Le mur des cons" aux éditions Albin Michel. Ce fut ce qu'on a appelé le "mur de la honte". Cette politisation de certains magistrats a ouvert une faille, un espace dans lequel le monde politique s'est engouffré pour délégitimer l'oeuvre de la justice. Le préjudice est irréparable. Il est urgent de nommer les dérives pour y mettre fin. Extrait 1/2.
Philippe Bilger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger est président de l'Institut de la parole. Il a exercé pendant plus de vingt ans la fonction d'avocat général à la Cour d'assises de Paris, et est aujourd'hui magistrat honoraire. Il a été amené à requérir dans des grandes affaires qui...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bilger publie "Le mur des cons" aux éditions Albin Michel. Ce fut ce qu'on a appelé le "mur de la honte". Cette politisation de certains magistrats a ouvert une faille, un espace dans lequel le monde politique s'est engouffré pour délégitimer l'oeuvre de la justice. Le préjudice est irréparable. Il est urgent de nommer les dérives pour y mettre fin. Extrait 1/2.

Ce fut ce qu’on a appelé le « mur de la honte ». J’en avais fait la découverte comme tous les Français au printemps 2013. Mais j’avais un petit privilège. J’avais l’honneur de faire partie de ces « cons » épinglés par les membres du Syndicat de la magistrature (SM) sur un mur désignant des juges mais aussi des personnalités politiques, journalistiques, syndicales, ou de simples justiciables pour avoir critiqué certaines décisions estimées injustes ou extravagantes. L’honneur d’y être épinglé avec ma robe rouge d’avocat général m’avait réjoui même si je ne raffolais pas du compagnonnage avec les époux Balkany et quelques autres. Je n’étais pas le seul magistrat ciblé et, à dire vrai, je n’aurais pas détesté être l’unique objet de ce ressentiment syndical ! À côté de ce « mur », une affichette précisait : « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà »

J’ai suffisamment d’expérience pour savoir qu’on est toujours le con de quelqu’un, comme dira un de mes pairs. Aussi ma présence sur ce « mur » m’a-t-elle plutôt fait sourire, même s’il n’est jamais agréable de se voir ainsi qualifié. Mais je suis passé du rire à l’effondrement lorsque j’ai découvert que, parmi les « cons » épinglés par nos « juges rouges » moqueurs figuraient les parents de deux jeunes filles assassinées, en particulier le père d’Anne-Lorraine Schmitt, une jeune femme de 23 ans massacrée par un multirécidiviste un dimanche de novembre  2007 dans le RER D.  Le général Schmitt s’était retrouvé sur ce mur indigne parce qu’il avait eu, dans sa douleur, l’audace inconcevable de critiquer le laxisme de la justice pour avoir libéré de façon anticipée un délinquant sexuel récidiviste qui avait ensuite massacré sa fille de trente-quatre coups de couteau. Ayant osé se plaindre, il fut condamné au « mur des cons ». Avec cette indécence et ce sentiment d’impunité que ce geste trahissait, il n’était plus possible de feindre l’étonnement. La démonstration éclatante de l’esprit partisan de certains juges était faite et si on forçait le trait, on aurait pu conclure que l’unique avantage du « mur » – ces cons du mur, avais-je écrit d’emblée sur mon blog Justice au singulier – a été de reléguer durablement au second plan la tragédie collective et singulière d’Outreau née à partir de 2004. 

« À travers ce comportement, c’est la mémoire de ma fille qu’on insulte », avait déclaré le père d’Anne-Lorraine Schmitt. Le cri de ce père bafoué ne traduit pas seulement l’incompréhension croissante des justiciables à l’égard de la justice française d’aujourd’hui. Il résonne désormais dans tous les prétoires pour témoigner de la honte d’une certaine justice dévoyée, en qui le citoyen ne peut plus avoir confiance. Le symbole d’un ordre qui s’est petit à petit fourvoyé, de certains magistrats qui ont perdu toute décence, toute neutralité, toute considération à l’égard des victimes au nom d’une conception gauchiste et vieillie du passage à l’acte criminel. Ce « mur » a des relents de justice maoïste. Il est l’aboutissement d’une dérive qui a commencé après mai 1968 et qui trouve aujourd’hui sa triste consécration en confondant le criminel et sa proie, en affirmant que le délinquant est une victime de la société et qu’il mérite autant d’égard que ceux qu’il a tués ou blessés. 

