En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

04.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

05.

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

06.

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

07.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Blanquer écarté de l'Intérieur à cause de son attachement à la laïcité ; Dupond-Moretti séduit autant qu'il affole les hebdos, Bachelot enchante Match mais retarde ses mémoires ; Macron congelé jusqu'en 2022 ; La CGT employeur voyou
il y a 13 min 52 sec
pépites > Santé
Barrière contre le virus
Covid-19 : Jean Castex annonce que le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics clos "dès la semaine prochaine"
il y a 2 heures 15 min
décryptage > High-tech
Conseil national du numérique

Pénurie et Punition : et la France se mit en tête de supprimer les forfaits internet illimités

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Culture

"Je me retournerai souvent" de Michel Lambert : le peintre des replis de l’âme à l'écriture cristalline

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Société
Sélection naturelle

Il est de bon ton de coucher - et surtout de se marier - à gauche...

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Nouveau Premier ministre

Le style Castex : interprète ou auteur-compositeur ?

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Sport
Révolution

Utilisez l'IA à la gym pour vous maintenir en forme dès cet été

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean Castex se présente surtout comme la voiture-balai du précédent gouvernement chargée de dégager la route pour les deux ans qui viennent

il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 20 heures 32 min
pépites > Justice
Enquête
Mort de Cédric Chouviat : trois policiers ont été mis en examen pour homicide involontaire
il y a 1 heure 2 min
pépite vidéo > Santé
Limiter les contaminations
Coronavirus : Olivier Véran considère que la situation en Mayenne est "problématique"
il y a 2 heures 32 min
décryptage > France
Restaurer l'autorité de l'Etat

Insécurité : les Premiers ministres changent, Macron et son manque de détermination restent

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Défense
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

Victoires militaires versus défaites politiques ?

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Europe
Cour de justice européenne

Et Apple mit en lumière l’impasse absolue dans laquelle se trouve l’UE…

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Discours de politique générale

Jean Castex, l'anti-Edouard Philippe...

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Crise économique

Jean Castex remet l’État sur tous les fronts, mais esquive l’efficacité des milliards investis

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Politique
Nouveau visage du macronisme

Jean Castex : un bon discours d’intention, mais combien de divisions ?

il y a 6 heures 53 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 21 heures 8 min
© Au nom de la terre / Capture d'écran
© Au nom de la terre / Capture d'écran
Wikiagri

Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ?

Publié le 24 septembre 2019
Avec WikiAgri
"Au nom de la terre" sort le 25 septembre sur tous les écrans. Auteur de cette grande fresque familiale dont le théâtre est une exploitation agricole, le réalisateur Edouard Bergeon et son acteur principal Guillaume Canet entament une action militante en faveur d'une modification profonde du fonctionnement de notre monde agricole.
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Au nom de la terre" sort le 25 septembre sur tous les écrans. Auteur de cette grande fresque familiale dont le théâtre est une exploitation agricole, le réalisateur Edouard Bergeon et son acteur principal Guillaume Canet entament une action militante en faveur d'une modification profonde du fonctionnement de notre monde agricole.
Avec WikiAgri

"J'ai fait un peu plus de 70 films en tant qu'acteur, et c'est la première fois que je ressens que ça ne peut pas s'arrêter à un tournage et un film. Ce que l'on vit est tellement grave que ça ne peut pas s'arrêter là." Ces propos sont tenus par Guillaume Canet devant une assistance de près de 400 personnes (salle comble), le 4 septembre dernier, au terme d'une diffusion en avant-première de "Au nom de la terre" au cinéma Ciné Centre de Dreux. Il enchaine : "Quand on apprend qu'un agriculteur aujourd'hui se suicide tous les jours, on comprend que c'est de la non assistance à personne en danger que de ne rien faire."

Le ton est donné. Edouard Bergeon et son acteur principal sortent un film qui dépasse le cadre du seul divertissement. La fresque familiale (lire notre article précédent), dans une ferme avec ses animaux et toute une histoire qui s'y développe, sera appréciée à plusieurs degrés. En se laissant conduire par les événements et rebondissements qui frappent cette famille, mais aussi en interprétant les messages induits, sur la qualité de vie des paysans, l'esprit de profit qui règne autour des producteurs...

