En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 12 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 33 min 26 sec
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 14 sec
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 10 heures 41 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 52 min 48 sec
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 12 heures 51 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 4 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 14 heures 23 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 14 heures 40 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 7 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 15 heures 58 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Progressisme ?

Véritable acceptation ou résignation ? Ce que révèle l’opinion des Français sur la PMA pour toutes

Publié le 24 septembre 2019
L'examen du projet de loi bioéthique commence aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Selon un sondage IFOP pour CNEWS, les Français sont majoritairement favorables à l'ouverture de la PMA aux couples de femmes lesbiennes et aux femmes seules.
Chantal Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chantal Delsol, née à Paris en 1947, est journaliste, philosophe,  écrivain, et historienne des idées politiques. 
Voir la bio
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'examen du projet de loi bioéthique commence aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Selon un sondage IFOP pour CNEWS, les Français sont majoritairement favorables à l'ouverture de la PMA aux couples de femmes lesbiennes et aux femmes seules.

Atlantico : Les Français sont-ils majoritairement progressistes ou ce résultat relève pour vous d'une autre logique ?

Chantal Delsol : Si on leur posait la question : "êtes-vous favorable à ce que la loi prive des enfants d'un père", ils répondraient  sans doute massivement par la négative. Cela dit, il est évident que l'individualisme libéral a fait des progrès foudroyants et qu'une grande partie de la population française considère la liberté individuelle de faire selon son désir comme le principe sacré. Tout le problème est de savoir ce que l'on va casser au passage. Je crois que notre liberté individuelle est importante bien sûr, mais qu'elle trouve des limites dans notre propre responsabilité vis à vis des autres, et notamment vis à vis des plus faibles. Parce qu'un enfant pour se construire a besoin d'un père, je dois limiter mon désir de fabriquer un enfant n'importe comment. C'est du moins ma conviction. Il y a malheureusement des enfants qui se trouvent privés de père par toutes sortes de circonstances - ce n'est pas une raison pour légitimer cela et multiplier volontairement ces circonstances. Bien sûr, il y a quelques sociétés sans véritables pères (par exemple les sociétés musulmanes polygames) ; mais dans ce cas il faut une autocratie, car il n'y a pas d'apprentissage de la liberté. La présence du père permet d'éduquer à la liberté. Si vous enlevez les pères dans les maisons, il vous faudra mettre des policiers dans les lycées. Et vous ne fabriquerez pas de citoyens, mais des sujets. Cela se vérifie communément.

Vincent Tournier : Que l’opinion publique ait fortement évolué sur les sujets de société, notamment sur les questions de filiation ou de sexualité, c’est incontestable, et les mutations considérables de notre droit l’attestent clairement. De là à dire qu’il s’agisse systématiquement d’une évolution « progressiste », c’est autre chose. 

Dans le cas de la PMA, il faut rester prudent sur les résultats des sondages. Certes, la tendance est clairement favorable à la PMA. Mais il faut aussi tenir compte de la façon dont les questions sont posées. En juin dernier, l’IFOP avait par exemple réalisé un sondage à la demande de la Manif pour Tous qui utilisait une question très différente : « Pensez-vous que les enfants nés par PMA ont le droit d'avoir un père et une mère ? ». Avec cette formulation, le résultat était radicalement différent : 82% des Français répondaient alors positivement. Bien évidemment, cela ne signifie pas que 82% des Français s’opposent à la PMA, contrairement à ce qu’affirme la Manif pour Tous. Il n’en reste pas moins que la manière de poser la question modifie substantiellement les réponses. De telles variations sont logiques : la PMA est un sujet complexe, qui peut faire l’objet de lectures différentes. C’est une technique qui apporte une aide à des couples en détresse ; elle peut donc difficilement être vue négativement a priori ; mais en même temps, elle permet aux femmes de prendre un avantage sur les hommes. Or beaucoup de Français sont sensibles à la place du père : celui-ci doit-il disparaître de la parentalité ? Cet effacement du père est d’autant plus troublant que la parité entre les sexes est aujourd’hui célébrée. On pourrait ajouter une autre question, qui n’a pour l’instant pas été posée : les femmes qui vivent seules sont-elles aptes à prendre en charge l’éducation d’un enfant, elles qui n’ont justement pas été capables de trouver un partenaire, donc de faire la preuve qu’elles étaient en mesure de tisser un lien affectif durable ? Le projet de loi prévoie certes que les femmes seules devront faire l’objet d’une évaluation avant de pouvoir accéder à la PMA. Mais une telle évaluation est forcément factice : à moins de tomber sur des folles authentiques, on ne voit pas comment un simple entretien pourrait permettre de trier celles qui sont aptes au métier de parent et celles qui ne le sont pas. Le problème se situe donc en amont : pourquoi la société devrait-elle compenser un échec relationnel de ces femmes ? L’enfant peut-il être vu comme une simple compensation affective ? Des questions de ce type sont difficilement abordables dans les sondages.

