En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 9 heures 12 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 12 heures 46 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 13 heures 43 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 19 heures 8 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 8 heures 33 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 9 heures 42 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 11 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 12 heures 52 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 14 heures 28 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 19 heures 8 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 19 heures 9 min
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
environnement et croissance économique

Pas de croissance infinie dans un monde fini ? La (très) fausse et dangereuse évidence des avocats de la décroissance

Publié le 25 septembre 2019
Le contexte des derniers jours est marqué par une remise en question globale des avantages de la croissance économique. Atlantico revient avec Mathieu Mucherie sur les arguments les plus classiques de ceux qui voient dans la croissance un ennemi à abattre.
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le contexte des derniers jours est marqué par une remise en question globale des avantages de la croissance économique. Atlantico revient avec Mathieu Mucherie sur les arguments les plus classiques de ceux qui voient dans la croissance un ennemi à abattre.

 Atlantico :   Dans un contexte marqué par la remise en question par Greta Thunberg, au sommet pour le climat, de la croissance économique, un scientifique tchèque, Vaclav Smil remet en question l’idée selon laquelle il est possible de concilier croissance économique et questions environnementales dans un livre. En quoi son point de vue mérite d’être entendu ?

Mathieu Mucherie : Il mérite d'être entendu parce que certains éléments de son discours sont intéressants, notamment lorsqu'il s'attaque à la question du sens. C'est un discours classique, dont l'idée majeure consiste à se poser la question : est-il nécessaire de consommer autant ?  Quel sens cela a d'avoir une quatrième maison, une quinzième voiture et passer tous les week-ends aller découvrir l'Europe ville par ville ? Il y a une question du sens qui est évidente et qui reste pertinente. Je reste tout de même sceptique sur la sobriété qu'il envisage. Peu de personnes accepteront une division par deux ou par trois de leurs dépenses. Les Grecs n'ont pas apprécié de perdre 25% de leur pouvoir d'achat. Revenir au niveau de dépenses par tête des années 1960, comme le propose ce scientifique, peu d'Européens accepteraient de subir cela. On a fond affaire généralement à des gens qui sont très loin des réalités économiques : c'est souvent le cas avec les scientifiques qui sont souvent ceux qui ont ce type de positions. 

L'argument de fond quand on regard en fait les choses de plus près, c'est souvent : il n'est pas possible d'avoir une croissance infinie dans un monde fini.

En quoi cet argument est selon vous déraisonnable ?

Je ne suis pas d'accord avec cet argument pour deux raisons. Le premier point c'est que la notion de ressources est extraordinairement élastique. Ce que vous considérez comme une ressource aujourd'hui, ce n'en sera pas une demain, et inversement ce qui n'est pas une ressource aujourd'hui en sera une demain. C'est l'exemple de l'insuline, du pétrole, des fréquences hertziennes. Ces choses ont toujours existé et sont devenues des ressources quand on a fini par les exploiter. Avant de les exploiter économiquement, ces éléments n'étaient pas des ressources. Deuxièmement raison : il suffit de s'intéresser au new space, aux fusées et au système solaire pour voir que cet argument est une absurdité totale. Dire que les ressources sont finies, c'est une absurdité totale. C'est une vision terrienne, centrée sur nos capacités actuelles que d'imaginer cela. 

Vous dites qu'il est difficile de dire aux populations de renoncer à leur niveau de vie. Est-ce que ces discours ont quelque chose de totalitaire ?

C'est vrai : quelle est la légitimité du planificateur social qui déterminerait la consommation légitime et la consommation illégitime ? Si vous voulez allez au bout de la démarche écologiste, il faut arrêter le processus démocratique. Si vous avez des contre pouvoirs, une démocratie, une justice, il est impossible d'aller très loin en matière de transition écologique, parce que vous avez besoin de l'avis de tout le monde. Or très peu ont envie de voir leur niveau de vie diminuer. 

N’oublie-t-on pas un peu trop vite que la croissance est aussi à la mesure de notre capacité d'innovation qui règle la plupart des questions humanitaires ? 

C'est effectivement important. Le chaînon manquant dans votre question, c'est l'emploi. On n'a pas encore réussi à trouver le moyen de créer suffisamment d'emplois, de suffisamment bonne qualité, sans croissance. Il ne faut pas être buté : peut-être qu'on arrivera à trouver une organisation économique qui nous permette, pour les 500 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année, de trouver des métiers épanouissants, mais payés 30% de moins pour respecter les contraintes écologiques... Soyons imaginatifs... En tout cas, on n'a pas réussi pour le moment à faire en sorte de trouver ces emplois sans une marée montante générale. C'est pareil pour la redistribution : il est beaucoup plus difficile de partager les parts d'un gâteau quand le gâteau est en train de stagner ou de se réduire. En général, les couteaux commencent à s'aiguiser. Il y a donc une sous-estimation du rôle sociétal de la croissance chez ceux qui défendent des positions décroissantes. 