Guillaume Canet, encore, le même jour : "Ça a été plus qu'un film à faire pour moi. Ce n'est pas un rôle dont on sort facilement. Je suis extrêmement fier d'avoir fait ce film."

Alors quel prolongement pourrait avoir ce film, en particulier s'il obtient un succès dans les salles que laisse augurer la tournée d'été d'avant-premières, toutes devant des salles combles, alors qu'il y en avait tout de même 80 ?

1 euro sur tous les tickets du dimanche 29 septembre versé à Solidarité Paysans

D'abord, il s'agit de fédérer tous ceux qui sont intéressés par la ruralité. Ce film sort dans le plus de salles possible en province, tant pis si les grandes villes n'ont pas ce privilège. C'est ciblé.

Ensuite, les deux hommes ont déjà entamé une véritable campagne pour accompagner l'association Solidarité Paysans, citée dans de nombreuses interviews. Au-delà, et c'est très concret, ils ont obtenu de leur production la somme d'un euro prélevé sur tous les tickets d'entrée pour le film la journée du dimanche 29 septembre, de façon à verser la manne obtenue pour aider l'association à fonctionner et à continuer d'aider le monde paysan.

Le discours des deux artistes frôle le militantisme, à tel point qu'ils dévoilent vouloir fonder une fondation... Même s'ils préfèrent faire les choses dans l'ordre : d'abord s'assurer du succès populaire du film, lequel succès autoriserait d'avancer sur des question de fond essentielles.

Leurs idées commencent toutefois par être divulguées au détour des phrases prononcées en interviews diverses. La reconquête de l'alimentation par les paysans passera par une reconnaissance de la qualité ; laquelle qualité doit être choisie par les citoyens qui doivent accepter de payer plus cher leur alimentation pour elle. "30 milliards ont été dépensés par la Sécu à cause de la malbouffe, a chiffré Guillaume Canet toujours lors de la même intervention, donc manger bien ce n'est pas si cher..." Et pour y arriver, il faut décrocher du gouvernement une aide accrue à la reconversion de chaque producteur vers cette qualité.

Au prisme des réactions des salles où ont eu lieu les débats après les projections des avant-premières, ces idées semblent bien accueillies, souvent renchéries d'exemples concrets cités par l'auditoire quand le micro lui est tendu.

Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ? Pour le savoir et aller plus loin dans le débat, il faut d'abord un succès populaire reconnu pour Au nom de la terre. Chiche ?

La bande-annonce du film Au nom de la terre

En savoir plus : Au nom de la terre, une saga familiale pour attirer les cinéphiles vers le monde paysan (notre article rédigé après une journée passée sur le tournage du film).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 24/09/2019 - 19:06
Je n'y crois pas à ce genre de film même si sa base est véritabl
Forcément il est romancé & il ne décrit que le sentimentalisme . Cela n'est aucunement le besoin de la filière. Cela ne créé rien de bon pour la filière Agricole qui est dynamique & qui se transforme. La filière Allemande reste plus performante & se transforme plus vite que la notre. Mais voilà Ministère de l'Agriculture Allemande 980 personnes, celui de la France plus de+ 33000 personnes. Ces + de 33000 se créent des boulots qui sont des charges sur les Agriculteurs & qui en plus alourdissent fortement les couts administratifs & le temps pour le faire. 80 % de ses charges ne sont pas demandées par l'UE. Mais les mêmes Pléthoriques Fonctionnaires font porter le chapeau sur l'UE pour cacher ces boulots qui n'existent pas.
Gpo
- 24/09/2019 - 14:31
Sauvons nos paysans contre le ceta et le mercosur
et aussi contre ces énarques ayatollah verts qui sont déconnectés de la misère dans laquelle le monde agricole s'enfonce à cause de ces irresponsables..
Si le monde paysan meurt nous sommes foutus..Alors entrons en résistance et virons ces incompétents..aux urnes citoyens!!!