 

En quoi ce sondage vous paraît être le reflet d'une France atomisée, dans laquelle les individus estiment qu'il n'est plus de leur ressort de choisir les normes morales pour autrui, qui plus est quand autrui appartient à un autre groupe (social, culturel, ethnique, etc.) ?

Chantal Delsol : Nous sommes surtout en train de vivre une transformation des normes morales puisque nous quittons la chrétienté, une civilisation inspirée par les normes morales chrétiennes. D'où le grand tourbillon dans lequel nous nous trouvons. C'est une période de désarroi et d'incertitude au point de vue des normes morales, qui s'apparente à ce qui s'était produit au V° siècle, quand la morale chrétienne a peu à peu remplacé les normes païennes. Ce n'est pas une affaire de repli, une situation dans laquelle chacun aurait sa morale : cela ce serait du relativisme, et je ne pense pas que nous soyons dans un moment relativiste. Nous sommes en train de remplacer l'ancienne morale par une nouvelle, laquelle sera aussi commune.

Vincent Tournier : C’est vrai que, face à des sondages comme ceux sur la PMA, les interprétations optimistes ont toujours tendance à prendre le dessus : on va ainsi affirmer que les libertés progressent, que les Français sont plus ouverts, plus tolérants, bref on va vanter les progrès au détriment des conservatismes et des archaïsmes. Mais on peut aussi avoir un regard plus pessimiste, et considérer après tout que les réponses des sondés relèvent d’une sorte de je-m’en-foutisme. Au fond, les répondants veulent peut-être juste dire qu’ils s’en moquent et que cela ne les regarde pas. 

Cette interprétation n’est pas forcément fausse, mais on peut malgré tout penser que les raisons profondes de l’acceptation croissante de la PMA sont ailleurs, en l’occurrence du côté des transformations de la société. Trois changements doivent en effet être pris en compte. Le premier est l’inversion du rapport de force entre les hommes et les femmes, de sorte qu’aujourd’hui ce sont les femmes qui formulent leurs revendications et cherchent à imposer leur point de vue (comme en témoigne l’apparition d’un vocabulaire spécifiquement destiné à condamner la masculinité : manspreading, mansplaining, manterrupting, écriture inclusive, féminicide).

Le deuxième changement est le développement du célibat et de la monoparentalité. Une part croissante de la population vit seule, notamment parmi les femmes, et pas seulement à cause du veuvage ou du divorce, mais aussi à cause de la hausse du niveau de diplôme et des ambitions féminines en termes de carrières professionnelles. De ce fait, les personnes seules constituent désormais un marché électoral que les partis politiques ne peuvent ignorer et qu’ils tentent de capter. Enfin, troisième changement : les difficultés relationnelles entre les hommes et les femmes, y compris sur le plan de la sexualité, et ce malgré la libération des mœurs comme l’analyse très bien Michel Houellebecq dans ses romans. Si on ajoute à ces trois raisons le fait que, face à la PMA, les opposants sont soit minoritaires, soit insuffisamment énervés pour descendre dans la rue, on comprend que la PMA est appelé à un bel avenir puisqu’elle résout tous les problèmes : elle va permettre d’avoir des enfants quand on le veut, même si on est seul, donc sans avoir besoin de s’embarrasser d’un partenaire, surtout s’il est masculin. Cette victoire prévisible de la PMA risque cependant de poser rapidement des problèmes. Sans même parler de l’effacement de la figure paternelle, qui n’est pas un point mineur, on va être confronté au problème des mères seules, alors qu’on sait déjà que les familles monoparentales font face à des difficultés importantes en termes de paupérisation ou de difficultés pour gérer leur vie quotidienne. La hausse prévisible de ces situations va nécessiter de mettre en œuvre des dispositifs d’accompagnement, par exemple sur la politique sociale ou le temps de travail (y compris le travail du dimanche). Est-ce que ces aménagements ont été pensés ou anticipés par le gouvernement ?

 

De manière générale, où en est-on de ce processus de repli ? Les Français ont-ils abandonné l'idée de valeurs collectives ?