Ce « mur de la honte », comme l’a écrit Philippe Tesson, n’a pas suscité chez les dirigeants du Syndicat de la magistrature beaucoup de contrition. Pourtant, il aurait dû scandaliser des juges de gauche, si prompts à défendre la présomption d’innocence et à souligner l’importance des droits de la défense. C’est tout juste si la présidente de l’époque, qui a été condamnée de façon très symbolique, a concédé avoir commis une erreur ; au fond il ne s’agirait selon elle que d’une « pochade ». Légèreté d’un côté, extrême sévérité de l’autre. Que vous soyez puissant, et il vous faudra faire preuve à chaque instant de votre innocence. Mais si vous êtes du bon côté de la justice, vous avez droit à toutes les libertés, à toutes les « taquineries », aux « pochades ». Le SM n’a pas saisi que cette horrible mascarade témoignait de la dérive collective non seulement de ce syndicat mais, avec lui, de tous ceux qui ont une conception de plus en plus militante de la justice. On dénonce, on ricane, on bafoue les droits de ceux dont on ne partage pas les idées réelles ou supposées. Et ces juges se croient autorisés à le faire parce qu’ils estiment, non sans raison depuis quelques années, que le Politique a pris trop de liberté à leur encontre. Ils se « vengent ». « Ce mur des cons n’est-il pas la réaction affective, hystérique, magique, d’une partie de ce corps social en danger, celui des magistrats ? N’est-il pas une sorte de maraboutage de l’ennemi, un peu comme on enfonce des aiguilles dans la photo de son adversaire ? », se demandaient dans Le Monde deux magistrats du Syndicat. Si rien ne justifiait un tel « mur », il faut bien reconnaître que notre système démocratique est malade car les deux magistrats évoquent un danger qui, lui, n’est pas chimérique.

Tout a pris mauvaise tournure avec le quinquennat de Nicolas Sarkozy. J’ai toujours considéré qu’on avait sous-estimé le propos du président quand, dans une émission de Michel Drucker, le 7  octobre 2007, il avait comparé les magistrats de la Cour de cassation à des « petits pois… avec la même couleur, le même gabarit, la même absence de saveur… ». Sa critique faite pour vanter par contraste Rachida Dati, qu’il avait choisie comme garde des Sceaux, débordait évidemment la Cour de cassation et prétendait appréhender l’ensemble de la magistrature. 

Je ne sais s’il y a eu à ce sujet des échanges officieux, privés entre le président de la République et les chefs de la plus haute juridiction judiciaire. Je n’en suis même pas sûr, tant malheureusement, nous étions fondés à nous interroger sur le courage et la détermination de ceux ayant pour mission de veiller au respect de l’institution et de ceux qui la servaient. 

Rien n’a pu nous faire soupçonner qu’il y avait eu de la part du premier magistrat de France, Vincent Lamanda, une réaction claire et nette déplorant cet inadmissible propos. Il nous aurait fallu de l’énergie et de l’audace à la tête du corps. Je n’exagère pas la portée de cette offense ni le préjudice résultant de notre complaisance presque masochiste à l’accueillir sans broncher. 

Je crois bien avoir été le seul au sein du pouvoir judiciaire à protester vigoureusement face à cette attaque de Nicolas Sarkozy qui avait pourtant dans ses attributions la charge de se soucier de l’unité et de la dignité de la magistrature. J’avais d’ailleurs mis en cause la passivité et le silence officiels de la hiérarchie judiciaire qui semblait ainsi valider cette déplorable appréciation. C’était très grave car, en réalité, cette comparaison avec les « petits pois » constituait le premier acte de l’asservissement des juges face à un président de la République qui, nous ayant promis un État de droit irréprochable, s’était senti toute latitude pour ne pas respecter son engagement et considérer la majorité de la magistrature telle « un tigre de papier ». Cette lâcheté initiale de la haute hiérarchie des juges a collé, si j’ose dire, à la peau du corps qui, pour la gestion politique des affaires sensibles, a ainsi validé par avance toutes les transgressions désinvoltes et les mépris assumés d’un président démagogue exploitant le sentiment populaire de méfiance à l’égard des magistrats. 

Cette insulte sur les « petits pois » fut la première offensive de Nicolas Sarkozy contre une magistrature qui, à ses yeux, avait le tort principal d’être une gêneuse. Pourquoi ne l’aurait-il pas méprisée, d’ailleurs, puisqu’elle avait tendu l’autre joue au lieu de se révolter ? Contre les puissants, la seule politique possible, la seule résistance efficace serait une force qui s’oppose à eux. La faiblesse fut sa fin. 

On l’a vu. 

