En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 9 heures 28 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 10 heures 54 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 10 heures 40 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 16 heures 52 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 16 heures 53 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 16 heures 56 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
environnement et croissance économique

Pas de croissance infinie dans un monde fini ? La (très) fausse et dangereuse évidence des avocats de la décroissance

Publié le 25 septembre 2019
Le contexte des derniers jours est marqué par une remise en question globale des avantages de la croissance économique. Atlantico revient avec Mathieu Mucherie sur les arguments les plus classiques de ceux qui voient dans la croissance un ennemi à abattre.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le contexte des derniers jours est marqué par une remise en question globale des avantages de la croissance économique. Atlantico revient avec Mathieu Mucherie sur les arguments les plus classiques de ceux qui voient dans la croissance un ennemi à abattre.

 Atlantico :   Dans un contexte marqué par la remise en question par Greta Thunberg, au sommet pour le climat, de la croissance économique, un scientifique tchèque, Vaclav Smil remet en question l’idée selon laquelle il est possible de concilier croissance économique et questions environnementales dans un livre. En quoi son point de vue mérite d’être entendu ?

Mathieu Mucherie : Il mérite d'être entendu parce que certains éléments de son discours sont intéressants, notamment lorsqu'il s'attaque à la question du sens. C'est un discours classique, dont l'idée majeure consiste à se poser la question : est-il nécessaire de consommer autant ?  Quel sens cela a d'avoir une quatrième maison, une quinzième voiture et passer tous les week-ends aller découvrir l'Europe ville par ville ? Il y a une question du sens qui est évidente et qui reste pertinente. Je reste tout de même sceptique sur la sobriété qu'il envisage. Peu de personnes accepteront une division par deux ou par trois de leurs dépenses. Les Grecs n'ont pas apprécié de perdre 25% de leur pouvoir d'achat. Revenir au niveau de dépenses par tête des années 1960, comme le propose ce scientifique, peu d'Européens accepteraient de subir cela. On a fond affaire généralement à des gens qui sont très loin des réalités économiques : c'est souvent le cas avec les scientifiques qui sont souvent ceux qui ont ce type de positions. 

L'argument de fond quand on regard en fait les choses de plus près, c'est souvent : il n'est pas possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini.

En quoi cet argument est selon vous déraisonnable ?

Je ne suis pas d'accord avec cet argument pour deux raisons. Le premier point c'est que la notion de ressources est extraordinairement élastique. Ce que vous considérez comme une ressource aujourd'hui, ce n'en sera pas une demain, et inversement ce qui n'est pas une ressource aujourd'hui en sera une demain. C'est l'exemple de l'insuline, du pétrole, des fréquences hertziennes. Ces choses ont toujours existé et sont devenues des ressources quand on a fini par les exploiter. Avant de les exploiter économiquement, ces éléments n'étaient pas des ressources. Deuxièmement raison : il suffit de s'intéresser au new space, aux fusées et au système solaire pour voir que cet argument est une absurdité totale. Dire que les ressources sont finies, c'est une absurdité totale. C'est une vision terrienne, centrée sur nos capacités actuelles que d'imaginer cela. 

Vous dites qu'il est difficile de dire aux populations de renoncer à leur niveau de vie. Est-ce que ces discours ont quelque chose de totalitaire ?

C'est vrai : quelle est la légitimité du planificateur social qui déterminerait la consommation légitime et la consommation illégitime ? Si vous voulez allez au bout de la démarche écologiste, il faut arrêter le processus démocratique. Si vous avez des contre pouvoirs, une démocratie, une justice, il est impossible d'aller très loin en matière de transition écologique, parce que vous avez besoin de l'avis de tout le monde. Or très peu ont envie de voir leur niveau de vie diminuer. 

N’oublie-t-on pas un peu trop vite que la croissance est aussi à la mesure de notre capacité d'innovation qui règle la plupart des questions humanitaires ? 

C'est effectivement important. Le chaînon manquant dans votre question, c'est l'emploi. On n'a pas encore réussi à trouver le moyen de créer suffisamment d'emplois, de suffisamment bonne qualité, sans croissance. Il ne faut pas être buté : peut-être qu'on arrivera à trouver une organisation économique qui nous permette, pour les 500 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année, de trouver des métiers épanouissants, mais payés 30% de moins pour respecter les contraintes écologiques... Soyons imaginatifs... En tout cas, on n'a pas réussi pour le moment à faire en sorte de trouver ces emplois sans une marée montante générale. C'est pareil pour la redistribution : il est beaucoup plus difficile de partager les parts d'un gâteau quand le gâteau est en train de stagner ou de se réduire. En général, les couteaux commencent à s'aiguiser. Il y a donc une sous-estimation du rôle sociétal de la croissance chez ceux qui défendent des positions décroissantes. 