Vincent Tournier : On ne peut pas dire cela. Aucune société ne peut s’affranchir de toute valeur collective. En revanche, il est vrai que la montée des libertés individuelles provoque des tensions. C’est d’ailleurs un vieux débat qui date de l’entrée dans la modernité. La reconnaissance des libertés individuelles présente beaucoup d’avantages (il suffit de voir les demandes qui émanent actuellement dans les pays du Maghreb pour mesurer notre chance) mais ces libertés soulèvent des difficultés, notamment parce qu’elles provoquent une démobilisation politique et une marchandisation de la société. De plus, le périmètre des libertés est un sujet de conflit : quelles sont les libertés qui doivent être reconnues ? Faut-il par exemple inclure la liberté de se droguer ou de licencier ? La difficulté est que tout le monde ne revendique pas les mêmes libertés, et que les libertés souhaitées par les uns peuvent être refusées par les autres. Le risque est que les conflits montent en puissance. C’est un risque important aujourd’hui parce que certaines demandes viennent bouleverser les équilibres antérieurs.

On le voit par exemple avec la laïcité : depuis 1945, la laïcité avait fini par devenir relativement consensuelle ; mais aujourd’hui, la laïcité est vue par certains comme un carcan dont il faudrait se débarrasser, ce que le camp laïc refuse absolument. Il en va de même pour de nombreux sujets dont la liste pourrait être longue : l’Europe, l’Etat-providence, les retraites par répartition, les services publics, l’immigration, l’aménagement du territoire, la fiscalité, la sélection au mérite, etc. Sur tous ces sujets, et sur bien d’autres encore, y compris sur la mémoire collective, on voit naître ou se renforcer des clivages qui conduisent à se demander si on n’est pas en train d’assister à une nouvelle fragmentation du pays (c’est ce que Jérôme Fourquet appelle l’« archipel français »). Certes, on peut voir les choses avec optimisme et se dire que ce n’est pas la première fois que notre société est confrontée à des défis importants, voire que les défis actuels sont plutôt moins forts que lorsqu’il s’agissait de choisir entre la monarchie et la République ; donc, avec un peu de bonne volonté, il devrait être possible de trouver de nouveaux compromis et tout le monde devrait s’y retrouve. Mais cette interprétation sous-estime l’intensité des clivages qui émergent, notamment sur la religion, et peut-être aussi désormais sur la famille et sur les relations hommes-femmes. Or, la recherche de compromis devient plus difficile lorsque les demandes sont trop contradictoires et que les camps se radicalisent. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
bioéthique, PMA, France, lgbt, opinion
Thématiques :
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 27/09/2019 - 11:44
:) Etre athée ne veut que dire que je ne crois pas en un Dieu
Pas être systématiquement contre les religions & surtout sans raison d'être. J'ai eu la chance d'avoir travaillé pendant plusieurs mois avec Régine Pernoud & elle m'a montré (car j'étais comme Ganesha à l'époque),les grands défauts, mais aussi les grandes avancées de cette époque. & donc je défends le plus souvent possible cette réalité, car les Français ont une vision fausse, de leur Histoire & de cette époque.
Comme par exemple sur Louis XI. Tous les Français exècrent Louis XI alors qu'il a été un très très Grand Gestionnaire de la France, qui a fait le moins de guerre possible car il refusait de gaspiller la vie humaine & surtout celle des Français dont il avait la charge. Il a fallu un Historien Américain (qui n'en avait rien à foutre des préconçus inventés par nos Républicains) Paul Murray Kendall, pour enfin percevoir la réalité de Louis XI.
JBL
- 26/09/2019 - 08:48
Benvoyons
Dans mon dernier commentaire, je répondais succinctement à Ganesha et à son obsession du catholicisme. Mon propos visait justement les tyrannies de remplacement au catholicisme. Vous vous dites athée, et vous venez faire une sorte d'apologie d'une religion. Comprends qui pourra ! On peut ne pas être d'accord avec Ganesha, mais au moins il est cohérent. Il a toujours le même point de vue.
Benvoyons
- 25/09/2019 - 18:23
Citoyen-libre - 25/09/2019 - 12:24 Mais la religion a fait les
Hôpitaux, l'organisation de l'Assistance Mutuelle ancêtre de la SS & rénovée par Bismarck en sécu plus moderne. C'est sur la tyrannie de l’Église allait jusqu'à obliger de mettre le SDF de l'époque au minimum dans sa Grange & avec un bol de soupe chaude. S'il faut voir les défauts d'une époque il ne faut pas les voir avec notre psychologie & nos savoirs d'aujourd'hui. Maintenant il faut prendre le temps de voir aussi, les avancées dans de très nombreux domaines, & même en Agriculture etc...