Vous dites donc que la croissance est un moteur essentiel de règlement des problèmes de base sur le plan humanitaire tout en montrant qu'on ne peut pas aller au bout de la logique de la décroissance sans de l'autoritarisme. Que fait-on pour les pays qui veulent se développer ? Que dit-on au continent africain par exemple ? 

Selon les projections centrales de l'ONU, il y aura 3,8 milliards d'africains en 2080. C'est un pool de démographes, qui sont sérieux. C'est l'équivalent du GIEC pour la démographie. La transition démographique est quelque chose de bien documenté. L'ONU n'a pas intérêt à maximiser le nombre d'africains en 2080 pourtant. Il y a pour le moment 1,1 milliard d'habitants en Afrique. Quand on a ce genre d'ordres de grandeur en tête, on se demande comment les questions vont être gérées. 

Pour autant, la démographie est une chose, l'économie en est une autre. La consommation par tête n'est pas aussi figée. Par exemple, les populations africaines sont passées directement d'une absence de téléphonie au téléphone portable. Leur courbe de développement est donc totalement différente de ce qu'on a connu en Europe. Leur mode de consommation sera donc très différence de ce que nous, on a connu en termes de parcours. Ils auront un itinéraire beaucoup plus "serviciel" que nous par exemple. 

Comment bien traiter ces populations ? On n'est pas en mesure de leur proposer quoique ce soit en termes de modèle. On n'a déjà pas un modèle nous-mêmes. Nous ne sommes pas un modèle sur le plan énergétique en Europe (excepté la France). Nous ne sommes pas non plus des modèles sur le plan historique. Il n'y a pas un projet unique à proposer. Ce n'est donc pas cela qu'il leur faut proposer, mais ce sont des technologies. 

Qui en Europe a intérêt à démissionner sur les questions de la croissance, au-delà de la simple influence idéologique ? 

L'autre versant de ce genre d'opinion, c'est qu'ils donnent un énorme prétexte aux banquiers centraux et à tous ceux qui veulent démissionner sur la questions de la croissance. Tous ceux qui nous japonisent et qui sont dans la logique suivante : à quoi bon des politiques monétaires pour plus d'inflation et de croissance ? Après tout, se disent-ils, tout est structurel et fiscal. Tous ces gens-là n'attendent qu'une seule chose : des prétextes pour ne pas agir. Ils veulent des prétextes pour arrêter le quantitative easing, des prétextes pour ne pas faire d'hélicoptère monétaire, des prétextes pour ne pas tenir leurs objectifs d'inflation (ce qui est pourtant leur mandat), tous ces gens-là cherchent des excuses. On est en train de leur donner dans un petit paquet cadeau l'explication qui va leur permettre de ne pas remplir leurs objectifs. Ces scientifiques qui ne connaissent rien à la politique monétaire leur donnent un petit paquet cadeau écologiste qui va permettre aux banquiers centraux de ne pas en faire plus. En réalité, ceux qui ont intérêt à ne pas en faire plus (les rentiers, les rentiers allemands notamment) se frottent les mains. L'écologie est en train d'être téléportée et donne une excuse en béton armée à ceux qui nous dirigent pour ne pas agir de façon contracyclique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Vers une nouvelle crise alimentaire?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 12:15
et plus tu étales tes crottes...
Plus j'ai l'impression que tu es assis devant ta case à Lambaréné et que tu dégoises
mai ou il é don di don le pouejudice ke beunoi mavé donné pou mon ani versere en me dizan de ne plu fair le pipi dan ma kouch
evgueniesokolof
- 26/09/2019 - 12:10
magnifique Bendidons!!!
A la puissance de ton style , on sent que ce qui te sert de cerveau est scrofuleux, et que le Bon Dieu t'a commis en faisant un gros pet foireux

C'est ainsi que s'écrasent chaque jour au fond des chiottes
De ce cher Bendidons les lamentables crottes
Même dans un bas de soie afin qu'elle ne se perde
La pensée du blaireau restera de la merde
Benvoyons
- 26/09/2019 - 11:07
Je vois qu'eveguenogoud a été fait en passant par un trouduc
même que son père s'est reculé, pour se sucer, tellement la caverne patriotique de sa conception était bonne.
Enfant il fut ainsi un bâton merdeux
Bâton que sa grande famille devait sucer car merdouilleux.
Ainsi encore aujourd'hui se croyant un super merdeux
Il s'adonne à son caca journaleux
Il s'adore, sans papier, car ainsi il peut lécher l'endroit de sa conception, par un nœud .