La considération hyperbolique dont Rachida Dati fut l’objet constitua une étape définitive de la crise latente entre les juges et le pouvoir. Sa désignation comme ministre de la Justice était un pied de nez espiègle et décalé, signifiant que ce ministère fondamental pour une démocratie pouvait être confié à des esprits sinon médiocres, en tout cas superficiels. On ne nomme pas impunément à un tel poste Rachida Dati avec son mince parcours, sauf pour feindre de privilégier un symbole au lieu de favoriser l’élection d’une rigueur et d’une compétence. Nicolas Sarkozy a commis, pour provoquer, une erreur qui a été d’autant plus préjudiciable qu’il lui a apporté un soutien politique sans faille, mais stérile, tant la ministre n’a pas su en profiter durant son mandat. Malgré les apparences, il y a de la similitude dans la grossièreté des « petits pois » et le choix de Rachida Dati : un même désir de prouver que peu ou prou la magistrature ne sera plus respectée et qu’elle va peu compter.

J’ai connu à titre personnel les premières marques de cette volonté du politique de « caporaliser » la justice. Au soir du 20 septembre 2007, David Pujadas ouvre le journal de France 2 en annonçant qu’un « haut magistrat » avait critiqué « la ministre qui n’avait pas été choisie pour sa compétence ». Étant l’auteur de cette critique, je me suis retrouvé dans le bureau de mon procureur général de l’époque, Laurent Lemesle, pour être entendu. Ce fut le début d’une procédure disciplinaire à mon encontre… Avais-je commis un crime de lèse-majesté ? L’histoire prouvera que oui. 

Et, pourtant, j’approuvais globalement la politique pénale inspirée par le président de la République, en particulier les peines plancher. Mais mon interrogation quant aux raisons du choix de Rachida Dati comme ministre fit grincer le pouvoir. J’avais laissé entendre qu’elle n’avait pas été distinguée pour sa compétence mais parce qu’elle était la « chouchoute » de Nicolas Sarkozy et parce que son épouse Cécilia avait suggéré son nom. Bien plus tard, j’ai appris qu’une personnalité qui se trompe souvent, Alain Minc, avait joué aussi un rôle important dans cette promotion bien malencontreuse. Une semaine plus tard, la procédure contre moi était classée et je savais donc que je ne serais pas sanctionné. Si je l’avais été, nul doute que j’aurais bénéficié d’une aura dans la magistrature, tant ce corps aime trouver des prétextes pour fustiger le pouvoir politique et les ministres. 

La volonté de mettre la justice aux ordres du pouvoir ne s’est pas arrêtée. Je devais à nouveau en faire les frais. Michèle Alliot-Marie qui succéda à Rachida Dati et qui fut assurément le pire garde des Sceaux du quinquennat de Nicolas Sarkozy eut les mêmes velléités disciplinaires à mon encontre pour avoir défendu Éric Zemmour. Qu’on ne se leurre pas : les « petits pois » cuisinés à la mode Sarkozy ont été une défaite de la magistrature. Pire, avec son consentement. Depuis les choses ne se sont pas améliorées, elles se sont même aggravées.

On se trouve aujourd’hui dans une situation paradoxale. Le pouvoir et les juges portent une part de responsabilité de cette dérive. Et chacun croit être dans son « bon droit ». Avec le « mur des cons », les juges ont cru effacer l’affront fait à leur pouvoir, alors que la justice s’est sabordée par la bêtise haineuse de quelques énergumènes du Syndicat de la magistrature. Et les médias n’ont pas mieux réagi. Quand le journaliste Clément Weill-Raynal a découvert ce « mur » et que sa vidéo clandestine avait été diffusée sur le site Atlantico, il a bizarrement eu des ennuis. Il existe encore aujourd’hui une tentation de minimiser la perversion de ce « mur ». Il a suffi, pour m’en convaincre, de lire certains comptes rendus du procès engagé seulement au mois de décembre 2018 pour injures publiques à l’encontre de Françoise Martres, l’ancienne présidente du SM. Le parquet a requis la relaxe et, si elle avait été prononcée, la catastrophe et l’indignation dans l’opinion publique auraient été sans commune mesure. On a frôlé le désastre. Françoise Martres n’a été condamnée qu’à une amende de 500 euros avec sursis pour la seule injure publique envers le général Schmitt, même si la « dérive militante » et collective de cette déplorable entreprise a été stigmatisée. 

L’affaire du « mur des cons », même pour quelqu’un comme moi qui ne se faisait plus aucune illusion sur le SM, a représenté un saut dans une débilité partisane et insensible qui dépassait toutes les craintes. J’avais vu, depuis 1968, que la justice se devait d’être pour certains esprits dévoyés une machine de guerre idéologique. Transgresseurs, prévenus, accusés et détenus étaient mués en victimes d’un monde odieux coupable de tout. La balance de la justice était délibérément faussée. 

