En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 36 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 26 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 8 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 30 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 15 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 14 heures 55 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 16 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 8 heures 52 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 38 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 41 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 13 heures 55 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 18 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 40 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 13 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 36 min
© NICHOLAS KAMM / AFP
© NICHOLAS KAMM / AFP
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

Publié le 18 septembre 2019
On peut observer des points de ressemblance entre la constellation politique italienne actuelle et la situation française.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On peut observer des points de ressemblance entre la constellation politique italienne actuelle et la situation française.

Atlantico :  Emmanuel Macron rencontre Giuseppe Conte et Sergio Mattarella demain. Dans quelle mesure le parti du président et la coalition nouvellement formée se ressemblent-elles ? 

Edouard Husson : Les systèmes politiques français et italien sont très opposés structurellement. La Vème République concentre le pouvoir entre les mains d’un président élu au suffrage universel. Dans la République italienne, il est très difficile pour un homme fort d’émerger durablement, Matteo Salvini vient de l’apprendre à ses dépens. Et Matteo Renzi, qui a servi de modèle aussi bien à Bruno Le Maire se lançant dans la primaire de la droite qu’à Emmanuel Macron, que certains qualifient de « Renzi français », vient de faire une vraie fausse rentrée politique, en incitant son parti d’origine à entrer en coalition avec le mouvement Cinq Etoiles puis en décidant de se retirer du parti Démocrate et de former un nouveau parti. On peut voir malgré tout deux points de ressemblance entre la constellation politique italienne actuelle et la situation française. Premièrement le mouvement macroniste est un curieux mélange de chevaux socialistes sur le retour et d’amateurs surgis lors du grand coup de balai à gauche des élections présidentielles de 2017; cela fait penser à l’alliance de Cinque Stelle et du Parti Démocrate. Ensuite, la coalition actuelle, comme Macron et sa majorité se sont fixé pour objectif de maintenir coûte que coûte le statu quo européiste et mondialiste. 

Les sujets qui vont être abordés exigent des prises de position tranchées. Les coalitions et les partis attrape-tout peuvent-ils résoudre la crise politique européenne ? 

Il va y avoir beaucoup d’encensement mutuel, demain, sur un ton qui fera penser aux rencontres entre « partis frères » dans l’ancien bloc soviétique. Et puis, comme dans l’ancienne sphère soviétique, une fois la propagande déployée, les rapports de force et les désaccords vont reprendre en coulisse. Emmanuel Macron va-t-il refuser d’accueillir des immigrés débarqués en Italie pour se mettre en conformité avec son nouveau discours anti-immigrationniste? Ou bien négligera-t-il une fois de plus les intérêts de la France pour jouer la carte de la réconciliation italienne? Le président français acceptera-t-il d’écouter l’expérience qu’ont les Italiens de la Libye pour les aider à y stabiliser la situation? Emmanuel Macron est-il prêt à tirer les leçons de la crise des Gilets jaunes: pour s’en sortir, il a dû dépenser au-dessus des 3% de déficit; il serait logique et décent qu’il appuie le gouvernement italien sur cette question. Le grand écueil de la rencontre de demain, c’est la tension profonde entre la coalition des progressistes pour maintenir les privilèges des nomades profiteurs de la mondialisation, les « anywheres » de D. Goodhart, d’une part, et la pression que chaque gouvernement national subit désormais de ses propres sédentaires laissés pour compte, les « somewheres » du même auteur britannique. 

A la réduction des majorités électorales faut-il répondre par un élargissement? Les alliances contre-nature ne constituent-elles pas un risque pour la démocratie européenne ? 

Emmanuel Macron a tiré la leçon du rétrécissement de la base électorale du centre: il a réuni le centre-droit et le centre-gauche pour sauver le système européiste et mondialiste. Avec 23-24% des suffrages au premier tour de la présidentielle, il a réalisé, à peu de choses près, le potentiel centriste que François Bayrou avait déjà révélé à la présidentielle de 2017. La grande différence, c’est qu’en dix ans, autour de ce centre, les deux grands partis classiques se sont effondrés: Nicolas Sarkozy avait obtenu 31% des suffrages en 2007 au premier tour, François Fillon est onze points en-dessous; et aux européennes, LR fait moins de 9%. Quant au PS, son effondrement est encore plus spectaculaire: une chute de 20 points entre la candidature de Ségolène Royal, en 2007, et  celle de Benoît Hamon en 2017.  Le cas de l’Italie est différent: les sondages donnent un score remarquable à la Ligue, environ un tiers des suffrages, s’il y avait une élection. Mais, comme aurait dit de Gaulle, les « cartel des partis » s’est entendu pour bloquer un potentiel retour devant les électeurs. De la même façon que le cartel des partis, au Parlement britannique, bloque la possibilité de nouvelles élections. Il faut insister sur le fait que les conservateurs britanniques ou italiens existent, sont forts, se battent, à la différence de ce qui se passe en France. Le plus grand risque pour la démocratie se trouve en France. En Italie ou en Grande-Bretagne, tôt ou tard, les partis reviendront devant les électeurs. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 19/09/2019 - 09:45
Cadeau empoisonné?
Le président Macron se rend-il compte que chacune de ses visites en Italie peut passer pour un bon coup de "com" en France mais assure chaque fois un peu plus de popularité à Matteo Salvini.
TPV
- 18/09/2019 - 17:38
@Ganesha
Oui tout à fait, 3 ans c'est long sauf clash majeur.
Ganesha
- 18/09/2019 - 14:18
Événement International
Mr. Husson semble optimiste : la nouvelle coalition italienne est tellement bancale qu'elle ne pourra pas survivre très longtemps.

Quant aux anglais, ils ont une telle tradition de la Démocratie qu'ils ne se priveront pas longtemps d'une élection.

La situation est beaucoup plus inquiétante en France : pas d'échéance décisive avant trois ans !
Ne comptons pas trop sur les Gilets Jaunes : ce sera plutôt une catastrophe majeure survenant à l'international...
Guerre ou Krach boursier ?