Vous dites donc que la croissance est un moteur essentiel de règlement des problèmes de base sur le plan humanitaire tout en montrant qu'on ne peut pas aller au bout de la logique de la décroissance sans de l'autoritarisme. Que fait-on pour les pays qui veulent se développer ? Que dit-on au continent africain par exemple ? 

Selon les projections centrales de l'ONU, il y aura 3,8 milliards d'africains en 2080. C'est un pool de démographes, qui sont sérieux. C'est l'équivalent du GIEC pour la démographie. La transition démographique est quelque chose de bien documenté. L'ONU n'a pas intérêt à maximiser le nombre d'africains en 2080 pourtant. Il y a pour le moment 1,1 milliard d'habitants en Afrique. Quand on a ce genre d'ordres de grandeur en tête, on se demande comment les questions vont être gérées. 

Pour autant, la démographie est une chose, l'économie en est une autre. La consommation par tête n'est pas aussi figée. Par exemple, les populations africaines sont passées directement d'une absence de téléphonie au téléphone portable. Leur courbe de développement est donc totalement différente de ce qu'on a connu en Europe. Leur mode de consommation sera donc très différence de ce que nous, on a connu en termes de parcours. Ils auront un itinéraire beaucoup plus "serviciel" que nous par exemple. 

Comment bien traiter ces populations ? On n'est pas en mesure de leur proposer quoique ce soit en termes de modèle. On n'a déjà pas un modèle nous-mêmes. Nous ne sommes pas un modèle sur le plan énergétique en Europe (excepté la France). Nous ne sommes pas non plus des modèles sur le plan historique. Il n'y a pas un projet unique à proposer. Ce n'est donc pas cela qu'il leur faut proposer, mais ce sont des technologies. 

Qui en Europe a intérêt à démissionner sur les questions de la croissance, au-delà de la simple influence idéologique ? 

L'autre versant de ce genre d'opinion, c'est qu'ils donnent un énorme prétexte aux banquiers centraux et à tous ceux qui veulent démissionner sur la questions de la croissance. Tous ceux qui nous japonisent et qui sont dans la logique suivante : à quoi bon des politiques monétaires pour plus d'inflation et de croissance ? Après tout, se disent-ils, tout est structurel et fiscal. Tous ces gens-là n'attendent qu'une seule chose : des prétextes pour ne pas agir. Ils veulent des prétextes pour arrêter le quantitative easing, des prétextes pour ne pas faire d'hélicoptère monétaire, des prétextes pour ne pas tenir leurs objectifs d'inflation (ce qui est pourtant leur mandat), tous ces gens-là cherchent des excuses. On est en train de leur donner dans un petit paquet cadeau l'explication qui va leur permettre de ne pas remplir leurs objectifs. Ces scientifiques qui ne connaissent rien à la politique monétaire leur donnent un petit paquet cadeau écologiste qui va permettre aux banquiers centraux de ne pas en faire plus. En réalité, ceux qui ont intérêt à ne pas en faire plus (les rentiers, les rentiers allemands notamment) se frottent les mains. L'écologie est en train d'être téléportée et donne une excuse en béton armée à ceux qui nous dirigent pour ne pas agir de façon contracyclique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 12:15
et plus tu étales tes crottes...
Plus j'ai l'impression que tu es assis devant ta case à Lambaréné et que tu dégoises
mai ou il é don di don le pouejudice ke beunoi mavé donné pou mon ani versere en me dizan de ne plu fair le pipi dan ma kouch
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 12:10
magnifique Bendidons!!!
A la puissance de ton style , on sent que ce qui te sert de cerveau est scrofuleux, et que le Bon Dieu t'a commis en faisant un gros pet foireux

C'est ainsi que s'écrasent chaque jour au fond des chiottes
De ce cher Bendidons les lamentables crottes
Même dans un bas de soie afin qu'elle ne se perde
La pensée du blaireau restera de la merde
Benvoyons
- 26/09/2019 - 11:07
Je vois qu'eveguenogoud a été fait en passant par un trouduc
même que son père s'est reculé, pour se sucer, tellement la caverne patriotique de sa conception était bonne.
Enfant il fut ainsi un bâton merdeux
Bâton que sa grande famille devait sucer car merdouilleux.
Ainsi encore aujourd'hui se croyant un super merdeux
Il s'adonne à son caca journaleux
Il s'adore, sans papier, car ainsi il peut lécher l'endroit de sa conception, par un nœud .