Le « mur des cons » n’a pas seulement levé le voile sur les idéologues de la justice, mais il a jeté l’opprobre sur toute une magistrature noyée dans ce naufrage imputable à des militants qui auraient dû changer de métier, leur vocation étant de subvertir au lieu d’apaiser. Je crains que cette dégradation ne soit irréversible. Lutter contre l’accusation globale de politisation relève dorénavant d’une argumentation désespérée, vouée à l’échec ! 

D’autant plus que cette dernière se heurterait à une tendance dominante blâmant la justice pénale, pour les dossiers sensibles, l’accusant d’être trop partiale, en particulier au bénéfice de la gauche, alors que, pour être honnête, l’histoire et la réalité judiciaires montrent que cette vision n’est pas fondée. La droite a parfois bien plus tenté de soumettre la justice que la gauche. 

Ce qui en définitive est le plus terrifiant est la tentative de justification faite par certains juges de la nécessité de lutter contre Nicolas Sarkozy, celui-ci ayant comme ministre de l’Intérieur puis chef de l’État mené des « attaques quotidiennes » contre la magistrature. Cet aveu est d’autant plus inquiétant qu’il met au jour une volonté globale de s’en prendre, sur les plans politique et judiciaire, à lui. On peut se demander s’il n’en a pas été de même en 2017 avec François Fillon. Au prétexte de contredire le grief de politisation, cette défense le renforce en instillant dans l’esprit public qu’il y a deux catégories judiciaires : les magistrats d’un côté, les militants de l’autre. Et cette politisation ostensible de certains magistrats a ouvert une faille, un espace dans lequel le monde politique s’est engouffré pour délégitimer à son tour l’œuvre de la Justice. Le déplorable « mur » autorisait par rétorsion toutes les ripostes : il fallait faire payer à ces magistrats le fait d’avoir trahi leur mission. Pour le plus grand mal de la Justice et de la démocratie. Le préjudice est irréparable. Aujourd’hui, son lien d’estime et de confiance avec la société se trouve quasiment rompu.

Extrait du live de Philippe Bilger, "Le mur des cons le vrai pouvoir des juges", publié aux éditions Albin Michel 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/10/2019 - 11:28
eveguenogoud :)::) Je suis si insignifiant que je me demande
pourquoi tu passes tant de temps à m'écrire :)::))

"il suffit de comparer la pluie de condamnations qui est tombée sur les Gilets jaunes et l'extraordinaire mansuétude dont bénéficient les acteurs de l'immigration clandestine ou de l'activisme vert" d'eveguenogoud

Les condamnations tombent sur les gens qui se comportent anormalement. Apparemment tous ne sont pas tous les samedi dans des manifestations à lancer des billes, des caillasses, le saccage de magasins, faire brûler des voitures etc...
Dans la vie faut choisir. Ou tu as des choses inintéressantes à dire & tu n'as pas besoin de manifester & de tout casser.
Mais malheureusement “La foule a beaucoup de têtes et pas de cervelle.” Thomas Fuller

“Le véritable progrès démocratique n’est pas d’abaisser l’élite au niveau de la foule, mais d’élever la foule vers l’élite.” Gustave Le Bon

Avec evenogoud c'est pas gagné


evgueniesokolof
- 05/10/2019 - 22:41
Non Bendidons
Le "mur des cons" c'est pas là où sont taguées tes oreilles d'âne
evgueniesokolof
- 05/10/2019 - 22:40
L'inconvénient avec Bilger
C'est qu'il fait penser à un cocu qui écrirait un livre pour s'étonner que sa femme le trompe ou à un curé qui ferait la même chose pour se demander pourquoi le mal existe. Les "petits pois" ah bon!!!! mais le problème majeur est il le peu de considération dans lequel le pouvoir tiendrait la justice où bien plutôt que les juges qui sont là pour appliquer la loi qui est l'expression de la souveraineté du peuple ne le font plus: il suffit de comparer la pluie de condamnations qui est tombée sur les Gilets jaunes et l'extraordinaire mansuétude dont bénéficient les acteurs de l'immigration clandestine ou de l'activisme vert. Heitz, alors procureur à Saint Malo s'est distingué en obligeant les habitants mâles de Pleine Fougères à subir un teste ADN pour rechercher l'assassin d'une jeune anglaise! Le mâle blance présumé coupable était né! Alors, les larmoiements de Bilger: c'est l'élection des juges qu'il faut et la suppression de l'ENM. Le mur des cons c'est la face non cachée de la pourriture de la justtice